Eau : état des nappes phréatiques en 2016

L’ eau est une ressource précieuse de notre Planète: Au 1 Janvier 2016, la plus grande partie des nappes phréatiques (55%) affiche un niveau inférieur à la normale.

Cette situation traduit, sur la plus grande partie du territoire, une période de recharge hivernale des nappes déficitaire, ce qui est assez exceptionnel à cette période de l’année (pour avoir plus de détails allez sur le site du BRGM).

Le sud, l’ouest et le nord-est présentent des niveaux inférieurs à la normale en lien avec un déficit pluviométrique marqué.

Ailleurs, on note tout de même des niveaux normaux comme dans la vallée du Rhône et dans une grande partie du Bassin parisien.

sans titre2

nappes d’eau

Quelques rappels sur le cycle de l’eau:

L’eau douce est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines.

L’eau de la planète est répartie dans différents réservoirs (océans, glaciers et calottes polaires, atmosphère, lacs et rivières, nappes phréatiques, sol, biosphère).

– Les transferts quantitatifs entre les différents réservoirs constituent le cycle de l’eau.

Image de prévisualisation YouTube

L’eau douce est inégalement répartie à l’intérieur des continents. Son utilisation par l’homme (urbanisation, irrigation) modifie le flux de l’eau entre les différents réservoirs et peut aboutir à la désertification.

La gestion de l’eau
– L’eau douce utilisée est puisée dans les lacs, les cours d’eau et les réservoirs souterrains.

– L’eau peut être stockée temporairement dans des réservoirs superficiels.
Les réservoirs souterrains et superficiels sont sensibles aux pollutions biologiques ou chimiques (nitrates, pesticides, radionucléides…).
– La protection des réservoirs et un traitement des eaux usées sont indispensables. Les matières organiques polluantes peuvent être dégradées sous l’action de micro-organismes .
– L’homme utilise les propriétés de ces micro-organismes dans le traitement des eaux usées.

eau -Gentau_Pic_du_Midi_Ossau

Télécharger la note d’information sur l’état des nappes d’eau souterraine

Télécharger la carte de France de la situation des nappes au 1er janvier 2016

Rosetta: l’eau sur Terre ne vient pas de Tchouri

Mission Rosetta:Les résultats des premières mesures de l’instrument ROSINA ne valident pas l’hypothèse de l’origine cométaire de l’eau sur Terre

ROSINA?
ROSINA: Rosetta Orbiter Spectrometer for Ion and Neutral Analysis.

Rosetta_Philae

@CNES Rosetta_Philae

« ROSINA est constitué d’un spectromètre de masse à focalisation double, d’un spectromètre de masse à temps de vol de type réflectron et de 2 jauges de pression. ROSINA déterminera la composition moléculaire, élémentaire et isotopique du matériau volatile de la coma ainsi que la densité, la vitesse et la température du gaz cométaire ». source CNES

The_Rosetta_Orbiter_Spectrometer_for_Ion_and_Neutral_Analysis_small

@ESA Rosina

Les résultats sont en désaccord avec les hypothèses qui attribuent une origine cométaire à l’eau présente dans l’atmosphère et les océans terrestres.

Le rapport D/H  est de 5,3 ±0,7 10-4  pour tchouri alors que sa valeur pour la Terre est 1,55 10-4.

 » Les premières mesures de l’instrument ROSINA de la mission Rosetta révèlent que le rapport Deutérium/Hydrogène (ou D/H) de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko est fortement enrichi en deutérium.

Ces résultats sont en désaccord avec les hypothèses qui attribuent une origine cométaire à l’eau présente dans l’atmosphère et les océans terrestres. Ils indiquent également que les comètes de la famille de 67P ne sont pas originaires d’une unique région, la ceinture de Kuiper : certaines pourraient provenir du nuage de Oort.

Cette étude internationale, à laquelle participent des laboratoires rattachés au CNRS, à l’université Toulouse III–Paul Sabatier, à l’UPMC, à l’UVSQ, à l’université d’Orléans, à l’université de Lorraine et à l’université de Franche-Comté, avec le soutien du CNES, est publiée dans Science Express le 10 décembre 2014.

Nés il y a 4,55 milliards d’années, les différents corps qui composent le Système solaire – Terre, planètes, astéroïdes et comètes – ont, au départ, été formés à partir du même nuage de gaz et de poussière : la nébuleuse protosolaire.

À partir de cette origine commune, ils ont évolué différemment en fonction de leur orbite, et donc de leur exposition au rayonnement solaire. Très éloignées du Soleil pendant l’essentiel de leur vie, les comètes n’ont pratiquement pas évolué et constituent les témoins privilégiés des conditions qui prédominaient lors de la naissance du Système solaire.

Les compositions isotopiques de leurs principaux constituants sont donc susceptibles de fournir des informations uniques pour décrire les conditions et les processus de la formation du Système solaire, et notamment l’origine de l’eau sur Terre… voir la suite du communiqué de Presse: Rosina

Vous pouvez consulter mon article, très complet,  sur la mission Rosetta ici

Lutter contre l’aridité: du coton « modifié » pour récolter l’eau du brouillard

Certaines régions arides du globe manquent cruellement d’eau , une nouvelle invention vient d’être décrite: elle permet de récolter l’eau des brouillards par du coton modifié et de la restituer :

Des scientifiques de l’Université polytechnique de Hong Kong (PolyU) et de l’ Université technologique d’Eindhoven aux Pays-Bas ont développé un tissu à surface spéciale enduit  d’une couche de polymère appelé PNIPAAm .

La recherche a été dirigée par le professeur John Xin( PolyU) et dr. Catarina Esteves (TU / e).

En dessous de 34°C, ce coton « enduit »absorbe   des quantités exceptionnelles d’eau dans l’air brumeux ( brouillard ) pour un maximum de 340% de son propre poids.

Ensuite,  il libère l’eau recueillie lorsque la température augmente ( au dessus de   34 ° C ) .

Un autre avantage : ce coton  ne coûte pas cher à produire . La modification de sa surface avec PNIPAAm augmente le coût de production de  12% environ  …De plus , il est parfaitement adapté aux déserts et à la montagne où l’ air est souvent brumeux la nuit . Leurs recherches continuent pour essayer de modifier le seuil où le coton passe de l’état de collecte à l’état de restitution de l’eau absorbée .

Des précisions :

– sur le site de l’université polytechnique de Hong Kong

– sur le site de l’université d’Eindhoven

Actuellement des filets de récolte d’eau à partir du brouillard  sont déjà utilisés  mais ces systèmes nécessitent un vent fort pour bien fonctionner  :

Népal: Un filet à brouillard installé dans le village de Danda Bazzar (Népal), à 2130 mètres d’altitude. Les filets alimentent trois réservoirs de 1000 litres. Photo © FogQuest / Tony Makepeace

Alexander Joe afp.com
Afrique du Sud TSHIAVHA – L’eau est inégalement répartie en Afrique du Sud et pour les enfants de Tshiavha, c’est jour de fête quand le brouillard pointe et vient déposer ses fines gouttelettes dans le filet de l’école.

Voir la vidéo des  installations de filets à Lima

NB: l’arbre fontaine précolombien des Canaries recueillait déjà  l’eau du brouillard… Aujourd’hui au Chili et au Pérou, les techniciens récupèrent cette eau avec de très économiques filets attrape-brouillard… à voir ici 

l’arbre fontaine de El Hierro, arraché par le vent en 1610, fut replanté avec succès vers 1948 (schéma A. Gioda pour Pierre Lefèvre et Science & Vie Junior, mai 2003).

Arbre fontaine métallique de El Hierro en 2007.  Photo : Natural Aqua Canarias 

Entretien avec Alain Gioda ( en 1990 Alain Gioda, hydrologue à l’IRD (Institut de recherche pour le développement), avait déjà soumis cette idée )
Chercheur à l’UR032 – Climatologue – Hydrologue
Département Milieux et environnements (DME)
Membre-Expert de l’Union Mondiale pour la Nature (UICN-France): cliquer sur la vidéo  ci dessous

Quel est l’avantage de cette invention ?

Les nouveaux tissus développés fonctionnent  sans avoir besoin de vent. Ils peuvent même être posés directement là où l’eau est nécessaire, par exemple sur les sols cultivés…..

 Quelques précisions sur l’eau:

N’oublions pas que l’ eau est une ressource précieuse de notre Planète, sa quantité est fixe.

http://www.dailymotion.com/video/xj7w17

L’eau de la planète est répartie dans différents réservoirs (océans, glaciers et calottes polaires, atmosphère, lacs et rivières, nappes phréatiques, sol, biosphère). 

1 400 millions de km3 d’eau … mais beaucoup moins d’eau douce.

L’ eau douce est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines, elle représente seulement 3% des réserves totales d’eau sur la Planète (les 97% restants étant de l’eau salée .

Où se trouve l’eau douce ?

Plus des deux tiers de l’eau douce est conservée à l’état solide ( glaces polaires,  neiges éternelles ), à peine un tiers est constitué des eaux souterraines.

Le reste des réserves d’eau douce est réparti principalement à la surface des continents dans les lacs, les cours d’eau et également dans l’atmosphère.

Le cycle de l’eau :

– Les transferts quantitatifs entre les différents réservoirs constituent le cycle de l’eau.

 

 L’eau douce est inégalement répartie à l’intérieur des continents.

Les ressources de chaque pays dépendent du climat .

 Au fur et à mesure que la population mondiale augmente, les besoins en eau ne cessent de croître…

« L’ Or bleu » ( l’eau douce potable ) manque encore à près de 20% de la population de la Planète …

Depuis quelques années, on note une  prise de conscience de l’importance d’une gestion durable de l’eau ( à voir ici sur le site de l’ ONU )

Cette innovation pour capturer l’eau des brouillards est écologique et s’inscrit dans le développement durable…  La recherche des exploitations des sources d’eau est en pleine expansion ….A suivre …


L’ eau, ressource précieuse de notre Planète

L’ eau, ressource précieuse de notre Planète


L’ eau douce est une ressource indispensable aux êtres vivants et aux activités humaines
.

Image de prévisualisation YouTube
L’eau de la planète est répartie dans différents réservoirs (océans, glaciers et calottes polaires, atmosphère, lacs et rivières, nappes phréatiques, sol, biosphère).

auteur:Kim Hansen

– Les transferts quantitatifs entre les différents réservoirs constituent le cycle de l’eau.

Image de prévisualisation YouTube

L’eau douce est inégalement répartie à l’intérieur des continents. Son utilisation par l’homme (urbanisation, irrigation) modifie le flux de l’eau entre les différents réservoirs et peut aboutir à la désertification.

La gestion de l’eau
L’eau douce utilisée est puisée dans les lacs, les cours d’eau et les réservoirs souterrains.

auteur :Myrabella

« Le lac Gentau reflétant le pic du Midi d’Ossau »

– L’eau peut être stockée temporairement dans des réservoirs superficiels.
Les réservoirs souterrains et superficiels sont sensibles aux pollutions biologiques ou chimiques (nitrates, pesticides, radionucléides…).
La protection des réservoirs et un traitement des eaux usées sont indispensables. Les matières organiques polluantes peuvent être dégradées sous l’action de micro-organismes .
– L’homme utilise les propriétés de ces micro-organismes dans le traitement des eaux usées.

Image de prévisualisation YouTube

Des ressources…

http://www3.ac-clermont.fr/pedago/svt/pagex.php?rubrique=7&num=284

http://science-citoyen.u-strasbg.fr/dossiers/eau/index.html

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/accueil.html