carnet de voyage

Des travaux dont les élèves sont fiers et d'autres en cour de création et d'amélioration

Le conte et la morale..

Brière Mathylène et Brune Marine      L’horloge maudite

 

Il était une fois, un homme, Heurtard, d’une soixantaine d’années qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne.

Un matin il décida de refaire la décoration d’une de ses maisons de ville qu’il avait acheté quelques mois au paravent. Pour se faire, il se rendit dans une brocante à quelques pas d’une de ces maisons de campagnes. Il cherchait l’objet de ses rêves rendant sa maison encore plus riche que les autres. C’est alors qu’en observant les divers anciens objets, l’un d’entre eux, attira son attention. Il examina d’un peu plus près cette horloge entourée de bois dont les aiguilles dorée pointées les chiffres en relief argentée. Quand d’un coup un homme brandit l’horloge et s’exclama :

« Vous la voulez ? Prenez-la ! Je vous la donne ! »

Surpris de cette proposition, Heurtard lui répondit :

« Non enfin…j’ai de l’argent, je dois vous payez »

« J’insiste » dit-il, « vous n’aurez qu’à la régler à la bonne heure »

« Merci infiniment » conclu-il pour après reprendre son chemin vers sa maison.

« Voila ! On ne verra qu’elle à cet endroit » dit il en accrochant sa pendule au dessus de la cheminée.

Après le diner Heurtard alla se coucher en regardant avec admiration une dernière fois son horloge.

Mais le lendemain…Heurtard se réveilla comme tout les jours à 8h00 du matin, il s’étira, ouvrit les yeux, quand il s’aperçu qu’il ne se trouvait plus dans ça maison de ville mais dans ça maison de campagne. Heurtard eut un moment de réflexion il était sur et certain de s’être coucher dans sa maison de ville. Il se leva à toute vitesse et constata que sa maison était semblable à cette même maison mais quelques années en arrière …

« Mais qu’elle est l’origine de cette farce ? » s’interrogea t-il.

Heurtard au coin de son œil vit le miroir de la salle de bain briller comme si celui-ci l’appeler,  il s’approcha et constata que son visage lui aussi était celui d’il y a 10ans.

Par ça fenêtre de l’autre côté de la rivière il aperçu la brocante et parmi les gens, cette homme, cette homme qui lui avait vendu la fameuse pendule, le regardant d’un aire maléfique, Heurtard comprit… L’horloge n’était autre que maudite.

Déjà deux nuits écoulées et Heurtard avait rajeunit de 20 ans, il avait le visage de ses 40ans. Il y a plus d’une personne qui serait heureux de retrouver son visage d’il ya quelques temps, mais pour Heurtard c’était tout ce qu’il y avait autour de lui qui reculé de 10 années dans le passé, ces premières maison, ça maman vivante…

C’est alors que Heurtard décida de retrouver cette fameuse horloge pour arrêter le sort. Il se rendit la ou était ça maison de ville, la ou il avait acheter l’horloge, partout mais il ne réussit point à remettre la main sur l’horloge. Plus le temps passé plus Heurtard rajeunisse,  il était devenu adolescent, il n’avait donc plus aucune maison et devait faire face une nouvelle fois aux divorces de ces parents qui avait beaucoup joué sur son moral à l’époque, Heurtard était terriblement mal il savait que si le sort continuer il allai disparaitre définitivement. Mais il continuer malgré tout de chercher.

« Pourquoi…Pourquoi moi ? » se répété t-il.

Et un matin il se réveilla entre des barreaux, mais pas n’importe quels barreaux non, ceux d’un lit pour bébé.   Heurtard était revenu au tout début de son existence, dans l’incapacité de faire quoi que ce soit. Il comprit alors que sa vie s’arrêterai la, que le destin était écris ainsi.

Car oui à force de trop en vouloir on finit par tout perdre.

Et parfois perdre sa vie tout comme Heurtard, qui compris qu’il s’agissait de sa dernière nuit qui lui ferait oublier le mauvais temps qu’il avait passé sous le sors de l’horloge maudite.

 

Moral : A force de trop en vouloir on finit par tout perdre.

 

 

 

 

Le rejet de la différence
Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne. Ces maisons il les doit a ces grands-parents fortunés qui sont mort dont on connait la raison. Depuis sont plus jeune âge Shadow était toujours chez eux cela depuis sa naissance, car ses parents ne voulait pas de lui puisqu’il était différents de ces frères et sœurs. Les parents de Shadow l’on nommé ainsi car pour eux leurs fils allait devenir inexistant, puisqu’ils ne désirés pas d’un enfant qu’il allait se faire rejeter de la société.
Shadow avait la peau très pâle semblable a celle d’un vampire, il avait des yeux sanguinaires qui donnaient la chaire de poule a ses admirateurs. La famille et son entourage étaient choqués, et croyaient qu’il était possédé. Par-dessus tous sa une odeur épouvantable lui collé la peau, l’odeur était semblable à celle d’un cadavre. Malgré ses caractéristiques physiques, Shadow était un enfant comme les autres. Il n’a jamais eu d’amis car il en effrayés plus d’un.
Après la mort de ces grands-parents il fut placé à l’orphelinat de la ville de Tchernobyl où il résidait jusqu’à ces dix-huit ans pour pouvoir hériter des maisons de sa famille. Le jour venu sa responsable lui remet les clefs de ses biens.
Le lendemain matin, Shadow pris les quelques affaires qui lui resté et part à la visite des maisons dans toutes l’Europe. Mais une des maisons lui tenait particulièrement à cœur puisque c’est la maison où laquelle ces grands-parents l’emmené tous les ans en vacances. Cette maison se situé au bord d’une falaise tout proche de la mer, il ne connaissait pas la région mais savait le nom de la ville : «Etretat». Il mit une semaine pour arriver à Etretat sachant qu’il partez de Tchernobyl. Là bas Il y avait une falaise d’où il aimer faire des plongeons et en la revoyant il se précipita à celle-ci et fût remonté pleins de souvenirs. Pris de folie , il sauta habillé de la falaise sans réfléchir, en remontant à la surface de l’eau, il se revoit avec ces grands-parents sur la plage en faisant plein de châteaux de sable et tout cela lui-fit oublier le mauvais temps qu’il avait passé.
Ce n’est pas parce que nos proches nous rejettent que l’on doit arrêter de vivre et dans n’oublier les bons souvenirs…

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

A venir…écrire à la manière de …

Le petit prince de  Saint-Exupéry

 

Nous sommes sur la planète Takodana, sur celle-ci on  retrouve chaque être compatibles Ceci est déterminé par un numéro donné à la naissance. Il y a un tirage par mois pour que chaque numéro du mois se retrouve. Aujourd’hui est le jour du tirage après quelques unions retrouvées, viens le tour du numéro 98. Les deux personnes avec ce nombre se retrouvent. C’est alors qu’ils s’approchent l’un de l’autre pour enfin faire leur connaissance. L’homme était assez grand,  châtain foncé aux yeux marron. Il était tatoué et il portait des écarteurs. La femme était un peu plus petite que lui, elle était blonde aux yeux verts. Pour faire plus ample connaissance, ils décidèrent de se donner rendez-vous le soir même sous les étoiles. Au cours du rendez-vous, ils parlèrent des différents sujets de la vie et c’est alors qu’ils en viennent au bonheur. Mais au final, c’est quoi réellement le bonheur ? L’un des deux expliquait que le bonheur se définissait par la famille et l’autre n’était pas du tout du même avis. Pour l’homme, il avait absolument besoin de sa famille à ses côtés. Le reste peu lui important tant qu’il avait toute sa famille prés de lui. Pour lui,  c’est sacré car on en a qu’une et celle-ci est là du début jusqu’à la fin. C’est un appui au quotidien mais quelques fois des disputes qui ne faisaient que renforcer les liens familiaux qui les unit.  Alors que pour la femme le bonheur était d’être entouré de ses amis, passer de bons moments et être libre. Elle ne voulait pas se sentir enfermé par le fait d’avoir une famille et de devoir être là pour elle. Elle voulait faire ce qu’il lui plaisait sans que quelqu’un puisse lui dire quelque chose.  C’est alors qu’ils se rendent compte qu’ils n’étaient pas du tout compatibles mais ils ne voulaient pas s’arrêter là.  La femme voulait être la seule cause de son bonheur alors que l’homme avait besoin d’un bonheur commun. C’est alors qu’ils décidèrent de persister dans le temps car ils étaient convaincus qu’ils pouvaient trouver un point d’égalité à leur bonheur.

Moralité : Il ne faut jamais se fier au premier regard.

Tanguy se rebelle

Il était une fois, un jeune homme nommé Tanguy qui n’avait pas un physique avantageux, son visage était rempli de boutons et il portait des lunettes rondes épaisses. Sa famille et lui demeurent à Bouzols, ce sont des personnes qui ont très peu de revenu, son père, Jacky, était un chômeur invétéré et Thérèse, la mère, était caissière à Lidl et elle travaillait aussi à mi-temps dans la cantine du lycée Notre Dame de la Paix, le lycée où son fils étudie grâce à son second travail. Il était en classe de seconde, une classe d’un niveau très élevée. Tanguy avait du mal à s’intégrer, vu ses notes trop faibles et sa différence économique, il subissait des moqueries et du harcèlement de la part de ses camarades mais également de la part de son professeur de Français, Madame Cruchon, celle-ci cherchait à le motiver pour qu’il se surpasse pour avoir de meilleurs résultats.

Mais, Tanguy ne répondait jamais aux attaques de son professeur, il se laissait faire et essayer de devenir meilleur. A chaque cours, Madame Cruchon l’interrogeait, il essayait tant bien que mal à répondre correctement aux questions mais il avait toujours tort, ce qui provoquait des éclats de rire de ses camarades. Madame Cruchon, ayant marre de voir qu’il ne progresse toujours pas, elle se mit à devenir méchante avec lui, elle finit par l’exclure du groupe et le mit seul au fond de la classe avec comme compagnie des travaux dirigés notés.

Un matin, Tanguy arriva en cours déterminé à se réinsérer au groupe, il avait emmené avec lui un gâteau de carotte qu’il avait préparé soigneusement chez lui, le soir, avec l’aide de sa mère. Enfin arrivé en classe, l’heure passa, il était toujours au fond avec ses travaux à faire. La sonnerie retentit, Tanguy se leva et partit au bureau de Madame Cruchon, il lui tendit sa boite remplis de morceaux de gâteau de carotte et lui en proposa un. Elle en prit un bout, et le recracha automatiquement sur la veste de Tanguy, tellement le gâteau n’était pas bon. Tanguy, déçu se mit à pleurer et lui cria qu’il ne voulait plus être seul au fond de la classe, il voulait travailler avec ses camarades, après ça, il partit en courant. Un élève de la classe qui appréciait Tanguy le vit partir en courant, il le suivit pour lui parler et le réconforter en lui offrant un bracelet fétiche qui lui permettra de se sentir mieux. Tanguy lui dévoila qu’il n’en pouvait plus de toutes les remarques et la méchanceté qu’il subit, il voudrait juste être heureux et avoir des amis, comme tout le monde.

Le lendemain, après une longue conversation avec Jacky, son père, qui lui expliqua que sa vie doit être faite par ses propres choix, Tanguy l’écouta avec attention et décida de se rebeller contre Madame Cruchon, il alla donc au lycée les poings serrés et un regard de tueur. Quand Madame Cruchon le vit arriver, elle lui montra du doigt sa place au fond de la classe avec déjà des devoirs sur la table. Tanguy alla calmement à sa place, et se mit à dormir sur sa table sans jeter un seul regard sur ses exercices. Le professeur s’énerva en le voyant la tête dans ses bras, elle couru jusqu’à lui et tapa son poing sur la table en criant « TANGUY ! » Il se réveilla en sursaut, leva sa tête vers sa professeur en la fixant et il ne détourna pas le regard, il lui dit « Je ne ferais pas tes exercices, vieille cruche ! » Madame Cruchon, outrée par son vocabulaire inacceptable, elle lui demanda de sortir de la classe, mais il refusa et resta assit sur sa chaise en remettant sa tête dans ses bras pour se rendormir.

Madame Cruchon décida de le laisser dans son coin et de finir son cours. La sonnerie retentit, elle s’en alla chercher le proviseur, quand ils arrivèrent tout les deux, Tanguy était toujours entrain de dormir sur sa table, le proviseur l’attrapa par le col et le secoua pour le réveiller, il ouvrit les yeux et vit le regard noir du proviseur. Tanguy énervé, lui expliqua toute son histoire, le fait qu’il était harcelé par son professeur.  Le professeur était gênée et ne savait plus quoi dire, Tanguy sortit de la classe soulagé pour les laisser discuter.

Une semaine plus tard, le proviseur passa dans la classe de Tanguy et annonça aux élèves que Madame Cruchon était renvoyé pour avoir harcelé un élève. Tanguy ne voulant plus revivre ce calvaire, il prit la décision de bien travailler, il devint le meilleur de la classe et eut son diplôme.

Un amour étranger,

Un soir, Thomas demanda à son papa

-«  Papa, papa ! Peux-tu me raconter une histoire  »

Le papa répondit

-«  Oui si tu veux mon fiston, mais avant mets-toi en pyjama. »

Une fois le père arrivé dans la chambre, le petit était dans son lit.

L’enfant dit à son père

-«  Mais pas n’importe quelle histoire, je veux que tu me racontes l’histoire de ta rencontre avec maman.

– Oui mon fiston, je vais tout te raconter.

Tout à commencer en 1990, je faisais mes études de photographie, un soir d’été je suis parti seul prendre des photos du coucher de soleil au bord de la plage. Je prenais plusieurs clichés, quand tout d’un coup mon cliché se posa sur une ombre de toute beauté avec ces cheveux qui virevolté dans le vent, je regardais donc cette apparition avec des yeux tout rond d’étonnement, tellement cette personne était de toute beauté.

On aurait dit un ange venu du ciel. Quelques jours plus tard, je la revis elle était serveuse au bar de la plage, elle préparés des cocktails, je suis allé commander un petit cocktail, j’ai commencé à engager la conversation pour en apprendre plus sur elle. On a bien rigolé on est devenu amis. Après quelques mois d’amitié je me suis rendu compte que je pensais toujours à elle, alors je lui ai avoué mes sentiments.

Ta maman a commencé à parler de maman et moi à papy et mamie  qui n’étaient pas forcement d’accord avec la différence de culture. Mais ça n’à jamais rien empêcher de nous marier et de s’aimer comme on s’aime aujourd’hui. Mais toi quand tu seras plus grand, surtout mon petit il ne faut pas que tu t’occupes du regard des autres, comme moi-même je l’ai fait avec maman, et nous sommes heureux aujourd’hui.

Maintenant mon petit il est temps que tu ailles dormir et faire de beaux rêves.

  • Bonne nuit papa, c’est une belle rencontre que tu as fait avec maman
  • Merci fiston, je te souhaite de vivre la même chose, je te dis une bonne nuit pleine d’amour.  »
posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

les contes du coté ASSP…

Il était une fois, une femme qui avait de belles maisons à la ville et à la Campagne. Blondie était une princesse blonde et grande qui avait une licorne ailée, elle vivait dans un château lugubre avec une porte d’entrée angoissante. Son meilleur ami, Damon qui paraissait gentil, courtois et galant était en réalité tout le contraire. Blue le demi-frère de Damon étant un loup-garou reconnu aux yeux de tous, cache sa gentillesse derrière un comportement froid et un regard bleu glacial.

Un jour après de nombreux meurtres de ses proches, la princesse décida de se lancer a la recherche de ce tueur sanguinaire qui laissait derrière lui chaque victime à des endroits différents, avec des traces de morsures et vidés de leur sang. Lors de cette quête, elle demanda de l’aide à son meilleur ami qui accepta avec plaisir de l’aider. Ils se lancèrent dans leur recherche en allant dans une forêt lointaine qui quand ils entrèrent leur donna la chair de poule. Au bout de quelques mètres ils trouvèrent le corps d’une jeune femme égorgée et vidé de son sang la vue de ce cadavre était épouvantable. Ils virent une ombre passer très rapidement. Blondie resta sous le choc en découvrant que cette ombre appartenait à Blue le demi-frère de son meilleur ami, la princesse décida de l’enfermer au château. Les meurtres ayant cessé Blondie décida d’aller dans une de ses nombreuses demeures. Pendant la nuit elle entendit des bruits étranges, terrifier elle se leva pour aller voir. Quand elle fût arrivée au rez-de-chaussée elle vis une mare de sang arrivé jusqu’à ses pieds. En tremblant de peur elle avança, elle était plus pâle que la mort en voyant Damon entrain de vider de son sang une jeune femme des environ. Son meilleur ami qui remarqua sa présence fût surpris de la voir la et lui sauta dessus pour la tuer mais Blue qui avait réussi à se libérer la sauva d’une mort certaine en tuant son demi-frère. Après toute cette histoire elle parti en voyage avec Blue qui lui fit oublié tout le mauvais temps qu’elle avait passé.

Morale : Il ne faut pas se fier aux apparences.

 

L’ogre mystérieux

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne, son apparence d’ogre au cœur dur comme un rocher était épouvantable malgré sa richesse incroyable. Il se nommé Orage, il joué de son physique pour faire mourir de peur tout ceux qui croisé son chemin.

Dans son château lointain, un beau matin ensoleillé Orage partait à la chasse pour faire ses réserves, cette ogre qui se nourrissait que d’animaux sauvages. Son pêché mignon était les têtes de renard, il trouvait son sang sucré ce qui lui donnait de l’énergie. Le soir venu le temps devenait de plus en plus orageux, Orage s’inquiétait car terrifié par son prénom il avait horreur de l’orage. Tout juste le dîner avaler il partais se coucher, suite à l’énorme orage qui arriver au dessus de son château, il mit beaucoup de temps à s’endormir mais une fois endormie il n’entendis plus rien. Tout à coup au milieu de la nuit un éclair frappa son toit au dessus de sa chambre. Orage se réveilla d’un seul coup et toute sa cruauté s’envola dans le ciel, puis il se rendormi aussitôt. Le lendemain il se réveilla de bonne humeur, prit d’une soudaine envie de manger des plantes et de ne pas partir à la chasse aujourd’hui. Il parti à la recherche de plantes, puis rencontra un renard mais ne ressentit pas l’envie de le tuer, à ce moment là il remarqua que quelque chose avait changer en lui mais il ne se posa pas plus de question. Une fois son panier de plante englouti, il partait se promener dans une forêt profonde.

Cette forêt était situé pas très loin de chez lui, ce qui lui permettait d’y aller tout les jours. Il connaissait les chemins par cœur, comme si elle lui appartenait.

Orage continuait sa route, puis rencontra des gents qu’il avait déjà vu auparavant. C’était un couple qui aimait se promener dans cette forêt, mais ce couple connaissait le comportement de cet ogre, ils le considérait comme un être très méchant dont ils se méfier beaucoup.

L’ogre étant de bonne humeur commençait à s’approcher de ce couple mais le couple étant très distant, il se demanda pourquoi.

A ce moment là il comprenait que quelques chose en lui avait changer, il ne se sentait pas comme avant mais il voulait donc montrer à ce couple que son comportement était maintenant différent. Le couple ayant était convaincu par Orage acceptent d’apprendre à le connaître d’avantage, ils passaient donc l’après-midi tout les trois dans une merveilleuse ambiance, le couple était d’ailleurs très étonner.

Le soir venu, le temps se dégradé beaucoup et Orage devenait de plus en plus nerveux, l’envie de renard prenait le dessus. Le couple comprenait alors que l’ogre n’avait pas changer quand tout à coup un éclair tomba sur Orage, et il redevenait très agressif avec le couple, il leur disait des choses affreuses. Ils comprenaient alors que l’ogre n’avait jamais changer, alors le couple décident de le tuer, et le laisser baigner dans son sang en plein milieu de la forêt et s’en allèrent au loin de cette forêt qui leur fit oublier le mauvais temps qu’ils avaient passé avec l’ogre.

Morale : Il ne faut jamais se fier et faire confiance à n’importe qui.

Fanny Davourie et Aglaé Jézéquel

 

 

Le voyage d’un homme

Il était une fois une femme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne féerique, celle-ci était blonde aux yeux bleus et maigre, du nom de Félicienne. Elle était entrain de donner à manger au hippocantamousse de couleur rose finissant en dégradé bleu avec une queue en bulle de savon qui vivait dans la forêt féerique.

Cependant, un homme ténébreux avec les yeux marrons qui était maigre, du nom de Maléficient, vivant dans la forêt ensorceler regarda à sa fenêtre puis vit un bout de la forêt féerique. Il se demanda comment la vie devait être calme et paisible dans un endroit si magnifique. Celui-ci sortit de la pièce et marcha dans le château du diable en réfléchissant s’il devait partir de chez lui pour découvrir cette endroit qui l’intrigué temps. Il en avait marre de vivre dans le château qui lui faisait peur dès qu’il entendait un bruit. Il avait l’impression que des esprits le suivaient à chaques pas qu’il faisait. Dès qu’il allait se promener dans la forêt, il voyait des ombres avec du sang un peu partout, cela le terrifié. Il décida donc d’aller dans la forêt féerique pour y découvrir ce qui se cacher. Maléficient prit tout ce qu’il avait besoin comme nourriture et la clef ténébreuse. Il traversait la forêt ensorceler par un chemin très dur et très long. Une fois devant le portail de la forêt ensorceler, il l’ouvrit grâce à cette clef puis sortit entre les deux forêt. Il marchait fièrement, la tête haute d’être sorti de sa forêt. D’un coup, il trébucha sur un tout petit lapin blanc. Maléficient se releva et regarda le tout petit lapin blanc qui était en boule sur lui-même tellement il avait eu peur de se qui c’était passé. Celui-ci ravi prit le lapin qui était tout mignon dans ses bras puis se remit en route avec cet animal vers la forêt féerique. Sur la route, il regarde le lapin et se mit à rire tout seul car le lapin avait une différence de taille d’oreille. Une oreille était petite et l’autre oreille était grande. Il avait aussi remarquait que le lapin avait les yeux rouge. Sur le chemin, il rencontra une fille blonde du nom de Félicienne qui cherchait quelque chose dans les buissons. Maléficient lui demanda ce qu’elle cherchait. En se relevant, Félicienne aperçoit le lapin dans les bras de Maléficient et se mit à lui sauter dessus pour attraper son lapin. Celle-ci trouva que Maléficient était un magicien puisqu’il retrouvait son petit lapin. Malificient comprit que cette fille cherchait son lapin blanc. Elle le remercia et l’invita chez elle pour manger ensemble ce soir. Il était si ravi que cette jeune fille qui était belle au visage de fée l’invita chez elle.

Le soir arriva, Maléficient se trouva devant le grand portail de la forêt féerique. Il était si stressé de devoir manger avec Félicienne en tête à tête. Il sonna et Félicienne arriva avec sa clef fée pour lui ouvrir. En entrant dans la forêt, Maléficient senti comme de la magie dans cette forêt, il regarda en hauteur pour voir les hippocantamousse, il était si émerveillé de la splendeur qu’il ne regarda pas où il mettait ses pieds. Celui-ci trébucha sur une racine d’arbre et tomba par terre. Gêner d’être tombé devant Félicienne, il se releva vite et devenu rouge de honte. Elle se mit à rire. Ils reprenaient le chemin vers la villa, un fois arrivé devant, Malificient resta bouche bée par la beauté de la villa. Elle regarda en lui disant «tu peux entrer ». Le dîner était déjà prêt sur la table comme si elle avait déjà prévu son arrivée. Pendant qu’ils mangeaient, Maléficient demande « comment s’appelle ton lapin ? ». Félicienne lui répond « Blancenfer ». Pendant ce temps là, Blancenfer était sous la table entrain de faire des nœuds entre les lacets de chaques chaussures de Maléficient. Le dîner finit, Maléficient se leva d’un coup et voulait aider Félicienne à débarrasser la table et tomba au sol comme un crêpe. Ils se mettaient à rire ensemble. Tout pendant que Maléficient était avec Félicienne, Blancenfer continuait ses méchancetés car celui-ci était jaloux de Maléficient.

Félicienne lui fit oublié le mauvais temps qu’il avait passé dans sa forêt ensorceler.

Il ne faut pas juger et se fier aux apparences avant de connaître la personne.

La jalousie est un muavais défaut.

 

Bocage Lucie et Dorey Alexandra 1ASSP

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

les contes des 1 SPVL..deuxième jet à venir…..expression très fautive mais beaucoup d’imagination et de travail

Consignes :

 

Ecrivez un conte d’une quarantaine de lignes …( 20/50)

 

  • Le début du texte commencera par la phrase du début du conte sélectionné
  • La fin se terminera par la dernière phrase
  • Vous utiliserez les mots de votre tableau (4 par colonne)
  • Vos personnages auront un nom symbolique
  • Vous respecterez l’ensemble des éléments de la définition

 

 

Aurore et ses doubles

 

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la campagne. Cet homme pas vraiment naturel qui était un ogre, vivait dans l’une de ses petites maisons à la campagne. Celle-ci était située dans une forêt lointaine. C’était un ogre assez impressionnant quand ont le voyait il fessait peur, il était petit et énorme, il s’appelait Ogroux. Ses oreilles étaient remplies de poil roux qu’il ne voulait pas enlever. Il n’avait pas un poil sur le caillou. Il avait une femme assez grande aux yeux bleus et aux cheveux blonds. Elle se nommait  Aurore comme le lever du soleil.

 

Ils vivaient tous les deux  dans leur toute petite maison au centre de la forêt mais Ogroux était violent avec elle, c’est donc pour cela qu’elle passait une grande partie de ses journées à lire ses livres prés de l’arbre situé à côté de chez eux. Cet arbre magique qui avait un pouvoir mais personne ne connaissait ses bienfaits. Tous les jours pendant que l’ogre était à la chasse comme à son habitude la jeune femme se rendait au pied de l’arbre pour faire sa lecture afin de s’évader de sa vie misérable.

 

Quand il rentrait de sa chasse, Ogroux avait l’impression de voir sa femme partout, à tout moment. Ce qu’il ne savait pas c’est que l’arbre magique multiplier sa femme quand elle se rendait à l’arbre pour s’adosser contre  celui-ci. Il avait l’impression de devenir fou, il pensait que c’était à cause de la fatigue alors il décidait d’aller se reposer. En se réveillant sa femme était rentrée à la maison. Il trouvait qu’il y avait quelque chose qui cloché. Sa femme était rentrée sans son livre, à peine le temps de lui dire bonjour qu’elle avait disparu. Il cherchait partout sa femme dans la maison mais dans chaque pièce de celle-ci, elle s’y trouver. Effrayé, il avait l’impression de tombé dans l’aliénation, de voir des fantômes de sa femme mais il se rendait bien compte que ce n’était pas un rêve. Ogroux devenait en colère contre lui-même de rien pouvoir faire face à ça. Il commençait alors à s’acharner sur les femmes mais quand il en tuait une, une autre apparaissait. De dizaines en dizaine elles apparaissaient sans même qu’il puisse faire quelque chose à cette situation. C’est alors qu’il décida de prendre le couteau avec lequel il voulait tuer toutes ses femmes et il se poignarda au cœur. Quand sa vraie femme rentra chez eux, elle trouva sa maison tout ensanglantée, à l’étage Ogroux était mort. Aurore était soulagée car sa mort lui fit oublier le mauvais temps du passé.

 

FIN

 

L’histoire incroyable de NATHAN

 

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la Campagne, il vivait avec sa femme et son fils NATHAN. Un jour il partiaire en vacances à NEW YORK pour les périodes de noël, tellement pressée d’arrivée la bas il se dépêchait de prendre leurs avions privée qu’il se servait pour les déplacements autour du monde pour le travail. Ils sont arrivait a l’aéroport de NEW YORK, prennent un taxi pour se rendre a l’hôtel 4 étoiles car le père était riche.

Il commençait à faire nuit noir donc il mangeait et NATHAN alla se coucher, pendant la nuit il faisait un cauchemar prémonitoire. Il se réveilla en sursaut, ses parents s’inquiétant alla le voir et lui demandait si ca allais bien, NATHAN  disait  a ses parents qu’il allait les perdre dans la ville, ses parents le réconforta et il se rendormit. Le lendemain, ils aillaient se promenait dans la ville, ils arrivaient sur la place du marché de noël, les parents partaient d’un coté et NATHAN de l’autre,

NATHAN ne voillant plus ses parents s’assaille aux milieux de la place  en attendant  ses parents, cependant un étranger kidnappa  l’enfant en lui disant « je sais ou sont tes parents », donc l’enfant le suis. Les parents se rendant compte a l’hôtel que NATHAN a fait une disparition inexpliqué, il commençait a s’inquiétait et alla voir la police. Il retrouvait leur enfant entrain de s’acharner sur une porte pour s’échapper, effrayait  d’avoir était séquestre par un épouvantable sdf. Les parents avait eu

peur de perdre leur enfant était heureux de le retrouver sans blessure. Des qu’ils sont tous rentrer chez eux les parents de NATHAN acheta plein de cadeaux de noël pour lui faire oublier le mauvais temps qu’il avait passé.

 

Pour les enfants : La moral est qu’il ne faut pas parler au inconnu.

 

Pour les adultes : La moral est de faire attention à ses enfants est aux inconnu.

 

 

 

Marie Pauline                                                                                                                  29/11/16 Buret Lorelei                                                                                                                   Mme Cayot

 

 

Le conte

 

 

Roucky, la Terreur de son Professeur

 

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et la campagne. Cet homme s’appelait Minot, il était petit, les cheveux bruns et les yeux verts. Il travaillait dans un collège de sa ville en tant que professeur de sciences, il s’occupait des élèves de troisième. Dans cette classe se trouvait Roucky, un élève roux avec des lunettes, grand et le visage remplis de boutons. Celui-ci s’amusait à persécuter son professeur de sciences en lui jetant des crottes nez dessus lorsqu’il avait des mauvaises notes, mais ses crottes de nez étaient en réalité des poux verts qui parlaient. Quand Minot en recevait, il entendait donc des voix qui le menaçait de dévoiler sa liaison secrète avec Blondine, le professeur de musique, une petite dame blonde qui portait des lunettes mais quand elle les enlevé, elle louchait ce qui provoqué beaucoup de moqueries. Roucky avait aperçue ses deux professeurs s’embrasser en cachette dans la cour de récréation. Depuis il décida de leur pourrir la vie à l’aide de ses crottes de nez poux.

 

Un jour Minot arriva en cours bien déterminé à se venger de ce petit roux qui l’embêtait sans cesse, à peine ses affaires à terre que Roucky lui jeta ses crottes de nez sur le visage ce qui provoque une colère noir de sa victime, il se mit à crier comme un hystérique, il prit ses affaires et rentra chez lui. Arrivé à sa maison, il monta dans sa chambre et décida de s’allonger pour se calmer. Il commença à s’endormir quand une petite voix résonna dans sa tête, c’était les fameux poux de tout à l’heure que Roucky lui avait jeté, ces voix disaient en répétition : « On t’a vu avec Blondine ! ».

 

Blondine ayant vu son petit ami s’enfuir du collège, elle le rejoignit sachant déjà qu’il était rentré chez lui. Quand elle arriva, Minot lui expliqua son problème des crottes de nez magique ce qu’il lui hantait les pensées. Motivé grâce à sa petite Blondinette, ils retournèrent au collège main dans la main pour avoir une explication avec Roucky.

Enfin devant toute la classe en présence du directeur, le couple se mit à s’embrasser passionnellement, les élèves furent choqués et surtout Roucky. Après ça, Minot décida de lui filer une bonne leçon qui l’effraya et lui permit d’avouer son secret des crottes de nez magique et il expliqua également que celle-ci parlait à sa volonté. Le directeur, furieux et ayant honte du comportement de l’un de ses élèves de son établissement, il prit la décision de le renvoyer. Roucky partit en pleurant.

 

Minot retrouva le sourire et l’envie de travailler, il demanda la main de Blondine car grâce à elle il était un homme heureux et elle lui fit oublier le mauvais temps qu’il avait passé.

 

FIN.

 

 

La face cachée de Rolo

Il était une fois un homme qui avait de belles maisons à la ville et à la Campagne. Rolo, un bucheron éloigné de toute civilisation dû à son insociabilité, à préféré se retiré de la ville, Haugesund en Norvège, tout le monde le croit mort depuis. Il vit seul et se nourrit seul en chassant. La traque et l’agriculture son ses seuls amis. Depuis peu de temps, Rolo entends des bruits la nuit, des hurlements en en faire frissonner un cochon et s’interroge. Il décida, si cela recommence, de partir en quête de ce mystère. Un soir, les bruits retentissent, Rolo part…

La peur le gagne, la chair de poule s’empare de lui, les bruits de plus en plus fort et grave se font entendre, armé de l’épée de son grand-père. Cette lame tenait en elle un secret, elle retient l’ame et la force de ses victimes.

Tout à coup, Rolo arriva dans un endroit profond dans la forêt, il n’avait jamais été aussi loin dans cette forêt, il était effrayé, un immense palais tailler dans la montagne se leva devant lui. Il se rendit compte que les horrible bruits venait d’ici. Dès son entré dans la palais, il vit un sorcier qui tenait a peine sur lui-même, les mains ridée, il ne vit que ses mains car son corps était entierrement recouvert d’une cape noire, il ne vit pas son visage, seul sa voix était puissante, c’estsa vois qu’il entendait depuis chez lui.

Le sorcier pratiquait une magie noire épouventable, au moment où Rolo arriva, il avait fini… Un dragon énorme est revenu à la vie juste derriere lui. Armer de son épée magique, il embrocha le sorcier pour qu’il cesse ses plans maléfiques, apres 4 heures de lutte, Rolo n’avait toujours pas trouvé la faiblesse de se dragon, soudainement il se souvint d’une vieille légende où le dragon avait une faiblesse, quand il crache ses flammes, c’est le moment où il faut alors l’attaquer sur le haut de son crâne. Rolo prit son courage à deux mains et sauta au moment indispensable, frappa d’un coup si fort qu’il aurait pu trancher un arbre de la cîme au tron en un seul coup. La tête couper en deux la cervelle étaler sur le sol. Le dragon est mort pour de bon.

Rolo chercha ce que le dragon et le sorcier pouvaient bien cacher. Il trouva une chambre, epargner par les desastres du temps où était enfermer une princesse, elle avait été prise en otage pour que le roi libère deux sorcier emprisonner pour des fait bien plus étrange.

A son retour a Haugesund, dans le château du roi, le roi était si heureux de revoir sa fille saine et sauve qu’il donna l’odre de dresser un immense buffet a l’honneur de Rolo. Depuis ce jour, il à été fait Main du roi et la main de sa fille lui a été offerte, Rolo eu une reconnaissance immanquable de la part de tout le pays. Tout ça, lui fit oublier le mauvais temps qu’il avait passé auparavant.

 

 

Ce qu’il faut retenir de cette histoire est de ne pas rejetté les personnes sans avoir appris à les connaître.

FIN

Damien et Pierre

 

 

 

 

 

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

Bilan de l’année par les premières bac pro ASSP

mot de la prof:

C’était une année de bavardages à 33 mais surtout de bons moments avec une classe très très sympa….

Ce que vous avez préféré cette année:

 » les week-end!!!! »

 » les cours sur le fantastique et  la lecture des contes »

 » la visite du mémorial: sortir du lycée , c’est cool et l’Histoire proche de nous c’est intéressant « 

« les films étudiés »

les PFMP en Angleterre: 6 élèves ont fait leur stages à Norwood: une belle expérience!!

=> Appréhender une manière différente d’éduquer: les tout petits ont des acquis plus tôt ( langage, écriture, lecture…)( plus de régularité et d’organisation )

LA sortie à JERSEY: des paysages magnifiques  et des maisons impressionnantes et des supers boutiques …..

ce que vous avez détesté:

Lire!!!

La réunification des deux secondes est un échec: il y a deux groupes qui ne se parlent pas!

les profs et l’organisation!!!

Les stages: certains ont découvert que l’aide aux personnes n’est pas une vocation! La routine, la pénibilité du travail et certaines images choquantes. L’ambiance du travail d’équipe entre adulte pas toujours agréable .

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

les cours de français le jour du carnaval…..Séquence sur le langage et l’imaginaire……

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

Un exemple de travail en AP: comment comprendre et approfondir grâce au cinéma:

identité, diversité: étude du majordome

 

L AP est un temps d’échange, de retour sur ce qui est vu en classe, de recherches personnelle…un temps pour apprendre comme on veut!

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

chantier 21: CECI N EST PAS UNE CONFÉRENCE 2016

présentation de la troupe

En AP pour les Terminale cette année: expérimenter les cours de Lettres:

Toute la classe de terminale a pu cette année expérimenter la mise en scène du langage grâce à la troupe CHANTIER 21.

Le premier groupe à travailler sur la parole spontanée et sa mise en scène :

Qu’avez-vous envie de dire…. ?

 

A propos de vous

A propos du monde

 

On ose pas devant les autres

 

J ai faim               Presque Noël

 

Trop de travail             Angoisse

 

La fatigue               Partir d’ici

 

Vivement l’autre stage

 

C’est bientôt le bac blanc et on flippe

 

Fatigué par le travail

 

LA FATIGUE

 

Trop de monde en classe

 

La peur       Trop de guerre

 

Trop de pollution

 

Les attentats du 13 Novembre

 

Le monde s’écroule et a peur

 

Trop d’indifférence

 

Il y a trop de terroristes

 

Attentats

J’ai envie de dire : OPTIMISTE !

 

quelques images

posted by bac pro NDF in Art,experiences and have No Comments

Héros, anti-héros , super héros…pas si simple: la figure du vampire au cinéma

Dans le cadre de l’AP et de l’approfondissement du cours les élèves de seconde ASSP sont amenés à s’interroger sur la figure du vampire.

A travers TWILIGHT pour un des groupe et DRACULA de FF Coppola pour les 3 autres groupes, les élèves se changent en critiques de cinéma…

 

Leurs articles vous sont présentés au fur et à mesure : ( bonne lecture 🙂 )

 

Alexandra D affirme après le visionnage:

Ce film plait aux adolescents car ils sont plus sensibles à la naissance d’une romance impossible entre une humaine et un vampire.

Cette histoire fait rêver les jeunes filles….

 

 

Pour Fanny D:

Twilight I raconte une histoire d’amour entre Bella ( l’humaine) et Edward ( le vampire).

Tout commence dans un lycée, lorsque Bella essaie de rencontrer Edward et de connaitre son secret……..

UNE HISTOIRE D AMOUR SPÉCIALE COMMENCE


C’est un film fantastique qui plaît surtout aux adolescents grâce à l’amour: un amour que personne ne peut imaginer entre une humaine et un vampire.

Des millions de fans ont été intéressés et fascinés par ce film.

Avec parfois quelques déception, on peut regarder le film plusieurs fois sans ennui.

Edward ne respecte pas le règlement vampire car il tombe désespérément amoureux d’une humaine. Il la respecte et refuse de donner une image de monstre !

Hugo le seul garçon du groupe affirme quant à lui :

Ce film est un « teen-movie » car le public visée est celui des lycéens.

le héros est un vampire pas comme les autres car il ne va pas tuer d’humains: il va protéger sa belle qui est humaine.

Cette  saga a pris une grosse ampleur mais reste très décevante!

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments

Concours de nouvelles 2016: les premières bac pro s’affrontent

Cette année 1 SPVL et 1 ASSP s’affrontant dans un concours de nouvelles..les règles sont simples: 1 semestre pour écrire un conte ou une nouvelle…un jury composé d’enseignants et de personnel OGEC désignera le vainqueur.

Les nouvelles vous seront toutes présentées dès qu’elles seront terminées….

 

Mme CAYOT

posted by bac pro NDF in experiences and have No Comments