Notes sur l’expression du goût et des sentiments

… en construction !

Texte de Grand Corps Malade (slam) : Un verbe (2010, album 3ème Temps, musique Gilles Bourgain)

  • Les verbes aimer, adorer, préférer, apprécier, regretter, supporter, détester sont suivis :

- d'un nom propre
- de l'article défini "le, la, l', les" + un substantif (ou un nom propre avec article, par exemple un nom de pays)
- du déterminant (ou adjectif) possessif "mon, ma, mes..." + un substantif
- du déterminant (ou adjectif) démonstratif "ce/cet, cette, ces" + un substantif
- d'une proposition subordonnée complétive conjonctive à l'indicatif introduite par la conjonction de subordination "ce qui", "ce que/qu'", "ce dont"

Chanson d'un jour d'été - Chanson du film Les Demoiselles de Rochefort (Jacques Demy, 1967) interprétée par Anne Germain et Claude Parent, qui prêtent leurs voix à Catherine Deneuve et Françoise Dorléac

Aimer la vie aimer les fleurs
Aimer les rires et les pleurs
Aimer le jour aimer la nuit
Aimer le soleil et la pluie
Aimer l'hiver aimer le vent
Aimer les villes et les champs
Aimer la mer aimer le feu
Aimer la terre pour être heureux

On ne peut que regretter l'amour envolé

 

Chanson de Pierre Perret : Au café du canal

J'aime le ciel parce qu'il est dans tes yeux
J'aime l'oiseau parce qu'il sait ton nom
J'aime ton rire et tous ces mots curieux
Que tu viens murmurer au col de mon veston

 

  • Les verbes aimer, adorer, préférer et détester sont suivis d'une proposition subordonnée complétive infinitive = une proposition qui se réduit à un verbe à l'infinitif ou qui commence par un verbe à l'infinitif
    exemple : Les enfants aiment jouer dehors.

Chanson de Benjamin Biolay : Ton héritage (2009, album La Superbe)

Si tu aimes la marée basse, le soleil sur la terrasse
Si tu aimes l'automne vermeil
Si tu aimes les soirs de pluie
Si tu aimes ce qui est bon
Si tu aimes sentir la terre

 

  • Les verbes apprécier, regretter, supporter (en général avec un adverbe : "mal", "difficilement"...) et ne pas supporter sont suivis d'une proposition subordonnée complétive introduite par la préposition (le subordonnant) "de" = une proposition qui se réduit à "de" + un verbe à l'infinitif ou qui commence par "de" + un verbe à l'infinitif
    exemples : Nous apprécions de travailler à notre rythme. Je regrette de partir si tôt. Il ne supporte pas de voir ses amis tristes.
  • Les verbes aimer, adorer, préférer, apprécier, détester, supporter (en général avec un adverbe : "mal", "difficilement"...) et ne pas supporter sont suivis d'une proposition subordonnée (circonstantielle) à l'indicatif introduite par la conjonction de subordination "quand" et qui a ici la fonction d'une subordonnée complétive
    exemple : J'aime quand tu souris. - Je n'aime pas quand tu pleures.

Chanson d'Hervé Vilard : Pas pleurer (1981)

 

  • Les verbes aimer, adorer, préférer, apprécier, détester, regretter, supporter (en général avec un adverbe : "mal", "difficilement"...) et ne pas supporter sont suivis d'une proposition subordonnée complétive au subjonctif introduite par la conjonction de subordination "que"
    exemple : Je préfère que nous partions avant le lever du soleil.

***

Poème de Boris Vian : Y'a du soleil dans la rue

Y'a du soleil dans la rue
J'aime le soleil mais j'aime pas la rue
Alors je reste chez moi
(...)

 

Chanson de Mouloudji  : Valse jaune (musique : Marguerite Monnot, sur un poème de Boris Vian)

Il y a du soleil dans la rue
Moi j'aime le soleil mais j'aime pas les gens / mais j'ai peur des gens [variante]
Et je reste caché tout l'temps
A l'abri des volets d'acier noir

Il y a du soleil dans la rue
Moi j'aime bien la rue mais quand elle s'endort
Et j'attends que le jour soit mort
Et je vais rêver sur les trottoirs
(...)

Et l'soleil
Fait le tour de la terre
Et revient sans s'en faire
Et la rue se remplit de travail et de bruit
Alors
C'est là que j'me méfie...

Car il y a du travail dans la vie
Moi j'aime pas l'travail mais j'aime bien la vie
Et j'vais voir de quoi elle a l'air
En f'sant gaffe de pas trop en faire
(...)

 

Chanson de Jacques Dutronc : J'aime les filles (1967, Lanzmann/Dutronc)

 

***

  • tout aimer ou aimer quelque chose / ne rien aimer
    j'aime tout, tu adores tout, il préfère tout, elle apprécie tout, nous regrettons tout, vous supportez tout, ils détestent tout
    je n'aime rien, tu n'adores rien, il ne préfère rien, elle n'apprécie rien, nous ne regrettons rien, vous ne supportez rien, ils ne détestent rien
  • aimer quelqu'un / n'aimer personne
    j'aime qn, tu adores qn, il préfère qn, elle apprécie qn, nous regrettons qn, vous supportez qn, ils détestent qn
    je n'aime personne, tu n'adores personne, il ne préfère personne, elle n'apprécie personne, nous ne regrettons personne, vous ne supportez personne, ils ne détestent personne

Reprise de Non, je ne regrette rien par Bernadette Soubirou et ses Apparitions (1990)

 

  • Pour les pronoms compléments remplaçant des noms et employés avec les verbes (à la forme affirmative ou négative) aimer, adorer, préférer, apprécier, détester, regretter, supporter et aussi connaître, il faut distinguer les noms d'êtres vivants (humains, animaux) et les inanimés :

- pour les noms d'êtres humains, d'animaux et les noms inanimés personnifiés ou avec lesquels on a une relation affective (pays, ville...) et les noms déterminés, on utilise les pronoms personnels compléments (COD) "me, m' / te, t' / le, la, l' / nous / vous / les"
exemples : La Méditerranée, je l'aime beaucoup. - Ce café (= ce produit-là), je le préfère à celui qu'on boit d'habitude. - Le café (= le/mon café, quand je le bois), je l'aime très chaud. - Les fruits, il les adore juteux (= les/ses fruits, quand il les mange). - Ta ville, tu la connais bien.

Chanson de Gaëtan Roussel : Dis-moi encore que tu m'aimes (2010, Roussel/Dahan, album Ginger)

 

- pour les autres inanimés, voire pour des noms collectifs, des noms désignant une catégorie, on utilise le pronom démonstratif complément (COD) "cela/ça" ou bien on n'utilise pas du tout de pronom (mais on peut toujours ajouter, avec des variations selon le verbe, un adverbe : "bien", "beaucoup"...)
exemples : Le chocolat, j'adore ça. Le chocolat, j'adore ! - Les légumes, il déteste (ça). - La foule, tu n'aimes pas tellement (ça). - Barcelone, nous ne connaissons pas encore. - Et le rock français, vous connaissez ?

  • Pour les pronoms compléments remplaçant des propositions subordonnées...

a) ... introduites par "quand" (le cas échéant), par "ce qui", "ce que/qu'", "ce dont", par "que" ou dans le cas d'une proposition infinitive, on utilise le pronom démonstratif complément (COD) "cela/ça" avec tous les verbes cités*
exemples :
Nous aimons quand vous souriez - Nous aimons cela/ça
Je préfère que tu sois toi-même - Je préfère cela/ça
Tu détestes arriver en retard - Tu détestes cela/ça

Chanson de Téléphone : Ça, c'est vraiment toi (1982, album Dure limite)

avec les paroles :

 

b) ... qui suivent le verbe supporter, on peut aussi utiliser le pronom complément "le"
exemples :
Il supporte mal d'habiter dans une ville polluée - Il supporte mal cela/ça ou Il le supporte mal
Nous ne supportons pas qu'on puisse impunément porter atteinte aux droits humains  - Nous ne supportons pas cela/ça ou Nous ne le supportons pas

c) ... *qui suivent le verbe regretter, il vaut mieux utiliser seulement "le" (ici, "ça" est considéré comme familier) :
Il regrette d'être arrivé en retard / Il regrette que ses paroles aient été trop dures - Il le regrette

 

  • Foutaises - Court-métrage de Jean-Pierre Jeunet (1989) avec Dominique Pinon

version sous-titrée avec hélas de petites erreurs - transcription correcte ci-dessous :
"Mais j'aimais pas... et j'aime toujours pas les cadavres des sapins de Noël sur les trottoirs en janvier."
"Tu sais ce qu'on a acheté ce matin avec les copains ? Pour le casse-croûte à dix heures ? Trois baguettes, deux camemberts et deux p'tits Côtes-du-Rhône ! Vingt-trois francs chacun, ça nous a coûté..."