Antarctique: le manchot Adélie , gagnant du réchauffement climatique ….

 Le changement climatique modifie les habitats des animaux vivant aux pôles… Il y a des gagnants comme les manchots Adélie ( voir les photos )  et des perdants comme les ours polaires .
N’oublions pas que réchauffement climatique  est un sujet d’actualité:

– En Arctique, de nombreux biologistes s’ intéressent aux problèmes liés à la fonte de la banquise, à voir ici .

– en Antarctique, sur l’île Beaufort,   le réchauffement climatique participe à l’extension du Manchot Adélie : son  aire de nidification est plus grande et il dispose de davantage de nourriture .  

Ile Beaufort / Au premier plan, un iceberg

  • Le Manchot Adélie ?

Le Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae)est une espèce de manchots vivant en Antarctique… il doit son appellation à Adèle, épouse de Dumont d’Urville :

– Taille : 70 à 80 cm

– Poids : 3 à 7 kg

– Longévité : 10 à 20 ans

Il est entièrement noir bleuté sur le dos et blanc sur tout  le ventre, sa tête est noire et son œil  cerclé de blanc …. 

Le Manchot Adélie : Photo © Samuel Blanc

  • Sa reproduction ?

Il  se reproduit  et élève ses petits uniquement  sur la côte . Le manchot Adélie  a besoin d’un sol  libre de glace pour se reproduire:

Avec l’aimable autorisation de Photos-voyages.com
Manchot Adélie nourrissant son bébé après avoir régurgité le produit de sa pêche. La tête du nouveau-né affamé disparaît dans la gueule du parent.

http://www.dailymotion.com/video/x1q7wq

  • Les causes de l’ expansion des manchots Adélie ?

Selon le Centre Polaire Géospatial de l’Université américaine du Minnesota, les colonies de manchots Adélie ont  progressé rapidement depuis les années 90 surl’île Beaufort, située dans le sud de la Mer de Rossvoir l’article sur ‘ Plos One « 

Plus précisément, le recul du glacier situé au nord de la colonie des manchots Adélie et la fonte des plaques de  neige ( figure 3 ) ont  modifié  la surface de l’ habitat  de nidification disponible des  manchots Adélie (région sud de la mer de Ross, sur  l’île Beaufort) : il a augmenté de 71% depuis 1958, avec une hausse de 20% au cours de 1983 à 2010; les colonies occupent ce qui était autrefois un habitat inapproprié couvert de neige et de glace.

en gris la surface de l’habitat , en noir les  couples reproducteurs http://www.plosone.org/article/info:doi/10.1371/journal.pone.0060568


– «Il y a d’autres facteurs qui la favorisent, entre autres la pêche à la légine australe, qui se développe en Mer de Ross. Et comme la légine est une espèce carnassière, et qu’elle mange la même chose que les manchots Adélie, les manchots ont donc plus à manger. Mais nous n’avons pas encore pu mener de recherches sur cette question.» Michelle La Rue, chercheuse au Centre Polaire Géospatial de l’Université du Minnesota .

Sur l’île Beaufort,  les manchots Adélie sont les gagnants du réchauffement climatique .