Archive for the ‘Posté des Hautes Rayes’ Category

Chère Véronique Massenot

Mercredi, février 27th, 2008


frame2716322.jpg
Durant le mois de janvier, j’ai rencontré par deux fois les élèves du « club écriture » des Hautes Rayes, le troisième collège de notre ville. Pour m’accueillir, ceux-ci m’ont lu ces lettres, écrites pour l’occasion.


Madame Massenot,

Tout d’abord, j’espère que vous vous portez bien et que vous avez de l’inspiration pour vos prochains livres. J’ai beaucoup aimé « Lettres à une disparue » qui m’a permis de regarder le monde différemment. Avec les informations, je suis au courant des malheurs qui s’abattent en Afrique. Mais n’étant pas née, je n’étais pas au courant des disparitions en Argentine en 1976.

J’ai été très sensible à votre livre et moi, je me suis attachée à Melina, ce personnage courageux qui affronte tous ces malheurs. Elle perd sa fille, du moins on ne sait pas si elle est morte. Mais elle lui écrit. Elle écrit ce qu’elle pense comme si c’était une lettre qu’on écrit dans sa tête et qu’on envoie par la pensée. On a l’impression, par la façon dont elle écrit, qu’elle est sûre que ses écrits sont arrivés aux pensées de sa fille, Paloma. C’est bien ça qui m’a émue, avec le décès de Melina.

Ce qui m’a plu aussi, c’est le fait que Nina, la petite fille, trouve ces lettres et décide de la même manière que sa grand-mère, d’écrire à son tour à Paloma.
J’avoue que j’ai espéré que Nina continue à écrire.
Je crois bien que j’ai écrit ce que je voulais vous dire.

Merci de votre attention et bonne continuation.

Au revoir
Emeline


Chère Véronique Massenot

J’ai lu la moitié de votre livre « Soliman le Pacifique » et moi qui d’habitude n’aime pas trop lire, je le lis sans que ça paraisse pour moi une corvée (je n’arrive pas à lire les livres donnés en Français). Votre façon d’écrire me plait tout comme l’histoire de Soliman.

Sur ce, je vous souhaite une bonne année 2008 et à bientôt.

Clément

Bonjour Véronique Massenot,

Je m’appelle Guillaume et par cette lettre je vous annonce que j’ai beaucoup aimé votre livre « Soliman le Pacifique » qui est une histoire très émouvante et pleine d’amour. J’ai également aimé le livre « Lettres à une disparue » tout aussi émouvant. Ce qui m’a en revanche troublé dans ce livre, ce sont toutes ces minuscules petites phrases employées dans le texte. A part ça, j’adore ce que vous faites et sachez que vous êtes un exemple pour moi, car je veux devenir écrivain comme vous ! Alors je vous dis au revoir et à bientôt.

Guillaume


Bonjour à vous,

Je m’appelle Mélanie ; j’ai 13 ans et j’ai lu « Lettres à une disparue ». J’ai beaucoup aimé ce livre. Moi-même j’écris des histoires mais ce que je me demandais, c’est la chose suivante : d’où vous vient cette imagination ? Moi personnellement, j’ai du mal à la trouver !

Mélanie

Bonjour Mme Massenot,

Je vous souhaite un joyeux Noël et une bonne année. J’ai lu votre livre « Soliman le Pacifique » et c’est vraiment un livre super ! J’aime bien la façon dont c’est écrit ; c’est très émouvant parce qu’il y a la mort du frère de Soliman et que la famille essaie de vivre normalement dans un pays en guerre.

Il est parmi les livres que je préfère.

Maxime


Je n’ai pas beaucoup aimé le livre « Lettres à une disparue » même si le thème est assez intéressant.

Faire une histoire sous forme de lettres est une idée plutôt originale mais je trouve que cela fait ralentir le rythme de l’histoire. Il y a peu de rebondissements et peu de suspense.

Je pense que le livre est inspiré de faits réels mais je préfère les livres inspirés de faits imaginaires, peuplés d’êtres mystérieux et surnaturels. Ce genre de livres me fait rêver !

Léa

Madame Massenot,

J’ai moyennement aimé votre livre car il se rapproche trop de la réalité ; d’habitude, je ne lis pas de livres comme ça car cela fait penser que la vie est triste alors qu’elle n’est pas si mal que ça.

Merci quand même d’avoir parlé de ce qui s’est passé en Argentine ; comme ça, je suis moins ignorante de ce problème-là.

Shona

Florent – Club écriture – Collège des Hautes Rayes – A l’attention de Madame Véronique Massenot

Chère Véronique Massenot

C’est avec plaisir que je serai présent lors de votre intervention au sein de mon collège, pour parler de vos ouvrages et notamment de « Lettres à une disparue » que j’ai lu avec intérêt.

Actuellement, je m’apprête à découvrir avec beaucoup de curiosité votre deuxième livre « Soliman le Pacifique »

J’attends avec impatience de connaître vos sources d’inspiration pour écrire vos livres.

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous prie de croire, chère Véronique Massenot, en l’assurance de mes sentiments respectueux.

Florent

Chère Madame Massenot

Je vous écris pour vous dire que j’ai beaucoup apprécié « Lettes à une disparue » c’est un livre très bien et également très triste. j’ai aussi commencé «Soliman le Pacifique » qui est également un très bon livre. J’ai plusieurs questions :

– Avez-vous écrit d’autres livres ?

– Êtes-vous déjà passée à la radio ?

Je ne sais plus trop quoi dire, donc voilà ! Continuez d’écrire d’aussi beaux romans ! Au revoir !

Maëlle

de : Mourzik Issam

à : Véronique Massenot

Bonjour Madame Massenot, j’ai lu votre livre « Lettres à une disparue ». Il y a un point positif et un point négatif. Pour le point positif, eh bien, l’histoire est intéressante, mais le point négatif c’est le manque d’action. Ce n’est pas un point très important mais je tenais à le préciser. Actuellement je voudrais lire un livre que vous avez écrit : « Soliman le Pacifique » mais il faut que j’en trouve le temps. Je suis aussi impatient de vous rencontrer.

Issam

Merci à tous pour votre saine franchise… et votre accueil très chaleureux !

 

Déambulation

Jeudi, janvier 31st, 2008

frame2827758.jpgClaire Galeyrand, comédienne, anime l’atelier d’écriture du collège des Hautes Rayes. Lors d’une séance, elle invita les élèves à déambuler dans le CDI deux par deux – l’un en aveugle, l’autre servant de guide, et inversement – puis de coucher leurs impressions par écrit. Voici un (petit) aperçu du fruit de ce travail :

Aujourd’hui j’ai rencontré un livre avec des dents, j’ai fait connaissance avec lui, il s’appelait Dracula…

J’ai aperçu un livre vivant, il est tombé tout seul, ou plus exactement tout seul avec l’aide d’Issam… A mon avis, mon gentil p’tit Sammy et lui ont fait connaissance… Je pense aussi qu’ils sont devenus amis car Issam est allé le voir souvent.

J’ai rencontré un livre perdu… Ou alors il jouait à cache-cache, mais en tout cas, il était tout seul, il s’appelait Lou ; j’ai vu aussi Guillaume, il m’a parlé, mais les adultes lui ont dit de se taire ; à mon avis, c’est pour que les livres puissent dormir en paix.

J’oubliais, j’ai rencontré toute une tribu de dictionnaires, ils étaient très furieux, mais ça, ce n’est pas de ma faute, c’est celle de Shona et toutes ses fautes d’orthographe.

J’ai souvent croisé Maëlle, mais elle rigolait sans arrêt, c’est souvent à cause de la moquette.

J’ai aussi rencontré à plusieurs reprises Emeline au rayon Documentaires… je savais qu’elle aimait Napoléon, mais à ce point là… (Léa)

J’ai envie de murmurer une chanson, celle de Superbus qui est appelée << On Monday >>. Mais franchement je n’ai pas envie de faire deux choses à la fois. J’écris, mais pour quoi, là ?

J’écris sûrement ce que me dit cette petite voix logée dans ma tête. Mais bon… C’est un peu flou car je n’arrive pas à savoir ce qu’elle dit parfois. C’est tout silencieux, j’aime pas. Si, j’aime juste quand je ne pense à rien. Mais je pense à quoi ? Non, j’essaie de penser à quelque chose pour ne pas écrire des choses…vraiment débiles ! (Emeline)

Dans la mythologie grecque, il y a des centaures, des sphinx, des minotaures.

Dans les livres de fantaisie, il y a des elfes, des nains, des trolls.

Dans la vraie vie, il y a des tigres, des lions, et nous les humains.

Evidemment, il y a d’autres choses sur la terre, mais il n’y a pas forcément de joie en elles. (Clément)

Le paradis décrit par l’homme est une zone infinie ou les personnes décédées peuvent reposer en paix auprès de Dieu. Il est aussi dit qu’à la mort, l’âme de la personne quitte son enveloppe charnelle puis s’en va haut dans le ciel, avec Dieu pour toujours.

Moi, je ne crois pas en tout cela. Pour moi, Dieu n’existe pas et le paradis non plus.

Selon moi, ce que je crois, c’est qu’à la mort, notre âme se fait une autre enveloppe chaque fois plus belle, chaque fois plus pure. C’est peut être aussi pour ça que les gens disent que certains humain ont le cœur pur…

Moi je crois en mère nature ; d’autres pas. Chacun ses croyances, ses rêves, et vivons en paix avec nous-mêmes… (Guillaume)

Pendant le jeu de l’aveugle, j’ai vu Legolas dans le seigneur des Anneaux ; je me suis baissé pour voir des espèces de singes même si je suis pas sûr que c’était ça. C’était peut être des costumes de cannibales avec des masques rouges, mais c’était bizarre. J’ai vu aussi un clown blanc et un autre noir, comme s’il y avait un méchant et un gentil. Personnellement, je préfère le gentil… (Maxime)

Dans mes rêves, je me vois en héros qui sauve des vies, mais ce héros est différent à chaque rêve. Je ne parle pas de super héros, je parle de héros de la vie de tous les jours, comme un chirurgien qui réussit une opération vitale ou comme une personne banale qui sort quelqu’un des flammes.

Dans mes rêves, j’ai été tout : un policier qui met un terme à une guerre de gang ou même un avocat qui réussit à prouver l’innocence de quelqu’un condamné à perpétuité.

Mais le problème est que dans la vie je ne suis rien de tout cela ; je ne suis qu’un adolescent de 13 ans sans beaucoup d’histoires ou de particularité. (Clément)

Waaaaa ! Que dire de mon voyage … ?

Même si je n’ai vu que du noir, j’ai l’impression d’avoir changé de monde… Si c’est comme ça être aveugle, ça ne dérangerait pas… enfin si un peu …

Je n’aurai jamais pu voir cette magnifique plante que Maëlle m’a montrée…

Peut-être qu’être aveugle, c’est avoir les yeux dans un autre monde… Et peut être que ce monde est tellement beau, qu’ils ne veulent plus revenir…

Je pense que ce monde doit être complètement différent du nôtre … Avec des jolies fleurs roses même en hiver… Non pas comme ça, les garçons ne s’y plairaient pas …

Ça doit être un monde haut en couleur… avec un grand château, comme à DisneyLand … Oui mais le château est rose…mais il y a quand même beaucoup de garçons à DisneyLand…Euh je divague …

Oh mon dieu ! Je suis en train de dire que les yeux des aveugles sont à DisneyLand ! Cooool !! (Léa)

Deux Lettres des Hautes Rayes

Mardi, novembre 13th, 2007

D’abord, une visite guidée proposée par Guillaume, Mélanie, Maxime, Emeline, Clément, Florian, Julien, Othmane, Florent, Issam, Linda, Léa, Shona, Melissa, Blanche, Laurine et Maëlle. Suivons-les !

Nous sommes en 4ème et voici nos différents points de vues sur le collège des Hautes Rayes, d’où l’on vous écrit. Si vous ne le connaissez pas nous allons vous le décrire…

Oh ! Notre collège, il est marrant !

Il est comme les autres mais ce qui le rend original, c’est sa forme et ses briques rouges et orange.

Il est sur un plateau, mais il n’est pas servi !

Il s’appelle les Hautes Rayes, mais il n’y a pas de raies !

Il est entouré de champs, mais personne ne chante !

Oui, notre collège est spécial car il se situe dans les champs.

Et à la cantine, il y a des chauvessouris !!

Et quand on prend nos plateaux et qu’on sort de l’endroit où on est servi, le sol est tellement lavé au M. Propre, que l’on glisse et on tombe avec le plateau : tout le monde crie alors « Hou, Hou !! »

Quand on entre dans le collège, à droite, il y a le garage à vélos puis tout droit le hall ; quand on entre dans le hall, à droite, il y a le CDI puis tout droit la cour.

Le CDI expert en livres est spacieux et triangulaire ; la salle de musique est spéciale aussi car c’est un parallélépipède rectangle.

Il y a aussi un gymnase, en dehors, qui n’appartient pas au collège.

Dans notre collège il peut y avoir des jours calmes comme des jours agités. C’est un collège agréable, sympathique mais avec plusieurs défauts. En effet, le collège, ce n’est pas non plus le bonheur pur !

~ Les radiateurs sont toujours éteints et dehors, les bancs sont pleins.

~ Les heures de colle, les punitions, les contrôles, on n’aime pas.

~ Et commencer à 8 heures, on a du mal : c’est tôt !

Mais on ne pense pas à ça, parce qu’avant tout, on a nos amis, les vrais, ceux qu’on s’y est faits.

Ce qu’on aime, ce sont les récrés où l’on retrouve justement ses amis.

C’est notre collège bien-aimé.

Et même si le matin, c’est dur, ça vaut le coup de se lever.

A l’oral, pour rigoler, on dirait : « Notre collège, il est super méga over mortellement cool !!! »

CHR01

Et maintenant ? Une page de publicité ! (Offerte par l’Agence Maëlle !)

Soyez sûrs d’augmenter votre QI toujours en voie de développement grâce aux excellents cours donnés par des professeurs expérimentés dans leur matière dans notre collège. Ils pousseront les nerfs de votre cerveau à donner le maximum d’eux mêmes sans faire d’overdose. Si, encore, il vous reste un cerveau.

Une atmosphère très sympathique vous accueillera à votre entrée et se gravera dans votre mémoire que les professeurs ont développée. Comme tout collège à peu près normal, les Hautes Rayes possède un CDI !! C’est ici que s’entreposent maints livres et BD si appréciés des élèves. En pénétrant dans le hall, vous observerez la cour et son préau, jusqu’à la butte (où il est interdit de monter).

Enfin bref, si vous tenez à vos cellules grises, n’hésitez pas, foncez au Collège des Hautes Rayes !

CHR02