LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !
ecoledeschampions

L’école des champions (épisode 2)

 On complète la photo de classe !

Comme je le disais dans une précédente chronique, j’aime repenser à mon enfance, à l’époque où mes parents ayant refusé que nous ayons une télévision à la maison, je regardais en douce les séries et dessins animés du Club Do’ chez des amis.

ecoledeschampions

Il m’est resté de ces moments bien des choses que je retrouve aujourd’hui encore dans ma vie de presque-adulte. Par exemple, j’ai remarqué que dans la plupart des classes que j’ai observées, il est possible de retrouver des personnages élèves sans lesquels le scénario la vie de classe ne serait pas la même.

Après vous avoir parlé de Sherlock Holmes, Sally la petite sorcière, Ranma 1/2, Rahan fils des âges farouches, Princesse Sarah, les Minipouss, Ken le survivant et enfin de Jem et les hologrammes ; il est temps à présent de compléter la photo de classe avec :

 

Goldorak

Goldorak, c’est cet élève au nom improbable, sur lequel tu buteras immanquablement au début de l’année.

« Goldirak, tu veux venir au tableau ?

– C’est GoldOrak m’dame !

– Ah oui, pardon, « GoldOrak », c’est sûr que c’est tout de suite mieux… »

Et puis, à la fin de l’année, ce prénom, associé pour l’éternité à cet élève, te semblera d’un commun navrant. Enfin presque, faut pas pousser Mémé dans les orties non plus.

GI Joe

GI Joe, c’est cet élève un poil bagarreur (juste un poil…), qui sera systématiquement mêlé à toutes les disputes dans la cour de récréation et qui t’amènera à devoir lui rappeler les règles de l’école à chaque service de récréation.

Lorsqu’il quittera l’établissement, l’ensemble de l’équipe éducative a déjà prévu de faire installer une plaque commémorative sur le siège en face du bureau du directeur dont il est devenu indéfectible.

 

Candy

Elle est bien gentille, hein, Candy. C’est juste que sa candeur l’amène trop souvent à faire tomber à l’eau tes tentatives de sensibilisation au second degré :

« Maîtresse, il faut souligner la date à la règle ?

– Non, il faut l’entourer au compas, comme tous les jours.

– Mais maîtresse… je n’ai pas de compas… »

Non mais sinon, j’insiste, elle est bien gentille, Candy. Bien. Gentille.

Denis la Malice

C’est pas compliqué, Denis a tout compris à la vie. La preuve ultime : il souligne systématiquement les dates et titres à la règle. Proprement. Systématiquement. Sans que je le lui dise.

Oui, je suis prof : dans mon échelle de valeurs, je considère qu’un élève qui souligne la date à la règle a tout compris à la vie.

Et sur ce coup-là, tous mes élèves ne sont pas des Denis.

 

Calimero

Il semble avoir développé une capacité surnaturelle à identifier l’injustice en ce bas monde, tout particulièrement dans le cadre scolaire.

Et il semble aussi très attaché à exprimer ce ressenti personnel d’une injustice permanente. Ce qui fait que chaque intervention amène invariablement un « Oh, c’est pas juste… ! » en réponse de sa part.

  • « Allez ça a sonné, mettez vous en rang. » / « Oh, c’est pas juste, elle est passée trop vite la récréation ! »
  • « Nous allons continuer à travailler sur les droites perpendiculaires, sortez vos équerres. » / « Oh, c’est pas juste, j’ai oublié mon équerre chez moi !»
  • « Bon, Calimero, puisque tu ne connais pas ta poésie, je te laisse la retravailler encore et tu repasseras un autre jour. » / « Oh, c’est pas juste, c’est juste parce que je l’ai pas apprise que je peux pas la réciter ! »

Ricky ou la belle vie

Tout d’abord, je tiens à dire que je n’ai aucun grief personnel contre Ricky.

Je le jure sur la tête de Philippe Meirieu.

Mais boudiou qu’ils sont frustrants ces retours de vacances où il tient à te raconter en long, en large et en travers qu’il est parti une semaine dans la villa familiale en bord de mer avant d’aller au ski dans le chalet de son grand-père, la deuxième semaine.

Surtout quand de ton côté, ton principal loisir des vacances a été la correction du dernier paquet d’évaluations de grammaire.

Enfin, ce qui est encore plus frustrant, c’est qu’il est parti 2 jours plus tôt en vacances (comme à chaque période de vacances d’ailleurs) et que ses parents t’ont écrit comme à chaque fois ce petit mot te demandant de leur donner le travail à réaliser pendant ces 2 jours.

Parker Lewis ne perd jamais

Jamais.

Il ne perd jamais.

Non, JAMAIS, Parker Lewis ne perd le bouchon de son tube de colle. Je ne sais pas si vous situez un peu l’exploit que cela représente.

 

Charles s’en charge

Si vous n’avez pas encore eu Charles dans votre classe, je ne peux que vous le conseiller chaudement !

Besoin d’un volontaire pour nettoyer le tableau ? Charles s’en charge ! Vous avez par erreur programmé le mode tri au lieu du mode assemblage et il faut tout classer à la main ? Charles s’en charge ! Votre tasse de café a besoin d’être nettoyée avant de vous resservir une tasse de ce divin breuvage ? Charles s’en charge !

Je ne voudrais pas paraître dithyrambique, mais clairement, c’est chouette d’avoir Charles dans sa classe.

Une chronique de Sophie Pouille

Commentaires

commentaires

Sophie Pouille

Bonjour, je m'appelle Sophie, je suis T2, j'enseigne en CE1... et j'adoooooore raconter mon quotidien avec mes zapprenants de petite taille :-)

Depuis mon année de stage, je m'éclate à partager sur mon blog Blablaprof (et sur la page Facebook du même nom) ma découverte du "plus beau métier du monde".

Pour me suivre :
- ma page Facebook
- mon blog

Un petit commentaire ?