Gérer le stress des élèves au sein des classes

Pandémie, terrorisme, crise économique… Nous sommes aujourd’hui confrontés à une situation extrêmement anxiogène, dont la fin est incertaine et sur laquelle il est difficile d’avoir prise.

Les élèves subissent évidemment de plein fouet ces bouleversements sanitaires, politiques et sociaux, qui trouvent des échos plus ou moins forts au sein de leurs familles, confrontées à des soucis de santé ou à des inquiétudes financières. Pour eux s’ajoutent en plus l’enseignement à distance et la modification des examens.

Comment les aider, quand on est enseignant, à supporter un contexte aussi déstabilisant ?

Voici quelques pistes pour tenter de ramener un peu de sérénité au sein des esprits et des salles de classe…

bloglovin.com

D’abord, soyons attentifs aux manifestations du stress : irritabilité, sautes d’humeur, nervosité, problèmes de concentration, fatigue, isolement… ces attitudes ne doivent pas trop rapidement être rangées dans les catégories “crise d’adolescence” ou “élève en difficulté”. En cette période particulière, il faut y prêter attention, et en parler avec la vie scolaire, les parents et le personnel médical au besoin. Il se peut en effet que d’autres symptômes soient associés, tels que des douleurs d’estomac, des maux de tête, des troubles du sommeil, des palpitations, qui pourraient confirmer l’anxiété ressentie.

Ensuite, ayons conscience que les préoccupations ont un impact sur la réussite scolaire des élèves : difficile de mémoriser une leçon ou d’écouter un cours quand on pense au pire ou qu’on est en déficit de sommeil. Ayons soin, par conséquent, de ne pas venir ajouter du stress supplémentaire par notre enseignement. Offrons-leur, pour ce faire, un cadre de travail rassurant, c’est-à-dire stable (fait de routines de classe), prévisible (sans contrôles “surprise”) et bienveillant (à travers des objectifs atteignables, la valorisation des efforts et le soutien apporté pour dépasser les difficultés).

Veillons par ailleurs, en concertation avec l’équipe pédagogique et les parents d’élèves, à la charge des devoirs donnés. Aidons-les, dans cette période où tout semble leur échapper, à garder le contrôle de leur travail scolaire, et consacrons si nécessaire plus de temps à l’organisation pour qu’ils ne se laissent pas submerger. Plus que jamais, nos élèves ont besoin de pouvoir se reposer et de se distraire.

A cet effet, continuons à proposer des activités stimulantes, via les travaux de groupes ou les projets interdisciplinaires, afin de favoriser l’entraide, la créativité et le plaisir d’apprendre.

Enfin, prenons le temps de discuter. Les soucis des élèves ne disparaissent pas quand ils entrent en classe, et s’il ne s’agit pas de laisser leurs préoccupations envahir les cours, il est important de ne pas non plus les ignorer. Le simple fait de leur laisser la possibilité d’exprimer leurs craintes et de se savoir écoutés permet de déjà de les soulager en partie.

En tant que professeure principale, je prends régulièrement cinq minutes au début d’une de mes heures de cours pour demander à mes élèves de 5ème d’écrire ce qui les préoccupe, sur une feuille que je ramasse après. Ils peuvent évoquer des difficultés personnelles, familiales, relationnelles, scolaires, poser des questions ou parler d’un événement dont ils ont été les témoins et qui leur semble problématique. Je leur dis que je reviendrai vers eux au besoin, soit individuellement sans la présence des autres, soit collectivement en heure de vie de classe. A cette occasion, je leur rappelle bien sûr les personnels de l’établissement vers lesquels ils peuvent se tourner : l’infirmier.e, le CPE, l’assistant.e social.e, ou le psychologue scolaire.

En effet, le fait d’appartenir à une communauté éducative attentive et soudée constitue un rempart solide pour résister à l’abattement et à l’impression de délitement qui peuvent toucher les enfants et les adolescents dont nous sommes en charge.

Nathalie Anton

Cyberharcèlement : restons vigilants !

Jeudi dernier, le 5 novembre, avait lieu la journée internationale contre la violence et le harcèlement en milieu scolaire.

A cette occasion, l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) rappelait sur son site que « près d’un élève sur trois a été harcelé par des camarades à l’école au moins une fois au cours du mois précédent, et une proportion similaire ont subi des violences physiques. »

En France, on estime que le harcèlement scolaire touche environ 700 000 élèves chaque année, et plus d’un sur dix au cours de sa scolarité. Les conséquences pour les enfants sont lourdes : chute des résultats scolaires, absentéisme, perte de l’appétit et du sommeil, consommation d’alcool et autres drogues, anxiété, dépression, tentatives de suicide… et ces séquelles psychologiques peuvent perdurer à l’âge adulte.

Une approche globale est recommandée, qui n’est plus seulement centrée sur l’information et la responsabilisation des élèves : elle inclut les réponses judiciaires, la formation des enseignants, les politiques d’établissement et bien sûr, le dialogue avec les parents. Rappelons que les enseignants ne voient pas toujours le harcèlement à l’oeuvre, car il opère à bas bruit : contrairement à ce que l’on peut penser, les violences physiques ne sont pas au premier plan ! Il s’agit plutôt d’insultes, d’intimidations, de propagations de rumeurs, de vols ou de dégradation de matériel, de bousculades… Des faits que l’on pourrait juger minimes, mais qui minent en raison de leur caractère répété et menaçant.

Source : Geek Junior

Les parents sont des relais essentiels pour repérer les signes de mal-être chez leur enfant, surtout en ce contexte de pandémie actuel, qui encourage l’enseignement à distance et qui, de facto, augmente le temps passé par les enfants derrière un écran. En effet, d’après une enquête du magazine Geek Junior le harcèlement en ligne, ou cyberharcèlement, toucherait 12,5% des Français âgés de 6 à 18 ans, le pic se situant au collège, où dès 2013, on estimait que 20% des collégiens en avaient été victimes.

Les échanges entre l’école et les familles sont donc cruciaux, puisque le harcèlement dépasse l’enceinte de l’école et s’exerce, par écran interposé, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

N’hésitez pas à consulter les sites ci-dessous qui donnent de précieux conseils pour prévenir ces situations qu’il ne faut pas laisser s’installer. N’hésitez pas non plus à appeler les numéros gratuits qu’ils ont mis en place pour permettre de les signaler :

Non au harcèlement : 3020

Net écoute : 0800 200 000

Infographie Ministère de l’Education nationale

Nathalie Anton

La laïcité est notre liberté

Mes pensées vont aujourd’hui à Samuel Paty et à ses proches, ainsi qu’à tous les parents, élèves et collègues que ce crime sidérant soude autour des valeurs de tolérance et de laïcité.

Trois citations pour les illustrer, ainsi que la Marianne créée au lendemain des attentats de novembre 2015 par l’artiste américain Shepard Fairey, plus connu sous le nom de Obey.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est capture-decc81cran-2020-10-19-acc80-10.20.15.png
Liberté, Égalité, Fraternité, Obey, 2015.

« Rien n’est plus contraire à la Religion que la contrainte (…) ll en est de la Religion comme de l’amour ; le commandement n’y peut rien, la contrainte encore moins ; rien de plus indépendant que d’aimer et de croire (…) La Religion est instituée pour nous rendre heureux dans cette vie et dans l’autre. Que faut-il pour être heureux dans la vie à venir ? Être juste. Pour être heureux dans celle-ci, autant que le permet la misère de notre nature, que faut-il ? Être indulgent. Ce serait le comble de la folie de prétendre amener tous les hommes à penser d’une manière uniforme sur la Métaphysique. » (Voltaire, Traité sur la tolérance, 1763).

« La laïcité de l’École offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix. » (Article 6 de la Charte de la laïcité à l’École)

« La construction de l’esprit critique est essentielle pour amener les élèves à s’informer et évaluer l’information, interpréter et confronter les interprétations dans une attitude réflexive qui accepte le débat et le pluralisme. Cet état d’esprit requiert la prise de conscience que l’esprit critique n’est jamais acquis : c’est une démarche intellectuelle à construire. » (Vademecum La Laïcité à l’école, Ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse, octobre 2019).

Nathalie Anton