Les 3Q de l’accueil

7 09 2016

imgres

 

 

 

 

Accueillir ses élèves et leur proposer de s’accueillir, voilà la finalité de cette petite activité, très simple à mettre en oeuvre et qui participe à la constitution d’un esprit d’équipe  convivial et dynamique. Les nouveaux élèves seront ainsi ravis d’être intégrés et les anciens très heureux de ré-explorer leur identité et leur place dans le groupe.

Mais au fait, les 3Q, kesako exactement?

les 3Q = les 3 questions que j’aimerais qu’on me pose pour me connaître vraiment.

  • étape1 Chacun rédige ses 3 questions sur un bout de papier format A5.
  • étape 2 On échange ses questions avec le voisin le plus proche et on discute.
  • étape 3 On repart avec les 3Q du voisin et on les fait passer de mains en mains en prenant à chaque fois le temps d’un court échange.
  • étape 4 On arrête l’activité au bout de 15 minutes, le temps que chacun ait vécu trois ou quatre mini speed-dating muni de questions différentes.

Ainsi, Chacun a pu se dévoiler et se raconter grâce aux questions de tous. Très efficace pour briser la glace, sortir de ses ornières et fonder le groupe-classe.

#TestéEtApprouvé 🙂

Source et ancrage: Cette activité des « 3Q » est inspirée de Jim Howden, grand manitou canadien des pédagogies coopératives.

Durée de l’activité: 15/20 minutes

Niveau de classe: CE2/CM1/CM2/6ème




Vous avez dit « programme »?

14 10 2013

« Demandez le programme ! Oui, le programme, bien sûr le programme… Le connaître, le comprendre – ce qui est différent de le connaître – afin de l’enseigner font partie des attributions professionnelles du professeur. Le programme est incontournable, il donne des repères, des points d’ancrage et des balises. Il fixe des orientations, explicite des notions et clarifie les acquis vers lesquels il faut tendre.

Pour autant, le programme ne se substitue ni à la pédagogie ni à l’apprentissage. Le programme n’est ni le cœur ni la colonne vertébrale de l’acte éducatif.

Cela peut sembler paradoxal de lire ces mots dans un ouvrage comme celui-ci, destiné à de futurs enseignants, mais le programme est là pour qu’on s’en détache. Non pas qu’on l’oublie ou qu’on le méprise, mais plutôt qu’on établisse avec lui une relation saine et positive car distancée. Cette distance amicale vous permettra alors de vous focaliser sur l’essentiel de votre présence, de votre mission, de votre engagement, à savoir vos élèves et les apprentissages de vos élèves.

Pensé comme un outil, le programme vous sera très utile, incontournable et précieux. Interprété comme une finalité, il devient vite une supercherie, voire une arme de destruction massive. En gardant cela à l’esprit vous éviterez l’écueil de la pédagogie « McDo » qui consiste à gaver sans nourrir, à faire consommer du savoir sans l’habiller des saveurs qui le rendent goûteux, subtil, unique. Les élèves ont faim de nourritures bien plus raffinées qu’on ne l’imagine, offrons-leur un festin plutôt qu’un plateau-repas prêt-à-manger…

Autant que possible, lorsque vous pensez votre journée et la formalisez sur le papier, posez-vous la question: est-ce que ça donne envie ? En imaginant que l’école ne soit pas obligatoire, est-ce que mes élèves viendraient quand même ? »

Extrait de Réussir sa première classe, p32-33

Conseils, trucs et astuces:

Lire la suite »




D comme Dictée-flash

26 09 2013

http://ts1.explicit.bing.net/th?id=H.4855702189968060&pid=15.1&H=160&W=104Il existe de multiples modalités pour travailler l’apprentissage de l’orthographe et la dictée en est une parmi d’autres. De même il existe différents types de dictées: nous évoquerons aujourd’hui la dictée flash, facile à mettre en œuvre en début d’année et ce, quel que soit le niveau de classe puisqu’il s’agit de se limiter à une seule phrase.

Nous parlons bien ici d’apprentissage et non de contrôle. Il paraît très important d’exprimer clairement cela aux élèves dès le départ, pour lever toute ambiguïté et soulager les esprits anxieux. Et oui, l’orthographe, ça rend anxieux dans notre culture scolaire et l’anxiété, ça n’est pas très bénéfique pour l’apprentissage…

« Vous êtes là pour apprendre, cette activité va vous permettre de mieux comprendre le fonctionnement de la langue française et de son orthographe. Les erreurs sont normales, elles ne seront pas sanctionnées mais mises en évidence pour ensuite être observées à la loupe, comprises et ainsi éviter avec le temps de les répéter. Les réussites aussi seront valorisées. Si vous produisez une dictée sans erreur, vous aurez le droit de la publier sur notre compte twitter de classe et à partir de 5 dictées sans erreur, vous serez nommés « Expert orthographique » et gagnerez le droit de proposer vous-mêmes une dictée à vos camarades. »

Alors, prêts?

 

Mise en scène et méthodologie:

https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRcIgtuBhAKULc2x89auE1FL3r_I3waCkZjZU3UsB2QEQwnTDC4Aw1/ Rituel d’échauffement (5 minutes en restant à sa place derrière sa chaise)

  • Quelques mouvements de Brain-gym pour une bonne stimulation physique. 
  • Quelques massages chinois centrés sur la tête, les épaules, les bras, les poignets et les doigts pour une bonne dynamique posturale.
  • Une ou deux postures de yoga pour l’ancrage et la concentration.

2/ Annonce de la méthodologie

  • Avant de commencer à écrire, je vais vous lire 3 fois la phrase dictée-flash. Aucun stylo dans les mains!
  • La 1ère fois, vous écoutez comme une histoire et si vous ne comprenez pas le sens d’un mot, nous l’expliquons.
  • La 2ème fois, les yeux fermés, vous laissez les mots ou les images apparaître dans votre tête, comme un mini-film qui défilerait derrière vos paupières.
  • La 3ème fois, vous vous imaginez en train d’écrire la phrase.
  • Enfin, à mon signal, je dicterai le texte et chacun écrira sa phrase sur sa feuille en prenant soin de sauter une ligne pour la correction.
  • Une fois que vous aurez terminé d’écrire, vous prendrez un temps pour vous relire, c’est une étape très importante. Nous élaborerons ensemble une prochaine fois, une méthode de relecture. Pour cette fois-ci, vous faites comme vous pensez savoir faire!

Attention, c’est parti 🙂

1/ Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

2/Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

3/ Aujourd’hui, au cirque, les enfants rient de bon cœur.

Remarque: La phase de dictée varie selon la longueur du texte. En ce début d’année, il s’agit de mettre les élèves en confiance, de valoriser leurs acquis et de viser les premiers besoins d’apprentissages. Une phrase simple donc pour commencer. Simple au sens grammatical du terme, car du point de vue orthographique, rien n’est jamais aussi simple qu’il y paraît; voilà pourquoi il est essentiel de travailler l’orthographe aussi régulièrement que possible et sous des formes très diverses.

3/ Phase de correction et d’analyse des erreurs:

Il s’agira dans un troisième temps d’analyser et de corriger les erreurs.

  • Corrections individuelles pour les erreurs de lexique via un carnet répertoire personnel dans lequel les erreurs corrigées de chacun sont consignées. Par exemple ici selon les élèves (aujourd’hui à A/un cœur à C/ l’enfant à E)
  • Correction collective au tableau avec analyse grammaticale et élaboration d’un projet de recherche d’erreurs. (Repérage du verbe, du sujet, du temps, de la personne et de la terminaison.) On pourra ici proposer une carte mentale qui sera conservée et affichée en classe.
  • Élaboration d’une méthodologie de relecture qui restera dans le classeur d’outils.
  • Correction individuelle sur la feuille de dictée sur la fameuse ligne hôpital, je l’appelle comme cela depuis le jour où un enfant l’a nommée ainsi.

Voilà pour une première séance. Ultérieurement, on pourra proposer aux enfants de se mettre à deux, pour une correction négociée, pour travailler leur carnet répertoire ou rédiger leur analyse d’erreur, mais chaque chose en son temps, et gardons cela pour un prochain article…

Un pas après l’autre, en début d’année, il s’agit de poser le cadre, construire des outils et d’engager les élèves vers leurs premiers progrès 🙂

D’autres classes qui pratiquent la dictée-flash

Chez Mallory  et Classe bleue (cycle3)

Chez Crevette et Sanléane (cycle 2)

 




Le thermomètre des sanctions

19 09 2013

thermometre des sanctions

 

 

 

 

 

STOP!

Oser intervenir, poser une parole d’autorité, dire stop et faire apparaître la ligne rouge franchie sont autant de gestes professionnels qui doivent accompagner l’enfant en amont comme à l’instant de la sanction.

Extrait de Réussir sa première classe, p212

Un groupe classe de 30 élèves, ce n’est jamais simple à gérer. Entre les bavards, les gesticulateurs, les experts en oublis de matériel ou encore les intempestifs et les meneurs de revue, on peut vite en arriver à se transformer en gendarme en chef et passer sa journée à faire de la discipline. Pour ma part, c’est une posture que j’ai toujours eu beaucoup de mal à vivre sereinement. Il faut pourtant parfois savoir dire STOP! Un stop structurant, émancipateur, éducatif; un stop qui sécurise et permet au jeune enfant d’apprendre à devenir un être social, conscient de ses droits autant que de ses devoirs.

Pour autant, sauf cas de force majeure évidemment, le stop ne doit pas tomber du ciel tout comme la sanction ne  se confond pas avec un couperet aléatoire. L’enfant doit petit à petit apprendre à comprendre et accepter les règles de vie de la classe. Pour apprendre, rien de mieux que de se voir en train de faire la chose à apprendre… Pas simple me direz-vous dans le cadre de l’apprentissage des compétences civiques et sociales.

Comment permettre à l’enfant de se rendre compte qu’il est en train de franchir la ligne rouge? Comment lui permettre de se situer personnellement sur une échelle collective de comportement?

Voilà un petit outil très visuel et facile d’utilisation que j’ai mis au point et qui présente le double avantage:

  • réguler en classe les comportements perturbateurs
  • aider les enfants à s’auto-réguler

 

Boîte à idée, le “plus” du blog

Le thermomètre des sanctions

Matériel:

Lire la suite »




Le jeu des experts

12 09 2013

http://ts3.mm.bing.net/th?id=H.4580570893189978&pid=15.1&H=160&W=157Lire une consigne est un apprentissage à part entière, apprentissage complexe et évolutif qui doit régulièrement faire l’objet de séances ciblées et ce, tout au long de la scolarité. La réussite scolaire en dépend…et bon nombre d’élèves se trouve en échec faute de maîtriser cette compétence essentielle.  Lire, inférer, se projeter, pour AGIR…Voilà qui n’est pas si simple. A nous, enseignants, d’imaginer des situations focalisées sur l’acquisition progressive de cette compétence centrale. Mais tout d’abord qu’est-ce qu’une consigne, quelles facultés met-elle en œuvre et avec quelles finalités?

D’après Bloom, six grandes capacités cognitives peuvent être sollicitées selon les « verbes d’action empruntés » correspondant eux-mêmes à des objectifs d’apprentissage précis :

1 Reconnaître : « Liste, nomme, identifie, cite, souligne, relie, etc. » pour récupérer de l’information
2 Comprendre : « Donne un exemple, classe, explique, illustre, observe, etc. » pour traiter l’information
3 Appliquer : « Utilise, exécute, construis, résous, réalise, etc. » pour mobiliser des connaissances et des savoir-faire
4 Analyser : « Organise, recherche, compare, structure, etc. » pour identifier des éléments d’un tout
5 Évaluer : « Choisis, justifie, contrôle, sélectionne, argumente, etc. » pour estimer en appliquant des critères
6 Créer : « Propose, invente, imagine, compose, etc. » pour concevoir une idée, un projet, un produit

Extrait de Réussir sa première classe, p 101

Comment utiliser cette taxonomie savante des consignes pour en faire une aide concrète à l’apprentissage en classe?

Idée prép’, le plus du blog

Le jeu des experts

Voici une activité de type tâche complexe qui prendra plusieurs séances ( 3 ou 4 ou plus) selon le groupe-classe et l’adaptation que vous en ferez.)

Objectif général: permettre aux élèves, grâce à l’élaboration d’énoncés, de comprendre les grandes fonctions des consignes de manière à pouvoir les lire et les interpréter efficacement en situation de classe.

Tâche à effectuer: rédiger un énoncé en vue de proposer une activité à faire réaliser par le reste de la classe.

Matériel: – une cinquantaine d’étiquettes vierges découpées dans des fiches type Bristol. Elles serviront, en cours d’activité, à écrire les verbes d’actions utiles à l’élaboration des consignes. (1 verbe par étiquette)

ardoises ou cahiers de brouillon (pour les essais)

grandes feuilles de paper-board (pour les énoncés finaux)

1 feuille de brouillon (pour vous) sur laquelle vous récolterez les verbes d’action nécessaires.

Lire la suite »




Un bel adage pour accueillir

5 09 2013


À quoi servent les rituels ?

à mieux structurer
à mieux communiquer
à mieux travailler

 

À qui servent les rituels ?

  • Les rituels servent à l’enseignant. Ils correspondent à des objectifs pédagogiques:

– réguler le déroulement horaire de la journée de classe ;
– viser des apprentissages fonctionnels ;
– donner du sens aux apprentissages ;
– constituer la communauté de sa classe.

  • Les rituels servent également à l’enfant. Ils répondent à des besoins d’apprentissage :

– prendre confiance et se rassurer ;
– prendre des repères dans l’espace, dans le temps ;
– vivre et comprendre son appartenance au groupe-classe ;
– apprendre à devenir un être social ;
– apprendre à communiquer ;
– apprendre à devenir autonome.

Ces conditions réunies permettent à l’enfant d’apprendre à apprendre.

Extrait de Réussir sa première classe, p 20

Idée prép’, le plus du blog

Le rituel d’accueil est l’un des rituels les plus respectés dans notre culture scolaire, surtout aux cycles 1 et 2. Voici un exemple vécu en classe de CM1, aisément adaptable et transférable aux autres niveaux de classes. Cette activité peut se décliner selon les besoins, du simple rituel d’accueil à l’élaboration de séances plus approfondies dans le domaine de l’apprentissage de la langue française. A chacun de trouver son usage et son tempo 😉

Durée de la séance proposée: 30 minutes

http://ts4.mm.bing.net/th?id=H.4965932503862799&pid=15.1&H=160&W=113

  • Préparer un document sur format A4 où apparaitront une quinzaine d’adages différents, sur le thème de l’accueil ou du bonjour. Chaque formule pourrait être contenue dans une bulle de type BD.
  • Penser à utiliser une police de caractère aérée et suffisamment grande. La police « cursive » ou « écolier ligne » par exemple, en format 12 ou 14. Il est nécessaire d’insister: la lisibilité des documents distribués en classe est très importante. Pour cette séance on pourra également s’amuser à utiliser des polices moins usuelles en en choisissant une par adage par exemple, ou à utiliser des couleurs pour un effet à la fois stylistique et esthétique. Le beau, c’est très important pour aider à apprendre…



Apprendre est un jeu d’enfant

16 01 2013

« L’enfant ne joue pas pour apprendre mais il apprend parce qu’il joue. » Jean Epstein

On pourrait aller jusqu’à imaginer une école idéale construite en cercle autour d’une pièce centrale: la pièce à jouer, ouverte sur chacune des classes… Mais il est peu probable que vous soyez muté dans une telle école.Voici donc quelques exemples plus réalistes pour aménager les coins jeux de votre première classe :
– les jeux de faire-semblant qui développent l’imaginaire et les sentiments d’identité et d’estime de soi ;
– les jeux de construction (Kapla, Lego, etc.) qui développent la créativité et stimulent considérablement les connexions neuronales ;
– les jeux à règles qui invitent au respect des autres et développent le sentiment de compétence sociale ;
– les jeux-devinettes qui favorisent le langage et initie à la pensée scientifique.

Extrait de Réussir sa première classe, p 49

Démonstration par l’exemple 🙂

« Je pense à une partie du corps…A vous de mener l’enquête et deviner laquelle! »

A partir de cette simple devinette, que les enfants pratiquent naturellement en dehors des espaces scolaires, dans la voiture, le train, sur le chemin de l’école, etc, vous les invitez à un travail en profondeur autour d’une tâche plus complexe qu’elle n’y paraît.

En effet cette activité ludique et exploratrice leur permet de:

  • valoriser leurs connaissances,
  • exprimer leurs représentations initiales,
  • émettre des hypothèses,
  • formuler des phrases interrogatives,
  • utiliser un vocabulaire précis,
  • mobiliser leur écoute,
  • développer leur esprit hypothético-déductif,
  • s’enrichir mutuellement,
  • transférer leurs savoir-faire,
  • apprendre en jouant 😉

Du côté de l’enseignant, ce jeu est l’occasion de:

Lire la suite »




O comme OrthOgraphe

19 11 2012

 

 

 

 

La question de l’orthographe a toujours été, dans notre culture scolaire, un sujet délicat, ultra-sensible.

Régulièrement, comme un vieux serpent de mer dont on ne parvient pas à se défaire, la question du niveau refait surface dans les gros titres des journaux ou donne l’occasion d’une nouvelle circulaire. Le constat ne fait de doute pour personne : le degré de performance a bien baissé. C’est pourquoi, et sans entrer dans la polémique stérile du « c’était mieux hier », il convient effectivement de se montrer particulièrement attentif et vigilant sur cette question. Non pas, comme le serait un vigile chargé de veiller au bon respect d’un sacro-saint code, mais plutôt à la manière d’un ami critique et fidèle qui, chaque jour et à chaque fois que la langue française l’y invite, ne cesse d’interroger cette curieuse orthographe, d’en faire un objet rigoureux de questionnement permanent et non un sujet de culpabilité ou de tri sélectif.

Extrait de Réussir sa première classe, p 67, 68

Idée Prep’ le plus du blog

La pêche aux accents

Niveau: Cycle 3 mais peut être adapté au cycle 2

Domaine: Étude de la langue

Rubrique: Orthographe lexicale

Durée: 60 minutes (10+20+20+10)

Objectifs d’apprentissage:

  • apprendre à repérer les différents accents (aigu, grave et circonflexe)
  • mémoriser quelques mots d’usage courant
  • faire le lien entre apprentissage scolaire et compréhension du monde (l’écrit est partout)

Compétences sollicitées:

  • être capable de travailler et s’organiser à deux
  • se repérer dans les différents écrits de manière autonome
  • être capable de prendre des initiatives
  • savoir recopier sans erreur des mots trouvés dans un environnement proche

Matériel:

  • une ardoise par binôme
  • tous les supports écrits disponibles dans la classe
  • un petit carnet répertoire pour la fin de séance

Déroulement:

Lire la suite »




N comme Note

11 10 2012

  De l’objectivité de la note chiffrée:

Étude de cas: Contrôle de conjugaison, cycle 3

  • Soient 10 verbes à conjuguer au présent, ce qui donne un total de 60 propositions (6 personnes par verbe)
  • Score effectif de l’élève = 48 réussites pour 12 erreurs
  • Note attribuée: 10/20
  • Appréciation jointe à la note: !!
  • Commentaire oral et public en bonus: c’est inadmissible, ces fautes sont impardonnables.
  • Sanction : recopier 3 fois chaque verbe à toutes les personnes (même s’il n’y a qu’1 faute dans la conjugaison du verbe)

Les questions qu’on peut se poser:

Lire la suite »




Jouer avec les mots

10 09 2012

Idée prép’, le plus du blog

Recette pour fabriquer un jeu alphabétique

Choisir un jour de grand soleil

Descendre dans la cour

Former une belle ronde

Distribuer un mot par enfant

En garder un pour vous

Leur demander de le lire en silence

Puis livrer la consigne:

« Rangez-vous par ordre alphabétique »

Laissez-les faire…

Observez 😉

Cette activité s’inscrit bien évidemment dans une séquence plus large de maîtrise et d’étude de la langue française dont l’objectif spécifique ici est de faire acquérir les connaissances et savoir-faire nécessaires au repérage analytique et à l’utilisation de l’ordre alphabétique.

Astuce: récolter les mots distribués dans un texte déjà lu ou à lire prochainement, de manière à réutiliser les mots-étiquettes lors d’une autre activité de repérage textuel par exemple ou de recherche dans le dictionnaire.

Lire la suite »




A comme Accueil

28 08 2012


 

 

 « Il vaut mieux être accueilli par quelqu’un à bras ouverts, que par personne à Brazzaville » Sim

 

Qu’on soit en maternelle, en élémentaire et même plus en amont dans le cursus scolaire, le temps de l’accueil est un temps précieux, tout à la fois pédagogique, stratégique et éducatif. Il constitue une phase essentielle dans le dispositif d’apprentissage et donc d’enseignement.
La pratique la plus courante qui illustre cette notion d’accueil reste le traditionnel appel. S’il demeure nécessaire et obligatoire, est-il pour autant suffisant ? Au risque de paraître autoritaire, la réponse est non, et pour justifier l’aspect catégorique et sans appel de cette réponse, attardons-nous sur la mise en lumière des principaux enjeux qui sous-tendent ce moment bien particulier de l’accueil.
☛L’accueil : un moment clé
Pour apprendre, il faut avant toute chose se sentir reconnu en tant que personne unique, tout en se sentant appartenir à un collectif unique. Le temps de l’accueil doit incarner et symboliser la prise en charge de chacun, la reconnaissance de tous et participer ainsi à la constitution d’une identité collective forte, rassurante et engageante. Pensé et vécu comme tel, l’accueil favorise l’investiture de chacun des membres du groupe qui se sent alors partie prenante, intégré et associé dans l’histoire particulière qui va se jouer là, en classe, aujourd’hui, demain et tout au long de l’année à construire. L’accueil joue le rôle de ciment vivant, celui qui scelle la pierre du vivre ensemble à celle de l’apprendre ensemble.

Extrait de « Réussir sa première classe », p 16

 

Idée prép’, le plus du blog

 

le jeu du 5/5/5

  • 5 échanges
  • 5 minutes
  • 5 sens

âge conseillé: à partir de 8/9 ans et sans limite au-delà!

objectif: créer du lien entre les élèves dans une dynamique à la fois personnelle et collective

moyens pour y parvenir: selon le principe du speed-dating, laisser les enfants s’exprimer et évoquer librement leurs 5 souvenirs

organisation des élèves: par binômes rotatifs

précaution particulière:

  • bien veiller à ce que les nouveaux élèves ne restent pas en retrait
  • établir un sentiment de sécurité et de bienveillance réciproque

déroulement:

Lire la suite »




10 questions pour une journée réussie

17 07 2012

Apprendre à apprendre à…s’organiser, planifier et anticiper pour s’emparer du réel et s’y positionner de manière autonome se révèle être, pour le jeune élève, un des enjeux majeurs auquel il convient de l’initier quotidiennement et dès les premiers jours de classe. On ne naît pas élève le jour où on entre à l’école, on le devient progressivement. Aussi, chaque année doit offrir à l’enfant des occasions de développer ses compétences civiques et sociales, de favoriser chez lui ses capacités d’initiative, pour enfin élargir son degré d’autonomie et lui permettre d’acquérir les fondamentaux de son métier d’élève.

Voici un outil d’aide à la fois ludique méthodologique et organisationnel, confectionné pour des élèves de cycle 3 et proposé dans l’ouvrage au chapitre 2 p 69. Utilisé, dans un premier temps, collectivement en classe dès le début d’année et présenté aux familles lors de la première réunion de parents, ce labyrinthe pour une journée d’école réussie deviendra vite un outil personnel indispensable à vos élèves, une aide à penser et à agir efficace et constructive dont progressivement et selon leur rythme, ils se détacheront, une fois les automatismes acquis.

Lire la suite »