LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !
projet-solidaire

Monter un projet solidaire avec sa classe

Bâtisseurs de possibles

En début d’année, dans le cadre de l’EMCECMICM, (bon, bref, vous avez compris), j’ai proposé à mes élèves de CE2/CM1 de résoudre un problème de société. C’est sûr qu’à 8/9 ans, tout cela est un peu abstrait. C’est là que la démarche « Bâtisseurs de possibles » intervient.

projet-solidaire

L’enseignant va aider les élèves dans leurs questionnements et surtout à trouver des solutions. Car oui, même quand on est un enfant, on est capable de réaliser de grandes choses ! Le mot d’ordre est l’OPTIMISME !

Listons les problèmes

Chaque élève a listé  des « problèmes ». Au départ, il faut accueillir toutes les propositions, même si c’est parfois déconcertant. Au fil des séances (2 ou 3), nous affinons ensemble. Puis les élèves ont voté et c’est le problème de la pauvreté qui a été retenu.

Enquête sur le terrain

À l’aide de divers outils, « brainstorming », « arbre à problèmes », Nous avons réalisé un état des lieux des connaissances des élèves à ce sujet. Ces étapes sont tout aussi importantes qu’intéressantes. Par exemple, les élèves ont appris que l’on pouvait être démuni tout en ayant un toit et un travail (cas des travailleurs pauvres). Dans leurs têtes, une personne dans le besoin était forcément SDF avec un chien !

Nous avons affiné nos connaissances grâce à de la documentation collectée auprès d’associations ou dans les journaux.

Mais les élèves ont vite compris qu’il nous était impossible de régler à nous seuls le problème de la pauvreté.
Nous avons donc écrit à une association pour demander comment nous pourrions aider les gens démunis de notre ville.

Lancement du projet

Quelques jours plus tard, cette association  nous a répondu et a attiré notre attention sur la grande précarité des enfants, notamment dans certains quartiers de Marseille. C’est ainsi que les élèves ont décidé d’organiser une grande collecte de jouets et de friandises à l’occasion de Noël. 

Ils ont réalisé des affiches et des interventions orales pour chaque classe de notre école afin de sensibiliser les autres élèves à cette cause.

Nous avons eu très peur que cela ne prenne pas. Surtout quand on a entendu des remarques du type « Moi ma maman elle dit qu’il faut pas aider les Roumains !!! » Sans commentaire…

Mais grâce aux élèves et à leur motivation, la collecte a été un franc succès !

Chaque jour, des binômes passaient dans les classes récupérer les jouets et remobiliser les troupes si besoin. Ensuite, ils se chargeaient eux-mêmes de la logistique (stockage des jouets dans une salle spéciale). À la fin, ils n’avaient même plus besoin de moi !

Nous avons collecté plusieurs centaines de jouets. Mission accomplie !

Quand tout devient concret

Le 17 décembre dernier, deux responsables de cette grande association sont venus récupérer la collecte à l’école. Les élèves ont chargé le fourgon. Puis ils ont pu poser toutes leurs questions. Ainsi, nous avons appris que nos jouets allaient permettre à 250 enfants de fêter Noël dignement.

Et quelle joie de voir la fierté dans leurs yeux ! J’étais ébahie de tant d’investissement et d’intérêt pour cette noble cause.

Bilan

Que du positif même si cela demande un travail colossal. À savoir que le réseau « Bâtisseurs de possibles » propose des aides (Mooc, rdv téléphoniques etc.) mais je n’ai pas souhaité activer cette aide car le projet dans lequel nous nous sommes lancés était largement réalisable sans.

De mon côté, cela m’a donné une méga dose d’optimisme dans la génération à venir ! On se dit qu’avec beaucoup de bienveillance et quand on donne confiance aux élèves, ils sont capables de bien des choses ! Une belle leçon…

Du côté des élèves, je les ai sentis fiers et complètement investis. J’espère que cette expérience les aura marqués et qu’ils s’en serviront dans le futur.

Affaire à suivre !

Une chronique de Céline P

Commentaires

commentaires

celinep

Je suis professeur des écoles depuis 2007. Passionnée par mon métier mais aussi par l'écriture, j’ai enseigné en milieu rural et urbain avec des publics variés allant de la maternelle au CM2. Mon mot d’ordre : proposer une ouverture culturelle à travers des projets concrets dans lesquels chaque élève trouve sa place.

commentaires

  • Céline, merci pour ce magnifique témoignage ! J’anime le réseau Bâtisseurs de possibles et je suis très touchée ! Comment ont réagi les enfants qui ont reçu les cadeaux ? Savent-ils que ce sont d’autres enfants qui leurs ont offerts des jouets ? Merci pour ce témoignage ! D’ailleurs pour ceux qui voudraient avoir accès aux ressources – tout est disponible sur le site : reseau.batisseursdepossibles.org

Devenez chroniqueur !

Partagez facilement des documents avec vos élèves

On a lu, on a trouvé cela intéressant !