LeWebPédagogique - Partagez la connaissance !

La balle des maths

Le calcul mental en classe

Le calcul mental peut vite se transformer en « galère » dans une classe élémentaire tant il implique une participation personnelle et un investissement intérieur, tant il demande à chacun de faire appel à sa mémoire technique et à sa motivation personnelle. Dur d’atteindre alors l’ensemble des élèves d’une classe avec impact et résultat. Dur aussi d’évaluer un savoir-faire interne et individuel tant l’intervention de l’adulte dans ce savoir-faire mathématique est limitée à l’enseignement d’une méthode à intégrer exclusivement mentalement. On donne les clés du calcul, mais après chacun doit trouver le trou de la serrure, y mettre la clé et tourner vite, dans le bon sens !

Motivation, savoir-faire et rapidité d’action

Pour essayer de rendre ce temps de calcul un peu plus alléchant, motivant, vivant, moins barbant, percutant, stimulant, j’ai trouvé une idée rebondissante. Pour inciter les enfants à calculer vite et à produire de la dopamine (tel que le ferait un jeu vidéo) pour accélérer le régime moteur du cerveau, j’associe le calcul mental à l’utilisation d’une balle de tennis.

Une balle de tennis ?

« Un peu tiré par les cheveux » me direz-vous, mais le calcul mental et la balle de tennis ont quelques points communs : chacun demande justesse de tir pour atteindre son objectif et rapidité d’action (dire un résultat ou attraper un projectile). Mais ce choix n’est pas uniquement dû à ces ressemblances, il me fallait :

– un moyen « ludique » et concret pour symboliser le calcul mental,

– pouvoir atteindre rapidement et efficacement tous les élèves de la classe dans un temps d’exercice limité,

– mobiliser la concentration (par la réception du projectile et du calcul mathématique).

L’instant magique

Le rituel est devenu un réflexe de Pavlov : lorsque je prends la balle, la classe s’écrie « ouais !!! » et tous les élèves se mettent debout derrière leur chaise. Alors j’annonce l’allure du calcul. « Aujourd’hui, vous allez ajouter 9 au nombre que je vous envoie, ou bien aujourd’hui nous sortons la table de 5… »

Lorsque l’élève reçoit la balle et l’information, il a un temps déterminé à l’avance pour répondre. Les règles du jeu doivent être claires car l’exigence mathématique ne sera pas la même au début du travail d’une nouvelle technique de calcul et à la supposée maîtrise de celle-ci, tout comme elle ne sera pas la même en début et en fin d’année scolaire.

« Vous avez 5 secondes pour répondre OU vous devez répondre dans l’immédiat… »

Ainsi débute la séance. Puis la balle prend son envol vers tel ou tel élève.

Au début, bien-sûr, elle tombe, souvent… mais peu  importe : dans ce cas, l’élève la laisse rouler, il a été visé : il lui faut répondre rapidement. Les autres élèves se chargent alors de poursuivre la balle folle ! Plus tard, à force d’entraînement, la balle est bloquée, rattrapée entre deux petites mains heureuses et le résultat est envoyé à voix haute : 12 ! 25 ! 48 !

L’élève me renvoie la balle. Tout se passe vite : soit la réponse est correcte, alors l’élève reste en piste et je renvoie rapidement la balle à quelqu’un d’autre, soit la réponse est erronée, alors l’élève fait du « hors piste » et doit s’asseoir. Mais ce n’est pas fini pour lui ! Au contraire, il peut tenter de se relever en proposant la bonne réponse plus rapidement que le prochain élève visé !

L’objectif ? Développer cette capacité à calculer vite face à l’enjeu (garder sa place, reprendre sa place debout) et la gratification d’être plus rapide et efficace que l’autre (toujours comme dans un jeu vidéo).

Sans animosité aucune, ce système fonctionne très bien. Chacun tente alors de maîtriser à la perfection les tables de multiplication pour garder sa posture verticale.

Et il n’y a jamais d’élève oublié car la position assise permet à celui qui est « hors piste » de choisir le calcul qui le remettra en scène. Même 5×1, pourquoi pas ? Le tout est de progresser, jour après jour, par la répétition et l’exercice quotidien du cerveau à intégrer des méthodes ou des résultats qui devraient alors perdurer dans l’esprit de chacun…

C’est pour le moins l’esprit de « la balle des maths ».

 

Une chronique de Claire Maurage

Commentaires

commentaires

Claire Maurage

Professeur des écoles depuis l'an 2000, passionnée par mon métier et toujours à la recherche de nouvelles méthodes originales d'enseignement, je me lance dans l'expérimentation et la rédaction de ma propre méthode de lecture : "Mauclai" (apprendre par la mise en scène).

Je suis également l'heureuse auteure de 2 albums/éducatifs : "Monsieur Crayon" qui vient aider les apprentis écrivains à bien tenir leur outil scripteur et "Sa Majesté la Majuscule" qui présente l'importance de la lettre majuscule ainsi que réinstalle les repères de lignes pour la hauteur des lettres.
Je suis toujours à la recherche d'éditeur et projette de produire une série complète de petits albums dans cet esprit "ludo/pratique".
Avis aux amateurs...
Chroniqueuse depuis janvier 2015, je suis également auteure de kits pédagogiques avec des partenaires du WebPédagogique...
...Trois petits points de suspension... pour que l'aventure continue ! :-D

Un petit commentaire ?

Abonnez-vous !

* indicates required
Formule

On a lu, on vous recommande

Parcours Avenir

Découverte des métiers en réalité virtuelle

On fait la révolution ?

La nouvelle édition scolaire
Groupe Fermé · 78 membres
Rejoindre ce groupe
Le groupe où l'on co-construit Doc-Plus la plateforme qui réinvente l'édition scolaire.