Vous avez dit « programme »?

14 10 2013

« Demandez le programme ! Oui, le programme, bien sûr le programme… Le connaître, le comprendre – ce qui est différent de le connaître – afin de l’enseigner font partie des attributions professionnelles du professeur. Le programme est incontournable, il donne des repères, des points d’ancrage et des balises. Il fixe des orientations, explicite des notions et clarifie les acquis vers lesquels il faut tendre.

Pour autant, le programme ne se substitue ni à la pédagogie ni à l’apprentissage. Le programme n’est ni le cœur ni la colonne vertébrale de l’acte éducatif.

Cela peut sembler paradoxal de lire ces mots dans un ouvrage comme celui-ci, destiné à de futurs enseignants, mais le programme est là pour qu’on s’en détache. Non pas qu’on l’oublie ou qu’on le méprise, mais plutôt qu’on établisse avec lui une relation saine et positive car distancée. Cette distance amicale vous permettra alors de vous focaliser sur l’essentiel de votre présence, de votre mission, de votre engagement, à savoir vos élèves et les apprentissages de vos élèves.

Pensé comme un outil, le programme vous sera très utile, incontournable et précieux. Interprété comme une finalité, il devient vite une supercherie, voire une arme de destruction massive. En gardant cela à l’esprit vous éviterez l’écueil de la pédagogie « McDo » qui consiste à gaver sans nourrir, à faire consommer du savoir sans l’habiller des saveurs qui le rendent goûteux, subtil, unique. Les élèves ont faim de nourritures bien plus raffinées qu’on ne l’imagine, offrons-leur un festin plutôt qu’un plateau-repas prêt-à-manger…

Autant que possible, lorsque vous pensez votre journée et la formalisez sur le papier, posez-vous la question: est-ce que ça donne envie ? En imaginant que l’école ne soit pas obligatoire, est-ce que mes élèves viendraient quand même ? »

Extrait de Réussir sa première classe, p32-33

Conseils, trucs et astuces:

Lire la suite »




Apprendre est un jeu d’enfant

16 01 2013

« L’enfant ne joue pas pour apprendre mais il apprend parce qu’il joue. » Jean Epstein

On pourrait aller jusqu’à imaginer une école idéale construite en cercle autour d’une pièce centrale: la pièce à jouer, ouverte sur chacune des classes… Mais il est peu probable que vous soyez muté dans une telle école.Voici donc quelques exemples plus réalistes pour aménager les coins jeux de votre première classe :
– les jeux de faire-semblant qui développent l’imaginaire et les sentiments d’identité et d’estime de soi ;
– les jeux de construction (Kapla, Lego, etc.) qui développent la créativité et stimulent considérablement les connexions neuronales ;
– les jeux à règles qui invitent au respect des autres et développent le sentiment de compétence sociale ;
– les jeux-devinettes qui favorisent le langage et initie à la pensée scientifique.

Extrait de Réussir sa première classe, p 49

Démonstration par l’exemple 🙂

« Je pense à une partie du corps…A vous de mener l’enquête et deviner laquelle! »

A partir de cette simple devinette, que les enfants pratiquent naturellement en dehors des espaces scolaires, dans la voiture, le train, sur le chemin de l’école, etc, vous les invitez à un travail en profondeur autour d’une tâche plus complexe qu’elle n’y paraît.

En effet cette activité ludique et exploratrice leur permet de:

  • valoriser leurs connaissances,
  • exprimer leurs représentations initiales,
  • émettre des hypothèses,
  • formuler des phrases interrogatives,
  • utiliser un vocabulaire précis,
  • mobiliser leur écoute,
  • développer leur esprit hypothético-déductif,
  • s’enrichir mutuellement,
  • transférer leurs savoir-faire,
  • apprendre en jouant 😉

Du côté de l’enseignant, ce jeu est l’occasion de:

Lire la suite »




O comme OrthOgraphe

19 11 2012

 

 

 

 

La question de l’orthographe a toujours été, dans notre culture scolaire, un sujet délicat, ultra-sensible.

Régulièrement, comme un vieux serpent de mer dont on ne parvient pas à se défaire, la question du niveau refait surface dans les gros titres des journaux ou donne l’occasion d’une nouvelle circulaire. Le constat ne fait de doute pour personne : le degré de performance a bien baissé. C’est pourquoi, et sans entrer dans la polémique stérile du « c’était mieux hier », il convient effectivement de se montrer particulièrement attentif et vigilant sur cette question. Non pas, comme le serait un vigile chargé de veiller au bon respect d’un sacro-saint code, mais plutôt à la manière d’un ami critique et fidèle qui, chaque jour et à chaque fois que la langue française l’y invite, ne cesse d’interroger cette curieuse orthographe, d’en faire un objet rigoureux de questionnement permanent et non un sujet de culpabilité ou de tri sélectif.

Extrait de Réussir sa première classe, p 67, 68

Idée Prep’ le plus du blog

La pêche aux accents

Niveau: Cycle 3 mais peut être adapté au cycle 2

Domaine: Étude de la langue

Rubrique: Orthographe lexicale

Durée: 60 minutes (10+20+20+10)

Objectifs d’apprentissage:

  • apprendre à repérer les différents accents (aigu, grave et circonflexe)
  • mémoriser quelques mots d’usage courant
  • faire le lien entre apprentissage scolaire et compréhension du monde (l’écrit est partout)

Compétences sollicitées:

  • être capable de travailler et s’organiser à deux
  • se repérer dans les différents écrits de manière autonome
  • être capable de prendre des initiatives
  • savoir recopier sans erreur des mots trouvés dans un environnement proche

Matériel:

  • une ardoise par binôme
  • tous les supports écrits disponibles dans la classe
  • un petit carnet répertoire pour la fin de séance

Déroulement:

Lire la suite »




10 questions pour une journée réussie

17 07 2012

Apprendre à apprendre à…s’organiser, planifier et anticiper pour s’emparer du réel et s’y positionner de manière autonome se révèle être, pour le jeune élève, un des enjeux majeurs auquel il convient de l’initier quotidiennement et dès les premiers jours de classe. On ne naît pas élève le jour où on entre à l’école, on le devient progressivement. Aussi, chaque année doit offrir à l’enfant des occasions de développer ses compétences civiques et sociales, de favoriser chez lui ses capacités d’initiative, pour enfin élargir son degré d’autonomie et lui permettre d’acquérir les fondamentaux de son métier d’élève.

Voici un outil d’aide à la fois ludique méthodologique et organisationnel, confectionné pour des élèves de cycle 3 et proposé dans l’ouvrage au chapitre 2 p 69. Utilisé, dans un premier temps, collectivement en classe dès le début d’année et présenté aux familles lors de la première réunion de parents, ce labyrinthe pour une journée d’école réussie deviendra vite un outil personnel indispensable à vos élèves, une aide à penser et à agir efficace et constructive dont progressivement et selon leur rythme, ils se détacheront, une fois les automatismes acquis.

Lire la suite »