Tous les billets de la catégorie ‘L Express’

Enregistrement exceptionnel chez Renault

mercredi 20 avril 2011

On observe actuellement une forte augmentation des cas de dépressions chez les salariés – burn out en anglais.

Le déroulement de l’entretien ci-dessous (enregistré à l’insu du cadre mis en cause, et publié par L’EXPRESS il y a une semaine), lors de la fausse affaire d’espionnage chez Renault, est typique des méthodes de direction de beaucoup d’entreprises de nos jours.

L’attitude du directeur face au cadre est hallucinante : accusations floues, (et infondées, puisqu’on sait aujourd’hui que Tenenbaum était en réalité innocent) arrogance, jargon inutile venant de l’anglais (« checker », « capitaliser l’expérience »…), refus d’écouter le point de vue de l’autre… On retrouve certaines caractéristiques des systèmes totalitaires (comme lors des procès staliniens, en URSS ou dans d’autres pays communistes, lorsque les accusés étaient d’avance considérés comme coupables).

Exclusif

Renault: l’enregistrement de la mise à pied de l’un des cadres

Par Eric Laffitte et Jean-Marie Pontaut, publié le 12/04/2011 à 09:19

Renault: l'enregistrement de la mise à pied de l'un des cadresAFP

Avec la démission de son n°2, Renault paie son aveuglement vis-à-vis de trois cadres injustement accusés d’espionnage industriel. LEXPRESS.fr s’est procuré l’enregistrement secret de la réunion où l’un d’entre eux apprend son licenciement. Un document terrifiant.

C’est un document exceptionnel et très poignant. Le 3 janvier 2011, Matthieu Tenenbaum, cadre supérieur de Renault, est convoqué dans le bureau de Christian Husson, le directeur juridique de l’entreprise. Au fur et à mesure de cet entretien, il découvre visiblement abasourdi qu’on l’accuse d’avoir trahi Renault et d’espionner au profit des Chinois.

Christian Husson le somme d’avouer et de démissionner sans faire de bruit, sous réserve de graves poursuites pénales. Il apprend qu’il doit quitter l’entreprise le jour même et vider son bureau « sans souhaiter les voeux à ses collègues ». Tenenbaum, sonné par ces fausses accusations, ne sait pas qu’en plus, la direction de Renault enregistre cette conversation. Elle est même suivie en direct par d’autres responsables de l’entreprise. Une séance qui fait rétrospectivement froid dans le dos.

Pour Renault, le prix de cet aveuglement s’annonce lourd. Outre le n°2, Patrice Pélata, qui a demandé à être relevé de ses fonctions, trois hauts dirigeants, dont Christian Husson, ont été écartés lors du conseil d’administration extraordinaire du lundi 11 avril. De plus, un accord de principe aurait été trouvé pour l’indemnisation des trois cadres licenciés, dont Matthieu Tenenbaum, qui, selon Marianne, réclamait 2,4 millions d’euros.


http://www.lexpress.fr/actualite/economie/renault-l-enregistrement-de-la-mise-a-pied-de-l-un-des-cadres_981701.html

Tags : ,

« Finir la semaine mieux que nous ne l’avons commencée… »

vendredi 5 juin 2009

Un collègue de SES, et un ami aussi, Rémi Jeannin, a réagi à une chronique vidéo de Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l’hebdomadaire L’Express, et à ce titre l’un des grands commentateurs politiques du pays… Mais cette fois-ci, le commentateur se fait moralisateur, et regrette que les Français ne travaillent plus le lundi de Pentecôte, et qu’ils fuient le travail, selon lui…

Je le rejoins cependant sur un point : si vous pouvez, allez voter, et incitez votre entourage à le faire ; la démocratie est un bien public extrêmement précieux, qui s’use quand on ne s’en sert pas.

Lire ci-dessous le texte de mon collègue :

« Tout est dans le titre. Dans l’édito de lundi dernier, Christophe Barbier enchaîne les poncifs erronés sur le refus des Français de travailler et d’être solidaires, ce que manifeste selon lui l’impossibilité de nous faire bosser le lundi de Pentecôte pour financer les dépenses en faveur des personnes âgées.
Le plus drôle, c’est surtout son accoutrement : en plein cagnard, le voire gesticuler avec ses ray-bans et son écharpe rouge (qu’il ne quitte jamais, est-ce parce que ça fait intello de gauche ? – E. B.), c’est irrésistible !

Je joins le commentaire que j’ai glissé sur le site de L’Express.
Voir ici :
http://www.lexpress.fr/actualite/francais-au-travail_764221.html

 

Rémi Jeannin

 

> La France, exception avec ses jours fériés ? Si Christophe Barbier
> s’informait un peu avant d’énoncer ce type de cliché qui semble
> tout droit sorti de la campagne Sarkozy de 2007, il constaterait
> (voir cette étude de l’OCDE,

 http://www.oecd.org/dataoecd/36/45/42675133.pdf ) que la France, si elle est bien légèrement au
> dessus de la moyenne des pays de l’OCDE, comporte moins de jours
> fériés que l’Allemagne, la Finlande, le Danemark, la Belgique,
> l’Italie, l’Autriche, le Luxembourg et le Portugal. Il n’y a pas
> d’exception française en la matière, mais une plutôt une exception
> européenne qui concerne les pays au niveau de vie le plus élevé
> (Portugal excepté). Il est aussi très drôle de voir Christophe
> Barbier conclure en se déplaçant vers le panneau électoral
> d’Alternative Libérale pour nous convaincre de voter dimanche
> prochain. Joli lapsus vidéo ! 
 
 

 

Tags : , ,

Les cadres de Renault pourraient payer pour le chômage partiel des ouvriers

jeudi 26 février 2009

Renault vient d’inventer une nouvelle forme de flexibilité : le « chômage partiel solidaire ». A l’avenir, l’entreprise organise des négociations sur les salaires, et l’idée suivante a été avancée : non seulement les cadres pourraient désormais être mis eux aussi en chômage partiel (ce qui n’est pas possible actuellement), mais ils devraient contribuer à un fonds de solidarité en faveur des ouvriers en chômage partiel – qui perdent actuellement plusieurs jours de salaire par mois, malgré eux. Ainsi, l’entreprise – qui va recevoir, rappelons-le, d’importantes aides de l’Etat à cause de la crise – gagnerait sur tous les tableaux… A confirmer.

http://www.lexpress.fr/actualite/economie/pour-les-cadres-de-renault-c-est-zero-sur-toute-la-ligne_743060.html

 

Tags : , ,

Le goût des autres

mardi 24 février 2009

On a tendance à penser que le mauvais goût est d’abord chez les autres; et on parle de vulgarité, d’ignorance, de grossièreté lorsque certaines personnes ne s’intéressent pas à ce que nous nous trouvons beau…

Ce n’est pas le début d’un texte à commenter en philo, je vous rassure… Je voudrais simplement attirer votre attention sur la relativité des pratiques et des goûts culturels, en relation avec le thème que nous traitons actuellement en terminale : la persistance des inégalités dans une société en apparence démocratique et « moyennisée ». Et surtout, j’aimerais avoir vos réactions !  😉

Premier cas : Le violoniste dans le métro. Un virtuose américain, Joshua Bell, a fait le pari de jouer durant trois quarts d’heure dans le métro de Washington… Qu’arriva-t-il ? Cette histoire a fait un buzz sur le net et dans les médias : qu’en pensez-vous ?

Lire l’article du Washington Post :  « Pearls Before Breakfast »  – Oui, c’est en anglais, mais ça vous exercera, et ce n’est pas difficile à lire ; en plus, il y a une vidéo  😉

Second exemple pour alimenter votre réflexion sur le « capital culturel » : l’actuelle vente de la collection d’art Saint Laurent-Pierre Bergé (estimée à 300 millions d’euros…)
 
Un beau diaporama de L’Express montre cette collection telle qu’elle vivait, pourrait-on dire, dans l’hôtel particulier d’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé rue de Babylone à Paris : on y voit, parfaitement illustrés, certains codes du goût « légitime », dans sa version la plus haute, la plus « classe » – et je le dis sans ironie aucune – Pierre Bergé était aussi un « cumulard » des formes de capital dans différents champs : capital économique (c’est un riche homme d’affaires), social (connaissant beaucoup de monde, très impliqué dans la lutte contre le Sida, et un proche ami de François Mitterrand) et culturel (son amour de l’art donc, et d’un grand artiste comme Yves Saint Laurent).

Remarquez le rapprochement de périodes et de styles différents, ou encore la préservation de l’espace (la collection est extrêmement abondante, et pourtant il y a de la place, on n’a pas l’impression d’être chez un antiquaire, « là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe calme et volupté »…)

Cette exemple me touche d’une part parce que j’adore l’art sous toutes ses formes, depuis toujours, et d’autre part en souvenir de J. Maynard Keynes, qui était un grand collectionneur et mécène et pensait que des activités telles que l’art, la fête, ou l’amitié, étaient bien plus importantes que l’économie (l’économiste étant appelé, selon lui, à exercer avec compétence et sérieux un métier respectable mais modeste, « un peu comme celui de dentiste », écrivait-il…)


 J’ajoute une interview de Pierre Bergé (sur France 24)

 

Tags : ,

Comment régler nos comptes avec les banquiers ?

samedi 14 février 2009

L’hebdomadaire L’Express propose cette semaine un dossier intitulé : « Pourquoi les banquiers sont nuls ».

Les travers du monde de la banque et de la finance y sont analysés avec sévérité… Je vous invite à parcourir ces articles, assez courts, mais riches et faciles à lire.

Une fois le bilan établi des abus de la finance ces dernières années, il va bien falloir se réconcilier avec les banquiers pour faire repartir l’économie mondiale.

 

LE BLOG FAIT RELACHE PENDANT UNE SEMAINE.

Tags : ,