20092010faurelettres1es3
Un nouveau blog sur LeWebPédagogique

RÉPONSES AUX QUESTIONS SUR L’EXTRAIT DE L’ART POÉTIQUE

RÉPONSES AUX QUESTIONS SUR L’EXTRAIT DE L’ART POÉTIQUE DE BOILEAU (p. 150 de l’Anthologie)

 

  1. Pour chaque groupe de vers, énoncer l’idée principale concernant le système tragique.

Le premier groupe de vers (= la première partie du texte) va du vers 1 au vers 2. Boileau y définit l’objectif  que les règles énoncées dans le reste du texte doivent permettre d’atteindre :

–          il faut apporter un divertissement au spectateur (« plaire », v. 1) ;

–          il faut émouvoir le spectateur (« toucher », v. 1).

 

Le deuxième va du vers 3 au vers 13 : il faut dès le début de la pièce (« dès les premiers vers »,

v. 3), dans les scènes d’exposition, donner au spectateur tous les éléments qui lui permettront de comprendre l’action et de la suivre :

–          les informations concernant les personnages (« j’aimerais mieux encore qu’il déclinât son nom », v. 9) ;

–          le sujet de la pièce (« Le sujet n’est jamais assez tôt expliqué », v. 13).

 

Le troisième va du vers 14 au vers 22 et énonce la règle des trois unités (temps, lieu et action) :

«  Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu’à la fin le théâtre  rempli » (vv. 21-22).

 

Le quatrième va du vers 23 au vers 26 et énonce la règle de vraisemblance : « Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable » (v. 23).

 

Le cinquième va du vers 27 au vers 31 et énonce la règle de bienséance : « Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose » (v. 27).

 

[Repérez les deux façons dont les citations sont présentées et inspirez-vous en pour vos devoirs.]

 

 

  1. Quelles sont ici les marques didactiques dans le style poétique ?

En quoi est-ce un discours et un poème ?

 

a)       Dans le style poétique, qui caractérise ce texte, les marques didactiques sont :

–          l’utilisation de sentences énoncées sous la forme d’un alexandrin (« Le secret est d’abord de plaire et de toucher », v. 1 ; « Le sujet n’est jamais assez tôt expliqué », v. 13 ; « Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable », v. 24 ; « L’esprit n’est point ému de ce qu’il ne voit pas », v. 26) ;

–          l’utilisation de phrases injonctives destinées à dicter aux auteurs de pièces de théâtre la bonne façon de les composer :

? soit à l’impératif (« Inventez des ressorts qui puissent m’attacher », v. 2 ; « Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable », v. 22) ;

? soit au subjonctif (« Que dès les premiers vers l’action préparée / Sans peine du sujet aplanisse l’entrée », vv. 3-4 ; « Que le lieu de la scène y soit fixe et marqué », v. 14 ; « Qu’en un lieu, en un jour, un seul fait accompli / Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli », vv. 21-22 ; « ce que l’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose », v. 27) ;

? soit qui utilisent des verbes modalisateurs exprimant l’ordre (« Mais nous que la raison à ses règles engage, / nous voulons qu’avec art l’action se ménage », vv. 19-20 ; « Mais il est des objets que l’art judicieux / Doit offrir à l’oreille et reculer des yeux », v. 30-31).

 

b)       Ce texte présente une double caractéristique :

–          c’est un discours car :

? l’énonciateur (Boileau) est unique et clairement identifié ;

? il est destiné à un public nombreux (tous les auteurs de théâtre) ;

? il s’agit d’un texte long (31 vers) ;

? il a une visée argumentative (il s’agit de convaincre les auteurs de pièces de théâtre de suivre les règles qu’il énonce) ;

? il est émis lors d’une occasion solennelle (c’est un maître qui dispense son enseignement à ses disciples.

 

 

–          c’est un poème car :

? il est écrit en alexandrins disposés en rimes plates ;

? l’auteur utilise une licence poétique, l’antéposition [= le fait de placer avant] du complément de nom (« du sujet aplanisse l’entrée », v. 4), du complément d’objet direct (« De ce qu’il veut, d’abord, ne sait pas m’informer », v. 6) et du complément d’objet indirect (« Mais nous que la raison à ses règles engage », v. 19 ; « Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable », v. 23).

 

 

—————————————————————————————————————————————-

LES FONCTIONS DE LA POÉSIE

 

La poésie lyrique aborde généralement des émotions et des sentiments liés à l’existence : les thèmes récurrents sont l’amour, la mort, la nature, etc. Le poète évoque alors ce qu’il ressent, mais aussi ce que peuvent ressentir tous les hommes. Le système exprime toujours une émotion, un bouleversement de la sensibilité. La poésie lyrique exploite bien souvent le registre pathétique, afin d’émouvoir le lecteur, et le vocabulaire employé est fréquemment expressif, de même que la ponctuation.

 

La poésie épique évoque des événements historiques (mêlés généralement à des légendes) ou des héros magnifiés. Il s’agit, en fait, d’accorder à un fait ou à un héros une grandeur et une force extraordinaire. La poésie épique n’est pas forcément liée à l’épopée.

 

La poésie satirique critique les vices et les ridicules des hommes, qu’il s’agisse d’individus ou de groupes sociaux, ou encore de toute une société.

 

La poésie didactique vise à enseigner quelque chose. Il peut s’agir d’un enseignement moral (une fable, par exemple), philosophique ou religieux, ou encore scientifique.

 

La poésie engagée est au service d’une cause (généralement politique ou religieuse).

—————————————————————————————————————————————-

LE DISCOURS

 

Le discours est un genre littéraire qui présente les caractéristiques suivantes :

–          l’énonciateur est unique et clairement identifié ;

–          il s’agit d’un texte long ;

–          il est destiné à un public nombreux (la plupart sous une forme orale, mais aussi, parfois aussi par écrit) ;

–          il a une visée argumentative (l’énonciateur cherche à convaincre ou à persuader les destinataires) ;

–          il est émis lors d’une occasion solennelle.

—————————————————————————————————————————————-

 

LES SENTENCES ET LES MAXIMES

 

Dans le domaine littéraire, une sentence est une phrase qui exprime une vérité générale. Les sentences se rencontrent souvent dans les didactiques (notamment la poésie didactique).

 

Une maxime est une sentence qui exprime une expérience morale. Les fables s’achèvent souvent par une maxime.

 

Dans les sentences et les maximes, on emploie, en principe, le présent de vérité générale.

—————————————————————————————————————————————-

LES TEXTES DIDACTIQUES

 

Un texte didactique est un texte destiné à enseigner.

Généralement, les textes didactiques sont en prose, mais ils peuvent être aussi en vers (ex. : Les Fables de La Fontaine, qui donnent des leçon de morale).

———————————————————————————————-


Publié par 20092010faurelettres1es3 le 25 avril 2010 dans Non classé
Les commentaires sont fermés pour le moment mais vous pouvez faire un trackback.

Les commentaires sont fermés.