Archive pour Energie

En Alberta, l’or noir de la discorde

Jusqu’à quatre fois plus polluante que le pétrole conventionnel, l’industrie des sables bitumineux préoccupe les habitants de la province de l’Alberta.

LE MONDE | 19.02.2015 à 10h58 • Mis à jour le 21.02.2015 à 03h05 | Par Manon Rescan (Fort McKay (Canada), envoyée spéciale)

L'un des sites de Suncor, l'un des plus anciens groupes pétroliers de l'Alberta, sur la route de Fort McKay.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/energies/article/2… Alberta, l’or noir de la discorde

Source : En Alberta, l’or noir de la discorde

L’OPEP s’accorde pour limiter sa production de pétrole

29 sept. 2016
Production de pétrole de l'OPEP
L’accord de l’OPEP a été trouvé hier en Algérie, en marge du 15e Forum international de l’énergie. (©Anadarko)

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a annoncé hier à Alger avoir conclu un accord pour limiter la production globale de pétrole de ses 14 pays membres. Un certain nombre de questions reste toutefois en suspens.

Un accord « surprise »

Lors de la 170e réunion (extraordinaire) de la Conférence de l’OPEP à Alger, le Gabon siégeait à nouveau au sein du cartel (le pays a réintégré l’organisation en juillet dernier après l’avoir quittée en 1995). C’est toutefois une information plus capitale que l’on retiendra de cette réunion : les 14 pays membres de l’OPEP se sont finalement accordés sur une limitation de leur production de pétrole brut à un niveau compris « entre 32,5 et 33 millions de barils par jour » (Mb/j), contre 33,24 Mb/j en août 2016(1).

De nombreux observateurs qualifient cet accord de « surprise », principalement car les positions de l’Arabie Saoudite et l’Iran ont longtemps semblé inconciliables(2). Le désaccord de ces deux géants (1er et 3e producteur de l’OPEP) avait fait échouer la précédente tentative d’accord à Doha en avril 2016 et était encore manifeste la veille même de l’accord d’Alger.

Production des pays membres de l'OPEP

A eux trois, l’Arabie saoudite, l’Irak et l’Iran comptent pour plus de la moitié de la production de pétrole brut de l’OPEP. (©Connaissance des Énergies)

Quelles sont les raisons de cet accord ?

L’OPEP a annoncé avoir conclu cet accord pour stabiliser le marché pétrolier, le président du cartel rappelant à Alger que le réajustement entre offre et demande « prenait davantage de temps qu’attendu ». L’OPEP a également rappelé que la chute des cours(3) avait entraîné une forte baisse des investissements dans le secteur pétrolier qui va entraîner de fait une baisse de la production pétrolière à moyen terme alors que la demande reste « robuste » au niveau mondial selon l’organisation(4).

Si une remontée des cours était depuis longtemps vitale à plusieurs pays membres de l’OPEP, l’Arabie saoudite a maintenu une guerre des prix pendant près de deux ans, principalement pour ne pas perdre de parts de marché face aux États-Unis dont la production de pétrole de schiste avait fait du pays le premier producteur mondial.

Cette stratégie de Riyad s’est heurtée à la résilience de l’industrie pétrolière américaine et a eu dans le même temps un impact majeur sur les finances des différents pays membres de l’OPEP. Selon l’EIA américaine, ces derniers auraient vu leurs revenus liés aux exportations de pétrole chuter de 46% en 2015.  L’Arabie saoudite, premier exportateur mondial, a elle-même subi une sévère chute de ses revenus qui sont passés de 247 milliards de dollars en 2014 à 130 milliards de dollars en 2015. Le déficit budgétaire du pays aurait atteint 98 milliards de dollars en 2015.

Et maintenant ?

Si le ministre algérien de l’énergie Noureddine Boutarfa a fait état hier d’une décision « unanime et sans réserve », des doutes subsistent sur la pérennité de l’accord alors que s’amorce la phase la plus ardue, à savoir la répartition de « l’effort » par pays membre. L’OPEP se réunit à nouveau le 30 novembre prochain à Vienne pour préciser les plafonds de production par pays.

Un comité composé de représentants des pays membres a pour mission de préparer cette réunion et de mettre en place un cadre pour de futures négociations avec des pays non-membres de l’OPEP. La Russie, 2e exportateur mondial de pétrole, a toutefois annoncé aujourd’hui qu’elle n’envisageait pas de baisse de sa production malgré l’accord de l’OPEP.

Quel impact possible ?

L’accord conclu par l’OPEP a fait remonter hier les cours du pétrole brut de presque 6% pour le Brent (à un niveau de 48,69 $/baril) et de 5,3% pour le WTI aux États-Unis (47,05 $/baril). Cette hausse s’est poursuivie aujourd’hui malgré l’annonce de la Russie.

L’accord conclu à Alger ne modifie toutefois pas fondamentalement l’état du marché, marqué par une offre excédentaire. Pour rappel, l’OPEP n’a compté que pour environ 41,4% de la production mondiale en 2015(5) et les analystes peinent à se prononcer aujourd’hui sur l’impact futur de l’accord, compte tenu des tensions qui pourraient resurgir entre les différents pays membres et les incertitudes quant au respect du plafond de production annoncé.

Le retour du pétrole bon marché

Le pétrole ne mérite plus son surnom d' »or noir ». Après un pic historique à 120 dollars en 2010, le prix du baril de pétrole brut a connu une chute vertigineuse – de 70 % -, au cours des derniers mois pour passer sous la barre des 30 dollars en janvier dernier. Un record depuis le début des années 2000. Et le résultat de plusieurs facteurs.

Depuis quinze ans, de nombreux investissements ont été réalisés dans ce secteur face à la forte hausse de la demande des pays émergents. Ce qui a eu pour effet d’augmenter massivement la production. Ce fut particulièrement le cas aux Etats-Unis, avec l’avènement des pétroles de schiste (au détriment de l’environnement). Le problème, c’est que ce surplus d’offre ne trouve plus aujourd’hui preneur. L’économie chinoise et les économies émergentes en général sont en effet en plein ralentissement. Et la reprise dans les pays industrialisés ne suffit pas à tirer la croissance mondiale. Si bien que le monde produit désormais plus de pétrole que la demande ne peut en absorber.

Habituellement, pour faire face à la chute des cours et préserver leurs marges, les pays producteurs stockent le pétrole excédentaire et réduisent leur production. Mais cette fois-ci, les cuves sont pleines et l’Arabie Saoudite, chef de file de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et premier pays producteur au monde, refuse de réduire sa production pour ne pas perdre des parts de marché face à la concurrence, Etats-Unis en tête. Le royaume saoudien y perd en recettes d’exportations, mais ses faibles coûts de production lui permettent de tenir ce rythme plus longtemps que les autres. De fait, outre-Atlantique, la production de pétrole de schiste se fait désormais à perte si on tient compte de l’amortissement des investissements réalisés ; les nouveaux investissements sont en chute libre et la production commence à baisser.

En principe, ce reflux devrait à terme provoquer une hausse des prix. Mais parallèlement, la levée de l’embargo sur l’Iran, suite à l’accord sur le nucléaire iranien, augure un nouvel afflux d’or noir sur le marché. Il semble donc peu probable que le cours du baril connaisse une forte hausse cette année. En attendant, les conséquences sont désastreuses pour les pays producteurs, dont l’essentiel des richesses provient du secteur pétrolier, à l’image du Venezuela, de la Russie et du Brésil : leurs budgets et leurs balances des paiements courants (qui mesurent les richesses entrant et sortant d’un pays) se retrouvent totalement déséquilibrés. Pour les Etats-Unis et l’Union européenne, le jeu en vaut en revanche la chandelle. Sur le plan économique, en dopant leur croissance. Comme sur le plan géopolitique, en affaiblissant la Russie et l’Etat islamique, très dépendants de la rente pétrolière.

Romain Renier
Alternatives Economiques n° 354 – février 2016

Sauve-qui-peut à Alep

Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère. Aujourd’hui : le futur siège d’Alep annonce-t-il un tournant décisif dans l’interminable guerre syrienne ?

Source : Sauve-qui-peut à Alep

Daech – Syrie – Irak – Kurdistan irakien

par Margaux Schmit, le 3 janvier 2016  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Voici une fiche synthétique pour comprendre un conflit dans lequel la France est partie prenante… et prise à partie. Margaux Schmit présente successivement une chronologie, la naissance du conflit, les parties directes au conflit, les acteurs extérieurs d’un conflit mondialisé et les perspectives de résolution. Illustré d’une carte de Maxime Zoffoli.

CHRONOLOGIE

Pour lire l’article