Comment motiver les élèves ou de l’esprit d’équipe ?

Le constat

Les élèves ne sont pas motivés. Ils ne savent pas pourquoi ils sont là (si ce n’est par obligation parentale), ne voient pas l’intérêt des notions qui leur sont présentées (qui sont totalement déconnectées d’ici-maintenant), ne se sentent pas bien dans leurs relations (parfois entre eux, parfois avec l’enseignant, parfois avec tout le monde car si on ne choisit pas sa famille, on ne choisit pas davantage son école, ses camarades, ses professeurs). De ce fait, la motivation est souvent fantomatique mais les conflits sont bien réels (avec les camarades, avec l’enseignant, voire envers tout ce qui représente l’autorité d’un système en mal de sens).

Que peut-on faire pour donner du sens à ce qui à première vue pour beaucoup n’en a pas ?

J’ai toujours été surpris de voir combien certains élèves, en rupture avec le système, excellent en E.P.S. ou dans des clubs sportifs, activités dans lesquelles ils respectent les autres, observent des règles (ce qui paraît impensable pour le professeur de Lettres dans son cours !) Le principe des Intelligences Multiples est de valoriser l’élève, de chercher ce qu’il sait faire pour l’inclure dans le cours et peu à peu l’amener vers des approches qu’il rejetait, des Intelligences qui semblaient sinistrées chez lui. Ne pourrait-on pas capter l’essence de ces activités et la réinvestir dans nos cours ternes, privés de sens et de vie (aux yeux de certains élèves bien sûr) ? Quelle est cette quintessence ?

L’esprit d’équipe

Si on prenait un groupe-classe (au fait, s’agit-il vraiment d’un groupe ?) et si on lui donnait de la cohésion autour d’un projet commun, avec un esprit de groupe-classe autour de valeurs et d’objectifs communs, dans lequel chacun aurait une place, un rôle à jouer, on arriverait peut-être à lutter contre cette fatalité absurde d’une école vide de sens et à atténuer certaines tensions, à agir ainsi sur le climat scolaire.

Une expérience qui vaut ce qu’elle vaut…

Je suis arrivé à Cayenne en mars 2015. J’ai tout de suite senti des conflits entre les élèves des classes qui m’étaient confiées (moqueries, rivalité…) J’ai commencé à instaurer un tutorat par les pairs (certains élèves d’une classe difficile sont passés immédiatement de l’insolence à la bienveillance envers moi et sont désormais de précieux alliés pour aider les plus faibles). Puis j’ai organisé des petits concours de vocabulaire ou de grammaire dans mes classes. J’ai désigné des chefs d’équipe avec l’aide de mes tuteurs. Nous devons maintenant affronter d’autres classes pour des concours.

Je ne prétends pas que les élèves soient devenus parfaits, sages comme des images, tous studieux, mais, j’ai ressenti une nette amélioration du climat de classe. Certains se sont vraiment mis au travail et il faudrait attendre la fin de l’année pour faire des conclusions plus rigoureuses que le simple ressenti ou le relevé des quelques signaux positifs. Je pense néanmoins avoir emprunté une voie intéressante qui permet de réinvestir d’autres outils pédagogiques comme les Intelligences Multiples, le tutorat par les pairs, les travaux en autonomie (dont vous trouverez la description sur ce blog dans des articles antérieurs).

//

Comments

comments

Tags :