Conflits en Mer de Chine


Des avions espions américains filment les îles… par LePoint

 

Comprendre les rivalités en Mer de Chine

 

A. Décrire les tensions en Mer de Chine (Qui, quoi, où, quand, comment ?)

B. Expliquer les tensions en Mer de Chine (Pourquoi ?)

 

Les documents

Document 1

LES ILES SPRATLEYS : UNE SOURCE DE CONFLIT EN ASIE DU SUD-EST

Audrey Hurel

L’archipel des Spratleys s’étend sur 810 kilomètres du nord au sud et sur 900 kilomètres d’est en ouest ; il se situe respectivement à 1 100 kilomètres de l’île chinoise d’Haïnan, à 1 700 kilomètres de Taiwan, à 800 kilomètres d’Ho Chi Minh-ville, et à 400 kilomètres de l’île philippine de Palawan. L’archipel est constitué d’une centaine d’îles, îlots, bancs de sable et récifs coraliens, mais il ne peut pas être habité, les îles étant de petite taille et submergées pour certaines au moment des marées. Pourtant, les îles Spratleys sont aujourd’hui l’objet d’un important contentieux territorial, qui crée de vives tensions en Asie du Sud-Est. Aussi convient-il de s’interroger sur les intérêts que peuvent présenter les Spratleys.

 http://www.stratisc.org/strat_063_HUREL….

Document 2 – Tensions en mer de Chine

Les îles Spratley et les îles Paracel sont deux archipels coralliens inhabités de mer de Chine méridionale, qui sont l’objet d’un conflit territorial complexe.

Les intérêts des différentes nations sont l’acquisition de domaines de pêche pour les deux archipels, l’exploitation de gisements de pétrole et de gaz naturel pour les îles Spratley, et la maîtrise d’une position stratégique.

Les premiers sondages montrant que la zone pourrait être riche en pétrole remontent à 1968. Le ministre chinois des ressources géologiques et minières a estimé leur potentiel à 17,7 milliards de tonnes de brut (le Koweït en possédant 13 milliards). Dans les années qui suivirent, les revendications s’intensifièrent.

Le 11 mars 1976, la première compagnie pétrolière philippine découvrit un gisement pétrolier au large de l’île de Palawan (île de mer de Chine méridionale, mais appartenant aux Philippines). Ces champs pétrolifères fournissent 15 % de la consommation annuelle de pétrole aux Philippines.

Cependant, aucun des pays revendiquant les Spratley n’a accordé de concession en mer, pour éviter de provoquer une crise. De plus, les compagnies pétrolières internationales n’ont pas encore pris d’engagements, elles attendent que le litige territorial soit réglé.

Les perspectives de pêche abondante sont une autre motivation à la revendication. En 1988, la mer de Chine méridionale comptait pour 8 % des prises mondiales, chiffre qui a crû depuis. Il y a déjà eu de nombreux accrochages dans les Philippines avec des bateaux de pêche étrangers (notamment chinois) dans la ZEE philippine. La Chine estime que la valeur en prise de pêche et pétrole de cette mer se monte à mille milliards de dollars.

La zone est également une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. Dans les années 80, au moins 270 navires de commerce l’empruntaient chaque jour. Actuellement, plus de la moitié du tonnage de pétrole transporté par mer y transite, chiffre en augmentation constante avec la croissance de la consommation chinoise de pétrole. Ce trafic est ainsi trois fois plus important que celui passant par le canal de Suez et cinq fois plus que celui du canal de Panama.

Les Spratley forment également une excellente base d’observation des manœuvres de la flotte américaine.

Document 3

Mer de Chine 1

Un commentaire

  1. This article will be revisited by me as I travel for work. I’m impressed with the amount of information you were able to put in your article. It’s obviously skillfully written by a gifted writer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *