Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Vocabulaire de la guitare

Le pincé

 

Au même titre que le buté, voici une technique pour attaquer les cordes à la main droite . Pincer est un terme qui semble aller de soi. Ne dit-on pas  pincer sa guitare ? On parle aussi d’instruments à cordes pincées.

Pourtant, ce mot est un peu trompeur. Beaucoup de jeunes élèves, quand je leur parle de pincer, commencent par se saisir de la corde entre le pouce et l’index, et la tirent vers l’avant, ce qui donne ce genre de résultat :

pincer-p-i

Aïe! Nos pauvres oreilles! Il convient donc de jouer la corde avec un seul doigt, et voici un exemple (en images) avec l’index jouant en pincé sur la corde de sol :

1. L’index se prépare à jouer, en se posant sur la corde de sol (3ème corde). Remarquez que les autres doigts (majeur, annulaire et pouce) sont posés aussi, pour bien stabiliser la main.

2. L’index pousse sur la corde (il ne tire pas vers l’avant), il est arrondi et se prépare à rentrer vers l’intérieur de la main, sans toucher la corde voisine (corde de ré).

3. L’index a maintenant « attaqué » la corde et on entend un joli sol (peut-être pas si joli encore, surtout si vous essayez pour la première fois!).

 

Remarquez que l’articulation du doigt se fait vers l’intérieur de la main et non vers le haut, comme vous pouvez l’observer sur ces trois nouvelles images :

Et voici la même mélodie que plus haut, avec un pincé « normal » – c’est à dire avec un doigt seul, et non en tirant la corde serrée entre le pouce et l’index!

pince-normal

C’est mieux comme ça, non? Remarquez que l’on entend beaucoup de résonances. Le pincé est utilisé surtout pour jouer les accords et les arpèges, qui nécessitent que toutes les notes résonnent ensemble.


Publié le 22 février 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,

Petite anatomie de la guitare

Petite anatomie de la guitare

Ayant pour projet de publier prochainement des billets concernant l’histoire de la guitare, j’ai pensé qu’il était peut-être utile de commencer par observer la guitare classique telle qu’elle se présente aujourd’hui, et d’apprendre à nommer les différentes parties qui la composent. Voici donc un petit shéma, qui vaut mieux qu’un long discours.

agrandirLa tête : Placée à l’extrémité du manche, elle porte les mécaniques sur lesquelles s’enroulent les cordes. Les mécaniques permettent de tendre ou détendre les cordes pour les accorder.

La touche : C’est une plaque de bois (souvent en ébène) fixée sur le manche. Elle est garnie de barrettes (petites barres de métal ) sur lesquelles les cordes appuient, grâce à l’action des doigts de la main gauche. Le point de contact d’une corde avec une barrette (ou frette) détermine une note précise. Par exemple, la 3ème corde pressée contre la 5ème barrette donne un do.

Les cordes : Au nombre de 6, elles sont en nylon le plus souvent. Elles sont attachées à la tête d’un côté, et au chevalet de l’autre.

La table d’harmonie : C’est le dessus de la caisse, le plus  souvent réalisé en cèdre ou en épicéa, principale partie de la guiatre mise en vibration.

L’éclisse : C’est la partie qui donne son épaisseur à la guitare et relie le dos à la caisse de résonnance.

La rosace : Motif décoratif disposé autour de l’ouverture. La rosace est souvent réalisée en marqueterie.

 


Publié le 10 février 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,