Archives du mot-clé Allaire

Jacques Allaire: un choc

Parole de prof.

Parce que le spectacle avait lieu un vendredi soir, et que tous les internes partent.

Parce qu’il n’y a eu que 36 inscrits pour le superbe « Dernier contingent » (50 places payées).

« Je suis encore en vie », de Jacques Allaire , un vrai choc: un théâtre corporel, esthétique, sans esbrouffe,  musical,  perturbant, sans mots ou presque  , un instant de poésie brute et sans égal.

Une femme musulmane (elle prie régulièrement) attend patiemment pendant au moins 30 minutes que  son époux, vraisemblablement atteint d’une maladie incurable, meure. Cela ressemble un peu au « Concept du visage du fils de Dieu » de Castellucci, en mieux. Elle s’ennuie, attend, a des envies de meurtre… Il meurt. Elle ne peut supporter cette mort, essaie de la faire revivre, de le réenfanter, le ressusciter (superbe et déchirant moment, violent, chorégraphié, proche parfois d’une pietà). Trop tard. On comprend par des phrases, rares, qu’il était était peur-être écrivain.  Lui, ou son fantôme, ressuscite , fume une clope. Puis l’étrangle et lui met la tête dans une bassine, sur fond musical d’une romance des années 30.

Parabole de l’amour fou ? de la domination masculine dans des pays du Maghreb ? de l’amour par delà la mort ? image du théâtre réfléchissant sur lui-même ? (la pièce se fabrique devant nos yeux, tranquillement, avec un acteur / metteur en scène qui détermine par du scotch au sol l’espace du jeu) ? peut importe, tout à la fois.

Merci pour ça, pour ma claque de l’année.

Le spectacle, en vidéo, rien à voir avec le vrai, car trop serré, etc.

Image de prévisualisation YouTube

Page trouvée par la suite: une lecture du spectacle