l’érosion et la sédimentation pourraient engendrer des séismes

l’érosion et la sédimentation pourraient engendrer des séismes …

séismes

Connaître et mesurer l’aléa  sismique est l’un des défis majeurs des sciences de la Terre.

La tectonique des plaques est  généralement  considérée comme le seul mécanisme modifiant l’activité des failles ( augmentation des contraintes à l’origine des séismes) …

Image de prévisualisation YouTube

L’érosion pourrait provoquer des séismes

« Les processus de surface, c’est-à-dire l’érosion et la sédimentation, pourraient déclencher des séismes superficiels (inférieurs à cinq kilomètres de profondeur) et favoriser la propagation de grands séismes profonds jusqu’à la surface.

C’est ce que viennent de démontrer des chercheurs des laboratoires de Montpellier (CNRS/Université de Montpellier 2) et de l’Institut de physique du globe de Paris (CNRS/IPGP/Université Paris Diderot) en collaboration avec un scientifique taiwanais. Alors que la tectonique des plaques était généralement considérée comme le seul mécanisme capable d’influencer durablement l’activité des failles, les processus de surface augmenteraient aussi les contraintes que subissent les failles actives, comme celles situées à Taïwan, une des zones les plus sismiques au monde. Ces travaux sont publiés dans Nature Communications le 21 novembre 2014.

Au cours des dernières décennies, de nombreux travaux se sont intéressés à l’évolution des paysages des chaînes de montagne aux échelles de temps géologiques (1 à 100 millions d’années). Objectif : mieux comprendre la dynamique et les relations entre les processus d’érosion, de sédimentation ou de déformation tectonique. Des travaux récents ont démontré que la surface de la Terre pouvait changer très fortement en seulement quelques jours, mois ou années, par exemple lors d’évènements extrêmes comme les typhons ou les séismes de fortes magnitudes. Ces évènements génèrent de nombreux glissements de terrain et un transport sédimentaire accru dans les rivières, comme ce fut le cas en 2009 lors du passage à Taïwan du typhon Morakot qui a entrainé une érosion brutale des paysages. Ces changements rapides de la forme de la surface de la Terre modifient l’équilibre des forces en profondeur à l’emplacement des failles actives. « Télécharger le communiqué du CNRS :érosion