enfants en pleine activité créative

La fête des parents

L’école se doit-elle d’organiser encore une action pour la fête des mères et la fête des pères ?

La question prend tout son sens. Je parle ici de mon vécu et de mon ressenti en école élémentaire.

D’abord dans un contexte de cellule familiale parfois éclatée, parfois reformée ou lorsqu’un enfant a un seul parent, la question de la fête des pères -notamment- se pose. Pour cette raison et pour ne pas stigmatiser certains enfants, je choisis depuis plusieurs années de fêter les parents au sens large . La date s’invite dans le calendrier de la classe, quelque part entre la fête des mères et celle des pères. Bref, cette année ce sera autour de début juin. Une fête des parents c’est papa ou maman ou les deux parents ou papa d’un côté, maman de l’autre ou une tante, un tonton, des grands-parents… Ce n’est pas restrictif. Quand les parents sont séparés, les enfants demandent alors à faire deux surprises.

Pourquoi je garde cette fête ?

D’abord, égoïstement peut-être, j’adore recevoir quelque chose que mes enfants ont produit à l’école. Je me rappelle d’un poème récité par ma fille, alors en maternelle : « Ma main est une fleur, mes doigts sont les pétales, je t’aime, etc. » C’était il y a quelques années et je m’en souviens tellement c’était émouvant de la voir réciter pleine de joie et de fierté. Fête des mères, des pères ou fêtes des parents c’est l’occasion pour les enfants de rapporter une création de l’école à la maison et donc faire rentrer un peu l’école à la maison. On en a encore plus besoin depuis ces deux années covid, durant lesquelles les parents n’ont pas pu beaucoup venir dans l’école et ont donc partagé bien moins de choses avec l’école. Or, vous le savez sûrement déjà, mais, pour moi, les parents qui rentrent dans l’école ça génère de la confiance, du lien entre les enseignants et cela facilite la communication avec un même langage.

Ok on fête les parents mais comment ?

Chaque année c’est une question. Dans ma conception, le cadeau est forcément quelque chose qui n’a pas de valeur marchande. Je m’explique, je ne vais pas casser la tirelire coop de classe pour cela. Au contraire, la question de la fête des parents va être discutée en conseil coopératif pour recenser les idées des élèves et pour débattre sur la notion de présent, de cadeau : un cadeau ce n’est pas forcément quelque chose d’acheté (encore moins tout fait). Ça peut être un poème récité, une carte écrite avec ses propres mots pour exprimer son amour à ses parents, un dessin, etc. Je souhaite que les enfants  entendent qu’un cadeau c’est aussi ça et que c’est source de plaisir. En même temps ça fait réfléchir un peu à notre consommation, j’aime assez… Le but est aussi de montrer que même sans moyen financier on peut faire un cadeau, un geste et donc on peut recevoir ce cadeau non monétaire et l’apprécier. Ça ne va pas de soi pour certains élèves. Un jeu « ami secret » a été organisé en classe cette année, sur demande et vote des élèves en conseil coop. Là encore on voit bien que la notion de cadeau est différente selon les familles.

La fête des parents c’est donc une activité parmi d’autres pour faire sens et débattre. En outre les élèves aiment beaucoup faire de l’art et c’est parfois une discipline sous-investie en élémentaire car elle passe après bien d’autres. La fête des parents peut permettre de réinvestir celle-ci, le temps d’une réalisation.

Bref, dans ma classe, après discussions et idées en conseil coopératif, les élèves vont cette année choisir entre plusieurs réalisations : un pompon, une carte, un poème… Certains ont proposé l’idée de cuisiner quelque chose… Là encore c’est une pratique qu’on a oublié ces deux dernières années. Faire des gâteaux dans notre école, c’est compliqué pour la cuisson mais on hésite entre pot de compote de pommes maison ou caramel beurre salé. Le vote est prévu bientôt. Sucre, crème fraîche ou pommes et beurre, un petit pot (ou 2 si les parents sont séparés) que les enfants vont décorer au feutre, une plaque chauffante, une casserole et c’est parti !

Pour finir, fêter les parents de manière conjointe permet aussi de sortir des cadeaux genrés, un collier de nouilles pour maman, un… je sais quoi pour papa ! Ainsi, en élémentaire au moins, la fête des parents peut-être l’occasion de débattre, de produire de l’art, de cuisiner, tout cela en faisant plaisir aux parents et en rendant les élèves fiers de leur réalisation. Juste pour cela ça mérite vivement d’être gardé !

 

Une chronique de Sophie Dupré

Un petit commentaire ?