Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

l’application vidéo

Pour compléter les 2 articles récents, vous trouverez maintenant les images et le son. Bien sûr, tout ce qui est valable pour la note « ré » le sera pour chaque autre note de votre choix! Cliquez et jouez!

http://www.youtube.com/user/helenebedoin#p/u/0/CiQH4nd-JFQ


Publié le 28 février 2010 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , , , , , , , ,

la réponse : SUR CHAQUE CORDE….12 NOTES

quelque soit votre niveau, cet article vous intéresse : de la case I à la case XII incluses, le son sur chaque corde monte de 1/2ton en 1/ton, case par case (Stépahanie a expliqué il y a quelques temps, pour les plus jeunes, ce qu’était un 1/2ton). Au bout de 12 cases, on retrouve la note initiale de la corde à vide à l’octave supérieure : inévitablement vous avez joué une fois un do, une fois, un ré , un fois un ré#, une fois un la b, etc… ainsi sur chaque corde, vous trouvez une fois chaque note, et sur le manche entre les cases I et XII vous trouvez 6 fois la même note ; à la case XIII, tout recommence pareil. Maintenant, à vos cordes, et recherchez les 6 « ré ». Au prochain article, la vidéo pour vérifier!


Publié le 12 février 2010 par beatrice1 dans Actualité
Tags :: , , ,

En l’absence de Stéphanie…

…j’ai pour mission de faire vivre le blog « autour de nos guitares ». et je vais commencer par vous poser une question : vous êtes vous déjà demandé à combien d’endroits de votre manche vous pouviez trouver un « ré » , sans #, ni b, et quelle soit sa hauteur ?

Je vous laisse chercher un peu…et je reviens demain lire vos réponses!…

à trés bientôt, Béatrice


Publié le 7 février 2010 par beatrice1 dans Actualité
Tags :: , , , , , , ,

Le capodastre

Le capodastre

Voici un des petits objets magiques qui servent la guitare, et le guitariste. après s’être émeveillés sur le repose-pied, puis le diapason, mes élèves ne demandent qu’à jouer avec leur capodastre. Mais quel objet se cache donc derrière ce mot mystérieux?

Image On peut se risquer à une étymologie hasardeuse. Capo veut dire tête en italien et dastre peut venir de destra, qui veut dire (à) droite.

En effet, le capodatre est un objet qui se fixe sur le manche de la guitare en pressant fortement sur les cordes, comme quand on fait un barré avec un doigt de la main gauche. On peut déplacer le capodastre vers la droite, pour obtenir un son de plus en plus aigu : cela permet de transposer un morceau, sans changer les doigtés. Voici une petite explication sonore :

 capodastre

 

Il existe plusieurs modèles de capodastre. Voici ceux que l’on trouve le plus souvent :capodastres

  • Le modèle « simple », qui est le plus économique (environ 10€) mais pas toujours facile à fixer.
  • Le modèle « à ressort », un peu plus couteux (20-25€) mais très facile à placer.

 

 On trouve ces 2 modèles facilement en magasin de musique, là où vous avez acheté votre guitare, par exemple.

Quand on fait de la guitare d’accompagnement, le capodastre peut permettre d’adopter des doigtés plus faciles. Par exemple, au lieu de jouer un accord de Si mineur (Bm) qui demande un barré, on peut choisir de jouer un accord de La m (Am), en plaçant le capodastre (Capo pour les intimes) à la deuxième case.

 


Publié le 26 octobre 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: ,

Travaux d’élèves

Ostinato

Ostinato est le nom que nous avons donné au petit morceau de musique écrit par Thibault. Comme son nom l’indique, ce petit morceau est constuit à partir d’un motif obstiné, c’est à dire qui se répète constamment.

Dans le morceau de Thibault, ce motif obstiné est à la basse et correspond à une contrainte que j’avais donné aux élèves pour ce travail. Voici la basse obstinée inventée par Thibault :

Répéter un motif à la basse, est un procédé d’écriture que l’on trouve dans différentes formes musicales : passacailles, chaconnes, grounds. A partir de ce motif, on imagine différentes variations, un peu comme dans le thème et variation.

Avant de se lancer dans ce travail, nous avons joué et (ou) écouté différents exemples musicaux :

  • Le canon de Pachelbel
  • Wakefilde on a green (XVIème siècle)
  • Dans ma rue (Ridan)
  • Anji (Simon & Garfunkel)
  • Two in one upon a ground (H. Purcell)

Le travail d’écriture lui-même a été favorisé par une petite analyse de ces oeuvres, ainsi qu’un rappel de quelques notions étudiées en cours de formation musicale : accords, notes étrangères, notes de passage (etc.). Thibaul a su utilisé avec réussite ces notions. Voici son ostinato, jouable dès la fin du premier cycle :

thibault :ostinato

(partition en format PDF)

                                    


Publié le 22 juin 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,

Réviser son solfège

La théorie et le solfège

 

Le mois de juin est la période des contrôles de formation musicale dans les écoles de musique et conservatoires. Beaucoup de mes élèves redoutent la théorie des épreuves écrites, et stressent pour l’oral. Si, comme certains d’entre eux, vous vous y prenez au dernier moment pour réviser, voici trois sites qui vous aideront :

 

  • audio lexic : le wiki sur tout ce qui touche l’audio et la musique ( pages collaboratives d’articles et de définitions).
  • Théorie de la musique : toutes les notions théoriques ( portée, notes, clés, diapason, degrés, intervalles, gammes…) et même un questionnaire d’auto-évaluation).
  • Happynote : Pour apprendre à lire la musique  ou s’entrainer pour les épreuves orales. Des partitions sont associées à des enregistrements. Il est aussi possible de télécharger gratuitement un jeu vidéo éducatif.

Bonnes révisions!

 

 

 

 


Publié le 2 juin 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: ,

Vocabulaire de la guitare

Le pincé

 

Au même titre que le buté, voici une technique pour attaquer les cordes à la main droite . Pincer est un terme qui semble aller de soi. Ne dit-on pas  pincer sa guitare ? On parle aussi d’instruments à cordes pincées.

Pourtant, ce mot est un peu trompeur. Beaucoup de jeunes élèves, quand je leur parle de pincer, commencent par se saisir de la corde entre le pouce et l’index, et la tirent vers l’avant, ce qui donne ce genre de résultat :

pincer-p-i

Aïe! Nos pauvres oreilles! Il convient donc de jouer la corde avec un seul doigt, et voici un exemple (en images) avec l’index jouant en pincé sur la corde de sol :

1. L’index se prépare à jouer, en se posant sur la corde de sol (3ème corde). Remarquez que les autres doigts (majeur, annulaire et pouce) sont posés aussi, pour bien stabiliser la main.

2. L’index pousse sur la corde (il ne tire pas vers l’avant), il est arrondi et se prépare à rentrer vers l’intérieur de la main, sans toucher la corde voisine (corde de ré).

3. L’index a maintenant « attaqué » la corde et on entend un joli sol (peut-être pas si joli encore, surtout si vous essayez pour la première fois!).

 

Remarquez que l’articulation du doigt se fait vers l’intérieur de la main et non vers le haut, comme vous pouvez l’observer sur ces trois nouvelles images :

Et voici la même mélodie que plus haut, avec un pincé « normal » – c’est à dire avec un doigt seul, et non en tirant la corde serrée entre le pouce et l’index!

pince-normal

C’est mieux comme ça, non? Remarquez que l’on entend beaucoup de résonances. Le pincé est utilisé surtout pour jouer les accords et les arpèges, qui nécessitent que toutes les notes résonnent ensemble.


Publié le 22 février 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,

Petite anatomie de la guitare

Petite anatomie de la guitare

Ayant pour projet de publier prochainement des billets concernant l’histoire de la guitare, j’ai pensé qu’il était peut-être utile de commencer par observer la guitare classique telle qu’elle se présente aujourd’hui, et d’apprendre à nommer les différentes parties qui la composent. Voici donc un petit shéma, qui vaut mieux qu’un long discours.

agrandirLa tête : Placée à l’extrémité du manche, elle porte les mécaniques sur lesquelles s’enroulent les cordes. Les mécaniques permettent de tendre ou détendre les cordes pour les accorder.

La touche : C’est une plaque de bois (souvent en ébène) fixée sur le manche. Elle est garnie de barrettes (petites barres de métal ) sur lesquelles les cordes appuient, grâce à l’action des doigts de la main gauche. Le point de contact d’une corde avec une barrette (ou frette) détermine une note précise. Par exemple, la 3ème corde pressée contre la 5ème barrette donne un do.

Les cordes : Au nombre de 6, elles sont en nylon le plus souvent. Elles sont attachées à la tête d’un côté, et au chevalet de l’autre.

La table d’harmonie : C’est le dessus de la caisse, le plus  souvent réalisé en cèdre ou en épicéa, principale partie de la guiatre mise en vibration.

L’éclisse : C’est la partie qui donne son épaisseur à la guitare et relie le dos à la caisse de résonnance.

La rosace : Motif décoratif disposé autour de l’ouverture. La rosace est souvent réalisée en marqueterie.

 


Publié le 10 février 2009 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: , , ,

Vocabulaire de la musique


Le métronome

 

Tick TockUtilisation

le métronome permet aux musiciens d’avoir une indication de la vitesse d’exécution d’une oeuvre musicale. Cela permet aussi d’apprendre à jouer les rythmes à l’aide d’une pulsation régulière.

Cet appareil, muni d’un balancier, produit des battements réguliers, dont on peut régler la vitesse. Sur un métronome mécanique, le réglage se fait au moyen d’ un curseur que l’on déplace sur le balancier, gradué de 40 à 208 : ces chiffres correspondent au nombre de battements (pulsations) dans une minute. Plus il y a de battements, plus le tempo est rapide.

Un peu d’histoire

Son inventeur, Dietrich Nikolaus Winckel parla de son idée à Johann Nepenuk Mälzel, qui le breveta  en 1816. Cela signifie que toutes les musiques écrites avant 1816 n’ont pas d’indication de tempo métronomique possible. Toutefois, dans les éditions modernes, on peut lire des indications telles que noire = 80 (ou autre) : il convient de les prendre comme des suggestions. Et si Beethoven fut un des premiers compositeurs à s’enthousiasmer pour le métronome, son assistant, Anton Schindler rapporte que le célèbre compositeur aurait renoncé  plus tardivement à son utilisation :  » (…) Pas de métronome! Celui qui a un sentiment juste n’en n’a pas besoin (…) »Metronomic

Avant l’invention du métronome, l’idée de tempo ou mouvement (vitesse) était associée au caractère de la pièce de musique. Pour désigner les mouvements, on utilisait des termes tels que Largo (large), Andante (Allant), Agitato (agité), Con brio (etc.). On  faisait également référence à la vitesse du pouls, et on recommandait de tenir compte des notes les plus rapides pour déterminer le tempo d’un morceau.

Aujourd’hui encore, il peut être utile de penser à ces procédés. Car si les termes Adagio, Largo, allegro, presto sont encore utilisés, les références métronomiques qu’on leur attribue sont parfois arbitraires. 

Où trouver un métronome

Dans les magasins de musique! Le modèle mécanique est coûteux, mais on trouve maintenant des métronomes électroniques pour un budget abordable.  Et en attendant d’en avoir un, vous pouvez utiliser celui-ci en ligne. Bon travail!


Publié le 16 décembre 2008 par stephanieforet dans Actualité
Tags :: ,

Vocabulaire de la guitare

Le buté

Le buté désigne une des principales techniques de main droite à la guitare. Ne voulant point voir votre esprit buter sur l’éventuelle difficulté que pourrait représenter cette technique, j’entreprends aujourd’hui de vous expliquer ce dont il s’agit. Je le fait en pensant en particulier aux parents d’élèves qui lisent maintes et maintes fois cette injonction sur les cahiers de leur enfant :  » à jouer en buté ».

Imaginons que nous voulions jouer la première corde de la guitare (la plus aigue, le mi) en buté .

I. Pour commencer votre doigt (l’index) est posé sur la première corde. Pour jouer la note, il va presser cette corde et continuer sa course  en direction de la 2ème corde.

II. Le doigt vient se poser,  s’appuyer  sur la 2ème corde. Ainsi bien calé sur la deuxième corde, l’index constitue un point d’appui qui stabilise la main et qui va permettre au majeur de jouer à son tour la corde 1.

Car un principe important  est celui de l’alternance des doigts : l’un joue pendant que l’autre est posé sur la corde voisine, et ainsi de suite. Je compare souvent ça à deux jambes qui marchent, ce qui amuse les enfants.

le buté est souvent le premier geste enseigné aux débutants, ce pour plusieurs raisons :

  1. Les premiers « morceaux » joués sont des mélodies, entendez par là qu’ils n’ y a pas encore de polyphonie (accords, ou plusieurs notes jouées en même temps). Or, le buté est à mon sens la technique qui convient le mieux au jeu monodique.
  2. Le jeu buté permet d’obtenir une certaine puissance et un timbre agréable.
  3. Grâce aux appuis des doigts sur les cordes, la main droite est stabilisée.

 


Publié le 4 novembre 2008 par stephanieforet dans Cours et documents
Tags :: , ,