On a trouvé des restes d’embryons de Dinosaures

On a trouvé les restes organiques embryonnaires des plus vieux Dinosaures du monde ….
Image de prévisualisation YouTube

 » une découverte telle que celle-ci est extraordinairement rare et très précieuse à la fois pour son âge et l’opportunité qu’elle présente pour étudier l’embryologie des Dinosaures » précise le Professeur Robert Reisz de l’Université de Toronto Mississauga à la tête de l’équipe internationale de recherche

Où a t-on trouvé ces restes de Dinosaures ?

Sur le site de Lufeng en Chine (près de Kunming, province du Yunnan ) .


A quels Dinosaures appartiennent ces centaines de fragments d’os fossilisés ?

Il s’agit de Lufengosaurus, le « Lézard de Lufeng » :

  • Groupe : Prosauropodes
  • Famille : Platéosauridés
  • Epoque : Jurassique inférieur (200-190 ma)
  • Régime alimentaire : Herbivore
  • Répartition : Chine (Sichuan et Yunnan).
  • Longueur : 6 mètres
  • Hauteur : environ 1,7 mètres à quatre pattes, 3.5 m debout
  • Poids : 130 à 400 kg

C’est le premier Dinosaure dont le squelette complet a été reconstitué en Chine .

File:Lufengosaurus magnus2.jpgPhoto of a skeleton of Lufengosaurus magnus from the Beijing Museum of Natural History on view at the Miami Museum of Science . source /auteur FarleyKatz

Lufengosaurus Esquisse1Reconstitution de Lufengosaurus

Quel est l’âge des spécimens ?

Environ 190 millions d’années , ce sont les plus vieux fossiles d’embryons de Dinosaures observés et leur âge et leurs stades embryonnaires sont différents…La plupart de ceux qui ont été observés datent du Crétacé (achevé plus de 125 millions d’années après la fossilisation des os trouvés sur le site de Lufeng ).

Quel est l’intérêt de cette découverte ?
D’une part, cette découverte permet de préciser le taux de croissance de ces Dinosaures dans leurs œufs; ainsi, on comprendra peut être comment ces créatures ont pu être aussi énormes ….Par exemple, les comparaisons entre les fémurs embryonnaires de différentes tailles et  à différents stades de développement révèlent un taux uniforme de croissance rapide .

D’autre part, la découverte de ce qui pourrait être du collagène conservé et non fossilisé ouvre de nouvelles voies à la paléontologie…

En effet, l’ADN se dégrade rapidement au cours de la fossilisation des os tandis que le collagène dure plus longtemps ..Reste à l’extraire… N’oublions pas que c’est le collagène qui a permis à une autre équipe canadienne d’ identifier des fossiles de dromadaires dans l’Arctique…..

Sources partielles:

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73015.htm

http://www.nature.com/nature/journal/v496/n7444/full/nature11978.html