Tous les billets de la catégorie ‘Actualité politique’

Quelles différences entre la droite et la gauche ?

mercredi 21 mars 2012

La droite et la gauche expliquées à ma fille

Le Monde.fr | 20.03.2012 – Par Patrick Moynot, maître de conférences à Sciences Po Paris

La campagne présidentielle n’enthousiasme personne, et surtout pas les jeunes. Au lycée, qu’ils votent ou non, les adolescents sont au mieux perplexes, au pire indifférents. Dans les deux cas ce n’est pas satisfaisant car ce qui se joue est malgré les apparences un débat d’idées qui mérite leur attention. Au-delà des discours caricaturaux, il est important de leur expliquer sereinement ce qui au fond différencie réellement Nicolas Sarkozy de François Hollande, et de façon plus générale la « droite » de la « gauche ».

Voici quelques repères pour répondre à leurs questions.

Il est utile de leur rappeler, d’abord et avant tout, que tous les candidats, quelque soit leur parti, ont pour ambition de rendre les gens heureux. Oui, même Marine Le Pen. La seule réserve, dans son cas, consisterait à dire que sa cible est moins large : dans « les gens », elle range sans doute moins de monde que les autres candidats. Mais l’ambition demeure : les programmes prétendent tous améliorer la vie des gens. Il n’y a pas la méchante droite d’un côté, et la gentille gauche de l’autre, ou inversement. Les extrêmes n’y échappent pas, qui proposent toutefois des méthodes un peu plus radicales pour y parvenir.

Car ce sont les méthodes qui font la différence, les moyens à mettre en œuvre. S’agissant des principaux partis en lice, c’est même une différence de vision du monde, qui se traduit par l’ordre dans lequel ils placent l’individu et la société, c’est-à-dire le collectif.

Pour le dire en quelques mots et proposer à nos adolescents une formule qui résume bien le débat : la droite pense que pour que la société aille mieux, il faut que les individus aillent mieux. La gauche pense à l’inverse que pour que les individus aillent mieux, il faut que la société aille mieux.

La droite part de l’individu et considère qu’une société harmonieuse est le fruit, ou la somme, de la réussite ou du bien-être individuel. La gauche fait le chemin inverse, en considérant qu’il ne peut y avoir de bien-être individuel qu’au sein d’une société harmonieuse. La réussite collective précède et conditionne la réussite individuelle. C’est une distinction fondamentale qui traverse la science économique, la sociologie, et l’ensemble des sciences humaines. Il est logique qu’on la retrouve dans le champ politique.

Détaillons un peu.

Pour la droite, l’initiative individuelle est le moteur de la société. C’est elle qu’il faut favoriser, à qui il faut donner les moyens de son épanouissement. Le désir de réussir, l’envie de s’enrichir, la volonté de s’élever socialement : voilà des motivations que la droite reconnaît comme les principaux moteurs de l’action.

Elle s’interdit de porter un jugement moral : l’avidité ou l’appât du gain n’ont pas à être condamnés puisque la fameuse « main invisible » se charge de transformer ces vices privés en vertus publiques. Les mécanismes sont connus : la volonté de réussir provoque le besoin de s’instruire, de créer des entreprises, d’innover, ce qui au final crée de la croissance, des emplois et plus généralement de la richesse. Celle-ci peut alors être plus ou moins redistribuée par l’Etat, au travers de dispositifs comme la sécurité sociale, l’assurance chômage, l’enseignement, ou les infrastructures collectives.

La limite de ce raisonnement, c’est que ça ne marche pas aussi bien que prévu. La gauche pointe précisément cette faiblesse : depuis 20 ans en particulier, la richesse créée par la croissance n’a profité qu’à une très petite minorité, ce qui a conduit à une explosion des inégalités entre les classes aisées et les classes modestes. Elle réclame en conséquence davantage de régulation : en clair, que l’on cesse de se reposer sur l’initiative individuelle en pensant que les problèmes collectifs se résoudront d’eux-mêmes grâce à la main invisible.

La gauche propose en effet d’inverser la perspective. Elle constate que tout le monde ne part pas dans la vie avec les mêmes armes et que le mécanisme de la main invisible ne peut fonctionner que si chacun démarre avec le même bagage, dans le même contexte.

Elle propose de commencer par travailler ce contexte, afin que chacun dispose d’un capital de départ financier, culturel, symbolique, à peu près équivalent. C’est la raison pour laquelle les questions d’éducation, de protection sociale, d’infrastructure, de logement etc. sont si présentes dans son discours, là où la droite parle plus volontiers d’aider les entreprises et les entrepreneurs, ou met en avant « la France qui se lève tôt ».

A gauche, on n’hésite pas à justifier cette prééminence du collectif par des jugements moraux, contrairement à la droite. Considérant que le raisonnement politique doit s’imposer au raisonnement économique, elle considère certains comportements économiques comme clairement immoraux et entend encadrer davantage l’activité, afin de remettre l’économie volontairement au service de la société, et non mécaniquement par le biais de la main invisible.

Ce faisant, elle prend le risque de l’angélisme, qui consiste à ne pas reconnaître la réalité des comportements individuels en pariant sur une humanité vertueuse.

C’est la limite que pointe la droite : l’expérience montre que les réussites, qu’elles soient individuelles ou collectives, n’ont que peu à voir avec les bons sentiments. De surcroît, dans un contexte mondialisé et encore très déséquilibré entre les riches démocraties du Nord et les nombreux pays du Sud qui aspirent eux aussi à la prospérité sans avoir le même niveau d’exigence sociale, c’est prendre un risque important.

Chacune des visions porte naturellement une part de vérité et une part d’exagération. Aucune n’est suffisante et nos adolescents doivent en être conscients. Que cela ne les empêche pas de pencher d’un côté ou de l’autre. L’important, c’est de comprendre les termes du débat, et d’y participer.

Tags :

L’accord sur la dette fédérale américaine est un « désastre », selon Krugman

mardi 2 août 2011

On s’en doutait, mais PAUL KRUGMAN, grand économiste progressiste, et Prix Nobel d’économie 2008, nous le confirme : l’accord trouvé in extremis entre Démocrates et Républicains hier soir, en vue d’augmenter le plafond de la dette fédérale américaine, n’a rien d’une bonne solution.

Le président OBAMA peut apparaître comme celui qui a surmonté le blocage – ce qui est bon pour son image et sa crédibilité, pour la prochaine élection présidentielle – mais il voit sa politique complètement dénaturée par les concessions très importantes (et qui auraient pu être évitées en anticipant il y a plusieurs mois) faites à l’aile la plus dure des Républicains (cad. la plus ultralibérale, hostile à toutes les dépenses de l’Etat et tous les impôts) : le « Tea Party ».

Paul Krugman : « L’accord (sur la dette américaine) est un désastre »

01-08-11 à 14:01 par la rédaction de Challenges.fr

Avec l’accord sur le relèvement du plafond de la dette américaine survenu dimanche, les Etats-Unis auraient évité la catastrophe. Faux, répond le prix Nobel d’économie 2008.

Paul Krugman (c) Sipa Paul Krugman (c) Sipa

Alors que les investisseurs célèbrent l’accord entre Démocrates et Républicains sur le relèvement du plafond de la dette par une reprise sur les marchés, le célèbre chroniqueur économique du New York Times, Paul Krugman, fustige ce lundi 1er août une « capitulation » du président Barack Obama et prédit des conséquences désastreuses sur l’économie américaine.

« L’accord, compte tenu des informations disponibles jusqu’à présent, est un désastre, et pas seulement pour le président Obama et son parti. Il causera des dommages à une économie déjà en crise. Cela va probablement aggraver, et non améliorer, le problème de déficit des Etats-Unis sur le long terme », s’inquiète le Prix Nobel d’économie 2008. Et de prédire plusieurs années de déclin pour l’activité américaine.

Barack Obama, otage des extrémistes Républicains

« Les termes de l’accord s’apparentent à une abjecte capitulation de la part du président. D’abord il va y avoir de grosses coupes dans les dépenses mais aucune augmentation des recettes. Ensuite, une commission spéciale du Congrès rendra un avis sur les réductions budgétaires supplémentaires à envisager. Et si ces recommandations ne sont pas acceptées, il y aura automatiquement des coupes supplémentaires », s’insurge celui qui vilipende souvent la politique du président américain depuis son élection.

Barack Obama capitulerait-il trop facilement face à ses opposants ? Oui, répond sans hésiter Paul Krugman, pour qui ce scénario n’était pas inéluctable. Le président américain n’a pas su anticiper les problèmes de la dette américaine, selon l’économiste. A commencer par la réaction des Républicains, traditionnellement hostiles à tout accord avec leurs rivaux démocrates. Le président des Etats-Unis « aurait dû dès décembre demander un relèvement du plafond de la dette ». Au final, c’est bel et bien le président Obama qui s’est retrouvé pris en otage, forcé de négocier et d’abdiquer au profit des « extrémistes de l’aile droite politique »

La rigueur budgétaire fustigée

Alors que l’accord prévoit une réduction des dépenses de 2.500 milliards de dollars, l’économiste tance la rigueur budgétaire. « La pire chose que vous puissiez faire dans ces circonstances est de réduire les dépenses du gouvernement, car cela aggravera encore plus la dépression économique. Ne tenez pas compte de ceux qui invoquent la fée ‘confiance’, et qui prétendent que la rigueur budgétaire rassure les investisseurs et les consommateurs, les encourageant à dépenser plus. Cela ne marche pas comme ça, l’Histoire l’a déjà prouvé de nombreuses fois », écrit-il, avant d’ajouter: « Ceux qui demandent aujourd’hui des coupes dans les dépenses sont comme les docteurs du Moyen-âge qui traitait les malades en les saignant, les rendant au final encore plus malades.

« Ne vous y trompez pas, nous assistons ici à une catastrophe sur plusieurs niveaux ». Economique et politique, précise l’économiste, les Démocrates venant de prouver qu’ils étaient incapables de faire pression sur leurs opposants Républicains. Mais pire encore, s’inquiète Paul Krugman, « comment la démocratie américaine peut-elle fonctionner quand un parti, suffisamment préparé pour être impitoyable et pour menacer la sécurité économique de la nation, parvient à dicter sa politique ? »

Tags : , ,

La politique aujourd’hui : le « storytelling »

mardi 21 juin 2011

UN DOCUMENTAIRE SUR UN SUJET PASSIONNANT dans le domaine de la communication politique : la technique du « STORYTELLING » (mettre en scène une action, une campagne de communication, sous la forme d’une histoire qu’on raconte, comme un feuilleton, un récit, une épopée…)

On peut ainsi vendre un « candidat », ou même une guerre, et manipuler les foules avec les mêmes techniques utilisées pour lancer une nouvelle voiture ou un film de cinéma… La réalité et la fiction se confondent, avec parfois des dérives terribles (comme lors de la guerre en Irak) :

1ère partie :

2ème partie :

3ème partie :

Tags : , , ,

Une sociologue à propos de l’affaire DSK

lundi 23 mai 2011

UN TEXTE D’UNE GRANDE SOCIOLOGUE SPECIALISTE DE LA FAMILLE, IRENE THERY, pour prendre du recul face à l’événement, et réfléchir…

La femme de chambre et le financier, par Irène Théry

LEMONDE.FR | 23.05.11

Ce matin du dimanche 15 mai, la surprise, l’incrédulité et la consternation nous ont littéralement saisis. Face à une forme inédite d’adversité politique et morale, on a senti partout le besoin de se hausser à la dimension de l’événement comme pour conjurer, dans l’union sacrée d’un silence suspendu, l’image salie de notre pays. Passé ce moment d’étrange stupeur, le débat a repris ses droits pour explorer ce qu’on nomme désormais  » l’affaire DSK « . Dans le maelstrom des commentaires, comment s’y retrouver ? Si l’on se souvient que l’enjeu de tout cela n’est pas de jeter aux chiens la vie privée ou la personnalité d’un homme à terre, mais une inculpation sexuelle précise dans le cadre d’une procédure criminelle définie, on aperçoit qu’un clivage nouveau est apparu dans le débat français. Evident d’une certaine façon, tant on s’accuse mutuellement aujourd’hui de n’avoir de considération que pour un maître de la finance mondiale ou de compassion que pour une pauvre femme de chambre immigrée, il n’est pourtant pas si simple à comprendre.

D’un côté, il y a ceux qui soulignent avant tout la valeur fondamentale de la présomption d’innocence à laquelle a droit l’auteur allégué des faits. Ils ont semblé, dans les premiers jours, si majoritaires parmi les ténors qui font l’opinion en France et si indifférents au sort de la victime présumée qu’on n’a pas manqué de les traiter de défenseurs patentés de l’ordre patriarcal. Il est vrai que des réflexes machistes assez cognés ont fleuri ici et là pour défendre à leur manière l’innocence virile : « il n’y a pas mort d’homme », « un troussage de domestique »… Mais on aura peine à nous faire croire que ces insanités d’un autre âge soient le révélateur providentiel d’un complot masculin caché sous la défense intransigeante des droits des justiciables. Ce n’est pas la défense des mâles dominants qui est préoccupante chez ceux qui croient trouver dans la présomption d’innocence la boussole unique guidant leurs réactions; c’est plutôt un certain aveuglement mental aux défis nouveaux surgis du lien social contemporain.

Car de l’autre côté, il y a ceux – au départ plus souvent des femmes, féministes et engagées – qui s’efforcent de porter au plus haut des valeurs démocratiques une forme nouvelle de respect de la personne, qui n’a pas encore vraiment de nom dans le vocabulaire juridique, et qu’on pourrait appeler son droit à la présomption de véracité. C’est la présomption selon laquelle la personne qui se déclare victime d’un viol ou d’une atteinte sexuelle est supposée ne pas mentir jusqu’à preuve du contraire. Le propre des agressions sexuelles, on le sait, est qu’à la différence des blessures ou des meurtres, leur réalité  » objective «  ne s’impose pas d’elle-même aux yeux des tiers. Ont-elles seulement existé ? Avant même qu’un procès n’aborde les terribles problèmes de la preuve et de la crédibilité des parties en présence, la question spécifique que posent ces affaires judiciaires s’enracine très exactement là : ce qui est en jeu au départ n’est jamais seulement la présomption d’innocence du mis en cause, mais la possibilité même qu’une infraction sexuelle  alléguée prenne assez de réalité aux yeux de tiers qualifiés pour ouvrir la procédure. Cette possibilité passe en tout premier lieu par la possibilité donnée à une victime présumée d’être vraiment écoutée. On accueille de mieux en mieux, dans nos commissariats, les victimes sexuelles qui déposent plainte. Mais sommes-nous prêts, dans la culture politique française, à considérer la présomption de véracité  comme un véritable droit ? Rien n’est moins sûr.

C’est pour cette raison que nombre de nos concitoyens ont eu le sentiment pénible qu’en France, on n’avait pas accordé à Madame Diallo un respect égal à celui qui fut témoigné à son agresseur présumé, Dominique Strauss-Kahn. Cette situation choquante n’est pas d’abord un problème de morale personnelle, mais de justice et d’institutions communes. On l’entrevoit bien : présomption d’innocence et présomption de véracité sont aussi cruciales l’une que l’autre pour bâtir une justice des crimes et délits sexuels marchant sur ses deux pieds. Mais pour le moment, nous ne les distinguons pas clairement et savons encore moins comment les faire tenir ensemble. Tout se passe alors comme si on ne pouvait choisir l’une que contre l’autre. En se targuant de respecter les grands principes pour DSK au moment où il était cloué au pilori, les partisans sincères de la présomption d’innocence n’ont pas vu qu’ils bafouaient au même instant la présomption de véracité à laquelle avait droit la jeune femme qui l’accuse de l’avoir violentée.

C’est pourquoi il est vain de croire que nous échapperons aux questions de plus en plus fortes que nous posera dans l’avenir la lutte sans merci du coupable allégué et de la victime présumée du Sofitel de New-York, en faisant le procès de la procédure accusatoire américaine. Au moment le plus dramatique de l’affaire d’Outreau on avait, face aux mêmes dilemmes, fait le procès symétrique : celui de la procédure inquisitoire à la française. L’aurait-on déjà oublié ? Pour construire un jour une façon de tenir ensemble les deux présomptions opposées, le premier pas est d’accepter de penser la spécificité des questions sexuelles, et d’élargir le champ de nos réflexions pour reconnaître les responsabilités collectives nouvelles que nous confère, à nous citoyens des démocraties occidentales, les mutations profondes qui ont lieu aujourd’hui.

La France donne souvent aux autres pays le sentiment d’être politiquement  » en retard «  sur les questions de sexe, de genre, de sexualité. Sans aborder ici cette vaste question, soulignons simplement que le procès de New-York ne doit pas nous enfermer dans une frilosité défensive au prétexte des clichés anti-français qui pleuvent sur nous depuis quelques jours. Au contraire, il devrait être l’occasion de nous emparer collectivement des grande questions sociales, historiques et anthropologiques qui sont l’horizon de sens commun à tous les procès pour crimes ou délits sexuels, en France comme ailleurs. En général, nous n’avons d’yeux que pour les ressorts psychologiques des transgressions sexuelles comme si nous ne voulions pas voir qu’elles ont lieu dans le contexte de mutations profondes des valeurs et des normes censées faire référence pour tous. Or, sous l’égide de l’égalité croissante des sexes, nous vivons aujourd’hui des bouleversements sans précédent du permis et de l’interdit sexuels. Les procès pour viol, qui se multiplient partout aujourd’hui, sont à la fois l’expression de ces mutations démocratiques et le symptôme de leur caractère inassumé.

Considérer le viol comme un crime, prendre au sérieux les atteintes sexuelles, participe directement du refus contemporain de l’ordre sexuel matrimonial traditionnel, construit sur la condamnation de la sexualité hors mariage, la diabolisation de l’homosexualité, la double morale sexuelle et la division des femmes en deux catégories : épouses honorables et filles perdues, mères de famille légitimes et filles-mères parias, maîtresses de maison respectées et domestiques qu’on  » trousse « . Comme l’a montré Georges Vigarello dans son Histoire du viol, celle-ci se déploie toujours à la croisée de l’appartenance sociale des individus et des statuts respectifs des hommes, des femmes et des enfants dans une société. Notre attachement à punir ce crime est la trace en creux de la valeur centrale que nous accordons non plus au mariage mais au consentement dans le grand partage entre le permis et l’interdit sexuels.

Mais les procès pour viol d’aujourd’hui sont aussi symptomatiques des ambiguïtés du changement, tant ils donnent à voir le vide sidéral que nous avons laissé se développer en lieu et place d’une civilité sexuelle renouvelée, capable d’irriguer la vie ordinaire de nos sociétés et d’inscrire la sexualité au sein d’un monde humain certes pluraliste, mais qui demeurerait un monde commun. C’est la rançon de l’idéologie individualiste et mercantile, qui transforme ce monde en une collection insignifiante d’individus autarciques bons à consommer. Le consentement, coeur de la nouvelle normalité sexuelle, est ainsi à la fois la solution et le problème. Consentir, oui, mais à quoi ? Pourquoi ? Et quand le refus de tout consentement s’est exprimé loin des regards, comment passer à sa dimension publique, sociale, juridique ? Concentrant toutes ces questions, nous interrogeant directement sur la solidité de nos valeurs communes, le procès de New-York incarne à sa manière le changement démocratique. Mais il peut devenir aussi un de ces moments périlleux où, pour reprendre l’expression de Marcel Gauchet,  la démocratie se retourne  » contre elle-même «  .

Pour prendre la mesure du ressort proprement sociologique de ce risque, il faut revenir à la sidération initiale qui fut la nôtre, et qu’une semaine de débat a déjà recouverte. L’image première qui nous a saisis ne s’arrêtait pas au seul DSK. C’était le choc de deux figures, deux symboles, deux incarnations si extrêmes des inégalités du monde contemporain, que la réalité semblait dépasser la fiction. Elle, une femme de chambre immigrée d’origine guinéenne, pauvre, vivant dans un logement social du Bronx, veuve, mère de famille monoparentale. Lui : un des représentants les plus connus du monde très fermé de la haute finance internationale, une figure de la politique française, de l’intelligentsia de gauche, une incarnation aussi, de la réussite sociale, de l’entre-soi des riches et de la jouissance facile. La femme de chambre et le financier, ou le choc de celui qui avait tout et de celle qui n’était rien.

Dans ce face à face presque mythique, les individus singuliers disparaissent, absorbés par tout ce qu’incarnent les personnages. C’est pourquoi il y a quelque chose d’épique dans ce qui s’est passé. En prenant en considération la parole d’une simple femme de chambre et en lui accordant la présomption de véracité, la police new-yorkaise n’a pas seulement démontré qu’elle pouvait en quatre heures renverser l’ordre du pouvoir et saisir au collet le puissant financier. Elle a aussi mis en scène une sorte de condensé inouï des incertitudes, des injustices et des espoirs de notre temps, et engagé un processus où vont venir s’engouffrer toutes les passions qui meuvent les sociétés démocratiques. Au risque de transformer tragiquement deux individus, inégaux à l’extrême, en boucs émissaires de nos désirs frustrés, de nos peurs ancestrales, de nos haines inassouvies.

Irène Théry, directrice d’études à l’EHESS

Tags : , , , ,

Pour sortir des clichés sur l’immigration

samedi 14 mai 2011

Immigrés: une boîte à outils pour répondre à Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy

Un travail de contre-expertise de longue haleine à visée utilitaire. Entre juin 2010 et mars 2011, une trentaine de personnalités – des économistes, des juristes, des historiens, des sociologues, des acteurs associatifs, des syndicalistes, des responsables patronaux, des hauts fonctionnaires et des représentants d’organismes internationaux – ont été auditionnées sur les questions d’immigration par l’association Cette France-là et des parlementaires, surtout de gauche, et un peu de droite. Objectif: prendre Nicolas Sarkozy au mot de sa «culture du résultat» et évaluer la politique mise en œuvre depuis le début du quinquennat.

Mediapart a accompagné cette initiative en mettant en ligne l’ensemble des vidéos des auditions, jugeant précieuse leur valeur documentaire (pour les regarder, cliquer ici). En vue de l’élection présidentielle de 2012, le rapport de synthèse rédigé par Cette France-là (pour le lire, cliquer là) s’apparente à une boîte à outils pour lutter contre les stéréotypes et les contrevérités assenées dans l’espace public. Les élus ont communiqué leurs conclusions de leur côté ce mercredi 11 mai (pour les consulter, cliquer ici), alors que le projet de loi Besson-Hortefeux-Guéant devrait être définitivement adopté à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Pour le collectif Cette France-là, créé en 2007 par des universitaires, des journalistes et des militants associatifs, «l’immigration est un faux problème, à la fois mal informé et mal posé: ses prémisses ne résistent pas à l’analyse. Nos gouvernants le reconnaissent d’ailleurs implicitement, en déplaçant sans cesse la question pour la relancer – de l’immigration irrégulière à l’immigration dite “subie”, et aujourd’hui à l’immigration légale, en même temps qu’aux Français naturalisés, voire d’origine étrangère».

Y a-t-il trop d’immigrés en France? Coûtent-ils trop cher aux finances publiques? Font-ils baisser les salaires? Recension des questions telles qu’elles sont posées et instrumentalisées, de Marine Le Pen à Claude Guéant et parfois jusqu’au PS, et des argumentaires pour y répondre. Les bibliographies des personnes citées sont détaillées ici.

1. Y a-t-il trop d’immigrés en France?

«Il y a à peu près 200.000 étrangers supplémentaires qui sont autorisés à séjourner en France, cela représente, il faut s’en rendre compte, la taille d’une ville comme Rennes, par exemple. Mon objectif, c’est de réduire ce nombre de 20.000», a déclaré Claude Guéant, sur TF1 le 15 avril 2011, tandis que Marine Le Pen plaide pour l’immigration zéro. Décrivant un «monde de sédentaire», le géographe Gildas Simon a rappelé, lors de son audition, que le nombre des migrants internationaux s’élève aujourd’hui à peu près à 230 millions de personnes, dont 200 millions en situation régulière, selon la division de la population de l’ONU, soit 3,3% de la population mondiale.

À propos de l’immigration en provenance d’Afrique subsaharienne, qui constitue un objet d’inquiétude récurrent de Nicolas Sarkozy («Il y a 475 millions de jeunes Africains qui ont moins de 17 ans. La France est à 14 kilomètres de l’Afrique, par le détroit de Gibraltar», avril 2008), le démographe Cris Beauchemin dément l’image de l’Afrique terre d’exode. Les arrivées de migrants subsahariens se sont certes intensifiées depuis les années 1970, mais la part des Subsahariens demeure minoritaire parmi les immigrés: en France, elle s’élevait à 12 % en 2004, alors que 35 % d’étrangers venaient de l’Union européenne, 31 % du Maghreb et 17 % d’Asie. En nombre, l’Hexagone se situe dans la moyenne européenne (5,2 millions en 2008, soit 8,4% de sa population).

L’économiste Joël Oudinet précise par ailleurs qu’«on estime entre 200 et 400.000 le nombre d’étrangers en situation irrégulière en France. 400.000 personnes, cela représente 0,6 % de la population française. La proportion est équivalente au Royaume-Uni. Elle est de 1,2 % en Allemagne, de 1,1 % en Italie et de 3,2 % en Espagne». En matière d’entrées et de sorties, la France figure parmi les pays développés qui ont accueilli la plus faible proportion d’immigrés. «Entre 1995 et maintenant, indique l’économiste, la part des étrangers en Espagne a augmenté 6 fois plus vite qu’en France; au Royaume-Uni, 3,5 fois plus vite; en Allemagne, 1,8 fois plus vite qu’en France; 5 fois plus vite aux États-Unis.» Joël Oudinet soutient même que la France est, «avec le Japon, un des pays riches qui a le plus maintenu ses frontières closes».

Non seulement il n’y a pas trop d’immigrés mais les flux ne doivent pas se tarir. Nombre de pays de l’Union européenne verraient leur population baisser sans cet apport. La France n’est pas dans cette situation, en raison du nombre élevé des naissances. Mais elle ne peut pas se passer d’immigration. Le seuil de remplacement de la population étant de 2,1 alors que son taux de fécondité est de 1,8, il manque 100.000 naissances par an pour assurer le remplacement des générations. «Un flux migratoire d’une ampleur à peu près comparable permet de combler ce déficit», souligne l’économiste Didier Blanchet. Soit 100.000 entrées nettes par an, ce qui correspond au rythme actuel des entrées et sorties (le chiffre de 200.000 avancé par Claude Guéant ne correspond qu’aux entrées sans tenir compte des sorties du territoire).

2. Les immigrés sont-ils trop peu qualifiés?

C’est l’une des idées reçues les plus tenaces. Selon l’Insee, la part des immigrés diplômés de l’enseignement supérieur est passée de 12 à 25% entre 1990 et 2007. Elle se rapproche donc désormais de celle des natifs (29% en 2007). Au cours de la même période, la proportion des immigrés dépourvus de diplômes a chuté de 53 à 37%, même si elle reste trois fois supérieure au pourcentage des natifs sans diplôme. «Les Subsahariens sont plus diplômés du supérieur que la moyenne des immigrés, et plus diplômés du supérieur que la moyenne des personnes qui vivent en France métropolitaine», indique Cris Beauchemin, même si les femmes sont, elles, moins bien loties.

Cette situation contredit l’idée selon laquelle la «misère du monde» se presserait aux frontières de la France. Elle s’explique par le fait que l’émigration, en particulier du Nord vers le Sud, est coûteuse. Selon le spécialiste des migrations et de l’économie du développement, El Mouhoub Mouhoud, la mondialisation des échanges a contribué à une augmentation sensible de ses coûts, car, contrairement aux autres composantes de la mondialisation, à savoir le commerce, les investissements directs à l’étranger, les mouvements de capitaux et les transferts de technologie, on constate que la circulation des personnes n’a pas ou peu été libéralisée.

À la différence des migrations «fordistes» des années 1950 et 1960, ce sont les migrants eux-mêmes, et non pas les entreprises, qui assument le coût de la mobilité. Il en résulte que les candidats à l’émigration ne se recrutent pas parmi les moins bien dotés en capitaux financier, humain et social.

3. Les immigrants sont-ils trop «différents»?

Quand il remet au goût du jour la notion controversée d’«assimilation», lors d’un récent séminaire gouvernemental à Matignon, Claude Guéant préconise l’acculturation des immigrés, c’est-à-dire l’abandon de leurs habitudes d’origine. Nombre de responsables de la droite gouvernementale et d’extrême droite disent, plus ou moins ouvertement, que les populations récemment immigrées, seraient difficiles à «intégrer». Leurs mœurs les empêcheraient d’adhérer aux valeurs républicaines de laïcité et d’égalité entre les sexes. C’est ce qui ressort des différentes polémiques, utilisées comme des chiffons rouges, sur les prières de rue, le niqab ou la polygamie.

L’historien Gérard Noiriel montre que ce type d’assertion est récurrente, en particulier dans les périodes de crise économique et sociale où les inégalités se creusent et où les gouvernants sont impuissants à répondre à la peur de la pauvreté ou du déclassement éprouvée par les classes populaires.

Dès les années 1880, les Italiens travaillant en France se voient reprocher leur supposé défaut d’«assimilation». Dans Immigration, antisémitisme et racisme en France, l’historien décrit comment la rhétorique des années 1930 joue de l’opposition entre les «bons» immigrés d’avant et leurs successeurs considérés comme peu ou difficilement intégrables. Les travaux scientifiques invalident ces préjugés: en analysant des critères comme l’acquisition de la langue, la fréquence des unions mixtes et la mobilité socio-économique, ils démontrent que l’insertion des migrants dans la société française s’effectue à peu près au même rythme d’une génération à l’autre. Jean-Pierre Garson, économiste à l’OCDE, le confirme: «La promotion des immigrés est une réalité souvent cachée, invisible, alors qu’elle se vérifie dans les chiffres.»

4. Les immigrés coûtent-ils cher à la France?

C’est un des thèmes de prédilection traditionnels de Marine Le Pen. «L’immigration peuple la France d’ayants droit pour qui, bien souvent, la seule affinité avec notre pays se limite aux avantages matériels qu’il leur procure», écrit-elle dans son programme. Mais elle n’est pas la seule. Récemment, le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, a pris l’argument frontiste à son compte.

«Sur l’immigration à caractère strictement social, nous allons nous heurter à un problème, c’est que nous n’aurons plus les moyens de payer, c’est-à-dire que derrière cela le coût social pour le contribuable est tellement élevé qu’il y aura un moment où on ne tiendra plus le coup financièrement, parce que c’est du déficit et qu’on n’y arrive plus», a-t-il déclaré sur RFI.

«D’aucuns vont jusqu’à laisser entendre que les avantages offerts par le système de protection sociale français constituerait l’une des principales motivations de l’expatriation des migrants. Les étrangers sont alors portraiturés en oisifs, vivant aux crochets des autochtones par l’entremise de l’assurance chômage et de l’accès gratuit aux soins et à l’éducation pour leurs enfants», rapporte Cette France-là, qui souligne qu’une enquête d’Eurostat de 2001, menée à la fois auprès de migrants déjà présents en Europe et parmi des candidats au départ résidant encore dans leurs pays d’origine (en l’occurrence la Turquie, le Maroc, l’Égypte, le Ghana et le Sénégal), montre que seuls 3 à 28% des migrants ont acquis des connaissances sur la protection sociale que pouvait leur offrir leur nouveau ou futur pays d’accueil.

À la différence des pays anglo-saxons, où les travaux sur la contribution des immigrés aux finances publiques sont monnaie courante, ils sont rares en France, ce qui empêche que le débat ait lieu sur des bases sérieuses. D’où l’intérêt d’une récente étude sur l’impact de l’immigration sur les comptes de la protection sociale réalisée pour la MIRE, le centre de recherches du ministère de la santé, des affaires sociales et du travail. L’économiste Lionel Ragot y a participé.

Après avoir calculé le montant des prélèvements effectués par l’État et le niveau des prestations perçues, il conclut, en tenant compte de la structure par âge, que «globalement la contribution au budget des administrations publiques des immigrés, en 2005, était positive et de l’ordre de 12 milliards d’euros. (…) Si on ramène ça par immigré, grosso modo la contribution nette d’un immigré, en 2005, était de 2.250 euros alors que celle d’un natif était de 1.500 euros». Plus un étranger est hautement qualifié, plus son apport aux finances publiques est important, constate Lionel Ragot qui rappelle aussi que les deux postes de dépenses que sont le RMI et les aides au logement «sont beaucoup moins importants dans l’ensemble des transferts sociaux, les deux postes les plus importants étant les retraites et la santé».

Également interrogé, Joël Oudinet partage la même analyse. «Les études, dit-il, montrent que le solde est plutôt positif: ils dépensent en moyenne plus en impôts qu’ils ne bénéficient d’aides sociales. L’impact est d’autant plus positif que les migrants sont qualifiés.»

En tenant compte des perspectives démographiques, et notamment du vieillissement de la population, Lionel Ragot va plus loin. Sans les immigrés, il sera plus difficile de payer les retraites et de financer la branche maladie. «Nos résultats sont sans ambiguïté, insiste-t-il. Si on compare avec immigration et sans immigration, on voit bien que l’immigration a un apport au financement de la protection sociale puisque sans immigration, en 2050 ce n’est pas 3% du PIB en plus qu’il faut trouver pour financer la protection sociale, c’est quelque chose de l’ordre de 4,3%. Ça montre bien que l’immigration réduit le fardeau fiscal lié au phénomène du vieillissement démographique.»

5. Les immigrés font-ils baisser les salaires?

La présidente du FN répète que l’immigration est «poussée par le grand patronat pour qui elle est une délocalisation à domicile qui lui permet de compresser les coûts salariaux». Là encore Marine Le Pen est rejointe par la droite. Cette fois-ci, c’est Hervé Morin, ancien ministre de la défense et président du Nouveau Centre, qui déclare: «Que Claude Guéant dise “il faut arrêter les flux migratoires”, je l’approuve, parce que les flux migratoires pèsent sur le pouvoir d’achat, parce qu’ils pèsent sur les salaires.» Ce présupposé est pourtant sans fondement.

Certes, d’un point de vue théorique, «les salaires sont effectivement susceptibles de baisser s’il y a une concurrence entre les demandeurs, selon l’économiste Joël Oudinet. (Mais) cela n’est valable que pour les emplois substituables: mêmes types de compétences et de qualifications. À l’inverse, les emplois complémentaires voient leurs revenus s’accroître. Mais dans les faits, toutes les études montrent que les effets sont très limités. On peut voir dans certains cas certaines baisses, pour ceux qui sont en concurrence, et certaines hausses, pour ceux qui ne le sont pas, mais c’est très très faible».

En outre, les «autochtones» ne sont pas les premières victimes d’éventuelles baisses de salaire: «La concurrence se joue essentiellement entre les anciens immigrés et les nouveaux arrivants, indique l’économiste. Ce sont donc les premiers qui voient leurs salaires baisser. Parce qu’ils se retrouvent dans les mêmes secteurs: construction, restauration, commerce, services, ménage… Dans toute l’Europe, ce sont les immigrés qui font tourner ces secteurs-là.»

Une étude récente, réalisée en 2010 par Javier Ortega, chercheur à la London School of Economics, et Grégory Verdugo, chercheur associé à la Banque de France, avance même que la présence d’immigrés sur le marché de l’emploi aurait, en réalité, plutôt un effet positif sur les revenus des natifs. Ayant étudié la période allant de 1962 à 1999, les auteurs constatent que non seulement «l’immigration a aidé les autochtones à grimper les échelons professionnels», mais que, en plus, «l’arrivée de migrants d’un niveau d’éducation et d’expérience donné aurait permis aux autochtones ayant le même niveau de se libérer de la contrainte d’occuper des emplois peu rémunérés et d’accéder à des postes mieux payés». Ainsi, «une croissance de 10% de l’immigration entraînerait une hausse de l’ordre de 3% des salaires des natifs».

6. Les immigrés prennent-ils les emplois des natifs?

Aussi ancrée dans l’esprit des Français, cette idée reçue n’a pas plus de justification que la précédente puisque le marché du travail se dilate pour s’adapter à l’arrivée de nouveaux venus. «Les immigrés sont aussi consommateurs, ils créent donc de la demande supplémentaire, donc des emplois, souligne Joël Oudinet. Toutes les études montrent, et c’est encore plus significatif que sur les salaires, que les migrants arrivant créent leurs propres emplois. Nous avons simulé un modèle macro-économétrique là-dessus, en 2007: en imaginant une augmentation de 10% du flux d’immigration au Royaume-Uni, le taux de chômage n’augmenterait alors que de 0,01 point au bout de 13 ans. Et si on allait jusqu’à + 1% de population active, le taux de chômage n’augmentait même que de 0,58%.»

Les exemples empiriques des rapatriés d’Algérie en 1962 et des Cubains en Floride confirment l’impact quasi nul que des afflux, même massifs, d’étrangers ont sur le taux de chômage du pays d’accueil. Par ailleurs, des pans entiers des secteurs des services, du bâtiment, de l’agriculture, de la restauration ou des travaux publics recrutent massivement leur main-d’œuvre parmi la population immigrée, car ils peinent à trouver preneurs pour les emplois pénibles et précaires.

7. La France manque-t-elle de logements pour accueillir les immigrés?

Cet argument ne cesse d’être utilisé, y compris parfois à gauche. Et pourtant, les analyses du démographe François Héran viennent le contrecarrer. «Les capacités d’accueil de la France seraient en nombre fini, seraient quantifiables et seraient déjà saturées. Or, l’adéquation entre les flux d’entrée et les moyens disponibles est une affaire très complexe», dit-il, citant, aux côtés des entrées d’étrangers, les afflux de naissances inattendus, tel le baby boom qui a provoqué l’arrivée de 7 millions de personnes, ou les afflux de personnes âgées, «là encore, dit-il, 7 à 8 millions de survivants supplémentaires qu’on n’avait pas prévus, à cause de l’allongement de la vie».

D’où sa conclusion, éloignées des lieux communs: «On a dit “nos capacités d’accueil sont limitées, désolés, il va falloir réduire les flux”… C’est assez intéressant de voir qu’en réalité une politique démographique, si on peut utiliser ce grand mot, c’est quand même fondamentalement de devoir faire avec, c’est-à-dire d’accueillir le surcroît de population imprévu et les migrants en font partie. À la différence qu’il y a des époques où on va les chercher.»

L’intégralité du rapport d’audit de la politique d’immigration de Nicolas Sarkozy est ici.

L’ensemble des vidéos des auditions sont rassemblées sur une seule page là.

Tags : , ,

« Sors de ma télé ! »

samedi 23 avril 2011

Une excellente chanson d’un excellent chanteur de reggae ivoirien, Tiken Jah Fakoly : écoutez bien les paroles !…

http://www.dailymotion.com/video/xh2ey6 Tags : , ,

Un grand numéro d’un député à l’Assemblée nationale

samedi 20 novembre 2010

Le député Jean-Pierre Brard, ancien maire de Montreuil, n’est plus au PCF mais il est très engagé dans le Front de Gauche, et membre du groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine.

En une dizaine de minutes, il attaque magistralement – et avec beaucoup d’humour – la réforme des retraites. Je ne mets pas cette vidéo sur le blog à cause des idées que le député défend, mais pour le plaisir de voir un élu du peuple faire preuve de verve et faire vivre la démocratie. J’espère pouvoir trouver également une vidéo d’un défenseur de la réforme.

 Ce grand moment d’éloquence parlementaire rappelle une célèbre séquence de Jean Gabin dans « Le Président » (1961), où le dialogue d’Audiard dénonçait les puissantes sociétés privées (les multinationales de l’époque) qui manipulaient les élus du peuple comme des marionnettes, et modelaient l’avenir de l’Europe selon leurs intérêts…

http://www.dailymotion.com/video/xd8452 Tags : ,

Pourquoi les Français ont perdu confiance

samedi 6 novembre 2010

DANS « LE MONDE », UNE PHILOSOPHE, SANS PRENDRE PARTI AU SENS STRICTEMENT POLITIQUE, ANALYSE LA PERTE DE CONFIANCE DES FRANCAIS EN LEURS ELITES (COMPAREES AUX ELITES DE 1940…) :

Réinventer la société de confiance

LEMONDE | 05.11.10

Michela Marzano, philosophe, professeur des universités à Paris-Descartes

Voilà quinze ans, dans un livre consacré à la « société de confiance », Alain Peyrefitte, pourtant ancien ministre du général de Gaulle, nous vantait les mérites des modèles anglo-saxons, affirmant notamment qu’ils permettaient à chacun de se dépasser constamment dans des « entreprises risquées mais rationnelles ».

Ces dernières années, les élites françaises ont cherché sans relâche à promouvoir ce modèle idéal de « confiance compétitive ». Il fallait « être performant » et « ne jamais se soucier des autres ». La confiance n’était plus synonyme que de « self estime ». L’une des raisons du succès de Nicolas Sarkozy, en 2007, a été justement sa capacité à mobiliser les électeurs autour de l’idée de réussite personnelle.

Le fameux « travailler plus pour gagner plus ». Pour quel résultat ? La crise a mis à jour les contradictions d’un tel discours. Elle a montré les limites d’un volontarisme à outrance. Les manifestations récentes contre la réforme des retraites ne sont pas, on le sait, une simple protestation contre un allongement de quelques années de cotisation mais aussi le symptôme d’une grande déception et d’un grand désarroi. Peut-on se limiter à croire, comme un Claude Bébéar, que les citoyens ne seraient descendus en masse dans la rue que parce qu’ils « dénigrent le travail, se disent fatigués et aspirent aux congés et à la retraite » (Le Monde du 1er novembre) ?

Une chose est sûre. La fatigue française est bien réelle. Mais elle n’est pas une propriété intrinsèque du « Français-paresseux-par-nature » comme voudraient le faire croire certaines élites, se berçant de telles niaiseries pour éviter de se remettre en cause. La fatigue actuelle est le résultat d’une longue suite de contes de fée et de mensonges auxquels les citoyens avaient fini par adhérer et dont ils découvrent depuis peu l’inanité.

Ce peuple qui, depuis 1789 et 1848, n’avait cessé d’opposer aux puissants du monde le rire moqueur de Gavroche, s’était progressivement laissé convaincre par les sirènes d’un certain management. Il avait accepté l’idée qu’il suffisait de croire « en soi-même » et de ne jamais compter sur les autres pour réussir sa vie. La société se partageait entre les « winners » et les « loosers », entre ceux qui croyaient n’avoir besoin de rien, ni de personne, et ceux qui avaient la faiblesse de croire aux autres.

La crise a eu le mérite de montrer qu’il ne suffit pas de « vouloir pour pouvoir » et que, sans coopération et solidarité, « notre monde peut être un enfer », comme le disait déjà Hannah Arendt. Tous les jours, dans les entreprises, ils sont des milliers à le vivre dans leur chair. Pas besoin d’aller chercher des exemples dramatiques chez France Télécom ou Renault.

EXEMPLARITÉ

Prenons ce salarié qui, à l’approche de la cinquantaine, et après s’être voué à son travail en essayant d’être toujours « flexible », se voit remercié car « trop coûteux ». Ou ces seniors qui connaissent un véritable parcours du combattant, se traînant d’entretien en entretien, à la recherche d’un nouvel emploi. Qui dit que ces Français ne veulent pas travailler ? Qui croit qu’ils dénigrent le travail ? Ne voudraient-ils pas simplement une société plus juste ?

Globalisation et mutation technologique poussent certes au changement. Mais elles ne poussent pas nécessairement aux dérives oligarchiques et au cynisme triomphant. Une société plus juste est toujours possible. Elle est même la condition du retour de la confiance en l’avenir. Elle passe par le refus de cette fausse « société de confiance » vantée par l’idéologie néolibérale moribonde.

Il faut retrouver le chemin de la coopération et de la confiance mutuelle. Mais cette confiance-là ne se décrète pas. Pour qu’elle puisse surgir à nouveau dans ce pays et se développer, elle doit pouvoir s’appuyer sur des preuves tangibles. Pas de confiance sans fiabilité. Or, c’est là que le bât blesse. Tout ce qui manque à nos élites, aujourd’hui, c’est d’être fiable. On dira que ce propos est « populiste ». L’accusation est commode. Jugeons sur actes. Les chefs d’entreprise, les politiques, les médias parlent d’exemplarité. Mais ce sont toujours, comme par hasard, les autres qui doivent être exemplaires. Pas ceux qui demandent des efforts. Pis. En France, un grand manager est désigné comme « courageux » lorsqu’il taille dans ses effectifs, tandis qu’il négocie âprement, et parfois en douce, ses stocks options et sa retraite chapeau.

Le pouvoir politique n’est pas en reste. Les ministres sarkozystes susurrent à l’oreille des Français la petite musique des « sacrifices nécessaires et partagés » pendant qu’ils redonnent à Mme Bettencourt et à ses semblables des millions d’euros au titre du bouclier fiscal. On pourrait multiplier à l’envi les preuves de ce double discours. Comment s’étonner que les Français doutent de la fiabilité de ceux en qui ils sont censés placer leur confiance ? C’est là que réside, en profondeur, le malaise du pays.

En a-t-il toujours été ainsi ? Les esprits cyniques tentent de s’en convaincre. Sans doute n’est-il pas aisé de demander à ceux qui nous gouvernent de ressembler aux vrais héros de l’Antiquité, toujours prêts à se sacrifier eux-mêmes avant de demander le sacrifice des autres. Mais il est des modèles plus réalistes. En 1940, les Anglais savaient bien qu’en leur proposant du « sang et des larmes », Churchill prendrait sa part de l’effort et qu’il n’irait pas se prélasser sur un yacht ou dans un paradis fiscal… A la même époque, les élites françaises de la « drôle de guerre » donnaient, elles, la triste image de pantins désabusés et insouciants, comme l’avait souligné Marc Bloch dans L’étrange défaite (Gallimard, 1990). En va-t-il si différemment aujourd’hui ?

Cette crise étrange, qui frappe l’économie réelle mais épargne les profits de la finance, empêche probablement les plus fortunés de bien en saisir les enjeux. Les élites de cette « drôle de crise » sont un peu comme les élites de la « drôle de guerre ». Elles se trompent de diagnostic. Souhaitons qu’elles sortent vite de leurs illusions pour reconquérir la confiance des Français et croire en un avenir commun.

Tags :

Selon le premier sondage public, la majorité des Français soutiennent le mouvement social sur les retraites

vendredi 22 octobre 2010

Ce soutien de l’opinion publique a même tendance à se renforcer, par rapport aux précédents sondages. 69 % des Français interrogés soutiennent « grèves et manifestations ».

Plus surprenant : un peu plus de la moitié des personnes interrogées sont même favorables à la grève dans les transports, et presque la moitié soutiennent le blocage des raffineries.

On observe des différences d’attitude selon les générations : les personnes âgées sont plutôt contre, les jeunes massivement pour… Faut-il rappeler que ce sont les seconds qui sont concernés par ce mouvement social ?

Voir ici les résultats d’un sondage BVA, premier sondage public portant sur le mouvement social actuel, publiés aujourd’hui dans Le Monde.

Tags : ,

M. Sarkozy est-il le président des riches ?

lundi 18 octobre 2010

le-president-des-riches

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon forment un couple de sociologues bien connus des élèves de série ES. Ils dissèquent depuis vingt ans le milieu de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie, avec une approche théorique proche de celle de Pierre Bourdieu.

Leur nouvelle enquête, Le Président des riches : enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, est un livre à la fois rigoureux et militant. Chiffres et faits à l’appui, ils démontrent comment la France se transforme en oligarchie, en un régime politique dans lequel la souveraineté appartient à un petit groupe de personne, à une classe restreinte et privilégiée. Selon ces sociologues, le pouvoir actuel est au service d’une classe, la grande bourgeoisie, dont Nicolas Sarkozy s’est fait le porte-parole. Suite à la soirée au Fouquet’s, après les vacances du nouveau président sur le yacht du milliardaire Vincent Bolloré, les deux sociologues ont décidé de tenir un journal d’enquête qui a abouti à cet ouvrage. Ils racontent « en un récit tragi-comique, les cadeaux faits aux plus riches et les réformes rétrogrades qui conduisent à l’appauvrissement des plus pauvres. »

En compilant ces faits, les Pinçon-Charlot nous offrent un bilan d’étape de la Sarkozie, et prouvent que le gouvernement mène systématiquement une politique en faveur des nantis. Une démarche d’autant plus précieuse que le mode de gouvernement de l’ « omniprésident » privilégie à la fois l’urgence absolue (un événement en chasse un autre tous les jours), le double discours (il n’est pas rare qu’une chose et son contraire soient annoncées le même jour) mais aussi le mensonge pur et simple, en disant une chose mais faisant son contraire. Un des exemples les plus explicites concerne la « moralisation du capitalisme » et la pseudo-fin des paradis fiscaux. En atteste la vaste blague de la liste noire établie en janvier 2009 des pays « fiscalement non coopératifs », dix huit micro-Etats, qui n’accueillent que 0,6 % des 500 milliards d’euros français installés dans des paradis fiscaux !

De longs développements sont consacrés à la contre-révolution fiscale de l’été 2007, durant laquelle le seuil du bouclier fiscal a été abaissé de 60 à 50 %, de nouvelles niches fiscales créées et les droits sur les successions et donations quasiment supprimés. Six pour cent des contribuables concernés par le bouclier fiscal ont récupéré 63% du total des restitutions. Un accaparement à l’opposé du partage des richesses ! « 979 bénéficiaires du bouclier fiscal se sont vus restituer 368 millions d’euros, soit un moyenne de 376 134 euros, qui atteint les six millions pour les dix les plus favorisés. Pour Liliane Bettencourt, troisième fortune professionnelle de France, avec 17 milliards d’euros, ce sera 30 millions, soit plus de 5 % du coût global du bouclier. »

La défiscalisation quasi-totale des successions et des donations, deux mois après l’élection présidentielle, montre les honneurs que Nicolas Sarkozy octroie à un milieu dont l’héritage forme la clef de voûte. Les Pinçon-Charlot ont calculé qu’ « un enfant peut recevoir, tous les six ans, des donations pour un montant cumulé de 313 948 euros ». Ils estiment que deux milliards et demi d’euros sont octroyés chaque année pour « favoriser la transmission des patrimoines familiaux et la pérennité de la classe dominante. Le capitalisme héréditaire est assumé… » « Le sacre de Nicolas Sarkozy est celui du racisme social. L’argent ne doit plus se cacher, il est la consécration naturelle du talent, du courage, de l’utilité sociale et de toute réussite. »

Un autre épisode a permis à Sarkozy de faire sienne la devise de Guizot (ministre de Louis-Philippe, pendant la Révolution industrielle) « Enrichissez-vous » : celui du sauvetage des banques. La dette contractée par l’État pour renflouer les banques au cœur de la crise financière de l’automne 2008 creuse le déficit tout en renflouant les rentiers ! « Les coûts du remboursement de la dette, liée notamment à tous ces cadeaux faits aux riches, doivent être couverts au prix de coupes sévères dans les dépenses publiques et sociales. » Les profits restent privés mais la dette est socialisée.

Ainsi, il a été décidé d’« aider les banques… mais sans se mêler de leurs affaires. L’absence de contrôle sur l’utilisation de ces milliards d’euros a permis une relance de l’activité spéculative, qui avait justement mené à la crise ». Les Pinçon-Charlot démontrent également comment l’État organise sa propre insolvabilité (« il n’y a plus d’argent dans les caisses », « nous sommes en faillite », « l’Etat est obligé d’emprunter pour payer 10 % des retraites »…)

Des anecdotes plus personnelles sont égrenées tout au long de l’ouvrage. Quelques épisodes croustillants illustrent le népotisme (placer sa famille ou ses amis proches à des postes importants) du Président. La liste d’amis intimes directement favorisés par le pouvoir est réellement impressionnante, les détails des petits arrangements troublants. Les conflits d’intérêts fourmillent. On l’a vu quand le Président a tenté d’installer son fils à la présidence de l’EPAD (Etablissement public d’aménagement de La Défense : premier quartier d’affaires d’Europe). Garder un contrôle total du fief « Hauts-de-Seine » semble être une préoccupation majeure du Président. Ainsi, les Pinçon-Charlot montrent comment le projet de loi sur le Grand Paris favorise essentiellement les intérêts des Hauts-de-Seine (banlieue ouest, département le plus riche de France).

Pour porter des coups fatals à l’oligarchie économique et financière, les Pinçon-Charlot invitent à nationaliser les banques et les agences de notations, à interdire la titrisation, et d’autres mesures radicales, sur lesquelles on n’est pas obligé de les suivre… Enfin, dans un épilogue intitulé « Que faire des riches ? », Michel et Monique nous engagent simplement à « faire des riches notre exemple », dans la mesure où leur puissance est due à leur solidarité.

 

Le Président des riches. Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Ed. Zones.

Tags : , , ,