Ch. 4 : les savoirs peuvent-ils émanciper les gens ?

1ère enquête : 
Situation de départ : à partir des années 1750, les « espions » de la police remarquent que dans les villes françaises de plus en plus d’hommes critiquent le roi. Pourquoi les hommes dans les villes critiquent de plus en plus le roi ?

Compte-rendu de l’enquête :
Au XVIIIe siècle, les écoles réduisent l’analphabétisme donc le nombre d’hommes qui savent lire augmente (il passe de 29% à 47% de 1700 à 1800) et en plus de ça, ils peuvent lire sans se crever les yeux puisqu’au même siècle la lumière rentre dans les maisons grâce aux carreaux qui remplacent le papier huilé.
Il y a beaucoup de cercles de discussion (des sociétés savantes ou des sociétés libres) qui se forment alors les hommes s’y retrouvent pour discuter des livres lus et en particulier des best-seller comme  Anecdotes sur la Comtesse du Barry qui critiquent le roi. C’est pourquoi les hommes en ville critiquent de plus en plus le roi.
Texte de Marlone modifié par la 4e5.

Au XVIIIe siècle, l’école réduit l’analphabétisme donc le nombre d’hommes qui savent lire augmente (il passe de 29% à 47% de 1700 à 1800) et en plus on peut lire sans se crever les yeux car la lumière rentre dans les maisons grâce aux carreaux qui remplacent le papier huilé.
Comme il y a des cercles de discussion, les hommes se retrouvent pour discuter des livres les plus lus, des best-seller qui critiquent le roi. C’est pourquoi les hommes en ville critiquent de plus en plus le roi.
Texte de Abdurrahman modifié par la 4e5.

2ème enquête : 
Situation de départ : 
Diderot et d’Alembert sont des écrivains qu’on appelle des Lumières. De 1751 à 1772, ils publient l’Encyclopédie. Pourquoi Diderot et d’Alembert publient-ils l’Encyclopédie ?

Compte-rendu de l’enquête :
Au début du XVIIIe siècle, les débats portent sur la théologie et la science et à partir de 1740 les débats portent sur la justice, l’éducation ou l’économie. Les Lumières comme Diderot et d’Alembert pensent que tout le monde a le droit de critiquer et de débattre. Selon eux, les idées sont destinées à tous et pas à un petit nombre de personnes alors, pour diffuser les savoirs, il faut l’éducation et l’école donc Diderot et d’Alembert rassemblent plus de 200 collaborateurs  (des artistes, des médecins, des artisans…) pour rassembler toutes les connaissances de la Terre depuis la Renaissance (XVIe siècle). Les Lumières veulent transmettre les connaissances aux générations futures car pour eux la diffusion des savoirs permettra d’améliorer les conditions de vie.
Voilà pourquoi Diderot et d’Alembert publient l’Encyclopédie de 1751 à 1772.
Texte de Abdurrahman validé par la 4e5.

 

3ème enquête : 
Situation de départ :
 en 1773, Diderot part en Russie pour rencontrer 
Catherine II, l’impératrice de Russie. Pourquoi Diderot, philosophe des Lumières, décide d’aller en Russie auprès de Catherine II ?

Compte-rendu de l’enquête :
Les Lumières écrivent pour les générations à venir car ils sont contre l’émancipation rapide du peuple parce que les Lumières pensent que le progrès doit être lent et progressif. Par exemple, Diderot s’inquiète de la futilité du peuple donc il va en Russie en 1773 pour échanger avec Catherine II de Russie. En effet, il cherche l’appui des autorités qui doivent éduquer la population. Comme les pays européens sont dirigés par des despotes et que les Lumières veulent éclairer les despotes, Diderot va parler avec Catherine II.
Texte de Walid validé par la 4ème5.

Les Lumières (écrivains et philosophes du XVIIIe siècle) ont pour projet de diffuser le savoir avec la publication de l’Encyclopédie. En effet, ils pensent que le savoir devrait être accessible à tous. Mais les Lumières sont contre une émancipation rapide du peuple, car ils ont plutôt l’optique d’un progrès lent et progressif, ils écrivent pour les générations à venir. Alors, en 1773, l’un d’eux prénommé Diderot qui s’inquiète de la futilité du peuple arrive à Saint-Petersbourg, ville située dans l’Empire de Russie. Il y reste cinq mois et échange ces idées (économiques, sociales, artistiques) avec l’impératrice Catherine II. Mais l’impératrice n’était pas disposée à recevoir les idées démocratiques des Lumières.
Texte de Child of Lord validé par la 4ème5.