Autour de nos guitares
blog d\'une enseignante d\'école de musique

Vocabulaire de la guitare

 Voici une nouvelle rubrique : je vous propose de découvrir des mots, des objets relatifs à la guitare et (ou) à la musique. En cette période de rentrée, je pense particulièrement aux débutants et à leurs parents qui découvrent l’instrument, mais aussi les petits objets qui vont avec. Aujourd’hui donc :

Le repose-pied

A son sujet, j’ai tout entendu : le pied, le marche-pied, le chausse-pied, le trépied, et même… Le casse-pied! Le terme habituel est Repose-pied. Il s’agit d’un petit accessoire pliant, sur lequel on pose le pied, ce qui permet de surélever la jambe sur laquelle est posée la guitare. Voici (à peu près!) à quoi cela ressemble :  

repose-pied

Le repose-pied  est l’accessoire le plus souvent utilisé pour trouver une position efficace et adaptée au jeu de la guitare. Mais il existe d’autres possibilités. Certains guitaristes préfèrent un support, ou un petit coussin, placé sous le côté inférieur de la guitare (éclisse) et reposant sur le genou. Je déconseille ce système pour les enfants et pour toute personne dont les jambes ne sont pas très grandes : si les cuisses, uns fois assis, ne sont pas au moins à l’horizontal, la guitare et son support auront tendance à glisser…

 

Historiquement, la manière de tenir la guitare a souvent été l’objet de recherches. On ne peut pas utiliser les le triposidon d\'Aguadomains pour tenir l’instrument, tout en faisant courir les doigts sur le manche et les cordes… Il fallait bien trouver une solution.

Dioniso AGUADO, guitariste virtuose et compositeur du XIXème siècle,  invente le triposidon.  il s’ agit d’un support à trois piedes sur lequel on fixe la guitare. Le guitariste se place derrière la guitare ainsi maintenue, comme un  pianiste s’assied devant son piano. il n’a plus qu’ à placer (et déplacer) les mains sur l’instrument sans craindre de voir celui-ci glisser.

F. SOR et sa table Fernando SOR (1778-1839) aborde également le problème dans sa méthode de guitare (1830). Il explique comment il s’aide d’une table pour obtenir de la guitare une position la plus fixe possible : il fait reposer la guitare sur le genou droit d’un côté, et sur la table de l’autre (cf. gravure ci-contre); Ainsi, écrit-il, « je suis à même de parcourir aisément le manche de la main gauche, qui n’est point obligé de soutenir l’instrument, parce-que (…) il est soutenu par le genou et la table ».

 

Vous pouvez vous amuser et essayer ces méthodes, où même inventer d’autres systèmes ou gadgets; Si vous manquez d’idées, reste à vous procurer ce fameux repose-pied. il vous en coutera 10 à 12 €, et vous le trouverez en magasin de musique.

 


Publié par stephanieforet le 7 septembre 2008 dans Actualité,documents
Vous pouvez laisser une réponse, ou un trackback depuis votre site.

Laisser une réponse

Vous devez être identifié pour écrire un commentaire.