Main tenant un émoji qui sourit

CRISE ? Voulez-vous dire Croire, Réussir, Imaginer et S’amuser Ensemble ?

Si c’est de cela dont on peut parler, je dis oui !

La crise sanitaire nous a marqués et ses répercussions se font sentir. Qui pourrait bien débuter une chronique en prétendant l’inverse ? Pas moi …

Le retour en classe a facilité les apprentissages mais les écarts de niveaux entre les élèves se sont accentués et ne rendent pas la vie facile à ceux qui ont des difficultés. Cela concerne beaucoup d’entre eux, mais surtout les élèves à qui était confiée l’immense tâche : d’apprendre à lire ! Le confinement a, semble-t-il, compliqué cette « mission  CP ». Je le ressens bien, pour certains élèves, les sons ont plus de mal à s’automatiser, la lecture des syllabes et des phrases est hésitante et quelques sons sont encore inconnus. Le découragement des apprentis lecteurs se fait quelquefois sentir. Les phrases brise-cœur  telles «  je sais pas lire… » ; «  j’y arriverai pas… » ; « j’ai pas envie de faire » « c’est trop difficile… » sont fréquentes pour certains. Bien sûr, qui aime faire quelque chose qu’il trouve bien trop difficile ?

Comment (re)donner la motivation et l’envie d’apprendre même quand ce n’est pas si simple ? C’est bien cette question qui me trotte, pour ne pas dire galope… dans la tête.

Cette crise m’amène à reconsidérer l’importance, si ce n’est la nécessité, de raviver le plaisir d’apprendre auprès des élèves.

« Un problème sans solution est un problème mal posé. » disait  Albert Einstein. Dans notre cas, je n’ai pas l’impression que ce soit si simple…  Des solutions je ne sais pas s’il en existe mais des idées à tester pour essayer de prendre une petite revanche sur cette CRISE : OUI !

Imaginer

Dans la continuité de cette idée, au sein du centre, nous avons testé les scénarios pédagogiques. Le but ? Cultiver l’imaginaire pour accroitre l’enthousiasme.

Il y a peu, les élèves s’étaient transformés en petits pizzaiolos pour travailler la numération et la résolution de problèmes. Ce jour-là, la panoplie totale était au rendez-vous : boîtes à pizza, tomates, champignons, olives (plastifiées), fiches recettes et toques de cuistot ! Derrière cette scénarisation, nous avons pu travailler la comparaison des nombres, et la compréhension du système décimal.

Opération renouvelée au mois de décembre. Cette fois-ci, les pizzaiolos se transformaient en lutins pour infiltrer une fabrique à cadeaux. Derrière ces ateliers de lecture scénarisés, nous avons effectué un travail sur les sons complexes et la compréhension de texte. Nous avons appris, nous avons aussi beaucoup rit. Croire Réussir  Imaginer et  S’amuser Ensemble » le compte semblait y être.

Coopérer

Dans le contexte actuel, la coopération entre les élèves est peut être encore plus importante. S’entraider, se valoriser, se serrer les coudes,  autant de valeurs qu’il pourrait être intéressant d’exprimer, de partager et de nourrir pour « contourner » un petit peu les effets négatifs de cette crise sanitaire. Ça ne changera pas tout, c’est vrai ! Mais ces petites idées qui ne sont pas des solutions pourraient bien embellir quelques journées d’école bien longues pour l’élève en grande difficulté et pas que …

Des instants de classe où l’on prend le temps de féliciter l’autre, de remercier, de valoriser son camarade. Repartir un soir par semaine avec une citation positive, s’offrir un temps pour des blagues.

Comme on peut si bien le lire « n’oubliez pas de fréquenter des gens heureux car le bonheur est contagieux »

 

Une chronique de Noémie Bechlem

Enseignante, co-fondatrice du centre pédagogique Dys’UP (soutien scolaire pour les élèves en difficulté)

Un petit commentaire ?