La grande barrière de corail menacée

Pour la deuxième année consécutive, le blanchissement massif des coraux  continue sur la Grande Barrière de Corail

Le blanchiment fait partie d’un événement mondial affectant les récifs coralliens au cours des deux dernières années…Voir l’article: Les coraux menacés de disparition en 2050 ?

La grande barrière de corail ?

La Grande Barrière est l’écosystème de récifs coralliens le plus étendu du monde.

La quasi-totalité de cet écosystème, couvrant une superficie de 348 000 km² le long d’une zone latitudinale contiguë de 14o (10S à 24S), a été inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1981.

La Grande Barrière (Australie) © Evergreen

La Grande Barrière présente une grande diversité perpendiculairement au plateau continental, dans une zone allant de la laisse de basse mer le long du littoral de l’Australie jusqu’à 250 kilomètres en mer. Cette grande variété de profondeurs marines inclut des eaux côtières peu profondes, des récifs situés au milieu et en bordure du plateau continental et, au-delà de ce plateau, des eaux océaniques de plus de 2 000 mètres de profondeur.

Pourquoi les coraux blanchissent-ils?

 Le blanchiment du corail résulte de la rupture de la symbiose algue/corail.

Image de prévisualisation YouTube

La symbiose est une  une coopération avec des bénéfices mutuels entre deux espèces différentes :  le corail ,   animal qui construit le squelette de pierre et une population d’algues spécialisées connue sous le nom de zooxanthelles.

Ces  petites  algues  vivent à l’intérieur du tissu corallien qui recouvre le squelette : non seulement elles sont protégées mais elles y trouvent des nutriments vitaux.

En retour, elles fournissent au corail une grande quantité de composés carbonés qu’elles produisent par la photosynthèse.

Sans cette algue,   le corail devient alors très vulnérable et est  incapable de survivre.

 Une augmentation de la température de l’eau de mer stresse donc le corail et perturbe la photosynthèse des algues…  les coraux expulsent ces algues pourtant indispensables à leur survie…

 Marshall, Schuttenberg, 2006.
« Ce phénomène, lié à l’expulsion de l’algue-hôte qui nourrit le corail et lui donne sa couleur, se produit lorsque la température de l’eau dépasse 30 °C durant deux à quatre semaines consécutives…Il reste difficile de prédire comment le corail s’adaptera à la modification des équilibres actuels. » indique Serge Planes, chercheur CNRS au CRIOBE et co-auteur de l’étude parue dans Nature climate change.

Le Dr Wachenfeld, expert de la « Great Barrier Reef Marine Park Authority » a déclaré que ce blanchiment soulignait l’importance de l’action mondiale sur le changement climatique.

« Il est vital que le monde agisse pour mettre en œuvre l’Accord de Paris pour réduire les émissions de gaz à effet de serre », a-t-il déclaré.

Il souligne également l’importance cruciale du travail effectué dans le cadre du Plan Reef 2050 et de la gestion en cours de l’Administration pour renforcer la résilience du récif, comme le zonage et le contrôle des étoiles de mer…

NB:L’acanthaster fait des ravages dans la Grande Barrière de corail.  Les facteurs à l’origine de ces invasions sporadiques des récifs par cette étoile de mer sont encore à l’étude en 2013.

coraux Acropora groupe d’acanthasters se nourrissant dans du corail (acropora).@JSLUCAS75

Outre le réchauffement de l’eau de mer, d’autres menaces jouent également en leur défaveur:

    •  la pollution
    • la surpêche
    • les maladies
    • l’acidification des océans provoquée par les émissions de dioxyde de carbone
    • les espèces invasives
    • l’extension des ports et le trafic maritime
    • l’urbanisation des côtes
Image de prévisualisation YouTube

Les coraux sont en sursis, il est grand temps de prendre des mesures efficaces pour les sauver …

N’oublions pas que, si rien n’est fait , en 2050,il ne restera plus beaucoup de récifs coralliens.