Allemagne: la naissance d’une nation

L’Allemagne en tant que nation, est un pays relativement récent: avant l’unité (Die Reichsgründung) de 1871, il y avait une multitude pays de langue allemande mais l’unité ne s’est faite que très tard, à la fin du XIX ème siècle. Cela explique, en partie, que même aujourd’hui, les Allemands se reconnaissent plus dans leur identité régionnale que dans leur identité nationale( voir le fédéralisme en Allemagne)

Il s’agit d’une réalité extrèmement importante pour comprendre le XX ème siècle en Allemagne et même, les dernières années (la réunification etc…)

évolution jusqu’à la Révolution Française

Au cours des siècles suivants, le Royaume de France et l’Empire allemand vont connaître des évolutions extrèmement différentes : si, les Rois de France, dès Hugues Capet vers 987, ont toujours essayé d’agrandir leur royaume tout en réalisant une unité centralisée sur Paris avec les deux grands points forts qui ont abouti à l’actuelle centralisation (Louis XIV et enfin la Révolution Française), l’Allemagne connaît très vite un grand morcellement. Au moment des guerres napoléoniennes au début du XIXème siècle, l’Allemagne compte environ 300 petits états et l’unité de l’Allemagne se fera difficilement et à travers de nombreux drames (guerre de 1870, Première Guerre Mondiale, troisième Reich)

Pendant plusieurs siècles, le Saint Empire Romain Germanique qui en fait, n’est qu’une enveloppe vide où chaque état, Royaume, Grand Duché jouit d’une autonomie complète (avec la possibilité de fermer ses frontières ou de se faire la guerre ),et n’aura en commun que la langue allemande. A partir du Grand Siècle français (le siècle de Louis XIV 1648-1715), la culture française exerce une énorme fascination : à la cour des différents princes, on parle le français (Frédéric le Grand, Roi de Prusse, disait de l’allemand que « c’est une langue de charretier »), le théatre et la poésie sont souvent une traduction ou une pâle copie du théatre classique français.

Il faudra attendre la fin du XVIIIème siècle, pour que l’idée de nation commence à exister. C’est bien sûr la grande idée de la Révolution Française : le droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

le XIXème siècle

La Révolution et ensuite les guerres napoléoniennes auront diverses conséquences pour la multitude de petits états qui forment le Saint Empire Germanique.

  • Les troupes de Napoléon apportent avec elles les idées de la Révolution Française: Liberté, fraternité, égalité
  • Les intellectuels allemands s’enthousiasment pour les valeurs prônées par la Révolution et ses héritiers: ils plantent des arbres de la liberté, ils commencent à puiser leur inspiration dans les légendes germaniques du Moyen Age pour retrouver «l’identité» allemande
  • L’idée de nation ou d’identité nationale commence à se développer

Mais il faut bien distinguer différents niveaux :

L’Allemagne en tant que telle n’existe pas : il existe seulement des pays de langue allemande. De plus, la classe dirigeante est profondément monarchiste et donc opposée aux idées de la Révolution.C’est d’ailleurs la coalition de tous les pays de langue allamande et de l’Angleterre qui amène la chute de Napoléon et la Restauration.

Cependant, la grande peur qu’a inspiré Napoléon va pousser les dirigeants allemands à instaurer une union douanière qui devait être un début d’union entrte les pays de langue allemande.

Dans le même temps, les peuples de langue allemande à qui on ne demande pas leur avis, aidés des intellectuels, commencent à développer l’idée de la nation allemande.

La notion de nation allemande

L’idée de Nation est la grande idée qui marque le XIXème siècle.

Cette notion est très familière aux Français dont les rois et ensuite la Révolution Française ont construit une nation :

  • le droit des peuples de disposer d’eux mêmes.
  • La langue et la culture donnent au peuple une identité nationale

Bien que les idées de la révolution se soient très rapidement répandues dans tous les pays de langue allemande, les monarchies en place n’écoutent pas le peuple et ce sera le grand drame des Allemands pratiquement jusqu’en 1949 : le peuple allemand n’est pas vraiment consulté, seules les classes dirigeantes décident pour le peuple.

Au moment de la Révolution de 1848, cependant, on voit s’affronter deux conceptions :

  • La Grande Allemagne: c’est la notion d’une union qui engloberait tous les pays de langue allemande, y compris l’Empire Austro-Hongrois. Cela signifirait donc que l’Allemagne serait dirigée par le monarque le plus ancien et le plus puisssant de cette union: l’empereur autrichien.
  • La petite Allemagne: il s’agit d’une union qui comprendrait tous les pays de langue allemande sauf l’Autriche-Hongrie. C’est, bien sûr, la thèse défendue par les Prussiens et le fameux Chancelier Bismark. C’est la seule possibilité pour la Prusse d’occuper une place dominante dans l’Union puisque l’Autriche s’en trouve éliminée.

Dans la seconde partie du XIXème siècle, le grand problème pour les pays de langue allemande, sera de faire leur unité. Celle-ci se fera sous l’impulsion de la Prusse et de son Chancelier Bismark. C’est un partisan de la « Petite Allemagne » et il fera en sorte que le futur empereur de la nouvelle union allemande soit le Roi de Prusse. Le monarque le plus ancien (à qui aurait dû revenir le titre d’empereur) était en fait le Roi de Bavière, Louis II : Bismark fera en sorte qu’on le déclare fou et qu’il se suicide. Il fallait pousser tous les pays de langue allemande liés par des traités militaires à montrer leur unité : Bismark pousse Napoléon III à déclarer la guerre contre la Prusse (Déphêche d’Ems); et ainsi, tous les alliés de la Prusse viennent au secours la Prusse « agressée ». C’est ainsi qu’est déclarée la guerre de 1870 entre la France et la Prusse. Napoléon III perd cette guerre à la Bataille de Sedan et les troupes prussiennes entrent dans Paris. C’est une victoire écrasante qui a également une valeur symbolique :

  • Napoléon III, le neveu de Napoléon, est écrasé par les Pays Allemands alliés
  • L’alliance entre les pays de langue allemande s’est faite pour se défendre contre une «agression étrangère».
  • On peut donc procéder à la fondation de l’Empire, le 18 janvier 1871. Symboliquement, le choix de la Galerie de Glaces à Versailles est d’une grande importance:c’est le symbole del’ unité réalisée par Louis XIV et pour la France mais c’est aussi le symbole de l’unité allemande faite contre l’ennemi français.

C’est donc le Roi de Prusse qui devient Empereur d’Allemagne (Second Empire allemand)

2 thoughts on “Allemagne: la naissance d’une nation”

  1. L’article est très bien écrit.
    Il y a juste une petite faute (de frappe):
    Tu écris deux fois: Révolution de 1948, mais c’était en 1848.

    Volià, c’est tout.

Laisser un commentaire