Les flammes bleues du Kawah ijen

Les  merveilleuses flammes bleues du Kawah ijen, connu depuis longtemps pour ses mineurs de soufre….

Le Kawah ijen ?

Le Kawah ijen (à voir ici) « cratère Vert », est un volcan d’Indonésie:

Le Kawah ijen est situé dans l’est de l’île de Java, c’est un stratovolcan appartenant à la ceinture de feu du Pacifique.

  • altitude 2799 m
  • Latitude 8.058°S
  • longitude 114.242°E

En savoir plus ici:volcano.si.edu

File:Indonesia (orthographic projection).svg

 Stratovolcan ? Un stratovolcan est un appareil volcanique qui s’est édifié au cours de plusieurs phases éruptives par l’accumulation et l’alternance, plus ou moins régulière, de coulées de lave (phase d’activités effusives) et de couches pyroclastiques (dépôts de retombées issus des projections – phase d’activités explosives)

Le Kawah ijen est adossé au Gunung Merapi et fait partie de fait partie de l’ énorme « Caldera de Kendeng » formée il y a 50000 ans lors de l’effondrement de « l’old ijen »  .

Son cratère sommital contient une solfatare d’où est extrait du minerai de soufre ; il abrite un lac acide( 600m sur 1000m) réputé pour être le plus acide de la planète.

Kawah ljen jpgle Kawah ljen et son lac acide

Ce lac très acide est inexploitable en raison des réveils du volcan, il contient  :

  • 1,3 million de tonnes de se sulfate d’aluminium,
  • 600 000 tonnes d’acide chlorhydrique,
  • 550 000 d’acide sulfurique
  • 200 000 tonnes d’aluminium
  • 170 000 tonnes de sulfate de fer
  • 140 000 tonnes de sulfate de magnésium
  • 120 000 tonnes de sulfate de calcium
  • 90 000 tonnes de sulfate de potassium…

Deux intrépides géologues de l’équipe Vulcain (dont Maurice Krafft) se sont aventurés sur le Kawah Ijen en canot pneumatique; aucun volcanologue n’avait jamais navigué sur un lac d’acide.

RT18high@Maurice et Katia Krafft, du livre volcans, le réveil de la Terre

Des flammes bleues apparaissent la nuit sur les flancs du  Kawah ijen:

@Olivier Grunewald

@Olivier Grunewald

Les gaz issus du soufre s’enflamment et forment  des torchères d’un bleu électrique, atteignant parfois cinq mètres de hauteur.

C’est  phénomène impressionant  que sont partis observer le photographe Olivier Grunewald et Régis Etienne (président de la Société de volcanologie de Genève) .

Image de prévisualisation YouTube