Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Concert d’élèves

Concert d’orchestre de flûtes et guitares

ou les petits Berlioz

Un orchestre composé uniquement de guitares (20) et de flûtes (40!), ça n’est pas banal… En général on ne voit pas de guitare dans un orchestre, et seulement 2 ou 3 flûtes.

En 1842, dans ses chroniques de la revue et gazette musicale de Paris, Hector BERLIOZ, lui-même guitariste et Berlioz, caricature anonyme, 1850flûtiste (!) semble bien sceptique sur la capacité de ces deux instruments à s’assembler en orchestre.

  • La guitare :  » La faible sonorité dont elle est pourvue […] ne permet pas de l’associer à d’autres instruments (…) «  et, plus loin :  » La guitare perd à être employée collectivement. Le son de douze guitares jouant à l’unisson est presque ridicule. »
  • Les flûtes : « … on les (fait) figurer souvent dans des morceaux où il serait mieux qu’elles ne fussent pas entendues. » Plus loin :  » Il semble que la flûte soit un instument à peu près dépourvu d’expression ».

Et bien… Vous pensez que nous partons avec un lourd handicap? Que Nenni! C’est sans compter sur nos volontés farouches, et le choix judicieux (nous l’espérons ) du répertoire. Nous vous invitons donc les :

Samedi 31 janvier 2009

salle des fêtes de Toulon-sur-Allier (O3) à 20H30

et

le 6 février 2009

à la salle polyvalente de Bourbon-l’archambault (03) à 20H00

pour les deux concerts, l’entrée est gratuite. Au programme : musique ancienne, musique d’Amérique du sud et … musique ancienne d’Amérique du Sud!

 


Publié le 26 janvier 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , ,

Vocabulaire de la musique


Le métronome

 

Tick TockUtilisation

le métronome permet aux musiciens d’avoir une indication de la vitesse d’exécution d’une oeuvre musicale. Cela permet aussi d’apprendre à jouer les rythmes à l’aide d’une pulsation régulière.

Cet appareil, muni d’un balancier, produit des battements réguliers, dont on peut régler la vitesse. Sur un métronome mécanique, le réglage se fait au moyen d’ un curseur que l’on déplace sur le balancier, gradué de 40 à 208 : ces chiffres correspondent au nombre de battements (pulsations) dans une minute. Plus il y a de battements, plus le tempo est rapide.

Un peu d’histoire

Son inventeur, Dietrich Nikolaus Winckel parla de son idée à Johann Nepenuk Mälzel, qui le breveta  en 1816. Cela signifie que toutes les musiques écrites avant 1816 n’ont pas d’indication de tempo métronomique possible. Toutefois, dans les éditions modernes, on peut lire des indications telles que noire = 80 (ou autre) : il convient de les prendre comme des suggestions. Et si Beethoven fut un des premiers compositeurs à s’enthousiasmer pour le métronome, son assistant, Anton Schindler rapporte que le célèbre compositeur aurait renoncé  plus tardivement à son utilisation :  » (…) Pas de métronome! Celui qui a un sentiment juste n’en n’a pas besoin (…) »Metronomic

Avant l’invention du métronome, l’idée de tempo ou mouvement (vitesse) était associée au caractère de la pièce de musique. Pour désigner les mouvements, on utilisait des termes tels que Largo (large), Andante (Allant), Agitato (agité), Con brio (etc.). On  faisait également référence à la vitesse du pouls, et on recommandait de tenir compte des notes les plus rapides pour déterminer le tempo d’un morceau.

Aujourd’hui encore, il peut être utile de penser à ces procédés. Car si les termes Adagio, Largo, allegro, presto sont encore utilisés, les références métronomiques qu’on leur attribue sont parfois arbitraires. 

Où trouver un métronome

Dans les magasins de musique! Le modèle mécanique est coûteux, mais on trouve maintenant des métronomes électroniques pour un budget abordable.  Et en attendant d’en avoir un, vous pouvez utiliser celui-ci en ligne. Bon travail!


Publié le 16 décembre 2008 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: ,

J’ai testé pour vous

Le Soundpainting

 

Le 21 novembre dernier, le jazz-club de Moulins accueillait en ses murs le guitariste Eric Chapelle, dans le cadre d’un cycle de formation aux musiques improvisées.

Eric Chapelle, guitariste de jazz, est également une des dix personnes en France formées à l’enseignement du soundpainting. Cette technique d’improvisation créée par Walter Thomson, s’adresse aux musiciens ainsi qu’aux danseurs, acteurs, poètes et plasticiens. Il s’agit d’un langage de signes (900 environ) qui permettent de structurer les improvisations, de réaliser des compositions en temps réel.

Pour les personnes, comme moi, peu habiles en matière d’improvisation, le soundpainting offre un cadre plutôt rassurant. Il ne s’agit pas d’improviser dans un style particulier (jazz ou autre) mais simplement de réagir aux signes de la personne qui dirige, selon ses possibilités et son propre bagage musical. Le soundpainter demande par exemple de jouer un son long ou au contraire des nuages de sons très courts (pointillisme). Il peut demander de monter ou de descendre d’1/2 ton, d’augmenter ou baisser le volume. Il peut aussi balayer l’orchestre avec son bras, geste qui permet d’obtenir des effets diffiles à consigner par écrit sur une partition.

En tant que musicienne participant à ce stage, j’ai constaté que faire partie d’un ensemble de soundpainting demande un effort de concentration très important. On ne sait pas à l’avance ce qu’il va se passer, il faut toujours être attentif et prêt à répondre au soundpainter, en interprétant ses gestes comme il se doit. Cependant, je n’ai pas vu le temps passé, et j’ai eu plaisir à jouer.

Le soudpainting semble être dans l’air du temps depuis peu. Les élèves des classes à horaires aménagés de l ‘école de musique avaient déjà bénificié d’un stage il ya deux ans. J’ignore comment cela est reçu par le public. A  vous de vous faire une opinion grâce au reportage qui suit.

Image de prévisualisation YouTube

 


Publié le 8 décembre 2008 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , ,

Un site à visiter

Les instruments de l’orchestre

L'aventure collective

Lorsque l’on parle d’orchestre, en musique classique, il s’agit le plus souvent de l’orchestre symphonique, avec son armée de violons, ses vents à l’arrière, et ses percussions tout au fond. De cet orchestre là, la guitare est exclue. Cela nous est bien égal : Berlioz n’a t-il pas dit « la guitare est un petit orchestre » ?

Alors, si vous voulez jouer sans faire mentir Berlioz, être capables de faire sortir de nos guitares tous les timbres qu’elle cache, vous pouvez entendre les  différents instruments sur le site les couleurs de l’orchestre.

En visitant les pages de ce site, vous entendrez chacun des instruments, et même les principales tessitures de voix (soprano, alto, etc…). Si vous ne savez pas très bien ce que veulent dire ces termes, pas de problème, un « dico » musical vous renseigne. Enfin, de façon ludique, vous pourrez tester vos connaissances musicales. Bonne visite!

P.S. : ce site est amusant, mais le mieux est encore de se rendre aux concerts, pour entendre les instruments et les voix, en vrai!

 

 


Publié le 18 novembre 2008 par stephanieforet dans divertissement
Tags :: ,

Musique à la cour de Bourgogne

 

Ensemble Asteria

musique de la fin du Moyen Age

Aujourd'hui, je vous invite à écouter et découvrir deux excellents musiciens.

Eric Redlinger (ténor et luthiste) et Sylvia Rhyne (Soprano) sont deux jeunes  musiciens américains. Ils s'interessent en particulier  à la musique de la fin du moyen-âge à la cour de Bourgogne. Leur interprétation de ce répertoire est basée sur d'importantes recherches musicologiques et sur une connaissance des contextes historique et artistiques. La vidéo  a d'ailleurs été réalisée au Chateau de Germolles, palais princier des ducs de Bourgogne (XIVème siècle).

Le chateau de Germolles est situé à une dizaine de kilomètres de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire. Les veinards qui habitent la région peuvent aller écouter l'ensemble Astéria qui se produit à Germolles les 15 et 17 mai 2008, à 20h00 (plus de renseignements ici).

Et si, comme moi, vous êtes totalement captivés et fascinés par ces deux musiciens, visitez le site de l'ensemble Astéria!


Publié le 5 mai 2008 par stephanieforet dans Actualité,concerts,vidéo
Tags :: , ,

Les notes de musique

Pourquoi Do-ré-mi-fa-sol?


notes de musiqueJe ne crois pas que mes élèves me posent souvent la question de l’origine du nom des notes.

Ce matin, en visitant le blog les échos d’une heure, tenu par Bruno Sentier sur le web pédagogique, j’ai eu la bonne surprise de lire un article sur ce sujet.

Bruno Sentier, professeur d’histoire-géographie, écrit des articles clairs et agréablement illustrés, en réponse aux questions des ses élèves.

Je vous conseille d’aller lire celui-ci. Vous découvrirez, comme moi, qu’en classe d’histoire-géo, on s’intéresse aussi à la musique. Bravo et merci à nos amis historiens!

 


Publié le 7 avril 2008 par stephanieforet dans documents
Tags :: ,

Orgue et guitare

Duo guitare et orgue 

The lady of Bedfords delight est une pièce de Tobbias HUME (soldat et musicien du début du XVIIème siècle!) écrite, à l’origine, pour deux violes de gambe. Je viens de réaliser un arrangement pour orgue et guitare.

La viole de gambe cet un instrument à archet (popularisé par le film « tous les matins du monde ») qui a la particularité d’être accordé comme un luth Renaissance.

Il est facile de passer d’un instrument à l’autre et, de la même façon que la musique pour luth s’adapte bien à la guitare, les pièces pour viole de Tobbias HUME sont transposables sur notre instrument.

Il peut être utile et plus aisé d’accorder la 3ème corde de la guitare en fa# (au lieu de sol). A vous de voir!

Marin Marais
Marin Marais, tenant sa viole comme un luth ou une guitare (par Andre Bouys, 1704)


Publié le 20 mars 2008 par stephanieforet dans Actualité,Partitions
Tags :: , ,

Le luth renaissance

 A quoi ça ressemble, un luth?

Je vous ai souvent parlé de cet instrument, le luth renaissance. Voici aujourd'hui une petite vidéo ou un excellent luthiste, Paul O'dette, présente son instrument, avec quelques illustrations sonores. Cette vidéo va vous faire progresser en anglais aussi! pour vous aider à comprendre, sachez que Paul Odette compare le luth renaissance à la guitare. Entre autre, il explique :

  • Que les cordes ne sont pas simples, mais montées par paires (exceptée la chanterelle, 1ère corde)

  • Qu'il existe aussi des frettes (les  frettes sont les petites barres qui forment les cases sur le manche)

  • Que ces frettes ne sont pas fixées au manche (comme sur une guitare), mais nouées autour, cela permet de les régler pour accorder en fonction de la tonalité de la pièce que l'on joue. Les frettes fixées au manche ne sont donc pas forcément un progrès par rapport au système des frettes "mobiles" du luth.

 


Publié le 4 mars 2008 par stephanieforet dans documents,vidéo
Tags :: , ,

Cité de la musique

Médiathèque de la cité de la musique

 J’ai visité aujourd’hui le site internet de la cité de la musique. A côté des catalogues, des concerts enregistrés, des recherches possibles sur les collections du musée, on trouve des dossiers pédagogiques. Si vous cliquez sur l’onglet  « dossiers pédagogiques » puis « instruments du musée » vous pouvez accéder à des photos de ces instruments, ainsi que des informations les concernant.

Je vous conseille particulièrement de consulter les chapitres « luth » et « guitares classiques ». Vous y trouverez des luths, théorbes, vihuela et guitares anciennes, des notices sur chacun de ces instruments ainsi que sur les origines du luth, de la tablature.

Et pour ceux de mes élèves qui attendent de faire de la guitare électrique, vous trouverez de quoi rêver avec plusieurs modèles de guitares légendaires.

Bonne visite!


Publié le 18 février 2008 par stephanieforet dans messages
Tags :: , , ,

La tablature

Comment lire une tablature de guitare…

La tablature est un système de notation musicale, qui indique où poser les doigts sur l’instrument, afin d’obtenir les notes recherchées. Les Lignes représentent les 6 cordes de la guitare (la corde la plus aiguë étant en haut) et les chiffres indiquent les cases où l’on doit poser les doigts (0= corde à vide, 1= case 1, 2= case 2, etc.). De nos jours, ce système est utilisé principalement pour la variété. Les guitaristes qui ne savent pas lire la musique l’apprécient. tablature moderne

La musique pour guitare classique est notée sur portée musicale. Mais il faut savoir qu’une importante partie du répertoire (musiques Renaissance, baroques) est le résultat de transcription de pièces écrites, à l’origine, en tablatures (pour luths, vihuela, guitare, théorbe…).   Différents systèmes existaient, comme des variations sur un même principe. Examinons ici les cas de la tablature française et de la tablature italienne.

  • La tablature française tablature française

Les lignes, au nombre de six, représentent les cordes.   La ligne du haut correspond à la chanterelle (i.e. corde la plus aiguë, celle qui chante) et celle du bas le 6ème choeur (Sur les instruments anciens, les cordes sont souvent doublées, d’où ce nom de choeur). On utilise des lettres au lieu des chiffres (a = corde à vide / b = 1ère case / c = 2ème case, etc.).

  • La tablature italiennetablature italienne 

On utilise des chiffres, comme aujourd’hui (0 = corde à vide / 1 = 1ère case, etc.) mais…

… La ligne du bas représente la corde la plus aiguë (la chanterelle donc)! Le sens est inversé par rapport à la tablature française ou par raport aux tablatures modernes. 

  • Notation du rythme

Les figures rythmiques sont notées au dessus de la tablature. On écrit une figure rythmique seulement si elle diffère de la précédente.


Publié le 14 février 2008 par stephanieforet dans documents,Tablatures
Tags :: , , ,