Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Une autre chanson de Noël

Guillot prend ton tambourin

Voici une autre chanson de Noël que beaucoup d’élèves ont déjà jouée. « Guillot » est devenue une chanson presque incontournable en 1ère année du premier cycle : c’est une des premières que l’on joue quand on est capable de jouer deux notes en même temps (une note aiguë et une basse).

Voici, pour commencer, un MP3, à l’attention de Cyril, qui me l’ a demandé. J’espère que cet enregistrement aidera Cyril et bien d’autres à apprendre cette petite pièce,  jouée une première fois doucement, puis une deuxième fois à un tempo plus élevé.

guillot

 Si tu veux chanter en même temps que tu joues, ou avec tes parents, frères et soeurs, copains, voici les paroles :

 

Guillot prend ton tambourin,Et toi ton flûtiau Robin

 

Au son de ces instruments, Tu-re-lu-re-lu, pa-ta-pa-ta-pan!

Au son de ces instruments, Chanterons Noël gaiement.

 

Et enfin, la partition

 


Publié le 2 décembre 2008 par stephanieforet dans 1er cycle,A écouter (MP3),Partitions
Tags :: , , ,

Thème et variation (2)

Ah! vous dirais-je maman

Pour ceux qui participent au projet thème et variation, et tout ceux que ça interesse…

Je vous donne aujourd’hui à entendre une oeuvre de Mozart, construite selon le principe du thème et variation. Il s’agit d’une pièce pour piano, écrite à partir de la chanson populaire : ah! vous dirais-je maman. Je pense que vous êtes nombreux à connaitre cette chanson, mais voici quand même le thème que vous pouvez déchiffrer sur votre guitare :

 Ecoutez maintenant le pianiste Fazil SAY interpréter ce thème et les variations écrites par Mozart. Ecoutez l’oeuvre plusieurs fois si nécessaire et prenez quelques notes, en essayant de répondre à ces questions :

  • Combien de variations entendez-vous?
  • Quelles sont les caractéristiques de ces variations (rapides, lentes, tristes,…)
  • Pour chaque variation, quels sont, selon vous les éléments musicaux qui ont été transformés (rythme, tempo, mode, mélodie…)

Si tous ces termes vous semblent compliqués, essayez de décrire ce que vous entendez avec vos propres mots. Vous pouvez le faire dans le cadre des commentaire de cet article, ou, pour mes élèves, sur votre petit cahier. Bonne écoute!

Image de prévisualisation YouTube

 


Publié le 21 novembre 2008 par stephanieforet dans 2ème cycle,3ème cycle,Atelier,vidéo
Tags :: , , , ,

Vocabulaire de la guitare

Le buté

Le buté désigne une des principales techniques de main droite à la guitare. Ne voulant point voir votre esprit buter sur l’éventuelle difficulté que pourrait représenter cette technique, j’entreprends aujourd’hui de vous expliquer ce dont il s’agit. Je le fait en pensant en particulier aux parents d’élèves qui lisent maintes et maintes fois cette injonction sur les cahiers de leur enfant :  » à jouer en buté ».

Imaginons que nous voulions jouer la première corde de la guitare (la plus aigue, le mi) en buté .

I. Pour commencer votre doigt (l’index) est posé sur la première corde. Pour jouer la note, il va presser cette corde et continuer sa course  en direction de la 2ème corde.

II. Le doigt vient se poser,  s’appuyer  sur la 2ème corde. Ainsi bien calé sur la deuxième corde, l’index constitue un point d’appui qui stabilise la main et qui va permettre au majeur de jouer à son tour la corde 1.

Car un principe important  est celui de l’alternance des doigts : l’un joue pendant que l’autre est posé sur la corde voisine, et ainsi de suite. Je compare souvent ça à deux jambes qui marchent, ce qui amuse les enfants.

le buté est souvent le premier geste enseigné aux débutants, ce pour plusieurs raisons :

  1. Les premiers « morceaux » joués sont des mélodies, entendez par là qu’ils n’ y a pas encore de polyphonie (accords, ou plusieurs notes jouées en même temps). Or, le buté est à mon sens la technique qui convient le mieux au jeu monodique.
  2. Le jeu buté permet d’obtenir une certaine puissance et un timbre agréable.
  3. Grâce aux appuis des doigts sur les cordes, la main droite est stabilisée.

 


Publié le 4 novembre 2008 par stephanieforet dans Cours et documents
Tags :: , ,

Leçon de guitare

Gabriela et Rodrigo

J’ai découvert ces deux artistes l’été dernier, grâce à Rachel, professeur de flûte à l’école de musique (merci Rachel!).

Gabriela et Rodrigo sont deux guitaristes qui ont diverses influences (rock, métal, jazz, flamenco) et jouent sur des guitares classiques. le résultat est assez impressionant. 

 Je vous propose de commencer par écouter tamacun, un des titres de leur dernier album.

http://www.dailymotion.com/video/x48l8e

 

Alors? La guitare vous démange? Moi , oui, beaucoup! et ça tombe bien, puisque Gabriela et Rodrigo ont aussi réalisé une vidéo où ils analysent tamacun et expliquent, section par section (il y en a 4) comment jouer cette pièce. Ce n’est pas facile, cela va parfois bien vite, et  ils parlent anglais… mais je pense que les deuxièmes et troisièmes cycles peuvent s’y attaquer sans problème ( Nadège, Jessica, Marie, Lydie, Arthur, Christophe, Marine, Julien, Marius, Justine, Nicolas…) et peut-être même certains élèves de fin de premier cycle (Thibault, Clément, Edmond…).

Voici quelques repères pour vous aider dans la lecture (et les relectures) de la vidéo :

  • A 0’50, Rodrigo donne le la, pour que vous accordiez votre guitare comme lui (la 440)
  • 1’01 : Explication de la première « section » (partie de Gabriela, puis de Rodrigo, et puis les deux jouent ensemble.
  • 6’19 : idem pour la section 2
  • 9’17 : idem pour la section 3
  • 11’00 : idem pour la section 4.

http://www.dailymotion.com/video/x62073

 

Pour commencer, je vous suggère de vous entrainer d’abord sur la seule première section. Selon vos préférences, apprenez la partie de Rodrigo ( 4’14), celle de Gabriela (1’01) ou les deux (une par une!). Je connais certains d’entre vous qui voudrons apprendre très vite les jeux de main droite de Gabriela. Voici le détail des explications de la section 1, qui comprend (déjà!) trois rythmiques différentes :

  • 1’01 : Gabriela montre la première partie de la section 1. A 1’32, elle vous donne les accords et positions de main gauche ; je vous aide : Am / G / C / E //
  • 1’38 : 2ème partie, jouée vite, puis doucement.
  • 2’45 : 3ème partie de la section 1.
  • 4’14 : Partie de Rodrigo (riff) en Pizz. puis sons normaux.
  • 5’15 : partie de Rodrigo jouée doucement.
  • 5’42 : Ils jouent toute la première section ensemble.

Je trouve cette vidéo très interessante aussi pour comprendre comment est construit cette musique. Une partie d’accompagnement (Gabriela) et une partie soliste, plus mélodique ( Rodrigo), le tout évoluant en quatre sections clairement identifiables.

Essayez de jouer ça sans hésiter à écouter encore et encore. Ne vous découragez pas, personne ne réussit du premier coup : il faut beaucoup de temps, de travail , de patience et de persévérance. je m’entraine aussi (et oui, les profs aussi ont besoin) et nous en reparlons à la rentrée. En attendant, j’attends vos commentaires et questions sur le sujet.

Bon travail!


Publié le 31 octobre 2008 par stephanieforet dans Cours et documents,vidéo
Tags :: , , ,

Sons compressés et audition

Faites des nuances!

Les nuances, vous savez, quand on joue « piano »(doux, pas fort) puis « forte« , ou encore « crescendo »puis « decrescendo« … Nous, les professeurs de musique, expliquons  que cela donne du relief à la musique, en rendant le morceau plus vivant. Aujourd’hui, je vais vous donner une excellente raison de ne pas  négliger cet aspect de la musique.  Car notre époque est envahie par les sons compressés : les dynamiques sonores (les nuances) tendent à disparaitre!

Les sons compressés

Les sons compressés sont obtenus en modifiant, en bricolant les sons normaux. Le plus souvent, on modifie les dynamiques, c’est à dire les niveaux sonores, pour réduire les différences entre les sons les plus forts et les sons les compressionplus doux (compression dynamique). C’est un peu comme si, en jouant de la guitare, nous ne faisions que très peu de différence entre la nuance piano et la nuance forte. Cette compression du son permet de réduire le « poids » d’un fichier musical enregistré, qui tient donc moins de place sur un CD ou sur le disque dur d’un ordinateur. Le MP3,  utilisé dans nos balladeurs, est un format de son compressé.

Ce que l’on gagne

Les sons compressés sont aujourd’hui partout : dans nos lecteurs MP3, à la télévision, la radio, dans les CD, les DVD. Leur utilisation permet de faire circuler la musique plus vite, sur le net par exemple (nous l’utilisons d’ailleurs sur ce blog!). On peut également stocker de plus en plus de titres sur des supports de plus en plus petits… Les balladeurs MP3 sont transportables partout, on peut facilement partager la musique avec les copains.

Ce que l’on perd

encyclopédie Diderot et d' AlembertEn gagnant de la place, ou du temps de téléchargement sur internet, on perd aussi des qualités essentielles pour la santé de nos oreilles : les dynamiques, mais aussi la précision et la variété des sons perçus. Les voix, les musiques et les bruitages sont compréssés pour améliorer le flux de nos radio, télévision, et lecteur MP3. Cela rend l’ oreille paresseuse : Celle-ci entend au quotidien des sons sans reliefs, sans « bruits », sans nuances. Auparavant habituée à percevoir des sons non trafiqués, du très doux au très forts, elle perd cette capacité, petit à petit. De plus, pour retrouver des contrastes sonores, nous avons tendance à monter le son, surtout dans des lieux bruyants, ce qui, de jour en jour, nous rend un peu plus sourd! les médecins spécialistes de l’oreille sont inquiets. Ils voient de plus en plus de jeunes développer des surdités.

Quelques conseils

  1.  Dans la vie quotidienne, nous pouvons réapprendre à écouter. Pourquoi ne pas réhabiliter la vieille chaîne hi-fi des parents, et une fois de temps en temps,  écouter leurs disques vinyl? Savez-vous que le « rock and roll »de Led ZEPLIN (perçu dans les années 70 comme une des musiques les plus violentes jamais enregistrée) est beaucoup moins compressée que la très douce chanson de Carla BRUNI quelqu’un m’a dit?
  2. Réglons le son de notre balladeur MP3 dans un endroit calme et non, par exemple, dans une rue très bruyante.
  3. Et bien sûr, continuons à pratiquer la musique, avec plein de nuances, des forte, des piano, et même des pianissimo!

Publié le 14 septembre 2008 par stephanieforet dans documents
Tags ::

Vocabulaire de la guitare

 Voici une nouvelle rubrique : je vous propose de découvrir des mots, des objets relatifs à la guitare et (ou) à la musique. En cette période de rentrée, je pense particulièrement aux débutants et à leurs parents qui découvrent l’instrument, mais aussi les petits objets qui vont avec. Aujourd’hui donc :

Le repose-pied

A son sujet, j’ai tout entendu : le pied, le marche-pied, le chausse-pied, le trépied, et même… Le casse-pied! Le terme habituel est Repose-pied. Il s’agit d’un petit accessoire pliant, sur lequel on pose le pied, ce qui permet de surélever la jambe sur laquelle est posée la guitare. Voici (à peu près!) à quoi cela ressemble :  

repose-pied

Le repose-pied  est l’accessoire le plus souvent utilisé pour trouver une position efficace et adaptée au jeu de la guitare. Mais il existe d’autres possibilités. Certains guitaristes préfèrent un support, ou un petit coussin, placé sous le côté inférieur de la guitare (éclisse) et reposant sur le genou. Je déconseille ce système pour les enfants et pour toute personne dont les jambes ne sont pas très grandes : si les cuisses, uns fois assis, ne sont pas au moins à l’horizontal, la guitare et son support auront tendance à glisser…

 

Historiquement, la manière de tenir la guitare a souvent été l’objet de recherches. On ne peut pas utiliser les le triposidon d\'Aguadomains pour tenir l’instrument, tout en faisant courir les doigts sur le manche et les cordes… Il fallait bien trouver une solution.

Dioniso AGUADO, guitariste virtuose et compositeur du XIXème siècle,  invente le triposidon.  il s’ agit d’un support à trois piedes sur lequel on fixe la guitare. Le guitariste se place derrière la guitare ainsi maintenue, comme un  pianiste s’assied devant son piano. il n’a plus qu’ à placer (et déplacer) les mains sur l’instrument sans craindre de voir celui-ci glisser.

F. SOR et sa table Fernando SOR (1778-1839) aborde également le problème dans sa méthode de guitare (1830). Il explique comment il s’aide d’une table pour obtenir de la guitare une position la plus fixe possible : il fait reposer la guitare sur le genou droit d’un côté, et sur la table de l’autre (cf. gravure ci-contre); Ainsi, écrit-il, « je suis à même de parcourir aisément le manche de la main gauche, qui n’est point obligé de soutenir l’instrument, parce-que (…) il est soutenu par le genou et la table ».

 

Vous pouvez vous amuser et essayer ces méthodes, où même inventer d’autres systèmes ou gadgets; Si vous manquez d’idées, reste à vous procurer ce fameux repose-pied. il vous en coutera 10 à 12 €, et vous le trouverez en magasin de musique.

 


Publié le 7 septembre 2008 par stephanieforet dans Actualité,documents
Tags :: ,

Un duo facile

Quitte ta musette

Voici une pièce issue de la méthode pour clavecin de Michel Corrette, les amusemens du parnasse : il ya quelques semaines je vous proposais flon flon la rira dondène, voici maintenant quitte ta musette, dans une version pour deux guitares, ou guitare et instrument mélodique.

Paul, Cyril et quelques autres ont déjà eu la partition. Tous ceux qui veulent peuvent la télécharger en cliquant ici.

Voici également le MP3 pour vous aider à apprendre le morceau.

Quitte ta musette (M.Corrette)

Quitte ta musette est un rondeau, c’est à dire qu’il est composé d’un refrain (joué 3 fois), alternant avec des couplets (2 couplets ici). Essayez de repérer les refrains et les couplets à l’écoute et (ou) sur la partition : cela vous aidera à retenir la musique.

 

 


Publié le 25 mai 2008 par stephanieforet dans A écouter (MP3),Partitions
Tags :: , ,

My Lady Carey’s Dompe

My Lady Carey’s Dompe

Voici aujourd’hui la partition d’une pièce célèbre du XVIème siècle. (My Lady Carey’s Dompe) qui sera interprétée par des élèves le 13 juin prochain, lors du concert « orgue et guitare ». Cette pièce est écrite à l’origine pour virginal.  

  Vermeer, Dame assise au virginal (Ca. 1570)
Vermeer, Dame assise au virginal (Ca. 1570)

Le mot anglais Dompe ou Dump désigne vraissemblablement une composition écrite en mémoire de quelqu’un. Il s’agit d’un chant de lamentation, exprimant la peine et le chagrin. La plupart des « dump’s » parvenus jusqu’à nous sont associées à des Mary Carey
personnalités de haut rang.

 

 

 

La dame à laquelle il est fait allusion dans le titre de cette pièce est probablement Mary Carey, épouse de Sir William Carey et  soeur d’Anne Boleyn, reine d’Angleterre, deuxième épouse d’Henry VIII.

La mélodie est construite sur ce que l’on appelle un ground, c’est à dire un motif de basse répété en boucle. Observez que dans le cas qui nous interesse, le ground est très simple puisqu’il fait alterner deux accords composés d’une tonique et d’une quinte.

lcd.JPG

Sur ce ground sont développées plusieurs variations. La partition peut être jouée à deux guitares ( jouer alors alternativement le ground et la mélodie) mais aussi avec un instrument mélodique (violon, flûte, mandoline…), et bien sûr avec orgue, clavecin ou piano.


Publié le 13 mai 2008 par stephanieforet dans Actualité,Cours et documents,Partitions
Tags :: , , , ,

Musique à la cour de Bourgogne

 

Ensemble Asteria

musique de la fin du Moyen Age

Aujourd'hui, je vous invite à écouter et découvrir deux excellents musiciens.

Eric Redlinger (ténor et luthiste) et Sylvia Rhyne (Soprano) sont deux jeunes  musiciens américains. Ils s'interessent en particulier  à la musique de la fin du moyen-âge à la cour de Bourgogne. Leur interprétation de ce répertoire est basée sur d'importantes recherches musicologiques et sur une connaissance des contextes historique et artistiques. La vidéo  a d'ailleurs été réalisée au Chateau de Germolles, palais princier des ducs de Bourgogne (XIVème siècle).

Le chateau de Germolles est situé à une dizaine de kilomètres de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire. Les veinards qui habitent la région peuvent aller écouter l'ensemble Astéria qui se produit à Germolles les 15 et 17 mai 2008, à 20h00 (plus de renseignements ici).

Et si, comme moi, vous êtes totalement captivés et fascinés par ces deux musiciens, visitez le site de l'ensemble Astéria!


Publié le 5 mai 2008 par stephanieforet dans Actualité,concerts,vidéo
Tags :: , ,

Du luth à la guitare

La Donne Cella

 

luth

 

 La donne Cella

Aujourd’hui, une nouvelle pièce proposée par le professeur d’orgue dans le cadre du concert orgue et guitare. Souhaitant faire travailler la donne cella à un élève de 1er cycle, je devais transformer la partition, écrite à l’origine pour clavier, 
et la simplifier. Après reflexion, j’ai décidé de l’écrire sous forme de tablature de luth renaissance. Cette formule a l’avantage d’avoir des doigtés pas trop difficiles à réaliser et de conserver la tonalité de l’orgue, à deux conditions :

  1. Accorder la 3ème corde de la guitare 1/2 ton plus bas que d’habitude (le sol devient Fa#)

  2. Placer un capodastre à la 3ème case : Vous jouez les doigtés indiqués par la tablature, et la guitare transpose automatiquement!  

 On utilise souvent ces deux artifices pour jouer le répertoire du luth renaissance à la guitare classique. Le luth était en effet accordé ainsi : sol, ré, la, fa, do, sol (de l’aigu au grave).

Vous pouvez essayer de jouer cette pièce dont voici la tablature. Aidez – vous du MP3, ainsi que de l’article consacré à la tablature, pour savoir comment lire une tablature ancienne. N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires.

 

 

 


Publié le 25 avril 2008 par stephanieforet dans A écouter (MP3),Tablatures
Tags :: , ,