COP21: l’ONU et le changement du climat

Réchauffement du climat : COP21 ( 30 novembre au 11 décembre 2015)

Lors de la Conférence des Nations unies de 2015 à Paris, un accord mondial  doit obligatoirement être conclu pour contenir le réchauffement du climat  à 2 degrés à l’horizon 2100. Au delà de cette valeur, les scientifiques prévoient des conséquences dramatiques … Il est grand temps d’agir. 

climat

«Nous sommes aujourd’hui sur une trajectoire à + 4-5 degrés d’ici la fin du siècle: c’est ce qui se passera si on dit “tant qu’il y a du fossile, on l’utilise”», alerte Jean Jouzel, climatologue et vice-président du Giec. «Dans ce scénario, le niveau de la mer pourrait s’élever de près d’un mètre d’ici 2100», prévient-t-il en soulignant que cela ne sera pas uniforme au niveau du globe, tout comme la hausse de la température qui sera plus forte sur les continents que dans les océans.

 

 

Le deuxième volet de ce  rapport intitulé «Changement climatique 2014: impacts, adaptation et vulnérabilité» est consultable ici.

Face à la réalité du réchauffement du climat et à la responsabilité humaine dans ces dérèglements, une politique de lutte contre le réchauffement de la planète s’installe depuis les années 1990 ..

global-average-temperature

Climat et biodiversité sont étroitement liés: au fur et à mesure que le climat change, la biodiversité est érodée.

Après 5 grandes crises, la sixième grande crise de biodiversité est liée aux activités humaines…. Voir mon article en détail ici

C’est un terme proposé par Paul Crutzen ( prix Nobel, chimiste et météorologue): Il désignerait une nouvelle époque géologique, qui aurait débuté à la fin du XVIIIe siècle avec la révolution industrielle, période à partir de laquelle l’influence de l’espèce humaine  sur le devenir de la terre serait devenue prédominante. L’impact des activités humaines l’emporterait donc sur l’ensemble des facteurs naturels et viendrait modifier le climat et la biosphère.

Depuis 1988, plusieurs milliers de chercheurs internationaux se sont réunis sous l’égide de l’ONU pour constituer le GIEC

Quel est l’historique de la mobilisation internationale sur le climat ?  

  • 1979 — première Conférence mondiale sur le climat .
  • 1988 — Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est mis en place.
  • 1990 — Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et la deuxième Conférence mondiale sur le climat demandent un instrument mondial sur les changements climatiques. Les négociations à l’Assemblée générale des Nations Unies sur une convention-cadre sont lancées.
  • 1991 — Le Comité de négociation intergouvernemental tient sa première réunion.
  • 1992 — Lors du Sommet « Planète Terre » à Rio, la Convention-cadre sur les changements climatiques est ouverte à la signature, parallèlement aux autres conventions également négociées à Rio, la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification.
  •  1994 — La Convention-cadre sur les changements du climat entre en vigueur.
  • 1995 — La première session de la Conférence des Parties se tient à Berlin.
  • 1996 — Le Secrétariat de la Convention-cadre sur les changements climatiques est mis en place pour appuyer les mesures prises en vertu de la Convention.
  • 1997 — Le Protocole de Kyoto est officiellement adopté en décembre, à la troisième session de la Conférence des Parties
  • 2001Les accords de Marrakech, qui sont adoptés à la septième session de la Conférence des Parties, exposent en détail les règles d’application du Protocole de Kyoto, mettent en place de nouveaux instruments de financement et de planification en vue de l’adaptation aux changements du climat et établissent un cadre pour le transfert de technologies.
  • 2005 — Entrée en vigueur du Protocole de Kyoto. La première réunion des Parties au Protocole se tient à Montréal. Conformément aux conditions posées dans le Protocole de Kyoto, les Parties ont lancé des négociations sur la phase suivante du Protocole dans le cadre du Groupe de travail spécial des nouveaux engagements des Parties visées à l’annexe I au titre du Protocole de Kyoto. Le futur Programme de travail de Nairobi sur l’adaptation aux changements climatiques (il prendra ce nom en 2006, l’année suivante) est accepté et fait l’objet d’un accord.
  • 2007 — Le quatrième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat est publié. Le grand public découvre la climatologie. À la treizième session de la Conférence des Parties, les États ont convenu de la feuille de route de Bali qui préparait la voie aux activités postérieures à 2012 avec deux groupes: le Groupe de travail spécial des nouveaux engagements des Parties visées à l’annexe I au titre du Protocole de Kyoto et le Groupe de travail spécial de l’action concertée à long terme au titre de la Convention.
  • 2009 — Accord de Copenhague, élaboré à la quinzième session de la Conférence des Parties à Copenhague. Les États ont soumis par la suite des engagements concernant les réductions d’émissions ou les mesures d’atténuation, aucun de ces engagements n’étant contraignant.
  • 2010Les accords de Cancún sont élaborés et acceptés par la plupart des Parties à la seizième session de la Conférence des Parties. Conformément à ces accords, les Parties officialisaient leur engagement de réduire leurs émissions dans le cadre de l’effort collectif le plus important que le monde ait jamais vu pour réduire les émissions de manière solidairement responsable.
  • 2011 — La plate-forme de Durban pour une action renforcée a été élaborée et acceptée par les États parties à la dix-septième session de la Conférence des Parties. À Durban, les gouvernements ont clairement reconnu la nécessité d’élaborer un projet de nouvel accord juridique universel pour lutter contre les changements climatiques au-delà de 2020, dans le cadre duquel toutes les parties joueraient leur rôle dans la mesure de leurs moyens et seraient en mesure de recueillir ensemble les fruits de leur réussite.
  • 2012 — L’amendement de Doha au Protocole de Kyoto est adopté par la CMP (Conférence des Parties agissant comme réunion des Parties au Protocole de Kyoto) à sa huitième réunion. Cet amendement comprenait les mesures suivantes: de nouveaux engagements pour les Parties visées à l’annexe I au titre du Protocole de Kyoto, qui ont accepté de prendre des engagements pour une deuxième période allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2020 ; une liste révisée des gaz à effet de serre sur laquelle les Parties feraient rapport au cours de la deuxième période d’engagement et des amendements à plusieurs articles du Protocole de Kyoto concernant la première période d’engagement, qui devaient être actualisés pour la deuxième période d’engagement.

2013 — Les principales décisions adoptées à la dix-neuvième session de la Conférence des Parties et la neuvième réunion de la CMP comprenaient des décisions sur la progression de la plate-forme de Durban, le Fonds vert pour le climat et le financement à long terme, le cadre de Varsovie pour REDD+ et le mécanisme international de Varsovie pour les pertes et dommages. Pour en savoir davantage sur les conclusions de la Conférence de Varsovie.

2014 — La vingtième session de la Conférence des Parties se tiendra en décembre, à Lima (Pérou).

2015 — La vingt et unième session de la Conférence des Parties (onzième réunion de la CMP) se tiendra à Paris (France), en décembre.

*Source : Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

flammeklode[1]

Un accord mondial  doit obligatoirement être conclu pour contenir le réchauffement du climat à 2 degrés à l’horizon 2100. Plus le temps passe, plus les possibilités d’intervention sont restreintes…

Les enseignants ne peuvent que s’associer à cette démarche en relayant la problématique et en faisant participer leurs élèves à des actions locales. C’est une belle façon de changer leur regard sur le Monde qui les entoure …

De nombreux outils pédagogiques sur le réchauffement climatique sont disponibles:

Plus que jamais, l’Homme tient entre ses mains l’avenir de sa Planète.

L’ONU proclame 2012 Année internationale de l’énergie durable pour tous

 

Reconnaissant l’importance de l’énergie pour le développement durable, l’ONU a déclaré 2012 année internationale de l’énergie durable pour tous. (Voir la résolution adoptée par l’Assemblée générale ici )

Cliquez sur l’image ci dessous pour voir le diaporama

« Cette Année internationale de l’énergie durable pour tous est l’occasion de sensibiliser à l’importance d’améliorer l’accès durable à l’énergie, l’efficience énergétique, et l’énergie renouvelable au niveau local, régional et international.

Les services énergétiques ont un effet profond sur la productivité, la santé, l’enseignement, les changements climatiques, la sécurité alimentaire et la sécurité de l’approvisionnement en eau ainsi que les services de communications.

C’est pourquoi l’absence d’accès à une énergie propre, abordable et fiable entrave le développement humain, social et économique et constitue un obstacle majeur à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

Pourtant, 1,4 milliard de personnes n’ont pas accès à une énergie moderne, tandis que trois milliards de personnes dépendent de la « biomasse traditionnelle » et du charbon comme source principale de combustible.

ONU-Énergie a mis en place une nouvelle initiative « Énergie durable pour tous » qui s’est fixée trois objectifs principaux à l’horizon 2030 :
-  l’accès universel à des services énergétiques modernes
-  une réduction de 40 % de l’intensité énergétique mondiale
-  une augmentation de 30 % de l’utilisation des énergies renouvelables dans le monde. »

Source ONU

Image de prévisualisation YouTube

Les habitants des montagnes du Pamir au Tadjikistan utilisent extensivement une plante appelée « teresken » pour leurs besoins en énergie, surtout lors des hivers rigoureux. Un projet local, aidé par le PNUE, cherche actuellement d’autres alternatives pour protéger cette région de la désertification qui la menace. Par exemple, l’usage de sources d’eau chaude permet aux habitants de cultiver des légumes sous serre ainsi que de chauffer leurs maisons.

 

l’ONU proclame 2011 année internationale des forêts

Après l’année 2010 axée sur la biodiversité (à lire ici), l’ONU proclame  2011  année internationale des forêts


C’est l’occasion de rappeler l’importance de la  gestion durable de nos forêts.

La gestion durable?

“La gestion durable signifie la gérance et l’utilisation des forêts et des terrains boisés, d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et mondial ; et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes.” (Résolution H1, conférence interministérielle sur la protection des forêts en Europe, Helsinki, 1993)” Source ONF

« forêt des landes de Gascogne »

Les forêts recouvrent près d’un tiers de la superficie terrestre de la planète et abritent la plus grande partie de la biodiversité.

Elles sont  menacées par l’exploitation humaine.

La déforestation privilégie l’extension des surfaces agricoles et des zones d’habitation ; elle entre en conflit avec la préservation des milieux naturels: chaque année 13 millions d’hectares sont déboisés, principalement en zone tropicale…Source:http://agriculture.gouv.fr/annee-internationale-des-forets,13477

Les forêts dans le monde source FAO

NB: »Depuis 1946, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) coordonne tous les cinq à dix ans la préparation d’un état des ressources forestières dans le monde avec la participation de ses États Membres. » voir le dossier ici: http://www.fao.org/docrep/013/i2000f/i2000f01.pdf

Image de prévisualisation YouTube

Pour comprendre les grands enjeux de cette initiative, écoutons  Jean-Luc Dupouey, écologue à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Image de prévisualisation YouTube
– Allez voir ce site exceptionnel sur la forêt (Finlande) : http://w3.upm-kymmene.com/upm/forestlife/index.html

width="300"

Ainsi, on comprend mieux les enjeux vitaux liés à sa gestion dans un monde où le réchauffement climatique  est déjà une réalité observée par les scientifiques …

2011, l’année internationale de la chimie

Fin  2008, l’ONU a proclamé 2011 Année internationale de la chimie (http://www.chimie2011.fr/).

Notons que 2011 est  également  le 100e anniversaire du prix Nobel de chimie décerné à Maria Sklodowska Curie (elle obtient en 1911 le prix Nobel de chimie pour ses travaux sur le polonium et le radium )

Marie Curie

source: http://www.mlahanas.de/Physics/Bios/MarieCurie.html

Albert Einstein et Marie Curie

source: http://www.bshr.org.uk/page7.html

2011,c’est une superbe occasion de rappeler le rôle des femmes dans les sciences.

Image de prévisualisation YouTube

La chimie intervient  partout : Santé,carburants  alimentation, pollution…elle y joue un rôle déterminant.

Elle est, sans aucun doute, la science la plus interdisciplinaire.

Le siège de la Fédération Africaine des Associations de Chimie (FASC), en Éthiopie a présenté cette résolution :

« La chimie est essentielle à notre compréhension du monde et du cosmos. De plus, les transformations moléculaires sont au cœur de la production de nourriture, de médicaments, de carburant, et d’innombrables produits manufacturés et d’extraction. Tout au long de l’année internationale de la chimie, le monde entier célèbrera cette science et ses apports essentiels à la connaissance, à la protection de l’environnement et au développement économique ».

L’UNESCO( http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/science-technology/basic-and-engineering-sciences/international-year-of-chemistry/ ) et IUPAC (Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée ) sont responsables de l’organisation de cet évènement mondial.