Sciences critiques

L’esprit critique est au cœur même de la construction et de l’émancipation sociale, professionnelle et citoyenne de tout individu ; c’est d’ailleurs une valeur de la république. Dans le monde actuel où l’on recherche aisément et rapidement l’information grâce à Internet, il est important d’avoir développé un esprit critique aiguisé. En effet, Internet propage de nombreuses croyances tant par les moteurs de recherche que par les publications sur les réseaux sociaux.

L’esprit critique à l’école

Une des compétences professionnelles du professeur est d’« aider les élèves à développer leur esprit critique, à distinguer les savoirs des opinions ou des croyances, à savoir argumenter et à respecter la pensée des autres. ». Les élèves doivent acquérir des compétences transversales visant à développer leur capacité à argumenter pour faire preuve d’esprit critique.

  • En cycle 3, les programmes indiquent qu’il faut introduire la distinction entre ce qui relève de la science et technologie et ce qui relève d’une opinion ou d’une croyance. Une façon de faire est la diversification des démarches et des approches pédagogiques.
  • Au cycle 4, dans le cadre de l’éducation aux médias et à l’information, il est recommandé aux élèves, du fait de l’abondance des informations, de développer leur usage des médias et d’Internet en identifiant et en évaluant les sources d’informations.

Aussi, le programme de Physique-Chimie du cycle 4 a pour objectif de permettre aux élèves de se distancer d’une vision anthropocentrée du monde et de leurs croyances pour entrer dans une relation scientifique avec les phénomènes naturels.

De ce fait, les élèves devront développer des attitudes comme la curiosité, l’ouverture d’esprit, la remise en question des idées, l’exploitation positive de l’erreur, la distanciation face au monde qui les entoure.

Pour développer leur esprit critique, il faut en effet que les élèves :

  • apprennent à s’informer (prendre le temps de rechercher l’information et comprendre celle-ci) ;
  • évaluent l’information (recherche de la source, acquisition de connaissance) ;
  • distinguent les faits et les interprétations ;
  • confrontent les interprétations (prendre part dans un débat, argumenter) ;
  • évaluent les interprétations (distinguer les observations des hypothèses et des opinions et croyances).

Afin d’acquérir ces pratiques, il est pertinent d’utiliser une pédagogie favorisant l’argumentation et l’expérimentation scientifique.

Deux exemples d’activités sur le thème du réchauffement climatique

En 6e, je propose une activité inspirée du TRAM de l’académie de Montpellier. Les élèves ont accès à un document qui présente la carte de la banquise en août 2012 et une autre d’août 2013 (voir annexe 1) et la problématique : peut-on toujours parler de réchauffement climatique ?

On voit clairement que la surface de banquise est plus importante en 2013 qu’en 2012. Ce document permet le questionnement des élèves sur ce qu’ils entendent aux informations ou dans les autres cours qui abordent le réchauffement climatique.
Cette activité permet donc d’évaluer l’information. En effet, la source de ces cartes n’est pas mentionnée ; je propose donc ensuite aux élèves de visionner un montage vidéo des cartes du CNES qui montre l’évolution de la banquise depuis 1976.

En 5e je propose une activité inspirée de ce site. Cette activité est constituée d’un premier document qui montre l’évolution de la température moyenne de la Terre entre 2000 et 2010 et d’un second montrant l’évolution de la concentration en dioxyde de carbone dans l’atmosphère entre 1960 et 2020. La problématique est la suivante : Y a-t-il un lien entre l’augmentation de l’émission des gaz à effet de serre et la température moyenne de la Terre (annexe 2) ?

Je propose aux élèves des questions de compréhension des documents.

  • Comment évolue la concentration en dioxyde de carbone entre 1960 et 2020 ?
  • Comment évolue la température de la Terre entre 2000 et 2010 ?

La réponse à la problématique de la plupart des élèves est la suivante : l’augmentation de l’émission des gaz à effet de serre n’a pas d’influence sur la température de la Terre.

Je projette alors le graphique de l’évolution de la température de la Terre entre 1960 et 2010. D’eux-mêmes, les élèves modifient leur conclusion. Par cette activité, les élèves apprennent à s’informer et à évaluer les interprétations.

Ces deux activités me permettent de faire comprendre aux élèves qu’il faut vérifier la véracité des documents en cherchant la source et l’intégralité des documents mis à disposition. De plus, les élèves ont compris qu’il fallait également utiliser une échelle de temps adaptée au phénomène étudié.

Faut-il s’inquiéter face aux élèves sceptiques ?

Les découvertes scientifiques ont, par le passé, souvent été remises en question ce qui a permis le progrès scientifique. De nombreuses inventions ont vu le jour afin de pouvoir démontrer ces découvertes tant d’un point de vue théorique qu’expérimental. Il n’est donc pas inquiétant que les élèves questionnent certaines théories scientifiques à condition que nous leur donnions les clés afin d’aider à la compréhension et/ou de modifier leurs conceptions initiales.

Internet est un bon levier pour développer l’esprit critique des élèves puisqu’il met à notre disposition de nombreuses ressources qui nous permettent de pallier un manque matériel pour réaliser certaines expériences.

Une autre façon d’enseigner les sciences tout en développant l’esprit critique est de faire réaliser des débats argumentés aux élèves.

 

Une chronique d’Audrey Susset

 

Annexe 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 2 :

Un petit commentaire ?