Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Les métiers de la musique (1)

L’enseignement spécialisé

 

Je vous propose aujourd’hui  d’inaugurer une série d’articles consacrés aux métiers de la musique, en Jess at guitar lessoncommençant par l’activité qui est le gagne-pain de beaucoup de musiciens:l’enseignement. Nous n’aborderons pas ici le cas des professeurs de musique en collège, mais celui des musiciens enseignant dans les conservatoires et écoles de musique.

Depuis les années 70 et le travail effecué par Marcel Landowsky à la direction de la musique du ministère de la culture, la France possède un riche réseau d’écoles de musique. Ces établissements ont cependant des statuts disparates (de la petite association au gros conservatoire dépendant d’une collectvité territoriale), ce qui implique des parcours et des formations très variables pour les enseignants qui y exercent.

Les écoles de musique et conservatoires territoriaux


Ce sont des établissements municipaux ou dépendant d’une communauté d’agglomération. Dans l’actuel
shéma d’orientation de l’enseignement musicalViva L'Opera, on les nomme conservatoire à rayonnement régional, conservatoire à rayonnement départemental ou conservatoire à rayonnement communal (pour plus de détails, voir ici).

Pour enseigner dans ces différents types d’établissement, il est nécessaire de posséder un diplôme d’enseignement (certificat d’aptitude ou diplôme d’état) et/ou d’être reçu à un concours de la fonction publique territoriale (concours d’assistant d’enseignement artistique, assistant spécialisé d’enseignement artistique, ou professeur d’enseignement artistique).

Les diplômes d’enseignement

Le C.A. et le D.E. de professeur de musique sont décernés par le ministère de la culture. Des examensOrgan students sur épreuve sont organisées par ce ministère, périodiquement et selon les instruments tous les 4 à 5ans. Pour l’année 2010 par exemple, les disciplines concernées par le D.E. sont le cor, la formation musicale et le saxophone. L’inconvénient de ces épreuves : les formations proposées sont soit très ponctuelles, soit inexistantes. De plus, l’examen ressemble souvent à un concours, avec beaucoup de prétendants et peu d’élus. Pour plus de détails sur les épreuves, vous pouvez consulter le site de la médiathèque de la cité de la musique.

Fort heureusement, depuis les années 90, des centres de formation à l’enseignement de la musique (CEFEDEM) se sont développés, rompant avec l’idée qu’il suffit de savoir bien jouer de son instrument pour être capable d’enseigner. La durée de ces formations diplômantes est de deux ans. Il s’agit d’études supérieures necessitant d’être titulaire d’un bac et d’un DEM (diplôme d’enseignement musical décerné par les conervatoires) dans la discipline souhaitée. Les CEFEDEM mettent aussi en place des formations en cours d’emploi, sur une durée de 3 ans. Pour plus de détails, vous pouvez consulter par exemple le site du CEFEDEM Rhône-Alpes.

Un grand bémol : l’existence des CEFEDEM est menacée à très court terme (rentrée 2010). Le ministère de la culture travaille en ce moment sur un projet de réforme des enseignements supérieursViolinist dans le domaine de la danse de la musique et de l’art dramatique. Dans ce projet, il est clairement écrit que la formation initiale au DE en 2 ans n’a pas vocation à perdurer. La formation au DE serait désormais réduite à quelques mois, à la suite d’un passage obligé par l’obtention d’un DNSPM (diplôme d’enseignement supérieur professionnel du musicien, correspondant à un premier cycle
d’enseignement supérieur) et l’obtention d’une licence. Plus de détails sur le site sauvons l’enseignement artistique.

Les concours de la fonction publique territoriale

Ils sont indispensables pour prétendre à un poste d’enseignant titulaire. Le concours d’assistant est accessible avec un DEM (dipôme d’études musicales décerné par les conservatoires), celui d’assistant spécialisé avec un DE de professeur de musique, et celui de professeur avec un CA. Pour chacun de ces concours, on peut également se présenter en interne, avec des conditions d’ancienneté. Je vous conseille d’aller lire tous ces détails sur le site du CNFPT.

Comme vous voyez, devenir musicien enseignant titulaire dans une structure territoriale est un long parcours. Mais cela permet d’accéder à un emplo stable, avec une rémunération statutaire et la sécurité d’u empoi de fonctionnaire.

Les écoles de musique associatives.

Music classes, Plaza Music Center, 912 Union St., Bklyn, 4/2...Leur taille et leurs raisons d’être peuvent être très variées. Certaines sont attachée à un orchetre d’amatuers (une harmonie par exemple) et visent à former des musiciens qui viendront grossir les rangs. d’autres sont là pour répondre à une demande d’école de musique non assumée les services publiques sur un territoire donné. ces écoles de musique sont tenues d’appliquer la convention collective de l’animation soioculturelle (tous les détails concernant cette convention, le statut des enseignants  et le salaire ici). pour enseigner dans ces écoles de statut assiociatif, aucun diplôme n’est, en théorie, obligatoire. C’est le directeur de l’établissement qui va définir ses propres critères de recrutement. On peut imaginer qu’en fonction des objectifs de son école de musique il préfèrera tel ou tel profil. En général, le fait de posséder un dipôme d’enseignement (DE ou CA) et/ou d’avoir suivi une formation dans un CEFEDEM est plutôt valorisé.

En résumé

On peut dire que selon qu’on enseigne en structure assiociative, privée ou publique, les parcours de formation et les conditions de diplômes sont très variables. les conditions de recrutement dans une structure associative sont moins exigentes que celles qui régissent l’enseignement dans les écoles de musique publiques (conservatoires). Les statuts sont cependant très différents et la perénnité n’est pas toujours assurée dans le cadre associatif, ou pour les agents non titulaires de la fonctio publique territoriale. Le prétendant à une carrière de musicien enseignant devra donc s’armer de courage, de patience et de persévérance.

 


Publié par stephanieforet le 4 décembre 2009 dans Actualité
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.