La escuela de Quilotoa

3 07 2013

Quilotoa sur la carte

La escuela se encuentra en la cordillera de las Andes, muy cerca del lago que está en el fondo del cráter del volcán. Hay 70 niños de una communidad quechua, repartidos en 4 clases de niveles diferentes, de la edad de 4 a 11/ 12 años.
Fuimos recibidos por el director que enseña a los niños mayores. El tiene 25 alumnos. Quando llegamos, una mitad de la clase se había ido al curso de inglès, ya que en esta escuela hay una profesora de inglès.
Yoann y Titouan se presentaron en español así como los niños de la clase, y aquéllos se pusieron a cantar una canción de amistad. Despuès, indicamos donde está Francia en un globo, y Laura, una jovencita canadiense que nos acompañaba, enseño tambien donde está Canada. Yoann y Titouan entregaron una fotos de Marsella a los niños, y les ofrecimos 3, para que pudieran recordar nuestra visita.
El director nos invitó a compartir la merienda de la mañana en el comedor, y los niños jugaron a la pelota un rato. El director nos pareció interesado por un intercambio con una clase francesa.

Traduction en français

Dessins des enfants de l’école de Quilotoa




Atterrissage sur la cordillère des Andes

3 07 2013

Depuis l’Australie, nous avons pris un avion long courrier pour traverser l’Océan Pacifique jusqu’à Santiago du Chili, via Auckland en Nouvelle-Zélande. Du Chili, nous avons survolé la Cordillère des Andes et atterri à Quito en Equateur.

Yoann : on est rentré dans la cabine du capitaine de l’avion, il y avait plein de boutons et on a mis la casquette du capitaine.
Le capitaine partait à la retraite, et des gens ont arrosé l’avion avec des lances à eau pour lui dire au revoir.
En arrivant à Quito, dans notre « posada », nous avons vu un colibri, c’est le plus petit oiseau au monde et aussi le seul oiseau qui arrive à faire du « sur place ».

Titouan : dans « la posada » où on dormait, il y avait des hamacs et on a joué au billard.
Nous avons vu la cathédrale de Quito et on est rentré dans un monastère très coloré.

Yoann : nous avons visité la vieille ville. Nous sommes rentrés dans une église très baroque, un monsieur jouait de la guitare. La religion, ici, est le christianisme car ce sont les Espagnols qui l’ont amenée.

Titouan : les femmes en Équateur sont petites et portent le costume typique avec aussi un chapeau de feutre.
Dans le musée de Quito, on a vu des statues magnifiques, une momie, et une salle avec des masques en or et en argent.

Yoann : la cordillère des Andes est beaucoup plus longue que la chaîne de l’Himalaya. Nous avons pris un bus pour monter dans « la Sierra » jusqu’à Quilotoa. On a fait une balade pour descendre dans le cratère où il y a un lac. Il y avait beaucoup de sable. il y a 7 mois un volcan a explosé et les cendres sont arrivées jusqu’ici. En remontant du lac, on était épuisé car c’était dur mais c’était splendide aussi.
Le deuxième jour, on a fait le tour du cratère sur les crêtes. On a mis 6 heures. Les paysages étaient extraordinaires. De temps en temps, on voyait des chien qui gardaient les moutons, on voyait les nuages tomber dans le lac. On est monté à 4000 mètres et on a vu un aigle, c’était peut-être un condor.

Titouan : à Latacunga, nous avons vu de loin le volcan Cotopaxi qui est à 5000 mètres. Il y a plein de volcans en Equateur.
Le chemin pour faire le tour du cratère à Quilotoa était sur les crêtes et il y avait plein de fleurs. Nous avons pique-niqué.

Yoann : on a vu des lamas avec leurs bébés.
Nous sommes allés à un marché dans un petit village pour voir les animaux que les Indiens Quechuas vendaient : les lamas, les porcs, les poules…

Titouan : on a vu la laine que les Indiens vendaient.

 




Panorama de nos rencontres avec les écoliers du monde

27 06 2013
6 mois sont passés depuis notre départ autour du monde, l’année scolaire 2012/2013 se termine, voici un panorama de nos rencontres avec les écoliers du monde.Retrouvez sur lewebpedagogique tous les articles dans la page accueil / catégorie « échanges culturels »

La grande photo de la classe du monde se trouve également sur www.lirelart.com

 

 

 

 

 




Les aborigènes

24 06 2013

carte de notre périple en Australie

Nous avons parcouru l’Australie profonde (the outback) pour avoir un petit aperçu de la culture aborigène, de la vie sauvage et des grands espaces.

Yoann : on a loué un camping-car pour 15 jours, et le premier jour sur la route, on a vu des chameaux, des vaches, et des vautours avec une carcasse de kangourou.
On a vu des cratères de météorites, et des scientifiques astronomes sont venus ici pour étudier car c’est comme sur la lune et sur Mars. Il y avait un cratère qui faisait 15 m de profondeur. Quand il pleut, les dingos s’attaquent aux animaux qui viennent boire dans l’eau au fond des cratères.

Titouan : près des cratères des météorites, on entendait les dingos qui hurlaient au loin.
Le deuxième jour, nous sommes allés à Uluru. C’est un rocher rouge impressionnant. Nous avons vu des peintures aborigènes,  mais on ne pouvait pas prendre des photos partout car c’est un site sacré pour les aborigènes. On a vu une grotte où autrefois ils faisaient la cuisine, une gorge magnifique, et papa et maman nous ont raconté les rêves des aborigènes qui étaient écrits en anglais sur les pancartes. Nous avons vu un trou d’eau (waterhole) où vivait le serpent arc-en-ciel.

Yoann : on a lu dans un centre culturel que les aborigènes mangeaient des fourmis, des limaces et d’autres insectes. On a fait le tour du rocher sur un sentier. Les aborigènes disent qu’il faut regarder autour de soi et ne pas faire de bruit car leurs ancêtres sont partout dans la nature. A un moment, on a vu l’endroit où les hommes apprenaient  aux jeunes garçons comment chasser, il y avait des peintures. Il y avait une cascade et l’érosion faisait des formes étranges.

On est allé à Kata-Tjuta où les formes des rochers étaient différentes d’Uluru, plus hautes. Il y avait des petites cascades qui coulaient et à un moment on est arrivé dans une cuvette, la vallée du vent.
On voyait des chutes d’eau qui dévalaient les pentes jusqu’au lac et on a vu des oiseaux très jolis.

Titouan : nous avons crapahuté, on marchait sur des éboulis entre des falaises, nous avons traversé une petite rivière, et nous avons vu des oiseaux roses.

Yoann : on a repris le camping-car pour aller à King’s Canyon. Sur le parking, on a vu un dingo qui rôdait par là mais qui restait près du «  bush ». Après, on a commencé à gravir une pente et de là-haut on voyait des paysages grandioses. En soulevant un rocher, j’ai vu une bestiole venimeuse avec des pattes comme le mille-pattes, et avec des grosses antennes. On a vu un jardin dans le canyon, avec un lac, papa s’est même baigné. Ensuite, on a vu un serpent sur le sentier. Le soir, on a fait un feu de camp avec du bois qu’on avait ramassé. On a regardé les étoiles et papa m’a montré la voie lactée.

Yoann : au Kakadu National Park, on est allé voir un site préhistorique avec des peintures aborigènes. On a vu un cerf avec un boomerang. Les aborigènes peignent de la même façon depuis 20 000 ans. Un guide ranger nous a montré des bifaces et des outils en pierre.

Titouan : au Kakadu, nous avons vu des peintures aborigènes « rock paintings », mais ce qui était décevant, c’est que le guide n’était pas aborigène. Nous avons dessiné les peintures. Il y avait un barramundi représenté, c’est un gros poisson d’eau douce.

Yoann : on a vu d’autres peintures, avec une tortue, des mains et des poissons. On est arrivé sur un plateau, et de là on a scruté avec les jumelles et on a vu un gros kangourou dans les « wetlands » (terres innondables), on voyait ses côtes. Les paysages étaient splendides, avec les hautes herbes d’un côté et la forêt tropicale de l’autre.
On a voulu suivre une visite mais le ranger était blanc. Les aborigènes ne sont pas intégrés et on n’a pas pu discuté avec eux, alors qu’au Kenya et dans les autres pays on a pu discuté avec tous les habitants des pays. La langue anglaise n’est pas enseignée aux aborigènes.

Yoann : sur les routes, on voyait des camions chenilles («  road trains ») avec 4 remorques.
Dans mon camping préféré, le premier soir en rentrant de mon brossage de dents, j’ai appelé maman : il y avait un kangourou et des wallabies. Le monsieur, à côté de notre emplacement, leur donnait des graines spéciales le soir.

Titouan : le soir, on a caressé des kangourous et nous avons écouté un chanteur de rock et de country music.

Yoann : on a fait une balade dans la forêt tropicale sèche, où on a vu plein de cacatoès blancs à crête jaune et des araignées géantes.

Titouan : nous nous sommes baignés dans une « thermal pool » à 34 ° degrés, c’était comme une oasis, dans la forêt tropicale. Avec mon masque et tuba, j’ai vu des poissons argentés.

Yoann : à un moment un kangourou s’est approché et avec Titouan, on lui a donné à boire dans nos mains car il ne pouvait pas se baisser.
On a fait une balade en bateau et on a vu des crocodiles de 3 à 5 mètres de long, et un oiseau appelé jabiru qui mangeait un gros serpent le long de la rivière, sur la « East alligator river ».

Après le Kakadu, on a traversé les « wetlands » et on a rencontré un photographe. J’ai trouvé un squelette de grenouille. On a vu des oiseaux géants aux jumelles et ils ressemblaient à des émeus sauvages. Puis, plus loin, avec le camping car, on s’est arrêté sur un pont, et dans la rivière on a vu un crocodile énorme. Et puis encore plus loin, il y avait un dingo qui était en train d’effrayer des oiseaux ou de tenter de les attraper.

Titouan : au « Litchfield Park », nous sommes allés nous baigner près d’une cascade et dans une petite baignoire naturelle. Sur un sentier de la « rainforest » (fôret tropicale humide), on a vu des chauves-souris appelées « renards volants ». Il y avait plein de moustiques et on a mis notre tenue de camouflage !

Yoann : on a vu des termitières, l’une faisait 5 m de haut et avait 50 ans. En bas de la termitière, il y a la reine, puis au-dessus les travailleuses, puis en haut les soldats qui protègent l’entrée contre les fourmis et autres insectes. Les termites ici mangent l’herbe.

Mot mystère : « du monde »
Grâce aux 6 mots disséminés dans nos articles depuis notre départ en décembre 2012, vous pouvez à présent trouver la phrase mystère. Les enfants, si vous le souhaitez, vous pouvez nous écrire quelques lignes sur ce que veut dire cette phrase pour vous. Nous posterons les réponses les plus pertinentes.




La grande barrière de corail

20 06 2013

La grande barrière de corail était face à nous à Magnetic Island mais c’est à Cairns que le spectacle nous attendait. Le mythique koala habite cette région du Queensland couverte de forêts tropicales sèches mais aussi humides vers le nord. La route de Townsville à Cairns traverse aussi des plantations immenses de cannes à sucre et de bananiers.

Au large de Cairns
Chacun leur tour, les garçons nous livrent leurs impressions sur leur journée inoubliable passée sur la barrière de corail :

Titouan : nous sommes allés à la barrière de corail, il y avait un immense poisson bleu, des petits poissons multicolores, des poissons zèbres, je n’en croyais pas mes pipettes ! Plein de poissons nous entouraient et c’était rigolo ! nous avons vu le corail briller, puis nous sommes montés dans le submersible et nous avons vu un requin.

Yoann : en partant de l’auberge, j’étais déjà émerveillé par cette grande barrière de corail. Après 1H30 de bateau, nous avons accosté sur une plateforme. On a mis une combinaison, pris nos masques et tubas et c’était parti ! J’ai vu des coraux magnifiques, et tout d’un coup un poisson géant bleu est apparu, c’était extraordinaire ! À un moment, je suis allé tout seul à quelques centimètres des coraux et j’ai nagé avec un « Napoléon ». On a bien observé les poissons rayés multicolores et  à la fin de la journée, on est monté dans un submersible pour voir du corail plus profond qui était multicolore et fluorescent et c’est là que j’ai vu un requin. On aurait dit un cinéma 3D !

Wally est le petit nom de ce poisson de l’espèce Napoléon, qui se trouve sur le Moore reef au large de Cairns, sur la grande barrière de corail.Pour le bonheur des touristes, on peut le voir facilement car il est certainement nourri par les organisateurs des tours sur la grande barrière de corail.Il est vraiment beau !

Yoann : on a pris l’avion pour Townsville. Depuis le hublot, j’ai imaginé des champs qui formaient des dessins d’aborigènes. En descendant de l’avion, on a vu une famille d’aborigènes. On a pris un taxi, c’était un monsieur d’Ouzbékistan très gentil, puis on a marché avec nos sacs lourds jusqu’au ferry pour aller sur Magnetic Island.
En arrivant à notre appartement, on a observé des oiseaux extraordinaires, des « curlew ».

Titouan : le premier jour, nous sommes allés acheter des masques et des tubas.
On a fait une randonnée dans une forêt tropicale et on a vu des orchidées qui poussaient dans les arbres.

Yoann : on a vu des papillons très gros et bleutés. Soudain, papa a aperçu un koala, comme j’étais devant, j’ai vite rebroussé chemin, et je l’ai vu !

Titouan : il se cachait derrière sa branche d’eucalyptus  et il secouait la tête. On a pique-niqué devant lui pour en profiter. C’est très rare de voir un koala à l’état sauvage.

Yoann : on a vu aussi des petits wallabies dans des rochers, les « rocks wallabies» , ce sont les cousins des kangourous. On pouvait leur donner à manger, mais papa a dit qu’il ne fallait pas car il faut qu’ils restent sauvages. Ce n’est pas bien de les nourrir, il faut qu’ils se débrouillent.

Titouan : un autre jour, nous avons nagé dans plusieurs baies, et entre les baies on faisait des balades.

Yoann : les plages sont belles. Nous avons joué dans les grosses vagues et on a fait des châteaux de sable. Nous avons terminé par la baie en forme de fer à cheval, « Horseshoe Bay », où il y avait des filets pour les méduses.

Titouan : chaque jour, on pensait voir des récifs de corail en nageant depuis la plage, mais on n’a vu que du corail mort sur le sable.

Yoann : sur les plages, c’était vraiment exotique. Mais l’eau était trouble à cause du vent, et même avec le masque et le tuba je n’ai pas vu de corail. Papa a tenté d’aller nager très loin près des plongeurs pour voir s’il voyait du corail mais l’eau était aussi trouble, alors qu’elle devrait être cristalline. On n’a pas de chance !

Titouan : on a découvert des mangroves. Les racines des arbres sont dans la vase et il y a des coquillages, des bigorneaux bizarres.

Yoann : les arbres sont biscornus et les racines entremêlées, maman a dit que c’était impénétrable.

Titouan : j’ai rencontré des petites filles australiennes et on a joué avec elles. Laura est née le même jour que moi et la même année. Elle habite Melbourne et on va s’écrire.

Yoann & Titouan : on a trouvé des supers coquillages sur les plages de Magnetic island !

clip video




Magnetic Island State School…

20 06 2013

Magnetic Island State School is a public elementary school situated on Magnetic Island, not far away from The Great Barrier Reef in Australia.
School year starts by the end of january and ends mi-december. The children go to school from monday to friday, from 8.30 to 2.30 pm.
We were welcomed in a 1st year classroom by Jo Terkelsen, the teacher. She introduced us to the children and invited Yoann and Titouan to join the class after the morning break.
The pupils started by an english lesson with the study of a poem and rythms and aliterations… : « Doodledump is dancing ». Then the children reviewed the days of the week through a game which Yoann and Titouan enjoyed a lot. Then they all should write properly the days on a exercice page. By the end of the morning, the boys took part to an art lesson. The pupils got to learn the difference between warm colours and cool colours on the computer’s pictures, and  made their own creation with oil pastels.
Finally, Yoann and Titouan passed picture and postcards of Marseille to the children. Titouan will keep in touch with this class, perhaps to settle a correspondance in september between the schools…
We left the australian pupils at lunch time in front of their lunch box provided by the parents.

Traduction en français




Sydney

31 05 2013

Nous passons du printemps de Shanghai dans l’hémisphère nord à l’automne de Sydney dans l’hémisphère sud.

Yoann : en arrivant en Australie, papa a lancé une déclaration, « l’anglais, priorité absolue ! »

Titouan : le premier jour, on a découvert la plage de Bondi près de notre auberge de jeunesse. Nous avons suivi un sentier côtier pour aller observer les baleines. Nous n’en n’avons pas vues.

Yoann : c’est trop tôt dans la saison. Lien sur la migration des cétacés

On est quand même allé à deux points d’observation.

Yoann : on a traversé la magnifique baie de Sydney en bateau et on a pu observer l’Opéra.
En arrivant près du goulet, il y avait des vagues géantes. De l’autre côté de la baie, on a mangé un « fish and chips » délicieux, c’est ce qui a de moins cher en Australie.

Yoann : après on est parti à la découverte, on a vu une plage magnifique avec des palmiers et une cascade, comme « à la Robinson Crusoë ». Nous avons vu des petits perroquets de toutes les couleurs.Loriquet à tête bleu
Sur toutes les plages de Sydney, il y a des surfeurs.

Le soir, on a vu l’Opéra illuminé avec des projections.




Entre rizières et montagnes pointues

20 05 2013

Périple sur la carte

A Hefei, sous la pluie, une gentille chinoise nous a aidé à trouvé la station de bus pour poursuivre notre périple vers le sud.

Titouan : nous avons pris le bus pour les montagnes chinoises. Nous avons traversé un pont pour rejoindre un sentier. Nous avons vu des plantations de thé et aussi des chenilles qui ressemblaient à des dragons.

Yoann : on a mangé des pousses de bambous dans un village de montagne.

Titouan : nous sommes allés visiter un petit village où il y avait un lac qui avait la forme de cornes de boeuf.

Yoann : les toits des maisons aussi avaient la forme de cornes de bœuf, c’est le style de construction.

Titouan : nous avons vu des gens qui dessinaient. Nous sommes allés nous promener le long des rizières. On voit souvent des buffles qui tirent la charrue dans les rizières.

Yoann : il y avait des gens qui sculptaient le bambou. Nous avons vu un ginkgo biloba. Il y en a un aussi au parc Borély à Marseille. C’est une espèce d’arbre qui existait avant même l’apparition des dinosaures.

Yoann : dans les montagnes, il y avait des sherpas qui portaient des charges 4 fois plus lourdes que le sac de papa. On a vu des paysages splendides de montagnes pointues, le chemin était en escaliers à pic, on est passé entre deux falaises étroites, on a vu le rocher volant, on aurait dit qu’il allait tomber. On a aussi vu une espèce différente de châtaigner.

Titouan : en descendant c’était la purée de poix, puis l’averse, on est passé dans une grotte où il y avait une cascade et heureusement qu’on avait les ponchos.

Yoann : les torrents grossissaient de plus en plus et les escaliers devenaient des cascades. A la fin, on est arrivé trempé comme des canards.

Le mot mystère pour remplir le carnet de route des enfants est : « c’est »




Voyage au centre de la Chine

12 05 2013

Périple sur la carte

A la même époque que la République romaine, l’empereur Qin crée le premier grand empire de Chine et fait construire son mausolée avec une armée de soldats en terre cuite spectaculaire.

Titouan : nous avons pris le bus pour l’armée des soldats en terre cuite. Tous les soldats servaient à protéger l’empereur. C’était une tombe. ll y avait plusieurs rangées : il y avait la cavalerie, c’était les soldats qui étaient sur des chevaux, les autres soldats avaient des arbalètes et des arcs, les armes étaient en bronze.

Yoann : dans la première salle, ou fosse, il y avait 2000 soldats, mais les chercheurs pensent qu’il y en a 6000 au total. C’est la plus grande des trois salles.

Titouan : mais il y a longtemps déjà les soldats ont été brûlés. C’était terrible !

Yoann : avant la visite, on a vu un film qui raconte comment les archéologues ont découvert cette armée. Elle a été construite pour qu’à la mort de l’empereur, les mauvais esprits s’éloignent et que l’armée protège l’empereur.

Titouan : nous avons vu la pagode de l’Oie sauvage.

Yoann : c’est la pagode qui abrite les textes sacrés bouddhistes qu’un moine a ramenés d’Inde jusqu’en Chine.

Titouan : « le voyage en Occident » est un roman connu en Chine qui raconte l’histoire de ce voyage.
Il y avait aussi des fontaines qui dansaient, c’était 100 fois mieux qu’à Versailles, c’est maman qui l’a dit.

Yoann : nous avons visité une mosquée très jolie avec beaucoup d’arbres. Il y avait des signes arabes et chinois. Depuis les remparts, on a vu le début de la route de la Soie.

Yoann : nous sommes allés dans un centre où les pandas sont soignés et étudiés (Shaanxi rare wild life rescuing and breeding research center). Quand on voit son premier panda, on est très impressionné !

Titouan : nous avons vu deux pandas, c’était impressionnant, c’est un animal en voie de disparition. Nous avons vu aussi des pandas rouges, on dirait des ratons-laveurs, ainsi qu’un léopard des neiges et aussi des ours noirs de l’Himalaya.

Yoann et Titouan ont dessiné leur Clément l’Aplati pour les faire voyager. Clément l’Aplati voyage en Chine avec Lirelart. Voici un lien pour expliquer « Clément l’Aplati »

Le « Voyage en Occident » en bas-relief – cliquer et zoomer pour découvrir l’histoire. Le « Voyage en Occident », le roman du grand voyage du bouddhisme de l’Inde vers la Chine-wikipedia

Spectacle d’eau, mieux qu’à Versailles…video

Clément l’Aplati de Titouan à copier/coller pour continuer le voyage avec les copains et les copines.

Xi’An, début de la route de la Soie et du commerce vers Rome.La présence d’une mosquée du VIIIè siècle est une marque de tolérance et d’ouverture de la dynastie Tang.

Clément l’Aplati de Yoann à copier/coller pour continuer le voyage avec les copains et les copines.

Le panda tranquille au milieu des bambous dans les montagnes (Sichuan et Shaanxi).Quelques specimens ont fait le voyage vers les grands zoo du monde entier.

Titouan vient de perdre une dent, mais la petite souris ne passe pas en Chine. Que faire ? Après conseil auprès des Chinois, voici l’acte de sagesse de Titouan :

Titouan : j’ai lancé ma dent dans les montagnes, pieds joints à la façon chinoise, parce que c’est une dent de lait qui ne me servira plus.

Yoann dans un élan général de sagesse, déclare en descendant la montagne taoïste, sous la pluie :

Yoann : je préfère qu’on rate le bus et qu’on dorme ici, plutôt que maman, qui est derrière, accélère et se fracasse le genou.

Bouddhisme

Taoïsme

Confucianisme




École ‘Dong Guang’ à Pingyao – 东关小学

30 04 2013

Pingyao sur la carte

Avec l’aide précieuse de la propriétaire de notre guesthouse, Yoann et Titouan ont été accueillis dans une classe de CE1/CE2 de l’école de Pingyao. 2000 enfants fréquentent cette école, de l’âge de 6 ans à 13 ans. Ils ont école du lundi au vendredi, de 8h à 17h, avec une pause entre midi et 14h leur permettant de rentrer chez eux manger. Ils étudient l’anglais, le chinois, les maths et les arts plastiques, par module de 45 minutes.
En classe, Yoann et Titouan ont montré la France et la Chine sur leur globe gonflable, et la maîtresse a fait défiler sur un écran les photos et cartes postales de Marseille. Les enfants ont échangé des petits mots sur lesquels ils avaient écrit leur prénom.
L’hymne chinois a salué notre départ de l’école lorsque la directrice nous a raccompagné vers la sortie.

Titouan : les enfants criaient « Waouh ! » à chaque photo qui défilait.

Yoann : papa et maman n’étaient pas avec nous en classe. Ils ont visité l’école avec la directrice.

Hymne chinois source : www.china.org.cn

Yoann : on a rencontré un gentil monsieur qui nous a aidé à trouver un train pour Pingyao. La ville est la même depuis 700 ans. On a fait une balade de 3 km sur les remparts. Il y a 72 tours.

Titouan : nous avons visité des banques chinoises anciennes. Il y avait deux monsieurs qui échangeaient de l’argent. Nous avons vu des vases Ming et j’en ai dessiné un.

Yoann : on a visité les plus vieilles banques au monde à Pingyao. Les Chinois étaient en avance dans le domaine.
On s’est fait un copain chinois, Liu Yong, le fils de la dame de notre guesthouse. Il a 9 ans et demi. On a joué avec lui très souvent. On a joué à se lancer un volant, même les adultes jouent à ça. Et ensuite on a rencontré une famille de Toulouse avec deux enfants, Thimothé et Diane.

Activité pédagogique : cliquez sur l’image (gif animé) et prenez le temps de lire l’énoncé jusqu’à la question.Réponses attendues avant le 19 mai.

Pour terminer sur une page récréative, voici une image du jeu de jianzi 毽子 (le jeu du volant) qui est un sport traditionnel chinois remontant à plus de 2 000 ans.
Yoann et Titouan s’entraînent au jianzi devant la guesthouse en attendant que Liu Yong les rejoigne après l’école pour jouer ensemble.