Archive for the ‘Posté de Montaigne’ Category

Nous travaillons…

Lundi, mai 19th, 2008

…regardez-nous, c’est – sur le carnet de l’auteure avec laquelle nous écrivons !

Nous exposons !

Jeudi, mai 15th, 2008

Samedi 17 mai, nous exposons, au Musée de l’Education de Saint-Ouen l’Aumône (95), une (petite) partie de notre travail – ce que nous avons écrit lors de notre troisième séance, suite à notre visite de l’exposition Je, tu, il, ELLES… Le vernissage aura lieu le matin, de 10 heures à midi, puis nos oeuvres resterons en place pour quelques jours encore. VENEZ NOMBREUX ! Et profitez-en pour découvrir ce très beau musée !

358367465.jpg

 

Autoportraits

Vendredi, avril 18th, 2008

Qui suis-je ? Et comment me présenter à ce correspondant dont je ne sais rien sinon le prénom ? Notre quatrième séance est consacrée à ces questions… Pas si facile, de parler de soi ! D’autant que nous avons une contrainte : trois mots tirés au sort que nous sommes obligés d’utiliser ! Certains se lancent dans un « portrait chinois » (si j’étais une couleur, je serais le rouge… etc.), d’autres dans un « portrait en négatif » (je ne suis ni blond, ni roux… etc.) et l’acrostiche a toujours ses adeptes. Après une heure d’écriture pure, nous passons à la réalisation de notre « profil ».

Pour voir quelques images du résultat, rendez-vous sur Le Courrier d’Honorine ! Mais il en viendra encore de nouvelles, car l’un des quatre groupes n’aura sa séance qu’à la rentrée, début mai. Alors, d’ici là… BONNES VACANCES À TOUS !

 

La Lettre de Mes Rêves

Mardi, février 26th, 2008

On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, dit-on. Pour notre deuxième séance d’atelier, j’ai proposé aux élèves des deux classes d’écrire la lettre qu’ils rêveraient de recevoir… et de se l’envoyer « pour de vrai ». Aussitôt, les idées ont fusé ! Bien sûr, beaucoup d’entre eux ont été sélectionnés pour enregistrer un disque ou danser dans un clip. D’autres ont gagné toutes sortes de gros lots : une journée en compagnie de leur groupe préféré, une somme exorbitante ou le droit de se faire bâtir un temple égyptien extraordinaire. Certains ont reçu de grandes déclarations d’amour, des nouvelles d’un monde imaginaire, la réponse favorable d’une école ou d’une entreprise où ils rêvent d’entrer un jour.

Personnellement, la lettre qui m’a touchée le plus est celle d’Alicia, qui a imaginé que son grand-père, qu’elle n’a pas connu, lui avait écrit d’Algérie, pendant la guerre. C’est une lettre témoignage, pleine d’amour et d’espérance pour l’avenir de sa future descendance…

Vous pourrez bientôt lire ces lettres, mises en ligne par les élèves de 5ème6 du Bois d’Aulne en cours de technologie. En attendant, voici leurs enveloppes, envoyées puis revenues – le cachet de la poste faisant foi ! À noter que les timbres ont été fournis par Mme Cécile Berthet, philatéliste aussi passionnée que généreuse !

lettresseance2ba.jpg

 

Ci-dessous, le compte-rendu de la séance par une élève du Bois d’Aulne :

Mardi 15 janvier 2007, nous avons eu notre 2ème séance d’atelier écriture avec Véronique Massenot. Comme pour les séances précédentes, cet atelier était une véritable ouverture pour le pays des rêves ; un monde fantastique où je conseille fort à chacun de se promener.

« Puisque c’est l’époque où l’on se souhaite des vœux, nous dit Mme Massenot, vous allez vous écrire une lettre à vous-même, la lettre que vous adoreriez recevoir. »

Une fois sa phrase finie, une idée me vient en tête. Tous équipés de nos blocs, nous nous mettons à écrire, réfléchir et rayer sur nos feuilles de brouillons. Nous rêvons, en écrivant mots après mots, lettres après lettres.

Encore une fois, mission accomplie pour les adultes (Véronique, Mme Ligier et Mme Le Corre) qui nous ont entourés et aidés.

Merci !
Roxane

Donnez-Moi de Vos Nouvelles !

Jeudi, janvier 31st, 2008

Pour la première séance d’écriture avec la classe de 4ème6 du collège Montaigne, je me suis inspirée de l’actualité. J’ai lu un extrait de la lettre qu’Ingrid Bétancourt envoya récemment à sa mère pour prouver qu’elle était en vie. Puis j’ai demandé aux élèves de s’imaginer dans la peau de quelqu’un qui veut joindre une personne, très importante pour eux, mais perdue de vue depuis longtemps ou très éloignée, dans le but d’obtenir d’elle une réponse, des nouvelles – bref, un début de correspondance…

 

Voici l’extrait de la lettre d’Ingrid Bétancourt :
Parue le 01/12/2007 dans El Tiempo

C’est un moment très dur pour moi. Ils demandent brusquement des preuves de vie et je t’écris, mon âme tendue sur ce papier. Je vais mal physiquement. Je ne me suis pas réalimentée, j’ai l’appétit bloqué, les cheveux me tombent en grandes quantités.

Je n’ai envie de rien. Je crois que c’est la seule chose de bien, je n’ai envie de rien car ici, dans cette jungle, l’unique réponse à tout est « non ». Il vaut mieux donc n’avoir envie de rien pour demeurer au moins libre de ses désirs. Cela fait 3 ans que je demande un dictionnaire encyclopédique pour lire quelque chose, pour apprendre quelque chose, pour maintenir en vie ma curiosité intellectuelle. Je continue à espérer qu’au moins par compassion, ils m’en procureront un, mais il vaut mieux ne pas y penser.

Chaque chose est un miracle, même t’entendre chaque matin, car la radio que j’ai est très vieille et abîmée.

Je veux te demander, Mamita jolie, que tu dises aux enfants qu’ils m’envoient trois messages hebdomadaires (…). Rien de transcendant si ce n’est ce qui leur viendra à l’esprit et ce qu’ils auront envie d’écrire (…). Je n’ai besoin de rien de plus mais j’ai besoin d’être en contact avec eux. C’est l’unique information vitale, transcendante, indispensable, le reste ne m’importe plus (…).

Et voilà le travail (un aperçu seulement) !
lettre010.jpg

lettre011.jpg

lettre020.jpg

lettre030.jpg

lettre040.jpg

lettre050.jpg

lettre051.jpg

lettre060.jpg

lettre070.jpg

lettre080.jpg

lettre090.jpg

lettre0120.jpg

lettre0100.jpg

lettre0102.jpg

lettre0103.jpg

lettre0104.jpg

lettre0110.jpg

lettre0130.jpg

Avec la Plume {défi relevé}

Mercredi, janvier 30th, 2008

Lors de notre première rencontre, j’avais lancé un petit défi littéraire aux élèves de 4ème6 du collège Montaigne. Il leur fallait imaginer le poème dont j’avais écrit le seul dernier vers, en forme d’hommage à Paul Eluard et qui faisait ainsi :

Mais c’est avec la plume blanche d’une colombe,

Oiseau de Paix,

Que j’écris ton nom Liberté !

Voilà comment ils ont relevé le défi :

Avec la plume de l’Hirondelle, j’écris du ciel pour te prouver mon amour éternel

Avec la plume de la Tourterelle, je te reprouve mon amour et je roucoule pour toujours

Avec la plume du Moineau, j’écris l’amour des tourtereaux et pour le 31, je t’enverrai un cadeau

C’est avec la plume de ton Oreiller que je viens me consoler pour après t’aimer

Avec une plume d’Oiseau Mouche, je t’écris tout petit et je fais mouche

Avec la plume du Hibou, je t’offre un bijou que je te mets autour du cou et je te dis Coucou

Avec la plume de la Mouette, je t’écris sous ma couette, en mangeant des cacahouètes et je deviens poète

Et donc avec la plume du Goéland, je t’écris en verlan un ver(s) galant

C’est avec la plume du Pivert que j’écris ce vers amer, vif comme l’éclair, amoureux de la mer

Avec la plume de l’Autruche, je t’écris en express mes détresses en me cachant la tête

Avec la plume de la poule, je t’écris pour te dire que tu es cool

Avec la plume du coq, je t’écris « vive la France ! » et « Cocorico ! »

Et c’est avec les plumes de tous ces oiseaux que j’écris ton nom, Véronique Massenot

Mais c’est avec la plume blanche d’une colombe, oiseau de Paix,

Que j’écris ton nom liberté !

Les élèves de 4°6, Collège Montaigneplume4.gif

Une Lettre de Sonia

Vendredi, décembre 7th, 2007

Mon cher Guy Armand,

Comme c’était prévu, après avoir reçu ta dernière lettre, je t’écris moi aussi pour te raconter la venue de l’écrivain.Tu t’en rappelles ? Celle dont je t’avais parlé lorsque nous nous préparions à l’accueillir.

Cette première rencontre fut marquante. Tout d’abord, je ne l’imaginais pas ainsi, je pensais qu’elle serait très âgée comme la plupart des écrivains et qu’elle s’exprimerait de façon très soutenue au risque de nous ennuyer.

Mais ce n’était pas le cas. L’écrivain, qui s’appelle Véronique Massenot, est une jeune femme âgée de 37 ans, très souriante, un peu timide, qui est née dans un univers littéraire. Ses parents ayant fait des études littéraires, avaient chez eux de nombreux livres, de romans qui marquèrent la petite enfance de Véronique. Et c’était donc normal, pour Véronique de partager cette passion familiale et de devenir écrivain.

J’ai lu un de ses romans qui s’appelle « Soliman le Pacifique ». C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié pour l’émotion de ses textes, la sensibilité et le message qu’elle veut nous faire passer. J’ai aussi aimé le personnage de Soliman, un jeune Palestinien qui vit en Cisjordanie. Il tient un vieux journal auquel il confie ses questions sur la vie et son quotidien. Il a choisi ce chemin de l’écriture à cause de la mort de son frère Chéri, mort en martyre pendant la première Intifada. Je trouve que son roman reflète la vie des Palestiniens mais la plupart d’entre eux ne s’expriment pas comme Soliman c’est à dire dans l’Ecriture. Lorsque un de leur proche se fait tuer pour rien, il le venge. Or, lui, Soliman, ne veut pas répondre en faisant la guerre. Si tu es intéressé, je t’enverrai le livre .

Enfin, le métier d’écrivain est plutôt calme, ils restent chez eux pour réfléchir. Véronique nous a dit qu’elle passait des heures, même des jours sur quelques lignes pour que la mélodie passe… Voilà l’expression qu’elle a employée. Elle entend les mots comme des mélodies !

Dans quelques jours nous allons la revoir pour commencer le travail d’écriture… Je suis pressée ! Comme ça je vais la connaître plus et t’en dire d’avantage sur elle. Bon, je te laisse, à bientôt.

Gros Bisous.

——————Sonia (Eleve de 4° au collège Montaigne)

Cher Monsieur

Vendredi, décembre 7th, 2007

Pour m’accueillir, les élèves du collège Montaigne, qui ont très envie d’aller visiter un certain musée parisien, avaient écrit une lettre à son directeur, pour plaider ma cause …et la leur !

Cher Monsieur,

Nous aimerions vous faire part d’une idée que nous avons eue :

Nous souhaiterions qu’un nouveau mannequin de cire fasse son apparition dans votre musée, ayant les traits de Véronique Massenot, notre écrivain préféré.

Les raisons qui nous poussent à vous formuler cette demande sont les suivantes :

Tout d’abord, son talent d’auteur : nous apprécions la sensibilité de ses textes et la grande humanité qu’elle nous fait partager. Les sujets de ses livres nous font comprendre les grands problèmes contemporains, comme la guerre en Palestine.

De plus, grâce à sa future présence dans votre musée, elle gagnera en popularité, sera davantage connue et vous en tirerz les bénéfices quand elle obtiendra le Prix Nobel de Littérature et quand on saura que vous l’avez mise à l’honneur avant tout le monde…

Enfin, si vous acceptez notre demande, nos professeurs accepteront enfin de nous faire visiter votre musée.

Cordialement,

La 4ème6 du Collège Montaigne

Obtiendront-ils gain de cause(s) ? Suspense !

Une Avalanche de Courrier !

Mardi, novembre 27th, 2007

avalanche

Illustration signée D.B. (4ème6 – Collège Montaigne)

Quatre Cartes de Montaigne

Mardi, novembre 13th, 2007


Le Collège Montaigne en images …

colmontcolmont02

colmont03colmont04

————————————————————————————————–… et en couleurs !

——-

Trois Lettres, Un Manifeste !

Vendredi, octobre 26th, 2007

Les élèves de 4ème6 du Collège Montaigne ont bien reçu l’invitation [voir la note précédente] ! Ils s’adressent à l’auteur…

Toi V. Massenot, l’Ecrivain,

Nous t’enverrons des lettres qui embrassent la vie, qui enivrent, des lettres qui sont enfantines, évasives, explosives ou des lettres d’exclamation !

Des lettres aimables, amusantes, des lettres d’amies ou des lettres ardentes. Des lettres qui grognent, qui claquent, qui effraient, qui croquent, des lettres qui crient, qui griffent.

Nous t’enverrons des lettres gentilles, bienveillantes, aimantes. Des lettres que l’on apprécie ou des lettres de confidences.

Des lettres qui embrassent et qui embrasent, des lettres qui aident et qui aiment, des lettres qui coulent et qui saoulent, des lettres qui craignent et qui saignent, des lettres qui se fâchent et qui se cachent.

Des lettres sarcastiques, cyniques, serviables, des lettres de souvenirs sismiques, des lettres qui soufflent, sordides, des lettres de sorcellerie, des lettres de Spider-Cochon.

Nous t’enverrons des lettres vivifiantes, vaseuses, visqueuses, vaniteuses et vantardes, des lettres virevoltantes. . . nous t’enverrons des lettres vibrantes, volcaniques et des lettres qui varieront.

Des lettres qui flottent dans le néant, dans l’espace intergalactique, des lettres de farce- et- attrape, des lettres qui nous feront fondre en larmes, des lettres farfelues, des lettres feignantes, remplies de fariboles. Nous t’enverrons des lettres fantastiques, fourbes, foudroyantes, fines ou des lettres un peu folles.

Des lettres remplies de bêtises, pleines de beauté, des lettres de bal, parsemées de barrières.

Des lettres pastelles ou parmes, des lettres que l’on préfère à d’autres, des lettres poétiques, pétrifiantes, qui nous parle de choses dont on a peur. Nous t’enverrons des lettres merveilleuses, magnifiques, des lettres qui mordent, des lettres marrantes où peut-être des lettres qui te laisseront de marbre. . .

Nous vous enverrons des lettres qui vous amuseront, qui vous bouleverseront, qui vous crisperont, qui vous décriront la beauté, qui vous épouvanteront, qui vous fascineront, qui grandiront au fil du temps, qui vous horrifieront, qui vous impressionneront.

Mais nous vous enverrons aussi des lettres joyeuses, des lettres cacophoniques, des lettres langoureuses, des lettres émouvantes, des lettres opérationnelles, des lettres parfaites. Nous vous enverrons des lettres rageuses, des lettres qui s‘engluent et s’engouffrent sous la langue.

Des lettres tranchantes, humoristiques, valeureuses, wagonbondes, qui épuiseront vos envies, vous hypnotiseront, et dézingueront vos horizons.

Comme tu vas nous apprendre à écrire des lettres, nous t’en écrirons…

Des qui rendent aimable, qui parlent de bonheur.

Des qui nous caractérisent, qui dominent notre quotidien ou qui nous emportent dans des rêves.

D’autres seront farfelues, généreuses, humoristiques, irréelles ou jolies.

Nous t’en écrirons aussi qui chorégraphieront notre vie, qui lambineront toute la journée, qui monopoliseront nos pensées, ou nous feront négliger nos soucis.

Avec ton aide, nous en ferons peut-être qui nous opposerons, qui nous rendrons paresseux, ou qui révèleront nos qualités.

Elles raconteront des histoires… sympathiques.

De plus, nous aimerions en écrire des terrifiantes, d’autres qui nous rendront uniques, qui nous emporteront dans des mondes virtuels, des western, et qui nous fixeront dans un autre univers. D’autres encore nous ferons sortir les yeux de la tête et pourquoi pas des lettres zinzins.

Conflans-Ste-Honorine {enveloppe}

Jeudi, octobre 25th, 2007

envelmont