Osterfeuer

11 04 2017

Dans la nuit de samedi à dimanche ou de dimanche à lundi, on allume souvent un feu sur la place publique pour Pâques.  (Il faut d’abord ramasser environ 4 semaines avant des branches et du bois : Zweige und Holz sammeln)

Qu’est-ce que les Allemands brûlent ainsi ? L’hiver, tout simplement, ils le chassent à coup de chaleur et de lumière grâce à ce soleil qu’ils font crépiter. Autrefois, les anciens faisaient aussi dévaler des collines de grandes roues de bois enflammées : là encore, le symbole du soleil. Comme souvent, ces rites païens remontent à la nuit des temps, et ce qui est intéressant, c’est leur collision avec l’avènement du christianisme. Au Moyen-Âge, l’église s’acharne à détruire ce rite païen, mais il est trop ancré dans la vie des paysans. Ils y tiennent, alors, l’église est obligée de composer : elle le remplit de contenu chrétien. Le feu symbolisera dorénavant la résurrection du Christ, la lumière du monde et on brûlera parfois une poupée de paille sur le bûcher, une poupée qui représente Judas, le disciple qui a trahi le Christ.
De nos jours, qu’il s’agisse du rite protestant ou catholique, la veillée pascale commence souvent par le rituel du feu : le prêtre bénit le feu, puis il y allume le cierge pascal et entre solennellement dans l’église, plongée dans l’obscurité depuis le Jeudi Saint, début de la passion du Christ.