LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !
conseil-ecole

Au cœur du conseil d’école

Moment de grâce ?

[Toute ressemblance avec des faits réels n’est hélas pas fortuite.]

Il est 17 h. Veille de vacances.

La fatigue se fait sentir, les forces s’amenuisent. Devant la salle polyvalente, nos trombines défraîchies sont prêtes à rentrer dans la fosse aux lions. On n’a pas oublié de faire semblant d’éteindre nos portables, ni de prendre pour de vrai quelques copies à corriger en faisant mine de prendre des notes.

conseil-ecole

17 h 10.

Tout un petit monde prend place. Enseignants et parents d’élèves. Personne n’ose se mettre devant.

17 h 12.

Ça chuchote discrètement. Ça se racle la gorge. Quelques sourires complices s’échangent. Le conseil commence.

On démarre avec la revue des effectifs et un tour de table des différents enseignants. L’occasion pour la maman de Lina de mettre un visage sur celle qui a confisqué les billes de sa fille chérie à la récré ou encore de souffler une énième fois pour le CM2 à 30.

Les impôts du papa de Joseph

Puis on enchaîne sur les différents travaux. Monsieur Delamairie adjoint au maire arrive tout en sueur comme à chaque fois. Vous comprenez, il était sur une autre école juste avant. Le papa de Joseph, quant à lui, se frotte les mains et se demande à quel moment il va pouvoir placer pendant le conseil « Oui mais vous comprenez moi je paye des impôts ! ».

Alors Monsieur Delamairie où en sommes-nous ? Qu’en est-il du rehaussement du portail pour éviter que les parents en retard catapultent leurs chérubins par-dessus ? Et les dames de cantine qui sont deux pour surveiller plus de trois cents élèves, elles ne pourraient pas faire attention au volume de leur voix ? Serait-il possible aussi de penser à mettre la climatisation dans les classes ?

« Oui mais vous comprenez moi je paye des impôts ! Il faut bien que ça serve à quelque chose hein ! » voilà c’est dit.

Le ton monte, Monsieur Delamairie garde la tête haute et met fin à cette tyrannie avec la promesse de beaux espaces verts pour que les petits citadins puissent gratter un peu la terre. Aucun rapport mais fin de la discussion.

L’heure des projets

18 h.

C’est le moment du déballage des projets. Celui pendant lequel on tente de retenir les derniers parents qui voudraient basculer leur progéniture dans le privé. Sophie et Nathalie du CP expliquent qu’elles vont se lancer dans un élevage de phasmes. Nicolas du CE1 annonce qu’il va partir en classe de neige. Les parents de Clara pensent déjà à l’histoire improbable qu’ils raconteront à la directrice l’an prochain pour que leur fille soit dans sa classe car Monsieur Nicolas a tout d’un bon enseignant : il ne donne pas de devoirs et fait beaucoup de sorties. Solène la maîtresse du CE2 n’a pas encore de projet à présenter mais en entend déjà quelques-uns jaser (La maman d’Ethan pense qu’elle est dépressive ! C’est ce qui se dit au portail !) Quant aux enseignants du cycle 3, ils ne sont pas en reste entre sécurité routière et sorties au collège. La maman de Yann sait déjà qu’elle se proposera comme accompagnatrice à toutes les sorties pour vérifier si les maîtresses font correctement leur travail et faire un rapport à l’académie si besoin. Les enfants elle sait ce que c’est, elle en a une demi-douzaine.

18 h 20. L’heure des questions ouvertes.

Le papa de Naël commence fort avec une question sur l’argent de la coopérative. Le papa de Joseph est en transe, il rappelle encore à toute l’assemblée que LUI il paie des impôts et qu’il ne voit pas pourquoi il s’acquitterait en plus de « la coop ». La légende raconte que sur « What’s app » on parlerait  de détournements de fonds.

La maman de Matéo Mattéo Mathéo Matthéault (pfff on n’a jamais vraiment su comment son prénom était orthographié) change de sujet et s’interroge sur une éventuelle photo de classe avec le Père Noël : « J’ai mon mari qui peut se déguiser il cherche des gâches à faire ! »

Silence dans la salle.

L’affaire des poux

La mère de Lina est très contrariée. Depuis tout à l’heure, elle veut évoquer le problème des poux. Elle ne comprend pas pourquoi ce serait aux parents de regarder la tête des enfants après l’école. « C’est aux enseignants de vérifier et à l’infirmière scolaire de faire les shampoings ! » Elle aurait bien rajouté que « En plus au moment du bain il y a les Marseillais à Cancun sur NRJ12 » mais finalement elle s’est abstenue.

19 h. Le clap de fin.

Tout ce petit monde se salue pendant que la courtoisie et l’hypocrisie s’invitent. La salle se vide peu à peu.

La légende raconte que ce soir-là, dans le gosier des maîtres et des maîtresses, beaucoup de mojito a coulé.

Une chronique de Céline P

Commentaires

commentaires

celinep2

Je suis professeur des écoles depuis 2007. Passionnée par mon métier mais aussi par l'écriture, j’ai enseigné en milieu rural et urbain avec des publics variés allant de la maternelle au CM2. Mon mot d’ordre : proposer une ouverture culturelle à travers des projets concrets dans lesquels chaque élève trouve sa place.

Un petit commentaire ?

Abonnez-vous !

* indicates required
Formule

On a lu, on vous recommande

Parcours Avenir

Découverte des métiers en réalité virtuelle

On fait la révolution ?

La nouvelle édition scolaire
Groupe Fermé · 78 membres
Rejoindre ce groupe
Le groupe où l'on co-construit Doc-Plus la plateforme qui réinvente l'édition scolaire.