Paysage de La Réunion

Enseigner à La Réunion

Comment y lé ? (Comment ça va ?)

Je vais probablement faire quelques envieux, je suis professeur d’anglais à… l’île de La Réunion ! Le rêve de beaucoup ! Eh oui ! J’ai cette immense chance d’exercer mon métier à la Réunion, chez moi, et c’est juste « Waouh ! ».

Ce n’est pas un scoop ! Le soleil, les plages de sable fin, les excursions en montagne (jusqu’à plus de 3 000 mètres) nos cultures, notre mixité et nos métissages, les températures tropicales – même si notre hiver austral est quelques fois assez frais voire froid, il a fait 0° ces derniers jours dans les hauts et jusqu’à –10° au volcan ou au Piton des Neiges – clairement tout contribue à rendre notre « boulot » plus agréable !

L’académie de La Réunion et le calendrier scolaire

L’île de La Réunion a sa propre académie depuis 1984, avant elle dépendait d’Aix-Marseille, avec à sa tête une rectrice.

Pendant de nombreuses années, le calendrier tenait compte du climat ; le fameux calendrier climatique avec ses grandes vacances du 20 décembre au 1er mars (le 20 décembre est férié, il commémore l’abolition de l’esclavage). Maintenant, le calendrier est aménagé pour « coller » le plus possible au calendrier métropolitain mais avec 2 périodes de vacances importantes : la première du 20 décembre au 25 janvier (5 semaines) et la seconde du 5 juillet au 15 août (5 semaines). La rentrée des classes se fait donc le 16 août en général.

En janvier-février, il fait vraiment très chaud dans les salles de classe qui ne sont que très rarement climatisées (trop cher !), il y a plutôt des ventilateurs/brasseurs d’air (qui ne font que brasser de l’air chaud).

Les élèves sont assommés par la chaleur, nous aussi… Franchement, c’est dur dur, on transpire à grosses gouttes, d’autant plus que c’est la saison cyclonique et que c’est très humide ! Un véritable sauna pédagogique !

Tenue correcte exigée

Vu notre climat chaud et humide une grande partie de l’année, il est évident que nos tenues sont assez légères, surtout en plein été. Les petites robes sont de sortie, les jupes courtes et les shorts tolérés.

En fait, tous les types de vêtements sont autorisés sauf ceux jugés indécents (jupes et short TROP courts, décolletés TROP exagérés, vêtements transparents).

Après, c’est une question de bon sens. On s’habille léger léger mais toujours convenablement, en accord avec le règlement intérieur.

Enseigner à La Réunion

Ne nous leurrons pas ! Le métier est sensiblement le même que dans n’importe quelle région de France métropolitaine.

J’en entends certains dire « Oui, c’est ça ! Vous vous fichez de notre tête ! N’importe quelle région de France… ».

Bon, je vous l’accorde, enseigner à La Réunion est sans doute, a priori, moins difficile qu’enseigner en métropole (moins de gros problèmes de violence, mais il y en a quand même).

La Réunion a rattrapé son retard sur l’offre éducative par rapport à la métropole. On compte 405 écoles maternelles, 383 écoles primaires, 90 collèges et 81 lycées publics, 9 collèges et 11 lycées privés.

Sinon, les programmes sont exactement les mêmes que ceux de métropole, c‘est évident mais certains pensent facilement que nous passons notre vie sous les cocotiers, et le niveau des élèves est le même que celui des petits « zoreils » métropolitains.

À cela vient s’ajouter l’option « langue créole », des animations sur la culture réunionnaise (danses, musiques, séga, maloya, moringue…). La langue de Molière a toutefois la part belle, mais il est quasiment quotidien de devoir communiquer en créole avec les élèves. En tout cas, cela ne me paraît pas incompatible du tout, bien au contraire.

Sorties pédagogiques en plein air

Les occasions ne manquent pas. L’île nous offre des balades magnifiques, originales, des évasions culturelles, sportives et éducatives exceptionnelles ! Sans compter les voyages linguistiques dans la zone de l’Océan Indien, principalement l’Afrique du Sud et le Lesotho, pour ma part.

  • Visites de musées dans l’ouest – Aquarium à Saint Gilles, Kélonia, les tortues à Saint Leu, Stella Matutina et l’histoire de la canne à sucre ;
  • sorties et randonnées en montagne dans un cadre naturel exceptionnel ;
  • de nombreuses activités sportives et culturelles (canyoning, rafting, vélos…), paysages spectaculaires, forêts verdoyantes, bassins et cascades garantis !

Impossible de s’ennuyer, les élèves adorent ! « L’île intense » porte vraiment bien son nom.

To make a long story short

Alors définitivement ! Oui ! Nous sommes loin de la « mère patrie » mais nous sommes très fiers de notre richesse et nous nous sentons bien sur notre petit caillou perdu au milieu de l’Océan Indien, comme je me plais à appeler mon île.

Nos élèves sont sympas, attachants, agréables… agités et pénibles aussi comme n’importe quels élèves.

Nous avons juste cet immense avantage de vivre dans un environnement magnifique (mon collège, dans le nord de l’île, est situé entre mer et montagne).

Et entre nous, me réveiller, ouvrir ma porte, voir ce grand ciel bleu et ce soleil, il n’y a pas à dire ! C’est quand même « gaillard top » pour commencer la journée et aller au travail, non ? Moi, je ne m’en lasse pas !

Alors vien a zot ! Nou attend a zot ! (Venez ! On vous attend ! )

Gaillards vacans zot toutes ! ( Bonnes vacances à tous !)

 

Une chronique d’Anne-Marie Dupavillon

Un petit commentaire ?