Portrait : l’abbé Pierre

Série Portraits, par des étudiant·e·s de niveau B1

« Pour que cette famille entre là où la Cour d’appel leur a donné le droit d’abriter leur famille, leurs petits-enfants, je ne sortirai pas de ce coin de trottoir jusqu’à ce que cela soit fait. » Abbé (Pater) Pierre

L’abbé Pierre est connu comme un petit homme très âgé. On peut le reconnaître à sa barbe hirsute, à son béret qui couvre l’une de ses oreilles et à sa veste usagée ou son long manteau.
Il est né en 1912 dans une famille riche à Lyon. Son véritable nom est Henri Grouès. À 18 ans, il devient frère Philippe et entre au couvent des Capucins (Kapuzinerorden). Pendant la deuxième guerre mondiale, il organise des maquis (Renaissancegruppen) et s’engage pour les juifs. À cette époque, son nom de résistant était Pierre. Après la guerre, l’abbé Pierre est élu député. Avec ses indemnités de député (Abgeordnetendiät), il fonde l’organisation « Chiffonniers d’Emmaüs » (Emmanus Lumpensammler), qui construit des abris (Unterkünfte) pour les SDF (sans domicile fixe).
En 1954, l’hiver était très froid et l’abbé Pierre a décidé de lancer à la radio « l’appel à l’insurrection de la bonté » (Aufstand der Herzen). Il s’ensuit que les Français donnent des outils et de l’argent avec lesquels les chiffonniers d’Emmaüs peuvent construire des abris. L’organisation a commencé à s’étendre dans toute la France.
L’abbé Pierre est mort d’une pneumonie à Paris en 2007. Il est populaire dans le monde entier.
Il y a une fondation Abbé Pierre qui a été créée en 1987. La Fondation poursuit le combat de l’abbé Pierre en luttant pour que chacun ait une maison, en intégrant les personnes en difficulté, en luttant contre toutes les formes d’injustice et de discrimination dans le logement et en participant au débat public.

 

L’appel de l’abbé Pierre du 1er févier 1954 (réenregistré en 1993) :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *