La « naissance » de cette politique

     En 1949, la Chine compte à peu près 560 millions d’habitants et l’état décide donc d’encourager la natalité dans le pays. L’idée était la suivante : « plus il y aura de bras, plus nous serons forts ». Mais dans les années 1970, le gouvernement se rend compte que cette politique a trop de succès car le nombre moyen d’enfant par femme (le taux de fécondité) est de 5.7. Il décide donc de créer le planning familial qui doit permettre de limiter la surpopulation du pays dans les années futures. Comment ? en incitant les chinois à se marier plus tard, à avoir des enfants plus tard et à attendre au moins 4 années entre deux naissances. Malgré tout cela, la population continue à augmenter fortement et rapidement et en 1979 le gouvernement chinois décide de créer la politique de l’enfant unique dont le slogan est « un couple, un enfant ». Désormais l’état ne se contente plus de conseils, il fait des lois que le peuple doit respecter.

Image de propagande vantant les mérites de l'enfant unique

Les méthodes d’application de cette mesure

     Pour faire respecter la loi, l’état fait signer des contrats aux habitants dans lesquels ils s’engagent à n’avoir qu’un seul enfant, tout en multipliant les informations sur les moyens de contraception existant. De plus, les couples ne respectant pas cette règle voient leurs impôts augmenter et peuvent aussi recevoir une amende. Selon Amnesty International, le gouvernement chinois ne se serait pas contenté de ces méthodes et aurait utilisé contre les femmes la stérilisation et les avortements forcés.

     Pourtant, petit à petit cette politique est assouplie. En 1984, dans les campagnes, le gouvernement autorise une deuxième naissance si le premier enfant est une fille. De plus, les couples issus de minorités ethniques sont autorisés à avoir 3 ou 4 enfants. En 1997, les autorités donnent le droit aux couples mariés composés de deux enfants uniques d’avoir deux enfants, mais cela reste très rare. Enfin, depuis 2002, les couples désirant avoir plusieurs enfants en ont la possibilité à condition de payer une taxe de 600 euros par naissance.

Bilan

     Aujourd’hui, on estime que cette politique a fait chuter le taux de fécondité à 1,8 enfant par femmes et a évité 400 millions de naissances. Cependant, cette loi a posé de nombreux problèmes. Tout d’abord, le rapport homme / femme est disproportionné avec un taux de 120 hommes pour 100 femmes. Ensuite, certaines populations campagnardes qui ont besoin de bras pour travailler, ont préféré ne pas déclarer leurs enfants. Ces « enfant noirs » n’ont aucuns droits car ils n’existent pas aux yeux de l’état. On estime leur nombre à 200 millions.

http://www.dailymotion.com/video/xlx4o5

     Enfin, cette mesure a également engendré des pratiques populaires inacceptables comme les avortements sélectifs une fois le sexe de l’enfant connu, les meurtres de nouveau-nés, les abandons de filles…Pour limiter ces dérives, le gouvernement a donc exprimé son intention en 2007 de rendre illégale la détermination du sexe de l’enfant lors de la grossesse, sauf en cas de problème médical.

     Mais la politique de l’enfant unique pose aussi un autre problème : celui du vieillissement de la population. En effet, dans les années qui viennent, si l’Etat ne modifie pas cette politique, le taux de mortalité dépassera le taux de natalité et le pays se retrouvera confronté à de nombreux problèmes tels que le financement des retraites ou le manque de place dans les maisons de retraite.

Image de prévisualisation YouTube

     C’est pour cela que certaines régions commencent à revenir en arrière en incitant les habitants qui le peuvent à avoir 2 enfants. Mais un enfant coûte cher. Ce sont donc surtout les plus riches qui franchissent le pas.

Image de prévisualisation YouTube

Sources :

- Wikipédia

- Radio86

- Courrier international

- Le Figaro

- Sciences Humaines

Tags : ,