Les caravanes du désert

Les caravanes du désert.
Les caravanes du désert
En plus d’élever des animaux pour leur viande, certains nomades ont aussi une autre occupation traditionnelle, le transport de biens à travers le désert. Parfois, ces biens viennent du désert lui-même, par exemple le sel prélevé dans les lacs salés à sec (ou chotts) loin à l’intérieur du désert, ils sont transportés au sud dans le Sahel. Les transports commerciaux occasionnent de grands déplacements, qui rassemblent en caravanes un grand nombre d’hommes et d’animaux. Le dromadaire est la seule bête de somme qui puisse supporter les conditions du désert. Pendant des siècles, des caravanes formées de centaines de dromadaires jouèrent un rôle de premier plan dans le réseau commercial mondial.
Le commerce caravanier saharien du sel, pratiqué par les Touaregs, est encore important, car l’Afrique occidentale manque de sel; or, les besoins en sel de tout être vivant en pays chaud sont considérables. C’est ainsi qu’au printemps et à l’automne, de grandes caravanes appelées azalaï  (rassemblement de chameaux) se rendent aux salines du Sahara central pour échanger le mil  contre le sel. Les routes des caravanes suivent généralement la distance la plus courte reliant les oasis ou les points d’eau. Dès lors, certaines oasis sont devenues des centres de commerce importants. Par ailleurs, là où la distance entre deux sources naturelles était trop grandes pour la sécurité de la caravane, des puits ont souvent été creusés pour atteindre l’eau sous la surface du désert. Beaucoup de ces puits sont toujours en activité et certains existent depuis des siècles. Mais le commerce le plus largement diffusé à travers le désert saharien était, il y a peu de temps encore, celui des esclave
En plus d’élever des animaux pour leur viande, certains nomades ont aussi une autre occupation traditionnelle, le transport de biens à travers le désert. Parfois, ces biens viennent du désert lui-même, par exemple le sel prélevé dans les lacs salés à sec (ou chotts) loin à l’intérieur du désert, ils sont transportés au sud dans le Sahel. Les transports commerciaux occasionnent de grands déplacements, qui rassemblent en caravanes un grand nombre d’hommes et d’animaux. Le dromadaire est la seule bête de somme qui puisse supporter les conditions du désert. Pendant des siècles, des caravanes formées de centaines de dromadaires jouèrent un rôle de premier plan dans le réseau commercial mondial.
Le commerce caravanier saharien du sel, pratiqué par les Touaregs, est encore important, car l’Afrique occidentale manque de sel; or, les besoins en sel de tout être vivant en pays chaud sont considérables. C’est ainsi qu’au printemps et à l’automne, de grandes caravanes appelées azalaï  (rassemblement de chameaux) se rendent aux salines du Sahara central pour échanger le mil  contre le sel. Les routes des caravanes suivent généralement la distance la plus courte reliant les oasis ou les points d’eau. Dès lors, certaines oasis sont devenues des centres de commerce importants. Par ailleurs, là où la distance entre deux sources naturelles était trop grandes pour la sécurité de la caravane, des puits ont souvent été creusés pour atteindre l’eau sous la surface du désert. Beaucoup de ces puits sont toujours en activité et certains existent depuis des siècles. Mais le commerce le plus largement diffusé à travers le désert saharien était, il y a peu de temps encore, celui des esclaves.

Tags: , ,

Comments are closed.