Des espèces considérées comme éteintes … la liste s’allonge

Des espèces considérées comme éteintes … la liste s’allonge

 Le tigre de Tasmanie ? c’est fini , l’espèce est déclarée éteinte …

Comme lui ,des espèces considérées comme éteintes viennent d’être supprimées des listes des espèces protégées par la CITES

Elle a  placé sous sa protection  35.000 espèces d’animaux et de plantes, en interdisant leur commerce international ou en l’encadrant strictement…..

Malheureusement elle vient de mettre à jour les  listes d’espèces interdites au commerce international et pour une bonne raison: elles sont considérées comme définitivement éteintes ….voir ici le compte rendu de la septième séance du Comité à Bangkok.

Six de ces  espèces considérées comme éteintes  sont  en Australie :

 » L’Australie a une triste histoire, avec de nombreuses extinctions, en particulier de petits mammifères « précise Deb Callister de la délégation australienne  :

Ces espèces sont :

– Renard volant de l’Île Percy – Pteropus brunneus – voir les infos

il n’a pas été vu dans la nature depuis 1859. Si P. brunneus était redécouverte, il y a peu de chance pour que le commerce devienne un facteur menaçant. L’Australie propose donc le retrait de P. brunneus de l’Annexe II de la CITES et de toutes les annexes de la CITES.

Renard volant de l’Île Percy – Pteropus brunneus .Par ailleurs, au moins trois espèces de roussettes insulaires se sont éteintes au XIXe siècle (celles de Maurice, de Palaos et de l’île Percy [Australie])

– Tigre de TasmanieThylacinus cynocephalus, voir les infos :

Il était chassé comme aliment par les aborigènes . La principale menace ayant conduit à son extinction en Tasmanie était une chasse et un piégeage extensifs et sans relâche pour l’obtention de primes après l’installation des colons….

Thylacinus cynocephalus Tigre de Tasmanie au zoo de New York en 1902

    Wallaby à queue cornée Onychogalea lunata, voir les infos
Dans les années 1940, l’espèce avait disparu des déserts de l’ouest et le dernier signalement fiable remonte à 1956 (Burbidge, 2008). Depuis, la présence du wallaby à queue cornée n’a pas été observée de façon fiable et l’espèce est considérée comme éteinte (Burbidge and Johnson, 2008).

Onychogalea lunata Wallaby à queue cornée

    Le  Rat-kangourou du désert -Caloprymnus campestris, voir les infos:

Kangourou-rat du désert selon John Gould (Richter, 1863).

– Le Bandicoot à pied de porc -Chaeropus ecaudatus, voir les infos :

.ll fut observé avec certitude pour la dernière fois en 1935 (Finlayson, 1990). Puis, des observations non confirmées ont été signalées dans le Queensland, en 1956–1957 puis en 1974–1975, après de fortes pluies suivant une période de sécheresse (Johnson, 2006), et en Australie méridionale jusqu’en 1988 (Carr and Robinson, 1997)

Photo Peter Halasz Chaeropus ecaudatus :Spécimen empaillé du musée de Melbourne

– Le Bandicoot-lapin à queue blanche Macrotis leucura, voir les infos :

Le bandicoot-lapin à queue blanche a été vu pour la dernière fois dans la nature, vivant, en 1931, mais certaines informations laissent à penser qu’il aurait subsisté dans quelques zones jusque dans les années 1960 (Burbidge, 1988).

Macrotis leucura  Bandicoot-lapin à queue blanche – dessin de John Gould (Richter, 1863 )

La liste continue de s’allonger … toutes les explications   ici

Des précisions sur la CITES ….

La  CITES,  Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction,  ou encore Convention de Washington, est un accord international entre Etats. Elle a pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

La seizième session de la Conférence des Parties se tient à Bangkok (Thaïlande), du 3 au 14 mars 2013...

Image de prévisualisation YouTube

Quant aux autres espèces ?

 L’ours polaire Ursus maritimus ( voir les infos ) : La CITES  ne renforcera pas la  protection de l’ours polaire (son transfert de l’annexe 2 à l’annexe 1 est rejeté ) …

L’ours polaire / photo Ansgar Walk

Le réchauffement climatique fait  fondre la banquise : c’ est une menace majeure pour l’ours polaire contre laquelle il faut agir au plus vite mais ce n’est pas du ressort de la CITES .

 » Le maintien du commerce international représente une menace supplémentaire qui pourrait bien conduire à la disparition définitive de l’ours polaire  » Nikita Ovsyanikov, scientifique russe membre de l’UICN

Le sort des autres espèces  est à suivre ici ou sur le site de la CITES

La biodiversité connaît une crise sans précédent : voir la vidéo Les espèces menacées 

Le rythme de disparition des espèces est mille fois supérieur à celui d’une extinction naturelle . L’Homme  joue un grand rôle dans leur disparition   :destruction des habitats, surexploitation par la  chasse, la pêche et le commerce, , réchauffement climatique, pollution …..

Biodiversité : un enjeu vital pour notre Planète

 Parlons biodiversité : un enjeu vital pour notre Planète

Au cours du 21ème siècle, l’action de l’homme va diminuer considérablement la biodiversité…fiction ou réalité ?

Hymne à la biodiversité Diaporama pour la protection de la biodiversité sur terre. Photos: Michel Lamarche findnature.com Musique: Robert Len robertlen.com Postface: Hubert Reeves roc.asso.fr/

  • I/ Qu’est-ce que la biodiversité?

La biodiversité ou « Diversité biologique », ne représente pas la quantité des êtres vivants sur Terre ; elle correspond non seulement à la diversité des espèces, mais aussi à celle de leur répartition dans les milieux de vie.

  • -II/ Des disparitions d’espèces se sont produites de tout temps, prés de 99% des espèces ayant vécu sur notre planète sont aujourd’hui éteintes.

L’évolution de la vie ne s’est pas faite de façon régulière au cours des temps géologiques.Il existe des périodes où les espèces se sont diversifiées de façon très importante, d’autres, au contraire, où leur nombre restait stable, d’autres, enfin, où nombreuses d’entre elles ont disparu de façon massive:

Au fil des périodes, progressivement, depuis plus de trois milliards d’années, des groupes d’organismes vivants sont apparus, se sont développés, ont régressé, et ont pu disparaître.

Une crise biologique est une période d’extinction massive d’un grand nombre d’espèces et de groupes à l’échelle de la planète ; elle est suivie d’une période de diversification biologique importante (apparition de nouveaux groupes et espèces).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les articles sur l’évolution des êtres vivants et l’histoire de la Terre.

Cinq crises majeures ont eu lieu:

-Fin Ordovicien (-440 Ma, 57% d’extinction des genres dans la faune marine)

-Fin Dévonien (-365 Ma, 50% d’extinction)

-Fin Permien (-245 Ma, 83% d’extinction)

-Fin Trias (-205 Ma, 48% d’extinction)

-Fin Crétacé (-65 Ma, 50% d’extinction)

limite-cretace-tertiaire-fig01

Sur la photo ci dessus, les cinq grandes crises sont indiquées par de petits rectangles noirs.

Source :Planet-terre http://www.pourlascience.fr/Dossier La Valse des Espèces, Juillet 2000,

  • -III/ La sixième grande crise.

Après ces cinq grandes phases d’extinction, la Terre connaît aujourd’hui une nouvelle crise, due aux activités humaines.

La présence humaine, l’emploi de polluants … influent, par l’intermédiaire de la reproduction, sur les équilibres entre espèces.

La déforestation privilégie l’extension des surfaces agricoles et des zones d’habitation ; elle entre en conflit avec la préservation des milieux naturels.

Mdd tv

-Aujourd’hui, la biodiversité est en danger:

Prise de conscience:acrylique sur toile de Christophe Drochon http://www.drochon.com/site/paintings/0/fr/view/433/1/0/

« Nous sommes une espèce parmi des millions d’autres ; dans cette addition : l’espèce qui a développé le cerveau le plus riche en neurones. Ce n’est pas forcément une situation définitive. Tout va dépendre en grande partie de nous, du sort que nous réservons aux autres espèces, et au bout du compte à la nôtre. Depuis un siècle les soustractions amputent dramatiquement cette richesse, la faisant décroître vite. Nous éliminons plus de mille fois plus d’espèces qu’avant l’époque industrielle. Cette extinction massive, la sixième dans l’histoire de la terre, l’humanité en est la cause. Elle pourrait en être la victime.» Hubert Reeves, Président de la Ligue ROC

Vidéo:Cliquer ici pour voir « le mal de Terre »/Hubert Reeves

Hubert_ReevesHubert Reeves

« Cette crise est beaucoup plus rapide que les précédentes : le rythme des disparitions est mille fois plus rapide que dans la situation « naturelle ».

« 15589 espèces animales figurent sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN (Union mondiale pour la nature). 7000 espèces sont en danger d’extinction…

Ours polaire endormi, huile de Christophe Drochon http://www.drochon.com/site/paintings/0/fr/view/14/3/0/

La France possède des territoires dans 5 des 25 points chauds de la biodiversité mondiale… Mais seul 1,2% de son territoire est protégé par des parcs nationaux ou des réserves naturelles. »

Source : UICN, Comité français de l’UICN et Muséum National d’Histoire Naturelle (CRBPO).

sans titre2

-Voir le dossier: La France et la biodiversité-2.pdf

Florian Kirchner( UICN) nous explique les phénomènes menant à l’extinction d’espèces.

http://www.youtube.com/watch?v=AjvwD1Cz-Y0&feature=player_embedded

D’un autre coté, la nature continue de créer de la biodiversité, mais lentement : on estime à plusieurs centaines de milliers d’années le délai nécessaire à l’apparition d’une nouvelle espèce.

« La réduction de la biodiversité signifie que des millions de personnes font face à un avenir où les réserves en nourriture seront plus vulnérables aux insectes et maladies, et où l’eau sera disponible en quantité faible et irrégulière » James Leape, le directeur général du WWF

  • IV/ -Des conférences mondiales face à l’urgence

« Depuis le sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, en 1992, l’UNCBD se réunit régulièrement pour parler préservation d’espèces en danger…. Le taux d’extinction n’a jamais été aussi élevé. On l’estime à 150 espèces… par jour ! …Jean-Luc Goudet Futura-Sciences.

1997 : Signature du protocole de Kyoto, traité juridiquement contraignant, engageant les pays signataires à procéder à des réductions spécifiques de gaz à effet de serre( CO2, méthane, protoxyde d’azote et trois gaz fluorés) sur la période 2008-2012.

Pour plus d’informations, consulter la page sur mon blog de SVT:

http://lewebpedagogique.com/arnaud/conferences-de-lonu/kyoto-poznan-copenhague-mobilisation-mondiale-sur-le-rechauffement-climatique/

On estime à 10 millions le nombre d’espèces (sans les virus et bactéries) existantes.

« 1,4 million d’espèces seulement dont 750 000 insectes, 250 000 plantes et 42 000 vertébrés ont été identifiées » (cf « Mal de Terre », Hubert Reeves).

Cette méconnaissance de la biodiversité est un facteur qui oblige également à la prudence.

Voir les liens :La liste rouge des espèces menacées

Voir l’exposition Arthus Bertrand sur la biodiversité

La biodiversité à travers des exemples

Toute la variété du vivant/cité des sciences

IYB2010_Logo_French

 

-Voir la vidéo Biodiversité : objectif 2010

http://www.youtube.com/watch?v=5KdutsU9evc&feature=player_embedded

« Nagoya, Japon, 29 octobre 2010…

La dixième réunion de la Conférence des Parties (Cop 10 http://www.cbd.int/ ) s’est tenue à Nagoya, dans la préfecture d’Aichi, au Japon, du 18 au 29 octobre 2010… des scientifiques et des représentants de 193 nations ont parlé de biodiversité.

« Transmettre une Terre avec une biodiversité riche, aux prochaines générations est le désir partagé partout dans le monde,” a déclaré le ministre de l’Environnement, Ryu Matsumoto.

Quelques 18 000 participants représentant les 193 Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) et leurs partenaires ont clôturé le Sommet de Nagoya.

Pour essayer d’enrayer la perte continue de la biodiversité aggravée par les changements climatiques,trois objectifs ont été retenus:

« -l’adoption d’un nouveau Plan stratégique de dix ans pour guider les efforts internationaux et nationaux pour sauver la biodiversité par l’action accrue afin de rencontrer les objectifs de la Convention sur la diversité biologique.

-une stratégie de mobilisation des ressources fournissant une voie pour l’avenir afin d’augmenter de façon substantielle les niveaux actuels d’aide publique au développement en soutien à la biodiversité.

-un nouveau protocole international sur l’accès et le partage des avantages issus de l’utilisation des ressources génétiques de la planète… »

Voir les précisions ici:http://www.cbd.int/doc/press/2010/pr-2010-10-29-cop-10-fr.pdf

NB: Les Américains n’ont pas ratifié la Convention sur la biodiversité (débutée en 1992 au sommet de Rio et entrée en vigueur en 1993 ). L’accord de Nagoya ne s’applique donc pas aux Etats-Unis et à leurs entreprises…Rappelons nous aussi qu’ils sont les premiers producteurs de dioxyde de carbone…

Voir les projections des changements de la biodiversité et des services ecosystémiques pour le 21° siècle publiés par le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique ici :

http://sciences.blogs.liberation.fr/files/sc%C3%A9narios-biodiversit%C3%A9-21%C3%A8me-si%C3%A8cle.pdf

-Cancun, Décembre 2010….Voir l’article :http://lewebpedagogique.com/arnaud/developpement-durablebiodiversite-rechauffement-climatique-le-sommet-de-cancun/

Il est grand temps d’agir….les changements climatiques, la déforestation interviennent sur la perte de la biodiversité.

co2[1]” width=”300? height=”225? /></span></a><a href= source

flammeklode[1] source

Plus le temps passe, plus les possibilités d’intervention sont restreintes…

Des politiques internationales rapides et très énergiques peuvent diminuer cette perte de biodiversité…Plus que jamais l’Homme tient dans ses mains l’avenir de sa Planète, la Terre.

Liliane Soubie, professeur de SVT