22 mai 2014:journée internationale de la biodiversité

La journée internationale de la biodiversité est organisée chaque année le 22 mai partout dans le monde.

C’est l’occasion de s’interroger sur les enjeux liés à la protection de la biodiversité et de la préservation des espèces.

Image de prévisualisation YouTube

biodiversitéLe thème de la biodiversité  insulaire a été choisi pour coïncider avec la décision de l’Assemblée générale des Nations Unies de désigner 2014 comme étant l’Année internationale des petits États insulaires en développement… En savoir plus sur le site de l’ONU

  Quelques pistes pour parler de la biodiversité :

  • « Parler de la vie et de sa diversité revient à parler de tout ce qui existe sur la planète Terre…. … » voir le dossier du  CNRS
  • La biodiversité est en danger ! La  réalité du  réchauffement climatique doit modifier notre façon d’envisager le Monde et constitue donc un enjeu pédagogique majeur . Le changement climatique et la biodiversité sont des thèmes pluridisciplinaires, ils figurent dans les programmes d’enseignement du primaire,du collège et du lycée. Aujourd’hui notre Planète entre dans une nouvelle ère, elle se réchauffe.  L’Homme par ses activités est responsable de ce changement de climat. Climat et biodiversité sont étroitement liés: au fur et à mesure que le climat change, la biodiversité est érodée … voir l’article ici
  • L’acidification des océans: l’océan est un milieu très stable depuis au moins 100 millions d’années…Mais l’ Homme, par ses activités vient changer cet équilibre : en 100 ans l’océan est devenu 30% plus acide, il sera  50% plus acide à la fin de ce siècle …L’acidification des océans est un problème majeur, lié au réchauffement climatique, la biodiversité des océans est menacée …. à voir ici
  • Le changement climatique va -t-il intensifier les invasions biologiques ?

Les invasions biologiques représentent l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur la biodiversité. L’Union internationale pour la conservation de la nature a défini « 100 espèces invasives parmi les pires à travers le monde ». Les espèces invasives sont un danger pour la biodiversité… à voir ici

  • La hausse du niveau de la  mer, causée par le réchauffement climatique, menace  à l’horizon 2100 entre 5 et 12% des îles françaises.

coraux biodiversité

5% et 12% de ces îles risquent d’être totalement submergées dans le futur. A l’échelle de la planète, ils prédisent qu’environ 300 espèces endémiques insulaires risquent fortement de disparaître, tandis que des milliers d’autres verraient leur habitat se réduire de façon dramatique: à voir ici

  • voir tous les autres articles ici
  • Sur le site du CRDP de Toulouse ici
Image de prévisualisation YouTube

Quel bilan en Haïti, 4 ans après le Séisme de 2010 ?

Quatre ans après le séisme du 12 janvier 2010 (316 000 personnes tuées, 300 000 blessées, 1,3 million de personnes déplacées, 97 294 maisons détruites et 188 383 endommagées ; source USGS), quel est le bilan sur la société haïtienne ?

p05-HaitiAvec autorisation de l’IRD; © IRD / C. Zanuso Port-au-Prince en 2011

  • Tout d’abord, quelques rappels sur ce séisme en Haïti :

Après la pauvreté, les ouragans, les inondations … un puissant séisme  a dévasté Haïti le 12/01/2010.

Où se trouve Haïti ? carte 1 2Source

Haïti occupe la partie ouest de l’île d’Hispaniola (en rose ci dessus).

Haïti se trouve dans une zone sismique très connue : Près de 90 % des séismes mondiaux, sont liés à la tectonique des plaques(voir le cours) Haïti est concerné par ces mouvements tectoniques.

Rappel sur les séismes : Les périodes calmes, sans secousses sismiques, ne correspondent pas à une absence d’activité. Les failles résistent d’abord aux contraintes: elles accumulent de l’énergie (pendant plusieurs dizaines ou centaines d’années )avant de la restituer très brutalement. Lors d’un séisme, des cassures se produisent en profondeur (foyer ), l’énergie libérée se propage sous forme d’ondes sismiques dans toutes les directions .

NB :L’épicentre est le point de la surface de la Terre où le séisme est le plus important

« Des mesures GPS effectuées à partir de 2003 avaient révélé que les failles actives étaient bloquées et qu’une déformation élastique s’accumulait » source CNRS.

D’autres séismes importants ont déjà touché Haïti:

  •  en 1751 et 1771 (détruisant Port au Prince)
  • en 1842(destruction de Cap Haïtien)
  • en 1887 et 1904 dans le nord de Haïti
  • en 1946 dans le nord-est de la République Dominicaine (avec tsunami dans la région de Nagua).

Les caractéristiques du séisme du 12 janvier 2010 (Source USGS ) :

  • Magnitude : 7
  • Profondeur (épicentre) : 13 km
  • Distance de l’épicentre : 25 km de PORT AU PRINCE (Haïti)

Le séisme d’Haïti du 12 janvier 2010 s’est produit vers 17h (heure locale) sur la limite entre la plaque Caraïbe et la plaque Nord-Américaine.

Nous savons que la plaque Caraïbe coulisse vers l’est par rapport à la plaque Nord Américaine (environ 20 mm par an ). sans titre2 4

L’île d’Hispaniola se situe entre ces deux plaques tectoniques.

Dans cette zone, les failles sont des décrochements sénestres. (Voir ci-dessus) Le séisme a été provoqué par la rupture de la faille d’Enriquillo (cette faille traverse la ville de Port-au-Prince). sans titre1« Contexte tectonique du séisme du 12 Janvier (frontière nord de la plaque Caraïbe). D’après Nathalie Feuillet, thèse, IPGP-Univ. Paris diderot, 2000. »source_communique_OVSM_haiti.pdf

La rupture a concerné 70 km de cette faille , le glissement était de l’ordre de 1 à 2 m. sans titre15 Cette faille n’avait pas produit de séismes importants au cours de ces dernières dizaines d’années. Elle est probablement en cause en 1751 et 1770 (séismes ayant détruits la ville de Port au Prince.)

L’ampleur des dégâts s’explique par plusieurs facteurs :

  •  la magnitude (M=7.0) importante de ce séisme (donc l’énergie libérée).
  • la proximité de Port Au Prince par rapport à l’épicentre du séisme.
  • la grande fragilité des bâtiments face aux séismes.

– En 2010, après ce séisme, la terre a continué de trembler… Depuis l’événement principal de magnitude 7, les réseaux de surveillance sismique ont enregistré de nombreuses répliques (certaines approchant la magnitude 6 ) au voisinage de la section de faille qui a rompu.

– Un nouveau tremblement de terre important de magnitude 6 a ébranlé le sol haïtien le 20 Janvier 2010, selon l’institut de géophysique américain (Usgs) :http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/eqinthenews/2010/us2010rsbb/)

– Malheureusement d’autres séismes importants se produiront probablement dans le futur.

 » Pour mieux évaluer les risques, des observations sismologiques, géophysiques, tectoniques post-sismiques sont nécessaires. Les laboratoires se mobilisent pour échanger informations et analyses au sein de la cellule d’intervention post-sismique du CNRS-INSU, et pour décider des actions possibles. Une annonce devrait être faite dans les prochains jours. » Source CNRS.

Documents annexes : – Communiqué de l’Observatoire Volcanologique et Sismologique de la Martinique sur le séisme d’Haïti (M=7) du 12 janvier 2010 : http://www.ipgp.fr/files_lib/820_communique_OVSM_haiti.pdf – Voir le séisme sur USGS : http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/recenteqsww/Quakes/us2010rja6.php#details

  • Quatre  ans après,malgré les aides apportées, le bilan reste encore lourd : baisse des revenus, inégalités sociales aggravées….

145.000 personnes continuent de vivre dans des camps de fortune....

« Tant qu’il y a des gens dans les camps de déplacés, l’opération globale de reconstruction n’est pas finie » précise Édouard Beigbeder, représentant de l’UNICEF en Haïti depuis juin 2012.

Le pays est exposé à des crises alimentaires chroniques.

Il connaît les niveaux les plus faibles pour l’approvisionnement en eau et la couverture sanitaire dans les Amériques …

Epidémie de choléra (déclarée en Octobre 2012): 696922 cas présumés de choléra et 8531 morts au 4 janvier 2014 , 45000 nouveaux cas prévus en 2014( ministère haïtien de la santé) 

« Dans le contexte de l’épidémie de choléra, il est impératif d’assurer la continuité des services de base d’eau et d’assainissement afin d’éviter une aggravation de la situation sanitaire, notamment dans les camps d’hébergement… » a déclaré Edouard Beigbeder.

 

Voir le rapport d’Amnesty internationalici, doc PDF

L’IRD ( Institut de recherche pour le développement)  vient de publier  un état des lieux :

« Grâce à deux enquêtes menées auprès des ménages haïtiens, l’une en 2007 et l’autre en 2012, les scientifiques ont pu comparer leurs conditions de vie pré et post-séisme. Le constat est accablant : leurs revenus ont baissé de plus de 50 %, le nombre de jeunes en âge d’étudier qui travaillent a augmenté, les inégalités sociales ont explosé… La vulnérabilité de certains ménages s’est aggravée à la suite du séisme, laissant une population encore plus fragile face à de nouveaux désastres (inondations, épidémies, etc.)

Un avant et un après-séisme : Dans le cadre d’un programme soutenu parl’ANR et la Banque mondiale, les chercheurs de l’Institut Haïtien de Statistique et de l’IRD ont comparé les résultats d’une enquête sur les conditions de vie des ménages après le séisme, réalisée auprès de 20 000 personnes dans tout le pays en 2012, à ceux d’une précédente enquête statistique menée en 2007. Ces enquêtes offrent deux instantanés de la situation des ménages à cinq ans d’intervalle, qui permettent de décrire l’évolution globale de la société, et plus particulièrement du marché du travail, avant et après le séisme…. »

voir la suite ici : Actualite scientifique n°449 Source IRD

 l‘UE (union Européenne) fait le bilan de l’aide apportée

L’UE a récemment annoncé qu’elle allait octroyer 420 millions d’euros à Haïti entre 2014 et 2020 au titre du 11e Fonds européen de développement (FED). Cette aide ciblera quelques domaines clefs: éducation, réforme de l’État, modernisation de la fonction publique, aménagement urbain et infrastructures, sécurité alimentaire et nutrition.

« Dès le premier jour, l’Union européenne a répondu aux besoins de la population haïtienne, en lui fournissant une aide humanitaire immédiate de grande ampleur et en renforçant son aide au développement. À ce jour, l’action de l’UE a contribué à sauver des vies, à fournir des abris, de la nourriture et des soins de santé, à reconstruire des routes, des écoles et des hôpitaux et à soutenir les autorités haïtiennes dans le processus de reconstruction du pays. Non contente de réagir à la crise humanitaire consécutive au tremblement de terre, l’Union européenne a continué de fournir à Haïti une aide à la coopération visant à éradiquer la pauvreté, à améliorer les conditions de vie et à encourager un développement socioéconomique durable.L’aide de l’UE concerne un Haïtien sur deux… » ( voir la suite ici MEMO-14-3_FR)

Des améliorations continuent d’être apportées au système de santé, davantage d’enfants sont scolarisés, près de 90% des déplacés ont quitté les camps et l’activité économique a repris, ce qui permet à Haïti de commencer à sortir de la crise pour s’acheminer vers un développement à long terme (source ONU)

Reconstruire Haïti en investissant dans la jeunesse:

Aujourd’hui 77 %  des enfants sont  inscrits à l’école primaire ( 48 % il y a 5 ans)

Image de prévisualisation YouTube

Cependant, Il reste encore beaucoup à faire pour Haïti et son peuple

« Nous devons redoubler d’efforts pour aider Haïti à bâtir un avenir plus stable et plus prospère pour tous les Haïtiens »  a précisé M Ban Ki-moun à l’occasion de la commémoration du quatrième anniversaire du tremblement de terre en Haïti