„The Waves“ par Virginia Woolf

„The sun was sinking. The hard stone of the dark day was cracked and light poured through its splinters. Red and gold shot through the waves, in rapid running arrows, feathered with darkness. Erratically rays of light flashed and wandered, like signals from sunken islands, or darts shot through laurel groves by shameless, laughing boys. But the waves, as they neared the shore, were robbed of light, and fell in one long concussion, like a wall falling, a wall of grey stone, unpierced by any chink of light.“

Virginia Woolf, The Waves (1931)

 

« Le soleil sombrait. Le jour s’était brisé comme une pierre dure, et la lumière ruisselait à travers ces débris. Des flèches rouges et or, empennées de ténèbres, frappaient les vagues à coups redoublés. Des rayons errants traversaient çà et là l’espace, pareils à des signaux de détresse venus d’une île submergée, ou à des dards lancés à travers les feuilles d’un laurier par de méchants enfants rieurs. Mais les vagues se revêtaient de clarté en s’approchant du rivage, et déferlaient d’un seul bloc avec un bruit sourd, comme un mur, un mur de pierre opaque que nulle lueur ne pouvait traverser. »

Traduit de l’anglais par Marguerite Yourcenar (1937)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *