Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Le baroque en musique

Le baroque en musique

Suite à la demande d’un collègue professeur d’histoire-géographie, voici une petite présentation de différents aspects de la musique baroque. En tant que guitaristes, la musique baroque fait partie de notre répertoire (souvenez-vous de LouisXIV !) bien que necessitant quelques transformations pour être jouée sur une guitare classique. 

Le mot baroque peut s’entendre de multiples façons, et, concernant la musique, nous entenderons par Claudio Monteverdibaroque tout ce qui a été composé entre 1600 et 1750. En 1607 est créé le premier opéra connu, l’ orfeo de Claudio MONTEVERDI, et 1750 correspond à la mort du compositeur Jean-Sébastien BACH. Nous avons donc d’u côté la naissance d’u des principaux genres de l’époque baroque, et de l’autre la disparition d’un de ses plus grands compositeurs.
 

 Si la période considérée est longue et recouvre des réalités musicales variées, nous pouvons distinguer quelques grandes tendances, qui évoquerons peut-être les caractéristiques des autres arts, mais aussi de la pensée intelectuelle de ces 150 annés.

Mouvements et contrastes

La musique de cette période impose la danse : parmi les formes musicales les plus importantes on trouve en effet la suite de danses (enchainement d’ allemandes, courrantes, sarabandes, gigues, gavottes et bourrées et le ballet (qui connut un dévelopement certain à la cour de Louis XIV, avec Jean-Baptiste LULLY par exemple). Mais le mouvement désigne aussi une vitesse d’éxécution, un caractère (lents ou rapide, joyeux ou triste) : on joue des oppositions entre les différents mouvements, ainsi que les dynamiques, les timbres, et les groupes instrumentaux ( on voit naître le style concertant qui fait dialoguer différents groupes instrumentaux). Voici un exemple, en images, extrait de l’Orfeo de Monteverdi, par Jordi Savall.

Image de prévisualisation YouTube

 

Vous avez pu entendre dans cet extrait le caractère dansant de la musique. On note également une opposition entre d’un côté toute la masse orchestrale et, de l’autre côté, le chanteur soliste accompagné de quelques instruments (jeu d’oppositions).

Musique et rationalisme

A l’époque baroque ou établit des règles, on crée des académies (la musique n’y échappe pas) et on écrit des traités (Jean-Philippe RAMEAU, en 1712, est l’auteur du premier traité d’harmonie). Le système tonal (encore d’actualité dans les musiques de variété d’aujourd’hui) se met en place à cette époque, ainsi que le système métrique (qui concerne l’écriture du rythme musical). C’est aussi la naissance du tempérament égal : on décide de diviser l’octave en douze intervalles égaux. Il en résulte que, par exemple, un La # et un sib sont considérés come une même note, ce qui a une incidence sur la façon d’accorder les instruments, de façon à ce qu’ils sonnent juste dans toutes les tonalités. En 1722, Jean-Sébastien BACH publie le clavier bien tempéré qui réunit précisément un ensemble de préludes et fugues dans tous les tons majeurs et mineurs. Voici un prélude du 2ème livre, interprété par Pierre Hantai.

Image de prévisualisation YouTube

Un art du discours

Comme en rhétorique, la construction musicale est celle d’un discours, avec une introduction, un développement et une conclusion. Comme dans le discours donc, on forme des phrases musicales, on utilise des figures pour traduire des idées, faire naître des émotions. L’ idée de mort par exemple se traduit chez BACH par une chute de la voix dans le grave, l’idée de mensonge par une dissonance. L’expression de la sensibilité et des passions est de première importance à cette époque, et la musique sait se passer des mots pour cela : la musique instrumentale s’émancipe, n’ayant plus besoin d’être attachée à un texte pour qu’ on en perçoive le sens.

Musique baroque et guitare

La guitare fait partie des instruments pratiqués à l’époque baroque : elle est par exemple utilisée pour la basse continue (Accompagnement de mélodies). Mais elle n’a pas tout à fait les mêmes caractéristiques que la guitare que nous pratiquons aujourd’hui (dite classique) : elle compte 5 cordes doubles, et l’accord diffère un peu. Il en découle que la musique pour guitare baroque seule doit être transcrite, c’est à dire adaptée à la guitare d’aujourd’hui. De la même façon, on joue la musqiue écrite pour luth baroque (un instrument cousin) et même certaines pièces écrites pour clavecin (commes les sonates de Domenico SCARLATTI).

 


Publié le 15 novembre 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , , ,

Un blog cousin…

Je pince donc je suis!

Tel est le nom du blog tenu par Jean-François Deruy, professeur de luth et de guitare au conservatoire de la Roche-sur-Yon. Ce blog  a été créé en juin dernier, mais je l’ai découvert il y a seulement quelques jours. Les habitués de « autour de nos guitares » ne seront pas perdus, pusique « je pince donc je suis » fait partie du « webpédagogique ».

je pince

 Jean-François Deruy, son auteur est, comme moi, professeur de guitare dans un conservatoire, et l’on trouvera donc des ressemblances dans le fonctionnement des deux blogs ; mais avec tout ce qu’apporte l’expérience , les savoirs et les idées d’une autre personnalité. Je vous conseille donc de fréquenter régulièrement « je pince donc je suis! », excellent complément de « autour de nos guitares ».

 

 


Publié le 5 novembre 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , , ,

Louis XIV guitariste

La guitare, instrument royal

 

Depuis le 20 octobre, et jusqu’ au 7 Février 2010, se tient au chateau de Versailles une exposition consacrée à Louis XIV. Parmi différents aspects de l’exposition sont abordés la musique, la danse et les spectacles. Voici l’occasion pour nous de parler de Louis XIV … Guitariste! 

Luth ou guitare?musiciens de Louis XIV, François PUGET (Paris, musée du louvre)

Saviez-vous, en effet, que cet illustre monarque aimait à pincer les cordes de la guitare? A cette époque, la guitare est plutôt populaire et l’ aristocratie pratique plus volontiers  le luth. Les techniques des deux instruments s’opposent :  la guitare utilise massivement les accords « battus » alors que  le jeu du luth est beaucoup plus fin (douceur et accords arpégés) .

 

La guitare gagne ses lettres de noblesse.

Dans l’entourage de Louis XIV enfant, l’instrument noble est le luth (Louis XIII et Anne d’Autriche en jouent). Dès l’âge de 9 ans, suivant l’exemple familial, le jeune roi apprend à jouer de cet instrument. la gamme d'amour, Jean-Antoine Watteau.

Mais, dès 1650, il va faire de la guitare son instrument de prédilection. A cette époque, on recrute pour lui Bernard Jourdan de la Salle, un guitariste natif de Cadix. Puis, en 1651, on fait venir le plus grand virtuose de l’ époque : Francesco Corbetta. Enfin, on sait  que Louis XIV reçut des leçons de Robert de Visée, qui resta à son service en tant que chantre ordinaire de la musique de la chambre du roi.

Ainsi, grâce au souverain, la guitare s’intègre petit à petit dans la vie de l’aristocratie. Mademoiselle de Nantes,  Mademoiselle de Chartres et le dauphin en joueront. Et l’on finit par voir la guitare partout, jusque dans les tableaux de Watteau…

 

 


Publié le 2 novembre 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , ,

Classe 2 violon



Un nouveau blog musical!

mother & son practice violinJ’ai été très contente de découvrir ce matin un nouveau blog du webpédagogique consacré au violon, créé par Olivier Gamet, professeur de violon à Créteil et Auxerre,

Ce blog, classe 2 violon, est né d’une demande des élèves et de leurs parents, soucieux d’avoir quelques références concernant cet instrument. Ces jeunes musiciens, et leurs parents qui les accompagnent dans l’apprentissage  quotidien de la musique, trouveront en ligne des enregistrements et vidéos de grands violonistes, des conseils pour accorder son violon, l’entretenir, et adopter une bonne posture de jeu.

Souhaitons la bienvenue à ce nouveau blog!

Mais au fait… Savez-vous quel grand violoniste jouait aussi de la guitare? Qui d’entre vous sera le premier à répondre? A vos souris!

 


Publié le 8 octobre 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , , ,

Petite anatomie de la guitare

Petite anatomie de la guitare

Ayant pour projet de publier prochainement des billets concernant l’histoire de la guitare, j’ai pensé qu’il était peut-être utile de commencer par observer la guitare classique telle qu’elle se présente aujourd’hui, et d’apprendre à nommer les différentes parties qui la composent. Voici donc un petit shéma, qui vaut mieux qu’un long discours.

agrandirLa tête : Placée à l’extrémité du manche, elle porte les mécaniques sur lesquelles s’enroulent les cordes. Les mécaniques permettent de tendre ou détendre les cordes pour les accorder.

La touche : C’est une plaque de bois (souvent en ébène) fixée sur le manche. Elle est garnie de barrettes (petites barres de métal ) sur lesquelles les cordes appuient, grâce à l’action des doigts de la main gauche. Le point de contact d’une corde avec une barrette (ou frette) détermine une note précise. Par exemple, la 3ème corde pressée contre la 5ème barrette donne un do.

Les cordes : Au nombre de 6, elles sont en nylon le plus souvent. Elles sont attachées à la tête d’un côté, et au chevalet de l’autre.

La table d’harmonie : C’est le dessus de la caisse, le plus  souvent réalisé en cèdre ou en épicéa, principale partie de la guiatre mise en vibration.

L’éclisse : C’est la partie qui donne son épaisseur à la guitare et relie le dos à la caisse de résonnance.

La rosace : Motif décoratif disposé autour de l’ouverture. La rosace est souvent réalisée en marqueterie.

 


Publié le 10 février 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,

la guitaromanie

La guitaromanie

guitaromanie
Vous souvenez-vous de cette Gravure? Je vous avais proposé une petite énigme, il ya quelques semaines, en vous demandant d’imaginer comment les personnages de cette image en étaient arrivés là… J’ai reçu deux réponses :
 

  • Clément : « Bah je pense que plusieurs personnes ont voulu jouer la même partie et ils se battent, comme à l’orchestre de guitare quand on veut tous jouer la guiatre 1 »

  • Bénédicte : « 2008. Un guitariste adepte d’une tradition barbare (consistant à détruire avec violence son instrument à la fin des concerts), fait un saut dans le passé grâce à une machine à remonter le temps. Il initie tout un orchestre à cette curieuse pratique.Violons et archets volent en éclats. On rapporte que l’événement relança l’activité des luthiers. »

 Merci à Clément pour son humour, et à bénédicte pour son imagination.

Mais voici maintenant la véritable origine de cette scène. La gravure est issue d’un ouvrage publié en 1825, par Charles de Marescot : la guitaromanie.

Guitaromanie est aussi le terme qui a été utilisé pour décrire le renouveau spectaculaire de la guitare en Europe au début du XIXème siècle. Les élèves guitaristes connaissent bien le nom des compositeurs virtuoses de cette période (leurs noms hantent encore les recueils de partitions!) : Sor, Aguado, Carulli (etc.). toutes les illustrations de l’ouvrage de Marescot témoignent de l’engouement pour la guitare à leur époque. la preuve…

guitaromanie2

  contredanse carcassi 

(contredanse de Carcassi, jouée sur une guitare romantique)

Mais en au beau milieu de ces doux divertissements autour de l’instrument, pratiquée par de nombreux amateurs éclairés, deux écoles de guitare s’affrontent sur la place parisienne.

C’est la guerre!

D’un côté les carullistes recommandent l’utilisation des ongles pour jouer de la guitare de l’autre, les molinistes (adeptes des théories du guitariste Molino) défendent le jeu sans ongle, où seule la pulpe attaque la corde. l’illustration où l’on voit des musiciens s’affronter à coup de guitare est ainsi titrée : « discussion entre carulistes et molinistes ». Sereine discussion, n’est-ce-pas?

photoguitaromanie1.jpg

 

 


Publié le 6 mars 2008 par stephanieforet dans A écouter (MP3),documents,jeux
Tags :: , , ,

Cité de la musique

Médiathèque de la cité de la musique

 J’ai visité aujourd’hui le site internet de la cité de la musique. A côté des catalogues, des concerts enregistrés, des recherches possibles sur les collections du musée, on trouve des dossiers pédagogiques. Si vous cliquez sur l’onglet  « dossiers pédagogiques » puis « instruments du musée » vous pouvez accéder à des photos de ces instruments, ainsi que des informations les concernant.

Je vous conseille particulièrement de consulter les chapitres « luth » et « guitares classiques ». Vous y trouverez des luths, théorbes, vihuela et guitares anciennes, des notices sur chacun de ces instruments ainsi que sur les origines du luth, de la tablature.

Et pour ceux de mes élèves qui attendent de faire de la guitare électrique, vous trouverez de quoi rêver avec plusieurs modèles de guitares légendaires.

Bonne visite!


Publié le 18 février 2008 par stephanieforet dans messages
Tags :: , , ,

La tablature

Comment lire une tablature de guitare…

La tablature est un système de notation musicale, qui indique où poser les doigts sur l’instrument, afin d’obtenir les notes recherchées. Les Lignes représentent les 6 cordes de la guitare (la corde la plus aiguë étant en haut) et les chiffres indiquent les cases où l’on doit poser les doigts (0= corde à vide, 1= case 1, 2= case 2, etc.). De nos jours, ce système est utilisé principalement pour la variété. Les guitaristes qui ne savent pas lire la musique l’apprécient. tablature moderne

La musique pour guitare classique est notée sur portée musicale. Mais il faut savoir qu’une importante partie du répertoire (musiques Renaissance, baroques) est le résultat de transcription de pièces écrites, à l’origine, en tablatures (pour luths, vihuela, guitare, théorbe…).   Différents systèmes existaient, comme des variations sur un même principe. Examinons ici les cas de la tablature française et de la tablature italienne.

  • La tablature française tablature française

Les lignes, au nombre de six, représentent les cordes.   La ligne du haut correspond à la chanterelle (i.e. corde la plus aiguë, celle qui chante) et celle du bas le 6ème choeur (Sur les instruments anciens, les cordes sont souvent doublées, d’où ce nom de choeur). On utilise des lettres au lieu des chiffres (a = corde à vide / b = 1ère case / c = 2ème case, etc.).

  • La tablature italiennetablature italienne 

On utilise des chiffres, comme aujourd’hui (0 = corde à vide / 1 = 1ère case, etc.) mais…

… La ligne du bas représente la corde la plus aiguë (la chanterelle donc)! Le sens est inversé par rapport à la tablature française ou par raport aux tablatures modernes. 

  • Notation du rythme

Les figures rythmiques sont notées au dessus de la tablature. On écrit une figure rythmique seulement si elle diffère de la précédente.


Publié le 14 février 2008 par stephanieforet dans documents,Tablatures
Tags :: , , ,

Mais que se passe t-il (récréation)?

Enigme à résoudre

 

guitaromanie

Non non ce n’est pas une rédaction, c’est un jeu! Tout le monde peut participer ; le texte le plus proche de la réalité, et le texte le plus drôle seront publiés comme article sur le blog.


Publié le 10 février 2008 par stephanieforet dans documents,jeux
Tags :: , ,