LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !

L'intervenant en athlétisme

Morgan, l’intervenant en sport est un garçon d’une vingtaine d’années, très costaud et professionnel, sauf quand les salariées de la cantine sortent faire leur pause, alors il s’arrête de parler, les suit du regard, forcément les élèves se mettent à parler, suivez mon regard, et immanquablement quand elles ont disparu il me demande « j’en étais où déjà ? ». C’est pas mal, ça m’oblige à suivre.

cours_de_gym

C’est un cycle athlétisme au CM2. Morgan dit « athlé » aux enfants et moi j’insiste bien sur « athlétisme » pour qu’ils fassent le rapprochement entre les deux mots. J’étais sceptique : faire courir des élèves, c’est à ma portée, pas besoin d’un intervenant spécialisé. Eh bien je suis revenu sur mes fichus a priori. Parce que Morgan ne fait pas seulement courir les élèves : il les fait sauter, lancer, il les stimule, les fait rire, je crois qu’ils l’admirent un peu. Grâce à du matériel qu’il emprunte au club d’athlétisme local, Morgan fait véritablement découvrir aux élèves chacune des disciplines parmi les activités athlétiques, y compris le saut à la perche. Donc il respecte le programme qui, au CM2, suggère de pratiquer « les courses de vitesse, les courses en durée, les courses de haies, les courses de relais », mais aussi « le saut en longueur, le saut en hauteur, le lancer ». Donc il fait mieux que le maître qui se contente en général d’un cycle courses de vitesse ou courses de durée qu’il appelle du reste, oh le ringard, sprint et endurance. Donc, merci Morgan.

J’ai décidé de mouiller le maillot et de participer aux activités lorsque cela a été possible : l’échauffement, les courses, les lancers. Les élèves ont beaucoup aimé que je me joigne à eux. Je les ai atomisés, évidemment. Quoique ! Au lancer de poids, j’ai une élève très baraquée qui a failli me battre. J’en aurais entendu parler jusqu’à la fin de l’année, heureusement j’ai appliqué les recommandations de Kevin, mon chef d’équipe : « allez-y Maître, donnez tout ce que vous avez ». J’ai tout donné.

Bien entendu nous faisons des ponts entre les données collectées pendant l’athlétisme et les autres disciplines, notamment les mathématiques avec les mesures de durée et de longueur. Nous résolvons également des problèmes qui sont autant d’occasions de me mettre en valeur : « sachant que le Maître court dix fois plus vite que les élèves… Combien de kilomètres en combien de temps… ». Le culte de la personnalité est à son comble.

Bref, avec Morgan, nous avons tous découvert l’athlétisme et ses fascinants prolongements.

Une chronique de Vincent Papalion

Commentaires

commentaires

Vincent Lion

Vincent Papalion, professeur des écoles en ZEP qu'on appelle à présent REP et qu'on appellera HELP, un jour. Pas de recette miracle sinon l'opiniâtreté et le sens de la dérision. Et l’amour du métier, bien entendu. Allez les enfants, au travail !

commentaires

  • Bravo Vincent!
    Le maître qui mouille la chemise, c’est super. Nous sommes, avant tout un modèle pour nos élèves.
    A la piscine, je me mettais à l’eau et je donnais confiance à ceux ou celles qui étaient morts de trouille. Le maître nageur, sur le bord du bassin avec sa perche, il est très mignon . Il vous rassure un petit peu. L’élève sait, que s’il se noie, on pourra récupérer son corps inanimé pour le donner à ses parents.
    Mais, c’est pas ça. Quand t’ as la pétoche, t’ as la pétoche.
    Je m’imaginais à bord d’un avion de tourisme, un parachute dans le dos et le moniteur qui me crie:
    <>
    Tu parles, hypocrite.
    Le jour, où un élève m’a dépassé en effectuant les 15 tours de stade habituels, j’ai déclaré, penaud à ma femme.
    <>

    Au stade, j’ai organisé des concours de cracher de noyaux de cerise.
    Discipline qui n’est pas encore officielle mais qui a le mérite de développer le souffle.
    Travail sur la trajectoire idéale. ( cracher ni trop haut, ni trop bas )
    Travail mathématique sur les moyennes ( sur 50 crachers quelle est la distance mini, la distance maxi et la distance moyenne. )
    Etablir un classement. Organiser une cérémonie officielle avec remise de médailles pour les 3 premiers et un diplôme pour les cracheurs moins efficaces mais tout aussi méritants.
    Retour en classe, et pourquoi pas dans la foulée, expression écrite et un petit texte à envoyer à nos correspondants.

    Je m’étonne que l’activité:  » cracher de noyaux de cerises  » ne fasse pas encore partie des programmes officiels.

    Et là l’intervenant en gym n’est pas indispensable.

    Même les maîtresses peuvent s’adonner, sans retenue à ce sport intelligent et créatif.
    (sport officiel en Papouasie depuis 2005 )

Devenez chroniqueur !

Partagez facilement des documents avec vos élèves

On a lu, on a trouvé cela intéressant !