„Am Ende denk’ ich immer nur an dich“ par Element of Crime

Une chanson du groupe Element of Crime

Am Ende denk’ ich immer nur an dich

 

© Sven Regener (paroles)
© Sven Regener, Richard Pappik,
Jakob Friderichs, David Young (musique)
Album : Immer da wo du bist bin ich nie – Element of Crime, 2009

 

À la fin c’est toujours juste à toi que je pense

Sur un terrain de jeu un enfant appelle sa mère
pour qu’elle voie comme l’enfant sait déjà se balancer bien haut
Et il lance les jambes devant lui et en haut vers le ciel
jusqu’à ce qu’une chaussure s’envole et atterrisse
sur une voiture garée sur le bas-côté
sur le pare-brise de laquelle est écrit « porc »
Et le brun métallisé et lisse comme tes cheveux
pas plus que toi ne trahit son âge véritable

Peu importe ce à quoi je suis en train de penser
À la fin c’est toujours juste à toi que je pense

La mère allemande s’élance prise de panique
sans prêter attention à une jambe d’enfant dans le sable
Et elle s’étale et alors celui qui possède la jambe d’enfant rigole
Il a une glace à la fraise dans la main droite
qui pend de son cornet vers l’avant d’inquiétante façon
et qui s’égoutte en se gaspillant d’elle-même sur la haute couture
sur la chair qui fait toute la fierté de ses jolis parents
et y devient de la saleté exactement comme je suis une pauvre tache pour toi

Peu importe ce à quoi je suis en train de penser
À la fin c’est toujours juste à toi que je pense

Pourquoi Maman saigne-t-elle du nez ?
Pourquoi votre / son [?] enfant est-il aussi bête que petit ?
Est-ce qu’une voiture brun métallisé a le droit de se garer là ?
Et pourquoi ne puis-je être heureux sans toi ?

Combien de glaces à la fraise l’être humain doit-il encore manger
avant qu’il ne dise enfin : je suis pour
qu’on se dispense de la mauvaise action de faire un croche-pied
Et aurai-je un jour encore le droit de retourner vers toi

Peu importe ce à quoi je suis en train de penser
À la fin c’est toujours juste à toi que je pense
Peu importe ce à quoi je suis en train de penser
À la fin c’est toujours juste à toi que je pense

© Sven Regener
traduction : Céline Navarro (2016)

„Rette mich (vor mir selber)“ par Element of Crime

Une chanson du groupe Element of Crime

Rette mich (vor mir selber)

 

© Sven Regener (paroles)
© Sven Regener, Richard Pappik,
Jakob Friderichs, David Young (musique)
Album : Lieblingsfarben und Tiere – Element of Crime, 2014

 

Sauve-moi (de moi-même)

Jamais auparavant, je n’ai vu un sourire
Comme le tien, si sauvage et si beau
Comme une plage de la mer du Nord, quand la marée haute
S’empare de la terre et frappe la côte en grondant
Et malgré cela la plage ne bouge pas d’un pouce
Mais au contraire persévère vaillamment, jusqu’à ce qu’elle sombre peu à peu

Ce sont les images qui naissent chez celui qui ne comprend plus rien

Sans feu ni lieu et beaucoup à la maison
Désœuvré et bien trop à faire
Sauve-moi de moi-même
L’important, c’est l’amour, et l’important, c’est toi

Vois-tu le soleil levant, aussi rouge
Qu’une tartine de pain à la confiture de fraises
Donnée à l’enfant pour l’école et qui, aussitôt
À l’aller sur le chemin, barbouille déjà tous les livres
Jusqu’à ce que l’enfant, qui se fie à des bonnes notes
Mange tout et mastique comme un tamia

Ce sont des histoires que raconte celui qui ne croit plus en rien

Sans feu ni lieu et beaucoup à la maison…

Sens-tu aussi comme commence une journée qui
Pour quiconque débloque, ne serait-ce qu’un peu
Recèle en soi la promesse de quelque chose de grand
Une journée où personne ne devrait être tout seul
Et où la réserve ne mène à rien de bon
Et où un aveu gênant ne dérange plus personne

Ce sont les mots que trouve celui que plus personne n’écoute

 Sans feu ni lieu et beaucoup à la maison…

© Sven Regener
traduction : Céline Navarro (2016)

« Exil ’33, Paris ’82 » par Monika Bellan, Hélène Roussel et des étudiants de Paris 8

L’Université Vincennes Saint-Denis (Paris 8) propose sur son site des archives vidéo, des films réalisés par des étudiants et des enseignants, restaurés et numérisés, visibles en ligne ou disponibles sous forme de DVD à la médiathèque de la BU.

Exil ’33, Paris ’82

Cliquez ici pour voir le documentaire Exil ’33, Paris ’82

Film couleur de Monika Bellan, Hélène Roussel et un groupe d’étudiants / Département d’Allemand
1982 / Durée 63 mn
Numérisation et restauration : Patrice Besnard / Labo VAO / 2008

« Paris 1982 : un groupe d’étudiants du département d’Allemand de l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis interroge sept Allemands ayant quitté l’Allemagne nazie pour des raisons aussi bien politiques que raciales. Après la guerre ces émigrés ne retournent pas en Allemagne mais choisissent de rester en France.
Les personnes interrogées : Klaus Berger (historien d’art), Albert Flocon (peintre), Willy Gengenbach (bouquiniste), Georg K. Glaser (artisan dinandier), Georges-Arthur Goldschmidt (écrivain), Lotte Schwarz (journaliste), Edouard Weiss (ajusteur-outilleur).
Le film montre, à travers les récits de ces personnes, les différentes étapes de l’histoire de cette époque : 1933, 1938, 1939-45, 1982. »

  • voir aussi la citation d’Albert Flocon et René Taton : Espace

Espace

« La notion d’espace est en première approximation liée à la vie qui s’y déroule : mouvements d’êtres ou d’objets entre des points fixes. Le cheval quitte l’abreuvoir ou y retourne. Pour l’homme toute connaissance consiste de prime abord, dans le commerce avec ses semblables, à déterminer et à décrire des correspondances de lieux. Les hommes font et ont fait spontanément de la géométrie de situation, et très souvent de la géométrie métrique.

Divers objets occupent ou n’occupent pas certaines places : voici née la notion d’espace. Trancher sans rien perdre, inciser d’un endroit à un autre : voici la notion de ligne. Le chemin le plus court dans la marche fatigante : voici la droite, élément essentiel de la construction géométrique. Remplir, paver, natter, tisser, modeler, orner, activités qui impliquent toutes des intuitions géométriques de corps, surfaces, partitions et équipartitions. Réaliser le même objet en petit ou en grand, que ce soit un modelage, un outil ou un dessin, voici l’échelle réduite ou agrandie, le semblable différencié de l’identique. L’espace, à l’échelle humaine, se définit peu à peu par les travaux et les peines. »

© Albert Flocon et René Taton (1963) : La perspective. Chapitre II Histoire de la perspective artistique – I L’espace primitif. PUF, coll. Que sais-je ?

voir aussi le documentaire Exil ’33, Paris ’82

Crocodile

Au moment de son arrestation par la Gestapo à Paris, Germaine Tillion se souvient d’un conte :

« Une petite histoire m’est revenue en tête. Deux Africains sont assis au bord du Niger. Ils n’osent pas traverser à cause des crocodiles. L’un dit : “Ne t’en fais pas. Dieu est bon.” L’autre répond : “Et si Dieu est bon pour le crocodile ?” Ça a achevé de me structurer, car j’ai pensé : aujourd’hui, Dieu a été bon pour le crocodile. »

À la recherche du vrai et du juste : À propos rompus avec le siècle, textes réunis et présentés par Tzvetan Todorov, Paris, Seuil, 2001

Elle raconte aussi cette histoire dans La traversée du mal.

Que pensez-vous de l’attribution du prix Nobel de littérature 2016 à Bob Dylan ?

L’attribution du prix Nobel de littérature 2016 à Bob Dylan, « pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d’expression poétique », a été l’occasion d’un travail intéressant en cours (niveau A2) sur un thème d’actualité.
Au préalable, j’ai demandé à des amis de me faire part de leurs opinions et impressions à ce sujet afin de constituer un corpus, et je les remercie pour leur participation et la rapidité de leurs réponses. En cours, les étudiants ont d’abord écrit, chacun pour eux et dans leur langue maternelle, leur opinion spontanée. Ensuite, ils ont lu la dizaine de textes du corpus, qui étaient accompagnés d’un lexique, et ont relevé les tournures et le vocabulaire utiles à l’expression d’une opinion. Ils ont à leur tour fait part de leurs réactions puis ont rédigé de petits textes. Je les remercie de m’avoir autorisée à les publier sur ce blog. Leurs textes vont également nous permettre une première approche de l’usage du subjonctif.

Pour moi, la décision du Comité du prix Nobel est exceptionnelle parce qu’avant, je croyais qu’ils ignoraient les chanteurs. Avant, je savais seulement qu’il y avait un chanteur qui s’appelait Bob Dylan, mais pas qu’il était bon dans le domaine de la littérature. Après l’attribution du prix Nobel de littérature, j’ai écouté quelques chansons de Bob Dylan. Et… quelle surprise !! Elles avaient de bons textes et des messages merveilleux. Je trouve que ce sont non seulement des chansons mais aussi une grande part de littérature ! Les textes décrivent de grandes parties de l’histoire du monde sous forme de chansons. C’est unique ! Je pense aussi que le prix Nobel devrait évoluer et être adapté au XXIe siècle. À mon avis, l’attribution du prix Nobel de littérature à Bob Dylan est un pas en avant dans le XXIe siècle, où le monde n’est pas constitué de savants mais de personnes normales qui écoutent des chansons sur la guerre, la paix et l’amour. Je suis convaincue que la décision du Comité du prix Nobel est novatrice et que Bob Dylan mérite le prix.

Bob Dylan est inspiré par les poèmes de Dylan Thomas et a donc décidé de s’appeler comme ça. Et, à son tour, il a inspiré de nombreuses autres œuvres, et on peut donc dire qu’il fait partie de la littérature et de la culture.
Dylan a remporté le prix Nobel de littérature. Et pour décider s’il le mérite, je pense que nous devrions définir ce qu’est la littérature. Selon le dictionnaire, la littérature est l’art de l’expression écrite ou parlée, ou la théorie de la composition des œuvres en prose ou en vers. Les chansons sont une forme d’expression. Et rien n’est dit sur le fait que ces œuvres peuvent être accompagnées par de la musique. Donc je pense que les deux, ses livres et ses chansons, sont valables pour remporter ce prix.
En plus, il abordé les questions sociales dans certaines chansons comme Blowin’ In The Wind ou A Hard Rain’s A-Gonna Fall. Et celles-ci ont eu un impact majeur sur la société et ont servi à faire réfléchir beaucoup de gens.
En conclusion, je crois que Bob Dylan mérite cette reconnaissance et que c’est une bonne idée d’innover dans l’attribution de ces prix parce qu’ils incitent les gens à créer de nouvelles choses et à ne pas stagner.

Personnellement, je ne trouve pas la musique de Bob Dylan géniale. À mon avis, les mélodies ne sont pas quelque chose de magnifique, mais je suis d’accord que les textes sont poétiques. Je ne suis pas experte en matière musicale et je ne veux pas me prononcer sur l’importance de Bob Dylan. Ceci dit, je pense que c’était une très intéressante décision du Comité Nobel parce que tout le monde parle de ce sujet. Normalement, il n’y a pas un débat public comme ça, presque personne ne s’intéresse à ce prix. Je trouve que c’est toujours une bonne chose quand les gens pensent à l’art et discutent de sa qualité. Et dans le cas de Bob Dylan, que vous l’aimiez ou que vous le détestiez, il est déjà sans conteste une icône culturelle.

Blowin’ In The Wind, Joan Baez et Bob Dylan

 

Je pense que la décision de donner le prix Nobel de littérature à Bob Dylan était bonne. À dire vrai, je ne connais pas tellement de chansons de Dylan, j’en ai entendu et étudié quelques-unes à l’école et à l’université en étudiant la philologie anglaise. Mes profs m’ont transmis que c'est un extraordinaire songwriter. Je me rappelle qu’ils ont insisté sur le fait que ce sont les textes des chansons qui indiquent qu’il est un grand artiste — pas sa musique ou son aptitude à chanter. Je me rappelle bien que j’ai toujours trouvé ses textes plus impressionnants que sa voix. C’est finalement quelqu'un qui a dit la vérité. Je trouve que c’est génial que le Comité ait choisi quelqu’un qui peut exprimer la critique politique d’une façon si artistique et émouvante, particulièrement en ces temps de popularité effrayante d’entités politiques comme celles de Donald Trump, du Front National et de l’AfD.

Je n’ai pas su quoi penser quand j'ai entendu que Bob Dylan avait gagné le prix Nobel de littérature. Mais je crois que c'est une expression de l'esprit du temps. Les différents sujets de la culture et des arts ne sont pas séparés clairement et pour quelques-uns, la littérature inclut aussi les textes de chansons. Pour moi, les chansons sont comme les poèmes et ça, c'est une partie de la littérature. Je suis d'accord avec le fait que ce prix ait été décerné à Bob Dylan.

Bob Dylan, musicien, chansonnier et poète américain, a reçu le pris Nobel de littérature. Je pense que c’est un poète formidable mais peut-être aurait-il été mieux que Bob Dylan ne chante pas les chansons qu’il a écrites...

Je peux comprendre que des critiques pensent que le prix Nobel littéraire n’est pas la bonne catégorie pour Bob Dylan parce qu’il est surtout un musicien pour eux. Mais, à mon avis, le genre de la musique et le genre de la littérature peuvent se rejoindre dans le genre de la poésie. Pour moi, la poésie des paroles est déterminante pour son hommage.

 

A Hard Rain's A-Gonna Fall, Bob Dylan (1964)

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xq1q9k_bob-dylan-a-hard-rain-s-a-gonna-fall-1964_music[/dailymotion]

 

À mon avis, c’est très bien que Bob Dylan ait reçu le prix Nobel de littérature. Je pense que c’est super cool que le prix Nobel reconnaisse toutes les formes de littérature. Les gens qui disent que la musique, ce n’est pas de la poésie, ils sont en train de faire une différence arbitraire. Mais je trouve que c’est très impoli de sa part de ne pas avoir répondu à l’annonce de l'attribution. Parce que c’est un grand honneur.

Je ne sais pas quoi penser, s’il a mérité le prix Nobel de littérature ou non. Je connais son nom mais je ne connais pas ses textes. C’est une intéressante décision mais le prix Nobel ne m'intéresse pas beaucoup. Comme il a écrit ses textes, je pense « pourquoi pas ».

Je ne le connaissais pas, Bob Dylan, et je ne suis pas capable de juger s’il a mérité le prix Nobel de littérature. C’est pourquoi je dois d’abord faire des recherches au sujet de ce prix. Mais je respecte le jury et sa décision. Il est expert en littérature, du moins je veux le croire. Mais ce qui frappe, c’est que le prix de littérature soit donné pour des textes de chansons.

Je ne connais pas bien la musique de Bob Dylan ou même pas lui non plus en tant que personne. À mon avis, c’était une bonne idee de lui attribuer le prix Nobel parce que les textes sont très créatifs et contribuent à ce que les gens pensent plus aux problèmes dans le monde. Ce n’est pas toujours nécessaire de décerner le prix seulement à des auteurs qui ne sont pas connus et qui écrivent seulement des livres ou poèmes. Bob Dylan ne représente pas l'image typique d'un écrivain, mais c'est un très bon interprète et pour moi, les interprètes sont aussi des artistes.
La seule chose qui me dérange, c’est que le chanteur n'ait pas répondu à l’attribution du prix. À mon avis, c'est irrespectueux de sa part et un homme tellement célèbre ne devrait pas agir comme ça.

Je dois admettre que j'ai été très étonnée que Bob Dylan ait obtenu le prix Nobel. Maitenant, il est assimilé à Jean-Paul Sartre et à Albert Camus. Je trouve que c'est original et que c'est une décision moderne. La littérature, ce n'est pas juste la prose et la poésie etc. Ce peut être aussi les textes de chansons, si les textes sont particulièrement bons ou originaux. Je ne connais pas trop bien les textes de Bob Dylan et c'est pourquoi je n'ai pas une opinion tranchée, mais en principe, je trouve que c'est une bonne idée.

Je pense que c'est légitime que Bob Dylan ait obtenu le prix Nobel de littérature parce que, bien qu'il soit auteur-compositeur, c'est aussi un écrivain et il écrit des œuvres littéraires, mais ce sont des chansons et pas des livres. Les paroles des chansons peuvent être lues comme des poèmes ou des monologues. Si les chansons ont été considérées par le jury comme paroles sans la musique, le prix est légitime. Mais si les chansons ont été considérées avec la musique aussi, le prix n'est pas légitime pour Bob Dylan parce qu'il aurait un avantage injuste.

Emotionally Yours, Bob Dylan (1985)