Au Groenland la neige s’assombrit et la fonte s’accélère

Depuis 2009, des impuretés se déposent au  Groenland : la neige n’est plus d’un blanc immaculé. Cet assombrissement a contribué à la récente fonte accélérée de la calotte et pourrait amplifier son réchauffement.

Groenland

A voir dans la publication du 8 juin (Nature Geoscience)des chercheurs de Météo-France et du CNRS.

Des précisions sur cette situation au Groenland

L’énergie solaire absorbée par la surface de la calotte du Groenland dépend de la « blancheur » de la neige qui la recouvre et de son albédo

L’albédo ?

L’albédo est le rapport entre l’énergie solaire réfléchie par une surface et l’énergie solaire incidente. Il est égal à 0 pour un corps parfaitement noir et à 1 pour un corps parfaitement blanc.

Voir l’animation L’effet d’albédo sur www.cea.fr

Au Groenland, l’assombrissement augmente, l’albédo diminue et la calotte fond.

L’albédo  varie  avec la taille des grains de neige et la quantité d’impuretés absorbantes contenues dans le manteau neigeux.

  • Les grains de neige:

Sous l’effet du réchauffement climatique, la température estivale de la neige de surface augmente et  entraîne un grossissement des grains de neige.

Ce grossissement entraîne  une diminution de l’albédo et donc une augmentation de l’absorption de l’énergie solaire par la surface (qui amplifie le réchauffement initial ) …. plus le réchauffement climatique augmente plus les grains de neige sont gros … et ainsi de suite …

  • les impuretés minérales au Groenland:

Depuis 2009, grâce à des satellites , Marie Dumont du Centre d’études de la neige du CNRM-GAME (CNRS/Météo-France) et ses collègues ont mis en évidence que la neige présente à la surface du Groenland au printemps et en été était moins blanche qu’auparavant.

La nouveauté concerne le printemps : cette étude montre pour la première fois que l’assombrissement est à cette saison lié à la présence croissante d’impuretés d’origine minérale dans la neige.

Ces poussières minérales (disponibles par une fonte plus précoce de la couverture neigeuse saisonnière aux hautes latitudes) seraient transportées par le vent et se déposeraient sur la calotte du Groenland.

 L’augmentation possible du dépôt d’impuretés  au Groenland doit donc être prise en compte dans les projections climatiques de l’évolution de l’état du Groenland et de son effet sur l’élévation du niveau des mers.

Antarctique ouest:fonte inéluctable des glaciers

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de la NASA et de l’Université de Californie met en évidence une fonte rapide  et inéluctable de la calotte glaciaire de l’Antarctique Ouest.

 L’étude présente de multiples sources de données, en intégrant 40 ans d’observations:  selon le glaciologue Eric Rignot ( NASA), les glaciers du secteur Amundsen (mer de l’Antarctique occidental) « ont franchi le point de non-retour ». antarctica_amundsen_sea_sector-1source NASA antarctica_screen_grab1_2source NASA

La fonte des six plus grands glaciers de cette région, Pine Island, Thwaites, Haynes, Smith, Pope et Kohler, contribue déjà de façon importante à la montée des océans.

Pourquoi la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental est-elle considérée comme « instable »?

La majorité de la couche de glace de l’Antarctique occidental est « ancrée » sur un lit qui se trouve en dessous du niveau de la mer.

 Le contact du glacier avec la terre est appelée ligne d’ancrage.

Presque toute la fonte des glaciers se produit sur leur face inférieure au-delà de la ligne d’ancrage, sur la section flottant sur l’eau de mer.

Les courants océaniques peuvent alimenter en eau chaude la ligne d’ancrage du glacier: c’est la première étape dans une réaction en chaîne potentielle.

La chaleur de l’océan ronge la glace, la ligne d’ancrage du glacier recule vers intérieur et la calotte glaciaire perd de la  masse. Elle perd donc sa capacité à retenir les glaciers et leur marche vers la mer s’accélère (en même temps ils s’amincissent).

Pourquoi la région de la mer d’Amundsen est-elle plus à risque que d’autres parties de l’ouest de l’Antarctique?

 Non seulement la majorité de la couche de glace est « fondée » sur un lit qui se trouve en dessous du niveau de la mer, mais en plus:

  • les glaciers ici n’ont pas de très grands plateaux de glace pour endiguer le flux de glace.
  • ils ne sont pas « coincés » par des obstacles dans leurs lits, sauf dans quelques petits endroits .
  • la région est vulnérable à un courant océanique régional (proximité du courant circumpolaire profond). C’est ce courant qui fournit l’eau chaude à la base des glaciers.

La décharge de glace de cette région a augmenté dans son ensemble de 77 % depuis 1973

Qu’en serait il pour l’élévation du niveau de la mer?

La région  d’ ‘Amundsen contient assez de glace pour élever le niveau des mers de 1,2 mètres. C’est  seulement une fraction de l’ensemble de la  l’Antarctique occidental. S’il  fond complètement,  le niveau global de la mer  augmenterait d’environ 5 mètres.

Sources de l’article, NASA: nasa-uci-study ,news/antarctic-ice-sheet

Pour en savoir plus:

Autres articles:

Cliquez ici pour revenir à la page  d’accueil du site

Banquise arctique et réchauffement climatique : les étangs de fonte sont plus nombreux en été …

La banquise et le  réchauffement climatique…

Les étangs  d’eau de  fonte de la banquise sont  plus nombreux en Arctique pendant les mois d’été….

– En Arctique, depuis une dizaine d’années la glace de la banquise  fond, elle devient plus mince et plus jeune .

Image de prévisualisation YouTube

Environ  une  moitié de la glace d’un an de la banquise est couverte d’ étangs   de fonte….plus de  lumière traverse la banquise…..Quel est l’impact sur  la faune et la flore de l’arctique ?

Etangs  de fonte de la banquise en Arctique , Photo: Stefan Hendricks,Alfred Wegener Institute

– Nous savons que la lumière est la source d’énergie nécessaire à la photosynthèse, sans lumière ni algues, ni plantes .

Pour la première fois, des physiciens de l’Institut Alfred Wegener, Centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine (AWI), ont mesuré la transmission de la lumière à travers la glace de mer en Arctique :

«La  glace jeune et mince comportant de  nombreux étangs de fusion  permet trois fois plus à la  lumière de passer à travers que  la glace plus vieille… voir les détails ci dessous

la banquise / Schéma. Photo M. Nicolaus: Alfred Wegener Institute

– Qu’en est-il aujourd’hui ?

Bonne nouvelle en Arctique: Le phytoplancton y est très abondant , beaucoup plus que  dans n’importe quel océan sur Terre…..

« Ce constat révèle une nouvelle conséquence du réchauffement climatique de l’Arctique et fournit un indice important pour comprendre les impacts du changement climatique et de l’environnement sur l’océan Arctique et de son écologie. La découverte a été faite lors d’une expédition océanographique NASA au cours des étés 2010 et 2011…. »source NASA

Cliquez sur l’image ci-dessous pour voir le diaporama

Mais qu’est-ce que le plancton ?


Le plancton est constitué de l’ensemble des êtres vivants marins  microscopiques marins incapables de lutter contre les courants.

Le phytoplancton ( plancton végétal ) est le premier maillon de la chaîne alimentaire dans l’eau ( voir l’animation  ici ). Sans lui, aucune vie n’est possible

Le plancton représente  plus de la moitié de la biomasse terrestre. Il est  également le producteur des 2/3 de l’oxygène de la planète et, par conséquent, une pompe importante de nos émissions de CO2.

N’oublions pas tout de même qu’ un article paru dans Nature met en évidence le déclin du phytoplancton dans les océans du monde

Image de prévisualisation YouTube

Qu’en est-il pour l’avenir ?

Avec le réchauffement climatique:

– plus d’énergie lumineuse sera absorbée par la glace et de plus en plus d’ étangs d’eau  de fonte apparaitront .

– plus de lumière traversera  la banquise pour atteindre l’océan en dessous .

Cette lumière supplémentaire sera elle bénéfique à tous les  organismes marins ?

Comment vont-ils réagir à ces nouvelles  conditions de vie sous la banquise  ?

De nombreux biologistes s’ intéressent à ces problèmes liés à la fonte de la banquise… A suivre…..

Sources partielles   Alfred Wegener institute ,  NASA