Visite aux archives départementales d’Alençon

Mardi 5 janvier 2016, nous nous sommes rendus aux archives départementales d’Alençon afin d’enrichir nos connaissances sur la famille Kuczyk-Woda.

Dans un premier temps, l’archiviste Matthieu Legoïc nous a présenté les archives départementales et leurs missions.

Après avoir repéré les documents nécessaires, nous nous sommes rendus dans les salles d’archives, pour prendre ces derniers.

Puis nous avons feuilleté ces dossiers vieux de plus de 70 ans, afin de trouver les informations que nous recherchions sur Szprinca et les siens.5 janv app1 (6)

Pour finir, nous avons visités deux expositions sur le camp de Damigny et sur un ancien résistant Camille Deletang qui a réalisé plus de 150 dessins sur des déportés.

Thibault et Killian

Cette visite aux archives nous a permis de découvrir de nombreuses  choses  :

  •  sur Zelman Shlomo, le mari de Szprinca ( date de naissance , résidence ) .
  • sur Israël, le fils ainé. Nous connaissons désormais son visage5 janv app1 (3)
  • sur le deuxième fils de Szprinca, Simon  : né le 08/05/1929, écolier pendant la guerre, , il résidait  avec sa mère à Tesse – la – Madeleine. Il a été arrêté avec son frère le 09/10/1942 , presque trois mois après leur mère.  Internés à Drancy, nous savons qu’ils ont été libérés par leur père deux semaines plus tard et qu’ils ont survécu.
  • sur l’adresse exacte de Szprinca : Villa des coccinelles, rue de la mairie. Le problème est que cette rue n’existe plus aujourd’hui (Tessé la Madeleine a fusionné avec Bagnoles, certaines rues ont été rebaptisées).

Pour retrouver cette rue, Romain a envoyé un mail à la mairie de Bagnoles de l’Orne . Les services de l’urbanisme ont pu nous fournir l’adresse actuelle : 10 rue Pierre Vivet.

Nous nous sommes rendus sur place. Voici une photo de la maison :

25 janv (10)

Lors de ce déplacement à Bagnoles, M.Auffret nous a fait découvrir l’ancienne kommandantur. C’était à l’époque un bel hôtel réquisitionné. C’est aujourd’hui une maison de retraite. Les troupes allemandes étaient donc stationnées à quelques centaines de mètres seulement de chez Szprinca.

kommandantur25 janv (8)

 

Nous avons ensuite pu consulter des archives conservées à la mairie et mises à notre disposition par M.Auffret.

archives mairie

Tony